Sunday Morning #33

Hello ! Me voici de retour avec un sunday morning un peu enneigé aujourd’hui, je vous emmène vite fait avec moi sur les pistes des Arcs, et pour le reste, du quotidien, de la routine, des petits kiffs simples comme d’habitude quoi…! J’espère que cela vous plaira.

Le look de la semaine

IMG_2074

La tenue hyper easy mais efficace que j’adore porter en ce moment : un « girlfriend » jean (un slim porté large et retroussé sur les chevilles), de la dentelle et un pull gris au style assez minimaliste mais dont les détails des manches fait tout le twist et la modernité (au cas où ça intéresse quelqu’un : jeans H&M collection actuelle, pull Mango collection actuelle (sans doute soldé), blouse dentelle Free People)

Les recettes végétariennes de la semaine

IMG_2205

Je me tourne de plus en plus vers un régime sans viande (mais sans me brusquer ni me contraindre pour l’instant, donc on parlerait plutôt de flexitarisme aujourd’hui…), du coup je teste toutes les recettes veggies qui me tombent sous la main et peuvent m’aider à argumenter en faveur de ce mode de vie auprès de Robinson (j’essaie de le convaincre). Cette tarte aux légumes rôtis ne paie pas de mine, comme ça, en photo, mais elle est ultra-savoureuse, c’est une explosion de goûts, d’épices et de textures, toujours surprenante ! J’ai trouvé la recette dans ma petite bible Green Glam et Gourmande, mais pas la peine d’être Cyril Lignac pour parvenir à la reproduire… Je vous donne quand même les ingrédients pour la pâte, car c’est un peu la clé de la recette : 60 g de farine de pois chiches, 30 g de poudre d’amandes, 2 cs de poudre d’arrowroot (pour les vegan. Du coup, si vous n’êtes pas vegan : un oeuf !), 1 cc de thym, 1 cc de romarin, 3 cs d’eau froide (pour l’arrowroot. Donc si vous avez mis un oeuf, oubliez l’eau froide), 2 cs d’huile de coco, sel. Et après, les légumes rôtis, vous choisissez ce que vous aimez et qui est de saison, vous les faites rôtir au four arrosés d’une CS d’huile de coco, vous cuisez la pâte à part, et pour finir vous garnissez la pâte des légumes rôtis et vous servez ! Voilà ! Un régal !

IMG_2068

En parlant de recette veggie, j’ai aussi essayé 2 fois le burger végétarien à base de champignon (oui, c’est très moche en photo, je trouve aussi… ^-^) , et c’était excellent, j’ai même trouvé ça meilleur que le burger à la viande ! (je commençais à saturer du burger au steak, j’en ai trop mangé je crois…!!)

Le week-end de dingos

IMG_2147

Des copines qui rident trop bien et vite…

IMG_2156

… des bières, des frites, des chocolats chauds et des crêpes au nutella en haut des pistes, face à des décors de rêve…

IMG_2138

… deux jours de soleil et des pistes presque désertes…

IMG_2149

… les apéros en fin de journée, après avoir dévalé les pentes comme des maboules et rigolé comme des baleines… le coucher de soleil sur les sommets, la neige épaisse, les bières au pub, la raclette…

Bref.
Comment vous dire…
C’était
GÉ-NIAL

Le sourire dans le métro de la semaine

IMG_1954

Une vieille dame en train de lire un roman jeunes adultes (Nos étoiles contraires, de John Green).. je ne sais pas vous, mais lorsque je vois un inconnu en train de lire un bouquin que je connais (lu ou beaucoup entendu parler), j’éprouve toujours ce sentiment de connivence, comme une complicité entre cette personne et moi… Là, je me suis imaginée ce que cette femme pouvait bien ressentir en lisant cette histoire d’ados, ce que ça lui disait d’elle-même, dans quels souvenirs elle se replongeait, quelles émotions de sa jeunesse remontaient à la surface… En voyant ce titre, j’ai eu pendant quelques minutes le sentiment de partager quelque chose avec elle, et ça m’a fait sourire… Ça vous fait ça, à vous aussi ?

Le moment suspendu de la semaine

IMG_2168

Tous les jours, je pars en balade avec Little lové conte mon ventre, dans son porte-bébé. On va souvent au parc de la Tête d’Or, immense et très beau. Ce jour là, il faisait grand soleil, c’était l’heure du gouter, j’étais passée m’acheter un yaourt-granola chez Monoprix, et j’ai dégusté mon en-cas en marchant le nez en l’air, en sentant les odeurs des sapins, de la mousse humide, de l’hiver, mon petit bébé endormi contre moi. C’était vraiment un moment magique, j’ai eu l’impression de revivre ces instants de félicité totale que j’ai connu en voyage, notamment lors de nos grandes randonnées en Nouvelle Zélande. Ce jour là, je suis rentrée de notre promenade pleine d’énergie et la tête dans mes souvenirs.

L’inspiration mode de la semaine

IMG_2165

Cette tenue me fait craquer, c’est exactement tout ce que j’aime et désire !! Du confort, du chaud, du doudou, du beau. Les Ugg basses sont mes prochaines targets fashion, et ce pull Les Petites… !!! Je le trouve magnifique ! Je suis leolulu33 sur Instagram depuis super longtemps car j’aime énormément son style, à la fois simple et toujours juste. Là, ce combo qui paraît si facile a pourtant énormément de style, je trouve… Pas vous ?

Et voilà pour le 3615MAVIE de ces derniers jours ^-^ Eclectique non ? Entre le snow, les fringues et la bouffe, je crois qu’on a un bon échantillon de ce qui me caractérise (coucou la nana pas du tout superficielle… ah ah).

