Detox

Cela fait un petit moment que je prépare ce billet. J’attendais d’avoir assez de matière, en terme de photos et de « recul », pour l’écrire en bonne et due forme. J’amasse mes clichés depuis mars, je fais des micros-brouillons d’article dans un coin de ma tête depuis les vacances d’hiver, et aujourd’hui, fin mai, à l’aube de l’été, je viens enfin vous parler de… CUISINE.

(on ne se refait pas)

Mais attention, je ne viens pas présenter une énième recette de carrot cake ou de cupcakes aux Oréos. Les seules dont je pourrais vous parler auraient été trouvées sur Pinterest ou sur mes sites culinaires favoris, cela n’aurait aucun intérêt pour vous… (ni pour moi, à part me redonner faim en ce mardi soir post-dîner pantagruélique…) (ma faim est psychologique) (oui, c’est problématique, je suis d’accord).

Non non non, donc. Pas de recettes alléchantes, de pâtisseries ensucrées et de photos crémeuses. Plutôt une petite rétrospective de mes journées d’immersion en terres « healthy ». Mais tout ça n’est pas très clair. Reprenons depuis le commencement…

Image

Je vous ai déjà parlé de mes deux « bibles » de cuisine, je crois ; j’ai acheté « Ma detox made in Hollywood » il y a un peu plus d’un an, et depuis février sa copine « Green, Glam et Gourmande » est venue rejoindre le bataillon de livres de cuisine alignés sur mon plan de travail.

Image

Depuis que j’ai ces deux ouvrages, je culpabilise beaucoup moins à l’idée de saliver tout en m’activant derrière les fourneaux.
En effet, avant, j’aimais déjà beaucoup cuisiner, mais passer du temps en cuisine était souvent synonyme de préparation de plats riches et/ou gras et/ou très sucrés… : des gâteaux, des plats mijotés, des tartes sucrées ou salées…
Je ne dis pas que je ne m’accorde plus de repas gourmands et over-caloriques, ce serait mentir… Et pour cela, le Saint des Saints en matière de référence reste mon gros livre Marabout : Mon cours de cuisine, 500 recettes pas à pas (le best du best).

Image

Disons juste que j’avais envie d’introduire de nouveaux ingrédients, de nouvelles saveurs dans nos repas… Robinson et moi mangions déjà beaucoup de légumes variés et de saison, peu de viande rouge, des céréales et des légumineuses diverses… On ne peut pas dire que de ce côté là nous partions de zéro et devions revoir toutes nos habitudes. Non. Disons juste que j’avais envie d’introduire de nouveaux ingrédients, de nouvelles saveurs dans nos repas… En réalité, de bonnes habitudes étaient déjà ancrées, il s’agissait plutôt pour moi de pousser un peu plus loin les concepts et théories que nous glanions à droite et à gauche, au détour d’un étal de marché, en discutant avec des amis plus « engagés » sur cette voie, en lisant des blogs spécialisés, ou encore les publications de diverses épiceries bios…

Image

Aux vacances d’hiver, en mars, après qu’on ait déménagé et que nos cartons soient plus ou moins déballés, j’ai décidé de consacrer ma deuxième semaine de congé à… cuisiner. Je voulais me lancer un petit défi culinaire, un challenge personnel : cuisiner pendant une semaine à partir de mon livre Ma detox made in Hollywood. En gros, nous mettre, Robinson et moi, en mode « detox » pendant 7 jours.

Et c’est ce que j’ai fait.

Image

Le lundi matin, j’ai établi une liste de toutes les recettes que je voulais expérimenter, puis je les ai réparties sur la semaine. De là, j’ai dressé la liste des ingrédients qui me manquaient et je suis allée faire d’énormes courses à la Vie Claire, en bas de chez moi. Le vinaigre de cidre de pommes ou encore les graines de chia sont venues rejoindre l’huile de coco, les graines de courge et autres produits bio qui occupent déjà une grande partie de mes placards.

IMG_9047

J’ai passé beaucoup de temps à préparer des repas, cette semaine là. Et bizarrement… ça m’a fait un bien fou. Robinson ne rentrait qu’en fin de journée, et je passais une grande partie de mon temps seule, tablier noué à la taille et folk en fond sonore, à éplucher, tremper, couper, mixer, peler, faire dorer des ingrédients. Je me suis même fait la réflexion, à ce moment-là, que cuisiner, c’était un peu une forme de yoga, en soi. Un moment de retour sur soi, de méditation, alors que les mains s’affairent et virevoltent au-dessus du plan de travail.

Cette 2ème semaine de vacances passée à cuisiner m’avait fait beaucoup de bien. C’est reposée et zen que j’avais repris le chemin de mon école. Alors 6 semaines plus tard, quand mon nouveau livre de cuisine est arrivé en même temps que les vacances de Pâques, je ne me suis pas trop posé de questions : après un aller-retour dans ma Lorraine natale, quelques jours en famille et avec les amis d’enfance, j’allais rentrer à Lyon et réinvestir les fourneaux.
La mise en place a été la même que pour la première session : j’ai pioché une quinzaine de recettes qui me faisaient envie et proposaient d’accommoder des légumes et fruits de saison, et armée d’une liste d’ingrédients très précise et de mon vieux cabas, j’ai réuni tous les produits dont j’allais avoir besoin (au marché cette fois ; j’avais anticipé le coup!).

Et cette fois-ci, j’ai été plus ambitieuse que la fois précédente. Les rouleaux de printemps, galettes et autres salades, j’avais su faire. Je voulais donc passer à l’étape suivante, cuisiner des plats avec lesquels j’étais moins familière : des falafels, des sushis, des veggie burgers, etc… le tout, bio et végétarien, selon les principes du livre Green, glam et gourmande, bien sûr.

