La librairie

* attention : certains paragraphes de cet article sont snobs  *

😉

bookshop

Il y a peu, j’ai loué un film sur la VOD, The Bookshop. Un film anglais, qui parle d’une femme qui veut ouvrir une librairie dans un petit village portuaire, où la population, notamment un couple influent et riche, fait de la résistance.
Le film ne m’a pas emballée, mais il me donne l’occasion d’introduire ce billet où j’ai envie de vous parler des librairies, de manière plus générale.

books truck

Un book truck, ou le goût de la liberté

Avant, lorsque je vivais à Lyon, j’allais presque toujours dans la même librairie : la Librairie du Tramway, place Guichard. J’aime cet endroit, le charme des lieux, l’emplacement de la boutique, le calme des gens qui travaillent là, et le choix qui y est proposé. J’avais pris l’habitude d’envoyer un mail pour commander les titres qui m’intéressaient, toujours mue par l’objectif de ne pas céder à la trop grande facilité d’Amazon et des clics-panier-Paypal (qui tuent les petits commerces est-il besoin de le rappeler…).

book boat

Une librairie sur l’eau… romantique.

Puis, nous avons déménagé à la campagne, pas très loin de Lyon certes, mais, même si mon école se trouve dans le même quartier que la Librairie du Tramway, je n’ai plus vraiment l’occasion d’y passer. Mes journées de travail sont compressées par les horaires des trains qui m’amènent et me ramènent chaque matin et chaque soir. Entre les heures de classe, je n’ai pas une minute pour flâner dans une librairie, car je dois déjeuner, corriger, et assister aux réunions d’équipe.

La semaine dernière, alors que je refermais un roman qui m’avait beaucoup plu et que, motivée par cet enthousiasme, j’avais envie de me replonger immédiatement dans un nouveau livre (mais que rien, dans ma PAL, ne me tentait ce jour-là), j’ai décidé de me rendre dans le lieu « culturel » le plus proche de chez moi pour acheter des livres.

Non, pas le bureau de tabac-presse du coin… ^-^ Quand même… !

Cultura.

Je suis entrée, j’ai scanné tout le rayon littérature pendant vingt bonnes minutes.
Et là où, habituellement, lorsque je mets les pieds dans une (bonne) librairie, j’ai envie de tout acheter, ce jour-là je n’avais qu’un désir : tourner les talons. L’offre et les sélections étaient pauvres, commerciales, sans attrait. Tous les romans de gare étaient disponibles en grande quantité. Aurélie Valogne était déclinée dans tous les formats et dans toutes les couleurs… Il n’y avait pas un seul roman de Joyce Maynard. Ni de Paul Auster ! Les éditions Gallmeister n’étaient même pas présentes…

Où est la qualité, où est la diversité, où est l’identité des libraires ???

woman reading

Lire, partout, tout le temps.

Une de mes collègues était, avant de se reconvertir dans l’Éducation Nationale, libraire chez Cultura. La pauvreté et la formalisation de sa mission dans cette entreprise l’ont dégoutée du métier de libraire. Just saying
Certes, il s’agit d’une grande surface. Mais faut-il pour autant restreindre et homogénéiser les étals de librairie ? Soit on se dit librairie, soit on s’abstient de vendre des livres (ou alors on se rebaptise station-services, tabac-presse, supermarché…).
Proposer les grands prix littéraires et les auteurs à succès, soit, mais à condition de proposer à côté de ceux-là des titres plus confidentiels, des maisons d’éditions moins grandes mais de qualité et qui ont besoin d’être soutenues par les libraires. Des choix qui correspondent à tous les lecteurs, et pas seulement à une partie d’entre eux.

* fin du paragraphe très très très snobinard *

Je n’ai rien acheté. Je ne sais pas à quoi je m’attendais, mais je n’ai pas pu me résoudre à dépenser mon argent dans cet endroit. Pourtant, j’avais très envie de lire et plus rien à me mettre sous la dent. Mais impossible, mon snobisme (assumé) et mes convictions ont pris le dessus. Sorry not sorry, comme on dit.

ponton

Mon programme pour cet été.