Et vous alors ? Montagne ? Ski ? Pas trop déprimé(e)s de ne pas pouvoir sortir vos fringues d’hiver avec ces 15°C flippants ?

Je vous souhaite une très bonne semaine ! A bientôt !

NB : j’ai ajouté des vêtements dans mon vide-dressing, et baissé quelques prix, notamment le sac Gérard Darel. Si cela vous intéresse, c’est par ici.

Publicités

THE apple pie – la recette secrète venue d’Irlande

Je vous l’avais promise, la recette de la tarte aux pommes version Poppies ! Après quelques semaines d’attente, la voici enfin (vous allez voir, ça valait le coup de patienter ^-^).

En 2009, j’ai passé douze mois à Dublin, dont 6 à travailler dans un salon de thé typiquement irish : Poppies Country Cooking. Le concept de Poppies, c’est simple (et efficace) : ouverture de 7h à 19h, petits-déjeuners, cafés à emporter, déjeuners sur le pouce et pâtisseries pour le goûter. Tout fait maison, tout est frais et bon. Le petit shop ne désemplit pas du matin au soir, attirant aussi bien les habitués que les touristes de passage.

poppies-02_452fd69c53c45ee9756a3219ec153fcc

Chez Poppies, j’ai passé mon « diplôme » de barista (genre je sais faire les « latte » avec des petits dessins sur la surface quoi ! ), j’ai pris 8 kilos (forcément), j’ai rencontré plein de personnes géniales venues des quatre coins d’Europe, et je suis repartie avec quelques recettes secrètes ! Les spécialités de Poppies sont l’apple pie savoureuse servie avec une généreuse louche de crème fraîche, les scones, et le crumble bien sablé aux fruits rouges (avec de la crème fraîche, toujours)… Bernadette, la cuisinière, m’a glissée le jour de mon départ une petite carte et quelques feuillets sur lesquels elle avait retranscrit en gros sa manière de préparer ces délicieuses pâtisseries. Je dis « en gros », car elle les cuisinait depuis si longtemps qu’elle devait sans doute doser un peu à l’arrache et tout faire au feeling, vous savez comme quand on maîtrise tellement une recette qu’on la fait les yeux fermés et en l’adaptant à nos envies et ingrédients du moment, si bien qu’à la fin le rendu n’a plus rien à voir avec la recette originale !

1470422_10152017830202020_188767833_n

De plus, Berni préparait des plats ÉNORMES de ces tartes et crumbles, sur de grandes plaques rectangulaires qui prenaient toute la largeur du four – les pâtisseries étaient beaucoup demandées par les clients, il fallait avoir du stock ! Si bien que les proportions de la recette qu’elle m’a retranscrite sont un peu… disproportionnées. En gros, lorsque je l’ai faite, je me suis retrouvée avec une quantité de pâte telle que j’aurais pu préparer 4 tartes aux pommes… (j’ai congelé deux boules de pâtes, du coup).

12308330_10153733336692020_3823679312723447804_n

Alors voilà, vous êtes prévenu(e)s, cette recette d’apple pie, c’est un peu au pifomètre qu’il vous faudra la faire, en goûtant la préparation, en observant et en ajustant au besoin… mais c’est ce qui fait son charme ! Dans tous les cas, la tarte sera une tuerie, j’en suis sûre (avec autant de sucre et de beurre, ça ne peut pas être raté !). Je vous conseille de la servir avec une boule de glace à la vanille ou de la crème fraîche, comme les vrai(e)s ! Et si vous vous lancez, j’espère que vous m’en ferez un retour !!! Je serai trop heureuse de savoir que l’apple pie de chez Poppies a fait un petit tour dans quelques foyers français (et autres ?!).

La recette (je traduis comme je peux ):

1 kg de farine avec levure intégrée (ou alors vous ajoutez un paquet de levure chimique…)
250 grammes de sucre (j’en ai mis plus, vous pouvez y aller !)
250 grammes de beurre
10 pommes type Canada (pommes à cuire)
du lait (???? !!!!  Oui, Berni a juste écrit : « milk »… Pas de quantité… Donc je peux vous dire que là, c’est à vous d’adapter en fonction de la pâte que vous travaillez. Je sais que j’en ai mis pas mal, car la pâte était très farineuse et ne s’agrégeait pas. J’en ajoutais par petites touches pour rendre la pâte douce et lisse… c’est un peu l’ingrédient mystère ; si vous avez  l’habitude de préparer des pâtes à tarte ça ne devrait pas être trop compliqué, il suffit vraiment d’en mettre jusqu’à ce que votre pâte ressemble à une pâte habituelle !!) (-> 20 sur 20 en explications…!)

  • Eplucher et couper les pommes en quartiers.
    Dans une poêle, les faire cuire avec le sucre (les 250 grammes) jusqu’à ce qu’elles soient bien ramollies (l’état avant la compote…)
    Les réserver pour qu’elles refroidissent.
  • Mélanger la farine et le beurre ramolli, en ajoutant assez de lait (je traduis tel quel !!) pour obtenir une pâte lisse et douce (« soft dough »).
  • Etaler la pâte dans un moule à tarte, et la garnir avec les pommes cuites au sucre. Ajouter un peu de sucre sur le dessus de la tarte.
  • Enfourner à 160°C pendant 30 minutes (à ajuster selon le four, le rendu de la tarte etc…)
    Lorsqu’elle est cuite, sortir la tarte et saupoudrer du sucre cristal sur les pommes pour apporter une touche de croquant supplémentaire.

