*_* Ambiance Cali *_*

Après les séries qui nous font voyager, j’avais en tête depuis longtemps l’idée de ce billet autour des films qui nous permettent de nous évader. Mais en réalité, il y en a des tonnes, et citer « Into the Wild » ou « Carnets de voyage » n’aurait pas été d’une grande originalité… Moi, c’est la Californie qui me fait rêver, entre autres. J’aime les romans, les séries et les films qui sont capables de recréer une ambiance assez dense, assez juste, assez vivante pour nous donner une véritable impression de dépaysement. Certains films (et, bizarrement, ils font presque tous partie de mes films favoris), parviennent à nous plonger directement au cœur de la Californie, nous faisant oublier les murs de notre appartement autour de nous, les bruits de la rue en bas, la vue sur les immeuble Haussmanniens typiquement français… Les décors, les spots choisis, les activités des personnages, les trajets en voiture… tout a été choisi pour restituer la véritable ambiance californienne, et tout participe de cette immersion immédiate du téléspectateur dans le film.

Les seigneurs de Dogtown

www.pinterest.comMon film chouchou depuis des années et des années. Un film pour teenagers, diront certains, mais je ne pense pas que le fait que les personnages principaux soient des ados justifie qu’on en fasse un film POUR les ados. Si tel est le cas, qu’en est-il des Virgin Suicides et autres Perks of Being a Wallflower ?
L’adolescence est un sujet qui me passionne, que je trouve d’une richesse infinie et qu’il est possible d’aborder sous une infinité d’angles différents et originaux. L’adolescence est une période si sensible, si versatile, qu’on n’a jamais fini d’en explorer les mille facettes.
Les Seigneurs de Dogtown n’est pas un film, à proprement parler, SUR l’adolescence. C’est un film qui raconte une histoire vraie, celle de la naissance du skate comme discipline olympique, dans le Los Angeles des seventies. Allergiques aux sports de glisse, ne fuyez pas ! Oui, il y a du skate et du surf dans ce film, mais ce qu’il raconte véritablement, c’est comment une poignée de jeunes ados passionnés de surf, traînant dans Venice un été où les vagues se font rares et la canicule intense, vont détourner leur planche de skate, utilisées à la base pour se déplacer, en « mini-surf » du bitume, et squatter les piscines vidées du voisinage, terrain de jeux propice aux sauts et autres figures. Ainsi, en voulant surfer des vagues de béton, cette petite bande, sous la houlette d’un shaper un peu looser (génial Heath Ledger) va inventer un nouveau genre de glisse, et participer à l’émergence du skate comme véritable discipline sportive. Les 3 principaux skateurs de la bande, Jay Adams, Tony Alva et Stacey Peralta, ont participé par la suite à de nombreux championnats, et sont reconnus comme des pionniers de la discipline.

99edc0f5a9515322b1713e9a64bf0762Le film nous montre l’évolution et les différents chemins qu’empruntent ces trois inséparables : la jalousie, la médiatisation, les principes, l’argent, la reconnaissance, le sport comme exutoire… chacun vit ces changements à sa manière, la plupart du temps extrême.
Le film a 10 ans cette année mais n’a pas pris une ride, puisqu’il se situe dans les années 70 et que les relations humaines, 10 ans, 20 ans ou 30 ans plus tard, sont toujours aussi compliquées.

0308fdb6822cf7c31e54eaa8d8bb13bcA chaque fois que je regarde Lords of Dogtown (c’est-à-dire, souvent!), je suis heureuse d’apercevoir la jetée de Venice Beach, les larges boulevards de LA, les palmiers et le béton caractéristiques de la ville, et cette ambiance si particulière, un mélange de cool et de hargne, le rêve de devenir quelqu’un associé à l’indolence des régions au climat parfait…

c86151ccd4622754196524a4cca65c13

The kids are all right

MV5BMjE4NTMwNDg5MF5BMl5BanBnXkFtZTcwNDY2ODE0Mw@@._V1__SX1394_SY658_Nic (Annette Bening) et Jules (Julianne Moore) sont mariées et vivent avec leurs deux enfants, Laser et Joni, dans le sud de la Californie. Leur vie paisible est chamboulée quand Laser, quinze ans, demande à sa sœur (enfin agée de dix-huit ans), de faire des démarches pour retrouver leur père biologique. Les deux adolescents font alors la connaissance de Paul (excellent Mark Ruffalo), un restaurateur à l’esprit libre, qui, plus jeune, était donneur de sperme. Les deux mères n’ont alors pas d’autre choix que de faire sa connaissance et de lui faire une petite place dans leur famille unie. Toutefois, quand Jules accepte de travailler à refaire l’aménagement paysager de chez Paul, l’équilibre du cocon familial est mis à rude épreuve.