Le lendemain, drôle de coïncidence : je reçois un mail de la bibliothèque de mon village dans laquelle je suis bénévole. On y annonce l’ouverture, dans le village d’à côté, d’une librairie pas comme les autres : La folle aventure. Les habitants du bourg se sont regroupés en association pour ouvrir un lieu culturel et faire revivre la librairie qui avait fermé quatre ans plus tôt. Une libraire professionnelle est employée dans ce nouveau lieu, et chapeaute l’équipe de bénévoles. L’inauguration vient d’avoir lieu, et je suis passée samedi voir à quoi ressemblait cette nouvelle librairie pleine de promesses.
Je suis ravie car j’ai eu le sentiment que cet endroit avait une véritable identité, celle de la diversité des personnes s’investissant dans ce projet. On sera loin, j’espère, des étals aseptisés de Cultura. Bien sûr, comme dans toute librairie (sans exception j’imagine ?) il y aura du Musso et du Lévy (et Aurélie Valogne… grrr…) mais la sélection que j’ai pu voir samedi m’a donné bon espoir. Joyce Carol Oates était présente sur les étagères, le rayon jeunesse était bien pensé (et – alléluia – on y trouve autre chose que l’intégralité des livres Usborne à toucher/qui font du bruit… °_° … ), et je suis sûre que les petites maisons d’édition sauront trouver leur place en ce lieu. L’endroit est cosy et super bien placé dans le bourg, et les libraires qui m’ont accueillie étaient sympathiques, disponibles, motivées. J’ai commandé trois romans (de Joyce Maynard et Bret Easton Ellis) et j’espère bien pouvoir reprendre mes petites habitudes comme au bon vieux temps de la Librairie du Tramway.

PS : allez, promis, bientôt j’arrête de râler et d’écrire des trucs contre les auteurs à succès 😉

Les images de ce billet proviennent d’ici, ici, ici et .

Publicités

12 réflexions sur “La librairie

  1. Bonjour, chouette une belle librairie qui va rouvrir!! Je note. Je voulais déjà t’z’voyer Un message depuis longtemps car je suis tombé sur ton blog lorsque je cherchais des infos sur des sages femmes sur Lyon et j’ai beaucoup aimé ta plume. Ensuite nous avons commencé à chercher une maison à la campagne à peu prêt en même temps et vous avez achete une maison que nous avions visité… juste des jolies coïncidences. En tout cas vous avez eu une vision que je n’avais pas réussi à avoir, j’aime beaucoup ce que vous en avez fait!
    Sinon il y a une super librairie-magasin de jouet pour enfant à Villefranche, rue nationale qui s’appelle Myrtille. J’adore y aller pour mon fils et quand j’ai des cadeaux à faire.
    Voilà! Bon dimanche he

    • Bonjour Lucile. C’est INCROYABLE que vous ayez visité notre maison !! Que le monde est petit ! Je suis curieuse : peux tu me dire ce qui vous avez freiné à l’acheter à l’époque ?
      Où avez-vous acheté finalement ? Pas très loin d’ici j’imagine si tu connais les librairies de Villefranche ?
      Je n’aime pas trop aller au centre ville de Villefranche à cause de la circulation (^-^) c’est pourquoi j’allais chez Cultura, mais j’ai repéré aussi une jolie librairie dans le centre de V. et c’est peut-être celle dont tu parles. Effectivement, elle est super.
      J’avoue que désormais, je vais à Trévoux car c’est tout à côté et j’aime le côté associatif et participatif du projet.
      J’espère te relire par ici, c’est un plaisir ! A bientôt.

  2. Tiens ce billet me parle ! J’habite en région lyonnaise aussi, et un Cultura vient d’ouvrir à distance à pied de chez moi !
    Ça m’a rappelé mon époque lyonnaise citadine (moi j’étais plutôt Monplaisir et Librairie de la place 😅).
    Bref tout ça pour dire, folle de joie, je suis allée chez cultura et… bon bah c’est un super marché. Effectivement, l’envie de tout acheter n’était absolument pas là…
    J’ai quand même commandé un livre parce qu’on ne se refait pas (je préfère aller le chercher à pied plutôt que de commander sur Amazon…) mais le bonheur de flâner dans les rayons n’y est pas… Tristesse 😓

    • Oui, expériences similaires… 😉 Mais comme tu le dis, il vaut mieux ça que d’acheter sur Amazon, c’est sûr !
      J’espère qu’une petite librairie indépendante ouvrira bien vite à quelques pas de chez toi alors.
      Bises !