IMG_1166

Et voilà… ! Je vous laisse donc le soin d’adapter les quantités (vous pouvez tout diviser par 4 par exemple, ça vous donnera une tarte de taille moyenne je dirais…) et de tester vos talents de chef pâtissier acrobate (c’est-à-dire virtuose de la pâte à tarte) (je dis n’importe quoi aujourd’hui…)

Et n’oubliez pas de me dire ce que vous en avez pensé si vous la préparez !

Je vous souhaite une belle semaine, à bientôt !

NB : les photos de ce billet proviennent du site de Poppies (exceptées la dernière photo qui m’appartient).

Bilan de début d’année – les billets en cours

Je me suis rendue compte que certains de mes billets auraient nécessité une suite, une deuxième partie, un retour, mais que je laissais dormir aux oubliettes de la blogosphère. Par exemple, l’an passé, je vous avais parlé de mes bonnes résolutions : bien hydrater ma peau, et boire plus d’eau tout au long de la journée. Aussi, j’avais entrepris le challenge « 30 days of yoga with Adriene » et je n’ai pas rédigé la dernière partie de ma review sur le sujet… Enfin, je vous avais annoncé notre week-end à Amsterdam (avec Little agé de 2 mois) et promis de vous en toucher un mot, et puis le temps a passé et je ne l’ai pas fait ! Shame on me ! Heureusement, aujourd’hui, j’ai décidé de rattraper mon retard et de clore ces différents chapitres ouverts ça et là sur le blog.

Les bonnes résolutions de 2015, on en est où ?

IMG_0008

Ce n’était pas encore officiel mais, en janvier 2015, je savais déjà être enceinte, aussi cela explique pourquoi j’avais tant besoin d’insister sur l’hydratation de ma peau. J’avais une peur bleue des vergetures ! Je savais très bien que je n’étais pas assez rigoureuse, trop la flemme d’appliquer de la crème sur tout le corps TOUS les jours !!!
La grossesse a été l’impulsion qu’il me fallait, et pas un jour je n’ai failli à l’étape du crémage en règle de tout le corps. Même les jours où j’étais extrêmement fatiguée, même loin de chez moi, en voyage ou chez des amis, mes crèmes étaient avec moi et je prenais chaque jour 10à 15 minutes pour m’hydrater entièrement le corps. Au 6ème mois de grossesse, étant donné que j’étais en arrêt et avais donc plus de temps, j’ai même commencé à mettre de la crème matin ET soir. Mes efforts n’ont pas été vains (ouf !!), je n’ai pas eu de vergetures. Par contre, je n’ai pas non plus réussi à garder le rythme, et depuis que la menace de la peau du ventre craquant et se fissurant ne plane plus sur moi, j’avoue avoir à nouveau remisé mes crèmes au fond du placard ! (oui mais c’est l’hiver, j’ai froiiiidddddd….!!)
De même, l’autre bonne résolution qui était de boire plus d’eau, a été très bien tenue, mais surtout très facile à tenir vu que, enceinte, j’étais constamment assoiffée. Tellement assoiffée que j’ai eu peur, à un moment, d’être devenue potomane ^_^ Par contre, pour m’aider dans cette résolution je m’étais achetée une gourde, qui s’est avérée bien inutile car pas du tout étanche ! J’ai donc utilisé de simples bouteilles d’eau en plastique que je re-remplissais – écologique, mais pas forcément bon pour la santé, à cause des composants du plastique de ces bouteilles…

Le challenge des 30 jours de yoga, on en est où ?

IMG_0007

Je me suis arrêtée à la séance 19 ! Eh oui, je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout du défi ! Et, pour être franche, je ne me suis pas trop culpabilisée de ne pas le faire… C’est comme ça, parfois on a envie de faire bien mais la vie et ses impératifs font que ce n’est pas toujours possible. Ou alors peut-être est-ce tout simplement la flemme, l’hiver…?

Bon, en vérité, aussi, il y a eu les événements de novembre… pendant des jours, je ne me sentais plus l’envie de faire du yoga, je trouvais ça vain, complètement à côté de la plaque par rapport au drame qui venait de se produire. Grosse remise en question des priorités, à quoi bon, pour quoi faire, tout ça tout ça… Et puis finalement, je n’ai pas eu envie de m’y remettre… j’ai sans doute associé ce qui venait de se passer avec ces moments d’insouciance qui faisaient partie de mon quotidien, et peut-être que j’ai culpabilisé d’avoir eu le privilège de les vivre, ces moments; je m’en suis voulue d’avoir été naïve et insouciante, et le challenge de yoga que je faisais à ce moment là a pâti de cet amalgame, alors je l’ai mis de côté avec le reste. Comme si, vous voyez, il y avait eu un avant et un après attentats. Et après, je n’étais plus la même, et je n’avais plus envie de cela… Mais je suis sûre que l’envie reviendra, pas de pression, je me connais, je fonctionne par cycles ! Pour l’instant, je suis dans autre chose, mais sûre qu’on en reparlera par ici…!

Et Amsterdam avec 15 potes et un bébé de 2 mois, en plein novembre, ça donne quoi ?

