Travaux chapitre 1 : le gros œuvre

entrée 1

L’entrée de notre maison avant travaux, lorsqu’on nous avons fait la première visite

Nous sommes dans notre maison depuis deux ans tout pile, désormais. Nous avions emménagé le 1er novembre 2017. Deux ans, ça me parait si peu alors que j’ai l’impression d’être tellement à ma place ici.

En l’espace de deux ans, la maison a complètement changé. Nous avons fait un certain nombre de petits travaux, de petites transformations qui mis bout à bout ont totalement métamorphosé la maison. J’ai réalisé cela il y a quelques jours, quand mon frère et ma belle-sœur (qui vivent à Lyon et nous rendent visite souvent, et qui ont donc vu chaque étape de chaque transformation) découvraient notre nouvelle chambre d’amis et la chambre de bébé 2 et qu’ils nous disaient à quel point la maison avait changé depuis notre achat. Dernièrement, ce sont aussi mes voisins qui sont venus voir les derniers travaux, eux qui habitent dans le lotissement depuis sa création il y a quarante ans, qui ont connu chaque propriétaire de notre maison et qui ont vu évoluer celle-ci au fil des décennies. Quelle fierté j’ai ressenti lorsque Christian, mon voisin donc, m’a avoué son admiration pour les changements opérés, et nous a félicités d’avoir investi les lieux de la sorte et d’avoir découvert le potentiel caché de la maison. Effectivement, cette maison, quand on l’a visitée, c’était dur de s’y projeter, il fallait avoir un peu d’imagination pour envisager d’en faire quelque chose de cosy et qui nous ressemble, comme c’est le cas aujourd’hui. Depuis sa construction vers 1980, elle était restée dans son jus, les propriétaires successifs n’étant jamais restés vraiment longtemps pour investir pleinement les lieux et s’engager dans de gros travaux de modernisation.

En gros, il s’agit d’une petite maison sans charme particulier, posée sur un terrain immense mais très dénivelé, ce qui complique forcément l’entretien du jardin, mais nous offre en contrepartie une vue imprenable sur tout le village, les villages alentours, et les monts du Beaujolais derrière. C’est cette vue qui nous a décidés. Et depuis, on a réalisé que finalement, dans le choix d’un logement, la localisation est l’un des critères les plus importants, car il ne peut pas être modifié, contrairement à l’aspect de la maison, ses volumes, l’organisation de ses espaces intérieurs, extérieurs, sa luminosité… on peut toujours abattre des cloisons, créer des ouvertures, repeindre des murs, faire des extensions… (bien sûr, je parle plutôt d’une maison, là. Avec un appartement, en copropriété, c’est plus délicat…) mais on ne peut pas déplacer le logement, on ne peut pas changer son environnement. La maison était quelconque, fonctionnelle mais sans charme, par contre la vue était incroyable ; en toute sincérité, on a surtout acheté le cadre, l’écrin de verdure, la forêt à l’arrière et le panorama à l’avant, l’impression d’espace et de liberté, plutôt qu’une maison ! Et on a bien fait : pas une personne n’est montée chez nous sans s’exclamer face à la vue depuis notre terrasse et notre jardin. Pas un ami, pas un proche n’a résisté au charme de ce panorama grandiose. Bien sûr, ce n’est ni l’océan, ni la montagne, mais c’est beau et apaisant, et on se sent infiniment riches et chanceux de pouvoir profiter de ce cadre au quotidien.

salon 3 cheminée

Le séjour avant travaux, lorsqu’on nous avons visité la maison. Les tomettes rouges au sol, les cloisons, les murs blancs, l’impression d’étouffer dans les petites pièces…

Concernant les travaux, nous avons d’abord essayé de vivre dans la maison telle quelle, afin de poser des constats : qu’est-ce qui nous convenait, qu’est-ce qui ne nous allait pas, dans sa disposition ? On a vite conclu que les espaces très fermés (cuisine d’un côté du couloir, salon de l’autre, puis long couloir perpendiculaire au premier pour desservir trois petites chambres d’un côté, une salle de bain, les toilettes et un placard de l’autre) étaient invivables pour nous, et pour Little. Bien sûr, cela avait un côté cosy, comme de petits cocons fermés et enveloppants. Mais nous savons que nous avons besoin d’ouverture, de circulation entre les pièces, et Little est comme ses parents, il suffoque rapidement dans des lieux trop confinés. De plus, au niveau du chauffage, toutes ces cloisons étaient pénalisantes : la chaleur de la cheminée stagnait dans le salon, où les températures montaient jusqu’à 25, 27 °C, alors que dans les autres pièces régnait un froid cru.
Le second constat (mais je m’en étais immédiatement aperçue) était que la tommette, présente partout (sauf dans les chambres), devait être remplacée par du parquet. Bien sûr, on nous a dit et redit que « c’est trop beau la tomette, c’est rare, c’est élégant, etc… » et je suis tout à fait d’accord. Mais ça ne correspondait pas du tout à la maison ni à notre style de vie. La tomette rouge bordeaux, c’est froid, tant au niveau de la couleur que de la matière. Impossible de chiller, pieds nus à la maison, le froid du sous-sol (garage notamment) remontait et glaçait l’atmosphère. Et l’association du sol bordeaux avec les murs blancs blafards n’était pas des plus chaleureuses. En bref, il fallait re-cosyfier tout cela, en amenant du bois et des couleurs plus chaudes dans la maison.
Le troisième constat fut : la cuisine. Une vieille cuisine toute en bois était installée, avec plein de placards, de rangements, un four qui ne fonctionnait pas, des plaques de cuisson neuves, et un carrelage hideux au sol (petits carreaux beiges mouchetés mariés avec des petits hexagones bordeaux). Les placards étaient bringuebalants, les installations électriques n’étaient pas aux normes (l’électricien était outré lorsqu’il est venu faire la vérification), et la grande quantité de meubles surchargeaient la petite pièce. J’avais cru, au départ, que cette cuisine à l’allure un peu rustique allait nous convenir. J’aime bien les trucs anciens, le bois, la déco un peu campagne. Il y avait un petit côté « cottage anglais » dans cette cuisine repeinte en bleu gris doux. Mais en réalité, elle était trop sale, et avait été installée n’importe comment, ce qui la rendait même dangereuse (chute de meuble, incendie électrique…). Et puis, le sol, lui, devait absolument disparaître ! Alors quitte à refaire un sol, autant tout jeter et recommencer sur une page blanche.