MV5BMTMwMDI4MzcyNF5BMl5BanBnXkFtZTcwODMyNDk1Mw@@._V1__SX1394_SY658_J’ai vu ce film bieeeeennnn après sa sortie (il est sorti en 2010, je l’ai vu l’année dernière…^^) car ni le titre, ni le synopsis ne me tentait vraiment. Pourtant, il avait reçu assez de prix et de nominations (notamment aux Oscars) pour m’intriguer et me donner envie de lui laisser une chance le jour où je l’ai croisé dans les rayons de la médiathèque. Grand bien m’en a pris : j’ai ADORÉ ce petit film tout simple, sans prétention, mais attachant et vraiment bien réalisé.

MV5BMTY0MzE4ODgyM15BMl5BanBnXkFtZTcwODg1MzcwMw@@._V1__SX1394_SY658_Les détails qui ont joué en sa faveur sont sans aucun doute : l’ambiance, encore une fois. Une superbe maison, la Californie du Sud, des palmiers, du soleil, des vues imprenables depuis les hauteurs de collines converties en potagers fermiers… Il faut voir ce film au moins pour le personnage joué par Mark Ruffalo : Paul est la nonchalance même, il cultive ses légumes et fruits bio sur des terrains ensoleillés puis les prépare pour son petit restaurant downtown, un lieu magique, une terrasse à la déco sublime, avec guirlandes de lampions et salons de jardin lounge sous des arbres en pots. LE RESTAURANT PARFAIT.

MV5BODE1NzE2NjAzOF5BMl5BanBnXkFtZTcwNTQyNDk1Mw@@._V1__SX1394_SY658_Ce film est léger et grave à la fois, il évoque la complexité de l’évolution d’un couple qui s’aime depuis des années, la difficulté à gérer les petits grains de sable qui s’immiscent parfois dans une vie, l’impossibilité de tout contrôler et de maîtriser le bonheur, qui n’est finalement qu’un rapport d’équilibre entre les choses…
J’ai vraiment passé un bon moment devant ce film et si vous ne l’avez encore pas vu, foncez : rien que pour les 3 acteurs principaux qui sont excellents.

Thirteen

d94d76230a041ea576d77f3689588f8dEncore un film sur l’adolescence ! Et encore un film de Catherine Hardwick (qui a déjà réalisé Lords of Dogtown… ^^ Je dois aimer sa façon de créer des ambiances…), qui commence à dater mais dont le sujet reste intemporel : les affres et tourments de l’amitié adolescente.
Tracy (Evan Rachel Wood dans l’un de ses premiers rôles) est une élève studieuse et un brin naïve, elle vit avec sa mère Melanie (Holly Hunter, que je vénère…!!) et le petit ami de celle-ci, dans un tout petit logement à LA. Contre toute attente, Evie (Nikki Reed), la fille la plus populaire du collège, se rapproche de Tracy et elles deviennent inséparables. Mais l’influence d’Evie sur Stacy est malsaine, poussant cette dernière à devenir ce qu’elle n’est pas et à franchir les limites : petits vols, piercings, sexe, drogues… le tout sans gravité, mais assez pour l’éloigner des ses amis d’enfance, de sa famille, et suffisamment pour que’lon ressente le malaise de la situation. Et pour nous rappeler comme il est difficile de savoir qui on est quand on est un ado qui se cherche et a vite fait de se raccrocher aux mauvaises personnes, de se réferer aux mauvais critères (popularité, égocentrisme, domination…)

4e14c6987858913245106ba5f11ca072J’ai toujours adoré ce film, que j’ai vu, revu et re-revu de nombreuses fois, car j’ai connu ce genre de relations troubles lors de mon adolescence, et je me suis beaucoup, beaucoup cherché durant cette période. Je me souviens du mal-être de cet âge difficile où l’on oscille entre continuer à être ce que l’on a toujours été, ou s’extirper de son cocon pour devenir quelqu’un d’autre, au risque de ne pas choisir la bonne « identité », de ne pas suivre les bons modèles.
Le film est extrêmement bien réalisé et pensé ; il faut savoir que Nikki Reed, l’une des jeunes actrices, a co-écrit le scénario à partir de sa propre histoire, ce qui apporte sans doute au film son ancrage dans le réel, sa justesse.
Je n’oublie pas que mon billet était censé vous permettre de voyager en Californie, non non ! Ce film nous plonge dans certains quartiers moins connus de Los Angeles, ses petites maisons-bungalows où l’on vit en en genre de communauté-camping. Mais on aperçoit aussi les fameux boulevards d’Hollywood, où les 2 adolescentes passent leurs après-midis.

bca9e7ed7e1a4400843bf02c156d65f6Dans ce film, malgré le scénario dramatique, il fait beau, il fait bon, on se balade nombril à l’air, et on peut passer la soirée dehors. L.A. quoi… Je crois que c’est cette douceur du climat, constante, que j’aime le plus et qui me fascine le plus dans cette ville. La vie semble douce lorsque les températures le sont, non ?