IMG_0005

C’était la première fois que j’allais à Amsterdam, et je dois avouer que j’ai été un peu déçue (c’est pour ça que je n’en ai pas trop parlé par ici, je pense). Bon, c’est sûr, on a eu un temps horrible et ça n’aide pas : pluie continue, froid, vent… En plus, il y avait un festival assez énorme ce week-end là et donc beaucoup beaucoup de monde dans les rues. Je m’attendais aussi à ce que ce soit, comme souvent dans les pays « du nord », très kids friendly. Eh bien pas du tout ! On a halluciné, car partout où on arrivait avec Little (qui est quand même un bébé hyper cool, calme et tout… donc pas relou !) les gens, clients et serveurs/patrons, nous regardaient de travers. Dans le petit shop où l’on a mangé un midi, Robinson s’est même un peu énervé (ce qui ne lui ressemble pas du tout ! Il est toujours d’un calme olympien) avec le patron, qui lui répondait très mal, et avec mépris, à ses demandes concernant le bébé (il demandait s’il y avait une table à langer dans les toilettes, LE truc qu’on trouve quand même un peu partout, sans être regardés comme des martiens lorsque l’on demande, non ?). On a vraiment eu l’impression de débarquer d’une autre planète car on avait un enfant… ! On s’est même fait refouler de certains salons de thé, même, sous prétexte qu’il n’y avait pas de place pour mettre la poussette. C’est quelque chose que je n’ai jamais vécu en France…! Bon, peut-être qu’on est vraiment des gros bobos habitués à vivre dans des quartiers bondés de jeunes couples trentenaires qui traînent leurs gamins partout, dans les bars et les restos, en soirée ou sur les péniches… mais je ne m’attendais pas à ce qu’on soit aussi mal considérés avec notre bébé ! En tous cas, pas à Amsterdam ! Surtout qu’on a évité les endroits trop touristiques et privilégiés les petites rues, les petites boutiques, les petites adresses sympas, que l’on s’attend généralement à voir être plus « avant-gardiste » (mais est-ce de l’avant-gardisme que tout simplement tolérer lap présence de touts-petits et faciliter l’accès d’un lieu aux parents, aux familles…?). L’impression qui ne m’a pas quittée du week-end, c’était celle de n’avoir rien à faire là avec un bébé. Je me suis demandée comment faisait les jeunes mamans hollandaises, si elles étaient vouées à rester enfermées chez elles jusqu’à l’adolescence de leurs enfants…??? J’imagine bien que non, et qu’il doit y avoir des lieux où elles vont en famille… mais je ne les ai pas trouvés!
Au delà de ce point un peu négatif, nous avons passé un super week-end : on a bien ri, bien profité les uns des autres, arpenter les rues en large et en travers, bruncher et bu des bières… c’était chouette. Et Little a eu l’air d’apprécier le voyage, il a été hyper cool et calme, est passé de bras en bras pendant 3 jours sans broncher, a fait des sourires et des câlins à tout le monde… C’est donc le point positif de ce weekend : on s’est rendus compte que l’on pouvait partir avec lui et qu’on ne devait d’ailleurs pas hésiter à le faire, car  comme on dit les voyages forment la jeunesse (enfin, là, ils apprennent surtout à Little à devenir un parfait petit nomade, ce qu’il est à priori, pour l’instant !).

Voilà pour ce « bilan » des articles commencés mais jamais terminés. Maintenant la boucle est bouclée (ouf, je me sens mieux !). Je tâcherai, à l’avenir, d’être plus rigoureuse et de ne pas vous faire attendre un an entier avant de vous donner le fin mot d’une histoire entamée ici ! Et, pour ce qui est d’Amsterdam, ne vous inquiétez pas, je ne m’arrêterai pas sur ce « demi fiasco », nous avons l’intention d’y retourner à la belle saison (pas forcément cette année), et d’en profiter encore plus, mais toujours avec notre fils ! Alors si vous avez de bonnes adresses, des bons plans d’endroits family friendly, n’hésitez pas à partager ! Je ne veux pas rester sur cette image un peu écornée de la ville, je suis sûre qu’il y a plein de trucs chouettes à faire et à voir encore !

Et vous alors ? Pour celles qui s’étaient lancées dans le challenge de yoga, êtes-vous allées jusqu’au bout ?
Avez-vous déjà eu des déconvenues en voyage ? Quelle destination vous a déjà déçu(e)s ?
Et vos résolutions passées, les avez-vous tenues ??

Je vous laisse, je vais préparer ma valise et mon matériel pour mon week end de SNOWBOARD ENTRE COPINES !!!! Youhou j’ai hâte d’être sur les pistes ! Je vous souhaite un très bon week-end, à bientôt !

NB : les photos de ce billet sont toutes privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Sunday Morning #32

Bonjour ! Ce matin les toits des maisons et immeubles sont recouverts de neige (une fine pellicule, mais quand même, c’est tout blanc !) et je ne me lasse pas de regarder la vue depuis notre baie vitrée… j’ai l’impression que Noël n’est pas encore passé, qu’on était en route vers le printemps et qu’on fait un gros retour en arrière pour entrer enfin dans l’hiver, je suis complètement déboussolée mais pas grave, IL Y A DE LA NEIGE et ça c’est génial ! La semaine prochaine, je pars avec mes copines pour 3 jours de snowboard, on va s’éclater. Bon, je ne vous cache pas que j’appréhende un peu de passer autant de temps loin de Little, ça va être notre première « longue » séparation, et sachant que déjà, lorsqu’il fait la sieste, il me manque… je me demande bien comment je vais vivre ce week-end entier sans lui !! Et du coup, j’en profite aussi pour vous dire qu’il n’y aura pas de Sunday Morning dimanche prochain, mais on se retrouvera bien évidemment le week-end suivant !