      • Tant que j’habiterai à proximité d’une zone industrielle, je ne risque pas de voir autre chose que des grandes enseignes hélas 😅 Mais c’est une autre histoire !

  3. J’aime beaucoup les illustrations que tu as choisis pour ton article. En Guyane, c’est dur dur…la seule librairie de Kourou a fermé il y a quelques années et le rayon livre au Super doit faire 1 mètre de long (et niveau sélection, on est plutôt Nora Roberts!). J’aime beaucoup les initiatives pour encourager à lire. Au cinéma, il y a un petit espace « dépose livre » où on dépose des livres et on en emprunte librement. Bien sûr la sélection est limitée mais on peut faire de jolies trouvailles! Bravo pour ton engagement!

    • Oh la la, dur dur effectivement. Je me souviens de notre voyage à Tahiti, je lisais énormément durant ce séjour et je n’avais pas assez de livres avec moi, c’était une galère pour en trouver de nouveaux (librairie à Papetee alors que nous étions à Moorea, il fallait donc prendre le bateau) et le choix était extrêmement réduit (surtout les classiques, les oeuvres étudiées au lycée etc…) et les prix exorbitants !
      Dans ce cas là, le plus simple est d’avoir une liseuse, non ? Tu en as une ? J’hésite à m’en offrir une pour Noël, c’est pratique lorsqu’on voyage et qu’on lit beaucoup…

      • Oui, exactement, je me suis achetée une liseuse. J’étais très sceptique au début, car je suis une amoureuse du livre mais je trouve le confort de lecture extra (tant au niveau de la luminosité: on dirait une vraie feuille de papier, qu’au niveau de la taille de la police qu’on peut choisir). Le seul bémol: le prix des livres numériques, je trouve ça trop cher par rapport au prix du livre papier (surtout que c’est encore les maisons d’édition qui se mettent le plus d’argent dans les poches et pas forcément les écrivains!). Parfois, les livres papier sont moins chers que les numériques…..En termes de stockage aussi, les liseuses c’est top (surtout quand on habite dans un petit espace!)! J’ai pour ma part une Kobo Aura H2O (pour l’humidité!) et j’en suis ravie. J’avais acheté une première Kobo Aura « simple » mais elle avait rendu l’âme au bout d’un an et demi à cause de l’humidité. L’autonomie de lecture est vraiment bonne sinon. En espérant avoir pu t’aider!

  4. Un article qui fait écho en moi, vu que je quitte prochainement mon travail pour 1) me reposer et profiter du chômage (oui il faut prendre le temps de le faire aussi) 2) me reconvertir dans le métier de libraire pour peut être un jour, qui sait, ouvrir ma propre libraire..

    Ça fait peur, et en même temps c’est grisant – je ne suis pas la seule à aimer les livres, flâner dans des librairies et se laisser aller à la découverte. Affaire à suivre 🙂

    • Wahou, quel virage professionnel, c’est fabuleux ! Je t’envie un peu, pour être honnête ^-^ Libraire, c’est un métier qui fait rêver. Je te souhaite d’ouvrir ta propre librairie un jour, oui !
      A bientôt, bises

  5. Coucou Sophie 🙂
    Je prends enfin un moment pour t écrire.
    C est toujours un plaisir de lire ton blog. Félicitations pour ton bébé d automne 🙂 c est trop chouette 🙂 ❤️
    Je viens de lire ton roman d une traite ce matin 🙂 j ai beaucoup aimé! Les personnages sont attachants, j ai hâte de connaître la suite de l histoire.
    Mon petit garçon se réveille… je finis vite mon café
    Bisous ❤️

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s