cuisine 1

La cuisine à l’origine, vétuste, avec un carrelage très laid.

Ce furent les constats que nous fîmes dans un premier temps, après un ou deux mois dans la maison. À partir de là, Robinson et moi avons mis de longues semaines à définir notre projet travaux, nous avions conscience de ce qui n’allait pas mais il fallait alors proposer des transformations cohérentes et faisables. Et surtout, il fallait se projeter, imaginer les lieux sans cloison, sans tomettes, sans cuisine, ouvrir en pensées tous les volumes pour considérer les nouveaux (futurs) espaces de la maison et pouvoir les aménager correctement. Ce ne fut pas facile, par exemple on avait peur de tomber les cloisons du salon/couloir/cuisine et de se retrouver avec l’entrée de la maison directement dans notre pièce de vie, sans sas, sans rien pour faire une séparation. On a aussi bloqué sur la cloison du second couloir à cause des chambres qu’il desservait, car dans notre esprit il était inconcevable que les chambres donnent directement sur le séjour, à cause du bruit. À force de discuter ensemble, mais aussi avec les deux supers artisans qui ont travaillé sur notre chantier (l’électricien sus-cité et un peintre-plâtrier, tous deux habitants du village), à force de croquis et de pérégrinations sur Pinterest, nous avons finalement eu un déclic et décidé de faire tomber, dans un premier temps, toutes les cloisons, puis à partir de là de voir s’il y avait besoin de recréer des séparations pour isoler d’autres espaces (créer une entrée avec une verrière par exemple, ou un sas pour les chambres…)

plan maison originale

Les plans de la maison (le rez-de-chaussée) telle que nous l’avons achetée. On voit qu’il y a beaucoup de cloisons, de couloirs, d’espaces étroits et/ou perdus.

Plan après

Les plans après travaux : cloisons abattues, création de deux petits sas pour isoler l’espace SDB, WC, escaliers du sous sol et l’espace nuit. La cheminée se retrouve au centre de la pièce principale.

Au final, l’espace entièrement ouvert, sur l’entrée, sur le séjour, sur les chambres, autour de la cheminée qui devenait alors un élément central de la maison et non plus un détail relégué dans un coin du séjour, nous a beaucoup plu. Nous avons juste fait monter deux cloisons et portes pour créer deux sas, l’un pour deux chambres, l’autre pour l’espace SDB, toilettes, escaliers du sous-sol. La troisième chambre donne directement sur notre séjour et c’est très bien comme ça. Nous avons une petite maison où toutes les pièces sont de plain-pied, il faut envisager les espaces à travers cette donne. Dans une grande maison, ou une maison sur deux niveaux, ce serait étrange que les chambres soient si proches des pièces de vie. Mais nous avons envisagé notre espace comme un loft, ou un appartement, et alors l’entrée directement dans la pièce de vie ou les chambres donnant sur le séjour ne nous ont plus dérangés.

Ce sont les gros travaux qui ont lancé le chantier : pendant une semaine, alors que nous étions en vacances aux sports d’hiver, les artisans ont cassé les cloisons, déblayé, et remonté des murs. Quand on est rentrés du ski, nous avions une coquille presque vide : un immense espace ouvert, et de nouvelles interrogations.

chantier sol tomettes pas cloison

La fin des premiers gros travaux : les cloisons ont disparu. La tomette est toujours là, il faut peindre les murs et poser du plancher.

chantier 2 cheminée ouverte

La cheminée n’est plus dans un angle de pièce mais au centre de la maison, entre la cuisine, le séjour et les espaces nuit/ sanitaires. Un morceau de la pierre de taille qui l’encadrait a été découpé et enlevé pour une plus jolie finition.

La suite des étapes de la rénovation de notre maison se trouve dans un deuxième article que vous pouvez lire ici : lire la suite : chapitre 2

3 réflexions sur “Travaux chapitre 1 : le gros œuvre

  1. J’adore ce genre de post. Ce que vous avez de la maison est vraiment beau (je suis retournée lire ton article sur l’aménagement de votre cuisine/salon/salle à manger ^^). L’ouverture des espaces et les couleurs choisies rendent le tout très apaisant. Et cette cheminée au milieu de tout ! 🙈 J’adore tellement !
    Je suis actuellement dans la recherche d’une maison et arriver à ce projeter comme ça n’est pas toujours évident.

  2. Pingback: Travaux chapitre 3 : les chambres | hellozadig

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s