Le look de la semaine

IMG_1977

J’ai reçu le sublime top Heloïse Victoirexvictoire et je suis ravie : il tombe bien, est aérien, les volumes et la coupe sont harmonieux, et il va avec presque tous mes jeans ! Je crois que ce top est en passe de devenir un de mes chouchoux (en espérant ne pas salir trop vite ce blanc immaculé…!!). C’est une petite satisfaction personnelle aussi que de n’avoir pas craqué aux soldes chez Zara ou H&M et d’avoir réussi à résister à l’appel du « tout pour rien » pour m’offrir une belle pièce cousue main en France, privilégiant l’artisanat aux grandes multinationales chez qui je vais, de toutes manières, déjà bien trop souvent…

Le petit-déjeuner de la semaine

IMG_1960

J’essaie de tenir mes bonnes résolutions, de manger du muesli et des fruits le matin, mais un jour sur deux le pot de nutella remplace le bol de céréales… haaaaan c’est pas bien !! (oui, mais c’est bon)…

La Gotham City de la semaine

IMG_2027

Lyon Part Dieu à la tombée de la nuit, c’est très moderne, un peu indus’, et légèrement fascinant… C’est dans ces moments là que je me dis que, quand même, notre vie est beaucoup trop urbaine et qu’une maison à la campagne, dans la forêt, ça me ferait vraiment rêver… (mais toujours pas à l’ordre du jour ^-^)

Le meilleur moment de ma semaine

IMG_2018

(ou presque). Entre 2 visites d’appartements, je fais une pause dans un nouveau salon de thé place Guichard (un de mes quartiers chouchou à Lyon, où on aimerait trouver notre appart’ d’ailleurs), un endroit cosy, joli, gluten free et tout fait maison. Avec mon Little, on a passé un trop chouette moment sur nos beaux fauteuils graphiques, à prendre un bain de soleil derrière la vitrine en ce vendredi matin de janvier…

La série de la semaine

a22a93a4dd5afd99896ce9b40ba154d6

source

Mille ans après tout le monde, on s’est mis à Fargo, dont on a dévoré la première saison la semaine passée, et attaqué la deuxième depuis peu. Je vous la conseille car c’est LA série qui va bien avec les températures et la saison actuelles. Fargo, c’est plein de neige, c’est un peu barjot mais surtout esthétiquement très beau. Les acteurs sont parfaits (Martin Freeman, aka Bilbo le Hobbit, dans un rôle qu’il transcende et qui agace profondément, j’adore), Billy Bob Thornton, machiavélique et cinglé à souhait, et tous les autres (Molly est parfaite, coeur avec les doigts). Cette série nous a instantanément plu, toute cette neige, la photo de l’image, les portraits des personnages, l’intrigue… on est fans. C’est vraiment une série originale et qu’il fait bon de regarder en plein hiver, lové dans un plaid alors que la neige tombe dehors.

7a6d629cd77f57c1994b247080daf20d

source

Et voilà pour ce court Sunday Morning, je n’ai pas pris beaucoup de photos cette semaine (enfin, si, j’ai pris beaucoup de photos, de tous les appartements que l’on visite…^-^)
Je vais aller me préparer pour notre promenade du dimanche ! Passez une belle journée, à très vite !

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits (sauf celles de Fargo). Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Quatre hivers en Sibérie

Après Sylvain Tesson et son sublime essai : Dans les forêts de Sibérie, j’ai terminé 2015 et commencé 2016 plongée dans un énorme roman historique qui prend place au fin fond de la Sibérie : Le village oublié, de Theodor Kröger.

Au départ, c’est la 4ème de couverture et la belle illustration de la couverture qui m’ont appâtée :

IMG_1975

Que faire lorsque l’avenir ne propose plus que massacres, démences, colonnes de prisonniers et wagons à bestiaux ? À quoi se raccrocher lorsque triomphent les totalitarismes, les peurs et le froid ? Condamné à mort en 1914, puis au bagne, la pendaison étant «provisoirement commuée en bannissement perpétuel en Sibérie», le jeune Theodor Kröger, une fois libre, participe à l’extraordinaire aventure d’isoler un village russe du reste du monde. Cacher les chemins. Transformer les forêts en labyrinthes. Disparaître des cartes pour échapper au chaos… Combien de temps ? Le Village oublié, best-seller mondial à sa publication en 1950, témoigne de cette incroyable histoire. C’est aussi un chant dédié aux mystères de l’âme russe ainsi qu’à la taïga, seule capable de résister à la folie des hommes…

C’est cette volonté d’isoler du reste du monde un petit village enneigé qui m’a donnée envie de prendre ce livre, de l’offrir à Robinson, afin de pouvoir le lire moi aussi et d’en discuter avec lui. Mais les gros pavés au thème lourd et triste me découragent facilement, une fois que je les ai posés sur l’étagère de la bibliothèque j’ai tendance à les oublier un peu… Du coup, ce roman est resté un ou deux ans à attendre parmi ses congénères de papier, pour que finalement, après les attentats de novembre dernier, je le sorte de sa retraite forcée.

Et grand bien m’en a pris.

Avec du recul, je dirai que je ne suis pas tout à fait d’accord avec le résumé de la quatrième de couv’, car l’intrigue principale n’est pas juste celle d’isoler un village au milieu de la Taïga sibérienne. L’intrigue principale, c’est les péripéties et aventures dramatiques que vit Theodor Kröger, prisonnier de guerre, puis en liberté surveillée, dans un village tout au Nord de la Russie.

Les premiers chapitres nous font vivre le bagne, les tortures infligées aux prisonniers, l’horreur de la guerre. C’est dur et poignant, et dans le contexte où j’ai lu ces pages, tout prenait un écho terrifiant.