Heat

560660a8e32200a7bb4951ec387ed68cOn continue le retour en arrière avec ce film de 1995 (… 20 ans !), un classique, un GRAND film. Michael Mann, Robert De Niro, Al Pacino… Oui, bon, c’est un « policier ». Mais un bon ! Ce film est une véritable pépite dans le genre. L’ambiance, surtout, y est pour beaucoup (même s’il est impossible de minimiser l’importance du casting aussi…^^)

heat_tofix_movies_robert_de_niro_movie_1995_deniro_desktop_1680x1050_wallpaper-376504L’histoire est simple : c’est le jeu du chat et de la souris entre un flic (Al Pacino), et un bandit (De Niro, et sa bande). L’intérêt de ce film ? La tension extrême entre les deux protagonistes, la subtilité des caractères, leur complexité, et, évidemment, l’ambiance : Los Angeles, moite et fourmillante, la ville écrasée par le soleil, le béton, les buildings, les vues à couper le souffle… et tout ça, la plupart du temps : DE NUIT. C’est vraiment ça qui m’a marquée : L.A. chaude, étouffante et aux mille lumières dans la nuit. La ville est véritablement un personnage à part entière dans ce film, tentaculaire et vibrante. a568bfe977f2f3fd65112da9d9664441

Heat est vraiment un classique qu’il faut avoir vu au moins une fois, même si, comme moi, on n’est pas fan du genre. Je suis sûre que vous ne regretterez pas.

Voilà pour mon petit voyage en Californie. Ahh, écrire ce billet m’a vraiment fait m’évader, c’est fou… J’ai des images plein la tête, des souvenirs, des sensations, des odeurs, des bruits, des couleurs… Los Angeles est une ville qui m’a toujours fascinée et me fascinera encore longtemps, je crois.
J’espère que j’ai pu vous faire voyager un peu avec moi ?

Bon courage avec cette vague de chaleur, ici le programme est simple : ventilateur, brumisateur, volets fermés, canapé, glaces… Et une petite sortie au parc le soir pour rechercher la fraîcheur des arbres…

A bientôt!

Publicités

8 réflexions sur “*_* Ambiance Cali *_*

  1. Aah Thirteen c’est vrai qu’il est sympa 🙂
    Le premier est sur ma liste de films à voir depuis longtemps, les autres me sont inconnus, mais tu les vends bien !
    Ok c’est une série, mais The L Word est vraiment bien, dans le thème ambiance californienne (même si le pilote super long rebute un peu) !

  2. Pour une ambiance pas tout à fait californienne, mais qui respire quand même le soleil et le surf, je te conseille The Descendants avec Clooney (What else ?) : il joue le rôle d’un papa qui doit gérer ses deux ados après que sa femme ait eu un accident. Le film et les personnages sont à fois touchants et drôles, et l’ambiance hawaïenne est juste… magique !

    • Ouiiii! Je l’ai vu et j’ai hésité à le mettre dans cet article car j’avais effectivement adoré l’ambiance!!! Surtout que c’est Hawaï comme on ne se l’imagine pas trop : gris, humide, pesant… Un super film et une sublime ambiance!!!
      Bonne suggestion 😉
      Bise

  3. Bonjour Sophie

    Je voulais te remercier pour ces instants hors du temps lorsque je te lis, c’est toujours un réel plaisir, je guettes les nouveauté constamment!
    Je ne laisse définitivement pas assez de commentaire mais je suis toujours la, en sous marin 🙂
    Cette année j’ai obtenu le CRPE et du premier coup! Je serais donc PES à la rentrée prochaine avec une classe de PS/MS et une classe de CP je suis plus que ravie!
    Trois ans se sont écoulés depuis le mail que je t’avais envoyé… que le temps file!

    Merci de nous faire partager ton quotidien et tes bon conseils, j’ai en particulier vraiment aimé ce billet!

    Que ta nouvelle vie soit remplie de bonheur avec toujours plus de beaux voyages et de plaisir simples de la vie. Je pars moi même tout le mois d’Aout avec mon Robinson à parcourir le nord-est des Etats Unis et ses grands lacs.

    Manon

    • Manon ! Merci pour ce super gentil message !
      Félicitations pour le concours, bravo! Les 3 niveaux que tu vas avoir sont chouettes, tu as de la chance de commencer par cela! J’adore les PS, et le CP c’est vraiment hyper enrichissant…
      Et ce voyage en août, tu me fais rêver, quelle chance !! Profite à fond !!!

      Grosses bises! A bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s