Image

galettes de sarrasin, poulet, avocat, tomates, sauce salsa, oignons rouges

IMG_9050

yaourt de lait d’amande, banane, sirop d’agave

IMG_9001

salade avocat-pamplemousse-quinoa

IMG_9046

filet de lieu sauce mangue, pâtes au blé complet sauce salsa tomates/ail

J’ai donc cuisiné durant sept jours d’affilée ou presque, en me basant uniquement sur les propositions de Rebecca Lefller. Au passage, j’ai converti quelques amies et collègues à l’une ou l’autre de mes « bibles », les falafels green de Mademoiselle Leffler ont ravi ma bande de copains lors d’un grand pic-nique dominical, et Robinson est devenu complètement accro au Veggie cheese au miso (!) (vous n’imaginez pas à quel point mon mec peut être réfractaire, parfois, à toutes mes lubies « healthy way of life » et « la vie en bio c’est beau »… ah ah. C’est donc une victoire pour moi, qu’il ait apprécié tout ça!)

De plus, j’ai pu refaire plusieurs fois certaines recettes, qui ne sont donc plus, désormais, des « one-shot », mais bien de futurs classiques de notre routine alimentaire. Je n’ai plus peur des mots bizarres tels que tahini ou pâte de miso, je sais fabriquer mon beurre d’amande et mon fromage végétarien à base de noix de macadamia, je peux faire un ketchup-maison en moins de 2 minutes, et je suis devenue une championne de l’accomodation des restes. Bon, il me reste à sauter le pas avec le tofu, j’en ai dans mon réfrigérateur mais je suis encore un peu effrayée par cet aliment, que je ne sais pas comment cuisiner et dont je n’ai aucune idée du goût… Mais je suis sûre qu’aux prochaines vacances, je me lancerai !

Alors, ça ne vous a pas donné envie de « food holidays », tout ça ?

A bientôt !

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits

Publicités

11 réflexions sur “Detox

  1. Toutes tes photos donnent trop envie, même la nulle que je suis en cuisine aurait presque envie de s’y mettre! Je vais peut être offrir ces livres à mon mec :)! Oui c’est lui qui cuisine! Biz
    Helene

  2. Ça m’a donné envie de vivre de nouveau seule, d’avoir un vrai chez moi à investir. À part quelque gâteau le weekend, j’ai presque arrêté de cuisiner (et me nourri des restes que je récupère chez mes parents).
    En tout cas je note les noms de ces bouquins car je sais que cette situation est temporaire. Tu ne m’as pas donné faim mais envie de cuisiner. Merci ma grande.

  3. Coucou Sophie,

    Tes conseils en matière culinaire me donnent envie de cuisiner surtout avec l’arrivée des beaux jours. Les recettes ont l’air simple et efficace. Il te faut combien de temps en général pour mijoter ces petits plats? J’ai lu dans divers magasines que c’était bénéfique pour le corps de faire une cure de détox pour un rééquilibre. J’ai noté la référence des livres ça peut etre une idée cadeau.
    Merci pour cet article c’est toujours un plaisir de les lire.
    Profite bien de ce week end prolongé.
    Bise

  4. Mon dieu. Ton article m’a achevée ! 🙂
    Je suis en pleine phase cuisine végétarienne (dans la mesure du possible) et surtout plutôt diététique (pas tout le temps, mais c’est rarement au beurre !).
    Je veux goûter tout ça !! Ca a l’air super !
    J’ai acheté Green glam et gourmande pour le boulot, il a l’air génial, il est dans ma liste Amazon.
    Et pour le tofu : règle n°1 : prendre du tofu soyeux, le tofu ordinaire français est dégueu. Règle n°2 : bien l’accommoder, sinon c’est vraiment pas bon. Sauté avec des haricots et des fèves, à la chinoise, en mettant de la sauce soja, c’est pas mal, je n’ai pas fait mais j’ai mangé !
    Sinon à la japonaise, dans du bouillon miso avec de la courge en dés, c’est délicieux. Je te parle comme une fan de tofu mais en fait je n’aime pas beaucoup ça, n’en fais jamais moi-même (j’en mange au resto) et de plus, j’évite because c’est bourré d’oestrogènes (hé oui !).
    Last thing : lis le blog de ma copine Macha, ça devrait te parler… http://monarmoireacuilleres.blogspot.fr
    Bisous !!

  5. une petite suggestion : si tu nous mettais en ligne ou tout simplement si tu nous donnais quelques titres de tes playlists préférées ? J’y pense avec cette histoire de folk-cuisine ! Après tout c’est un sujet que tu n’as pas encore abordé !! Et j’ai envie de découvrir de nouvelles choses en ce moment !!

  6. Ah ah génial ton article ! Le tofu n’a pas de goût donc… met en où tu veux ! Etant donné que c’est un ingrédient déjà riche en protéines, en ce qui me concerne je l’utilise dans mes plats qui n’en n’ont pas (c’est-à-dire sans viandes ou oeufs) pour ne pas, au contraire, que ce dernier ne soit trop proténiné.
    Ensuite, pour y aller doucement incorpore le au début dans des recette un peu orientale, asiatiques: des curry de légumes, des nouilles chinoises avec des légumes sautés au wok (ce sont mes 2 bottes secrètes pour le déguiser si nécessaire). Tu peux même le faire mariner quelques heures avant dans du curry ou dans un mélange sauce soja-miel pour lui donner un peu plus de goût.
    Sinon, on consomme pas mal de tofu fumé, que finalement nous préférons: ça a un petit goût de lardon, divin dans nos pâtes cargo ou salades !!!
    Et j’ai trouvé cette semaine un tofu « rosso » avec des tomates séchées et basilic… miam !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s