Puis, on suit la réinsertion sociale du héros : comment il parvient gagner la considération des autres villageois, à s’enrichir grâce au commerce des fourrures, et surtout, à développer le petit village en y apportant un souffle de modernité et d’ambition. Ces pages sont prenantes, grisantes : Theodor Kröger y raconte le besoin de travailler, le goût de l’effort, l’accomplissement atteint lorsqu’on devient utile dans une société. Ce colosse allemand va ressusciter son village en y faisant construire une école, un lycée, un cinéma, un café…

Lors de ses voyages dans les forêts sibériennes, le commerce de fourrures l’amène à découvrir un autre village, tout petit, perdu au fond des bois, et à se prendre d’amitié avec ses habitants. C’est ce village qu’il aidera à faire disparaître officiellement des cartes. Mais il n’y vit pas, il y passe seulement quelques périodes de sa vie. Ce « village oublié » est comme un eldorado pour l’auteur. L’humanité des gens, la puissance de la nature en font un véritable paradis sur terre, loin de la cruauté de la guerre.

Il y a des chapitres très durs, lorsque Kröger raconte les épidémies, les villages qu’il faut brûler pour endiguer les maladies, et puis ce terrible épisode de famine, des pages qui font froid dans le dos. Le pays est bouleversé par la Révolution, partout ce n’est que chaos et terreur, alors le village où Kröger vit finit par ne plus être approvisionné par les autorités russes… ses habitants sont oubliés. Voués à la mort par la faim. Voilà l’autre « village oublié » du récit.

Ce récit navigue entre horreur, massacres, cruauté de l’homme, et bonté pure, nature divine et toute puissante, paysages à couper le souffle, amour absolu et humanité poignante. La camaraderie, le courage, le dépassement de soi sont les valeurs insufflées tout au long des pages. J’ai tourné la dernière le coeur serré, bouleversée par différentes émotions. Mon envie de m’isoler dans une cabane au fond des bois est plus vive que jamais…

Sunday Morning #31

Bonjour !

L’une de mes bonnes résolutions de 2016 sera peut-être de publier mon Sunday Morning le matin, histoire de ne pas trop faire mentir le titre… ^-^

Cette semaine a été intense car nous avons repris nos recherches d’appartements ; nous aimerions acheter un T3 à Lyon, nous avions commencé à chercher avant la naissance de Little, mis notre recherche entre parenthèse durant ces 5 premiers mois à trois, et à présent que notre nouveau rythme semble être bien pris, nous nous sommes relancés dans les visites. Cinq appartements vus ces derniers jours, mais pas de coup de coeur, donc on continue de chercher !

Le look de la semaine

IMG_1819

Bon, je triche un peu, cette tenue je l’ai photographiée lorsque j’étais encore chez mes parents, mais comme je l’ai portée cette semaine aussi (mais pas prise en photo), je m’autorise à la publier aujourd’hui ! J’adore cette petite jupe en similicuir, asymétrique et zippée, achetée pour moins de 20 euros chez H&M ! (merci de ne pas faire attention au bazar autour de moi !!….)

Les breakfast de la semaine

Je dois avouer que depuis la naissance de Little, je n’ai pas trop fait attention à ma ligne… et les vacances de Noël n’ont pas aidé. J’ai fini 2015 en apothéose, à manger n’importe quoi tout en déculpabilisant grâce à la promesse de reprendre les choses en main en 2016. Une nouvelle année est un bon prétexte pour prendre de bonnes résolutions, aussi j’ai commencé à réinstaurer de bonnes habitudes alimentaires et à m’imposer une petite « detox » post-fêtes. Mes petits-déjeuners, généralement très riches et consistants, ont laissé la place à des smoothies bien équilibrés et nourrissants, à base de fruits frais, de lait végétal et de graines de chia. C’est étrange car, moi qui suis habituellement si gourmande au petit-déjeuner, je ressens depuis quelques mois une lassitude, un « envie de rien » pour ce premier repas de la journée. Du coup, remplacer le pain, les gâteaux, le café, le beurre, par un coktail de vitamines bien frais m’a redonnée le sourire et l’envie de manger de bon matin !

La mignonnerie de la semaine

IMG_1857

Non mais ce bonnet quoi…! Il a encore plus l’air d’un bébé ours comme ça. Ça me fait complètement craquer… !!!

Le changement de la semaine

IMG_1849

Notre pédiatre nous avait conseillé de faire dormir Little dans notre chambre jusqu’à ses 4 mois. Nous avons finalement attendu qu’il en ai cinq (pour diverses raisons) avant de le faire passer dans sa propre chambre. J’appréhendais un peu (beaucoup) ce changement, mais tout s’est très bien passé. Lui dort paisiblement et ne semble pas perturbé. C’est plutôt moi qui ai eu besoin de quelques nuits pour me faire à l’idée de ne plus avoir mon petit chat à quelques centimètres de mon lit, de ne plus l’entendre respirer, dormir, se réveiller… Bon, cela fait une semaine à présent, et c’est bon, je m’y suis faite ! Je suis heureuse que tout se soit si bien passé ! (et, oui, pour l’instant il dort toujours dans un lit à barreaux, nous ne voulions pas faire trop de bouleversements d’un coup, nous passerons au matelas au sol bientôt, lorsqu’il commencera à marcher à 4 pattes je pense…)

Le challenge de la semaine

IMG_1924

Robinson m’a dit que je ne cuisinais plus autant qu’avant et que c’était dommage. Qu’il aimait bien mes recettes savoureuses et originales, voire bizarres (= végétariennes. Pour un mec, veggie ou vegan = bizarre… ^-^) et qu’il trouvait qu’on mangeait un peu trop souvent la même chose depuis quelques mois (= depuis qu’on n’a plus le temps de cuisiner) (ce n’était pas un reproche, car dernièrement c’est surtout lui qui prépare nos repas, je n’ai ni l’inspiration ni la motivation). Alors je me suis dit que j’allais essayer de retrouver l’envie de cuisiner. Mais pour cela, j’ai besoin d’inspirations et de temps. Lundi, j’ai passé des heures à éplucher mes livres de recettes (et Little a beaucoup apprécié regarder les images, il est resté assis sur mes genoux, à feuilleter les bouquins, pendant au mois une heure, sans broncher!!). Puis, j’ai fait le tour des blogs de cuisine. J’ai élaboré une liste de menus, préparé la liste de courses (5 pages…^-^) et le lendemain, nous avons passé la matinée au marché et à la Vie Claire pour tout rassembler. Et voilà comment j’ai passé la semaine à cuisiner. Et ça m’a fait du bien de retrouver ça! De reprendre le temps! On a fait de super découvertes (le veggie burger de Mango & Salt est sublime) et on a eu l’impression de manger plus équilibré et sain que jamais !
Du coup, samedi soir, on s’est autorisés un gros écart qui fait du bien : soirée série-pizza en amoureux :

IMG_1930

Et c’était génial !

Les cadeaux de Noël

IMG_1932

Je vous avais dit que je vous montrerai les jolis présents reçus par mes proches, je n’ai pas tout pris en photo mais j’avais envie de vous faire voir les beaux bijoux qu’on m’a offert. Bon, mon entourage me connait définitivement très bien : ethnique, argent, grosses pierres, turquoise, formes géométriques… j’étais plus que ravie de découvrir tout ça !!! Ils ont vraiment mis dans le mille…!

Le tissage de la semaine

IMG_1541

Je ne sais plus si je vous l’ai déjà montré ou non…? Voici le grand tissage que j’ai réalisé pour offrir à mes parents à Noël. On ne se rend peut-être pas bien compte de la taille, mais c’est une des plus grandes pièces que j’ai tissée. J’ai choisi des couleurs assez neutres voire minérales pour que cela colle avec la déco de leur séjour. Avec le recul, j’aurais changé deux ou trois choses du dessin du modèle car finalement les triangles me paraissent trop petits par rapport à la taille du tissage, mais tant pis, mes parents avaient l’air très contents et l’ont accroché aussitôt après l’avoir déballé !

Et voilà pour ma semaine en images. Aujourd’hui, nous allons manger la galette des rois avec toute notre bande de copains, première galette pour Little (qui, évidemment, s’en fout royalement) et un chouette dimanche après-midi en perspective. Et vous, cette semaine ? Avez-vous fait les soldes ? La galette ? Des bonnes résolutions ?

Bon dimanche ! A très vite !

NB : les photos de cet article sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Ce blog, Instagram, Facebook, etc…

Voilà un sujet dont je voulais vous parler depuis un moment… Je ne sais pas si cette après-midi je trouverai le temps de tout dire et surtout, je ne sais pas si je me souviendrai de tout ce qui m’avait traversée lorsque j’avais commencé à réfléchir à ce billet, peut-être ne vous dirai-je que la moitié de ce que j’aurais voulu, mais peu importe. De toute façon, pour tout vous dire, depuis que Little est là je me rends compte que mes articles sont moins travaillés car je suis obligée de publier plus rapidement, sans forcément relire et retravailler ce que j’écris, alors parfois certains sujets me semblent un peu bâclés, ou bien je regrette de ne pas avoir été capable d’aller plus au fond de ma pensée… Mais que voulez-vous, c’est ainsi désormais, je dois faire avec le temps imparti, en ne sachant pas si j’ai devant moi 3 heures ou 15 minutes de « tranquillité » (pendant sa sieste) (le seul moment où je peux me poser pour écrire). Bref. On verra bien où cet article nous mènera. Fin de l’introduction.

IMG_1912

Souvent, mon entourage est surpris car je n’ai pas de compte Facebook. Et encore plus dérouté lorsque je dis que j’ai un blog. Forcément, c’est un peu paradoxal, à première vue.

Tout d’abord, sachez une chose : mes proches ne lisent pas mon blog. NO WAY. J’ai commencé par écrire ce blog (il y a 7 ou 8 ans, je ne sais plus) de manière anonyme, et même si parfois vous apercevez ma tête, je souhaite conserver la liberté que m’autorise cet anonymat (relatif).

Robinson sait bien que j’ai un blog, évidemment. Il me voit y écrire, prendre des photos pour les y publier, parfois on en discute… MAIS il a interdiction formelle de me lire ^-^ Enfin… il respecte mon désir de ne pas être lue par lui. Il pourrait le faire sans que je le sache, il connait l’adresse et on partage nos ordinateurs, les liens sont enregistrés dans les historiques, bref mon blog n’est pas difficile à retrouver. Mais il ne le fait pas, il respecte ma volonté et on se fait confiance (encore heureux…!).

Mon frère, ma BFF… connaissent l’existence du blog et mon pseudo, mais savent, eux aussi, que je n’ai pas envie qu’ils me lisent. Mis à part eux, tous mes amis savent que je blogue, la plupart essaient de m’extorquer l’adresse du blog de temps en temps, mais personne ne la connait. Certains sont très curieux et se demandent bien ce que je peux raconter ici. Généralement, ma réponse se fait évasive : « oh, tu sais, je parle de mes lectures, de recettes de cuisine, de yoga, de fringues… » et ça suffit.

Bref, tout ça pour dire que sur ce blog, je livre beaucoup, mais de manière assez anonyme je l’espère, et sans chercher l’approbation de mon entourage, sans avoir quoi que ce soit à prouver à mes connaissances, car l’anonymat me permet de me sentir libre et non jugée. Et voilà pourquoi je n’ai pas de compte Facebook (je veux dire : de compte perso. J’ai du mal avec le côté un peu voyeur de ce réseau, même si je sais bien qu’il y a plein de gens qui ne l’utilisent pas comme cela, mais de manière très saine, ce n’était pas mon cas, je me sentais dépassée par la surenchère et le manque de pudeur de quelques « connaissances » alors j’ai supprimé mon compte très peu de temps après l’avoir ouvert, en 2010 environ…)

Qu’en est-il d’Instagram ?
J’ai un compte Instagram, qu’au départ je n’utilisais que pour consulter les profils de blogueuses que je suivais (blogs mode, lifestyle… etc). Il était donc privé et je ne publiais que de rares photos pas très intéressantes. Je ne voulais pas créer un compte Instagram public lié au blog car j’avais peur de délaisser ce dernier au profit du réseau social (c’est quand même bien plus simple d’alimenter un compte IG qu’un blog, et ce côté pratique aurait eu raison de moi, de ma volonté d’écrire, et donc de ce blog). Surtout, je trouve Instagram très chronophage, on peut passer des heures à faire défiler le fil d’actualité, à commenter et répondre aux commentaires… le côté trop « instantané » m’a bloquée, j’aime prendre mon temps et ne pas toujours communiquer « à chaud ». Et puis j’aime trop écrire…!

Au bout de quelques temps, j’ai décidé d’ouvrir publiquement mon compte IG, en me faisant la promesse de ne pas le laisser court-circuiter ce blog. Instagram me sert encore surtout à consulter des profils, à m’inspirer, à bavarder, mais je ne publie que deux ou trois photos par semaines (grand max!!) et je m’oblige à garder une certaine « exclusivité » pour le blog : les meilleurs moments, les plus jolis clichés, je les garde pour ici, et sur IG je partage surtout du quotidien, de l’instantané, des gazouillis superficiels, un peu comme la discussion qu’on a le matin avec son boulanger ou son voisin (et ne voyez aucun jugement négatif dans ce que je dis hein! J’adore papoter avec la voisine du 7ème et la vieille dame du 3ème !!!). IG, c’est rapide, léger, un genre de badinerie d’images en mode 2.0  … Au contraire, ce blog, c’est important pour moi, et je le bichonne, je lui consacre du temps, je sélectionne le contenu, je le réfléchis, je soigne le tout, je le construis (et vous aussi, par votre présence, vos passages discrets ou vos commentaires, vos likes…). Finalement, les 2 plateformes se complètent bien et j’y trouve mon compte sans avoir du dédoubler le temps passé à « réseauter ».

D’ailleurs, en parlant de réseau ; une autre des raisons qui font que IG n’est qu’un passe-temps pour moi, c’est que je n’aime pas « réseauter », justement. Liker des photos car on m’a likée, commenter pour être ultra-présente et visible, lancer des concours… l’extension à tout prix, la publicité, la com’… tout ça ce n’est pas moi, je ne sais pas faire et en toute sincérité, je n’ai pas envie de faire partie de ce monde. Comme beaucoup j’imagine, au départ ça m’a fait rêver de voir les blogueuses avoir des partenariats avec de super marques, participer à des soirées, recevoir des cadeaux… et puis très vite, ça m’a lassée et je me suis rendue compte que ce n’était vraiment pas ce que je recherchais avec ce blog. Elles ont bien raison d’avoir su profiter de l’opportunité que leur blog leur a offerte, évidemment, et pour certaines bloguer est devenu un métier et je trouve ça génial ! Pour la plupart ce sont d’ailleurs des blogs et comptes IG que j’aime lire et suivre, mais je sais aujourd’hui que ce n’est pas ce que je veux faire (et quand bien même, rien ne dit que si je l’avais voulu, j’y serais parvenue!!!)

Alors voilà, si vous souhaitez me suivre sur Instagram, vous le pouvez, mon compte est public, mais pas franchement intéressant. Je n’y annonce pas mes billets de blog, je n’y fais aucune révélation et j’y suis encore plus anonyme qu’ici (pas de visage à découvert!). Ce blog sera toujours ma priorité car j’ai le sentiment de pouvoir l’investir plus, et surtout j’ai besoin d’écrire, même si j’adore la photo. Ce blog m’autorise encore une certaine lenteur, je n’y publie qu’une (voire deux) fois par semaine, et je ne réponds pas toujours immédiatement aux commentaires. Mais j’aime la cohérence que je peux lui donner, ainsi que sa permanence. Bizarrement, bloguer me semble être un acte plus « ancré » qu’instagramer. Les mots, les photos… publier un article prend du temps, alors que poster une photo et son commentaire est plus rapide (c’est d’ailleurs le but des réseaux tels qu’IG : l’instantanéité). Ça me correspond plus, même si j’adore IG.

Voilà, vous savez tout. Je me relis rapidement, je ne sais pas si j’ai tout dit, Little s’agite sur son tapis de jeu et commence à râler alors tant pis, je m’arrête là !

Je suis curieuse, à présent, de savoir comment vous vivez cela, vous ; les réseaux sociaux, les blogs intimes et les grandes blogueuses stars, Instagram… ?