Il était une fois…

Je repoussais ce billet, faute de temps et peut-être aussi pour retarder ce point de non-retour que je vais franchir aujourd’hui. Pour me laisser la possibilité de…
A la rentrée, j’ai réalisé que je ne pouvais plus avoir exactement la même vie qu’avant, maintenant que j’étais maman. Maman ET de retour au travail, un travail très prenant qui mobilise les 3/4 de mon cerveau à peu près 6 jours sur 7 et 22h/24. Ces dernières semaines la vie est trop intense, trop tourbillonnante, et éreintante, et pourtant je ne fais pas grand-chose d’autre que bosser, préparer mes journées de classe, m’occuper de Little, et faire les tâches du quotidien, les repas, les lessives, le ménage, les courses… Wahou, quelle vie de foufou, paillettes et cotillons sur moi, n’en jetez plus.

Quand on a la tête sous l’eau, on réalise qu’on doit faire des choix, et prioriser… tout. Repenser toute sa vie. C’est donc ce que j’ai fait, à la fin des vacances cet été ; je me suis demandée quelles allaient être mes priorités pour les mois à venir, et à quoi j’allais, forcément, devoir renoncer.

img_5688

Mes priorités ont été évidentes, pas la peine de chercher longtemps : ma vie de famille avec Robinson et Little, et puis autour de nous mon frère, mes parents, nos amis proches. Un peu de sport, du yoga et de la randonnée, et puis nager quand je peux. Et enfin, écrire. Le tout, saupoudré de bonnes bouffes et de vin, de bières et de frites, de feux de cheminée et de lectures, et d’un peu de couture ou tissage dans les heures creuses, devant un film ou une série. Rien de bien extravagant, quoi. Sauf que, forcément, et comme vous pouvez le constater, ce blog n’entrait pas dans mes priorités. Pas que je n’aime plus bloguer ou qu’il ne soit pas important pour moi, au contraire. Mais, dans l’ordre de mes priorités, il ne pouvait pas faire le poids face à ma vie de maman ou à mon besoin de faire un exercice physique qui me vide la tête, par exemple. Le blog, c’est un loisir que j’adore, et surtout un exercice d’écriture régulier qui m’a fait beaucoup de bien tout au long de ces 9 années (et même plus). Mais aujourd’hui, dans cette vie de trentenaire pleine de tracas banals et de questions existentielles (mon nounou me fait-il la gueule ? Ethan D. va-t-il apprendre à lire cette année ? Ma directrice soutient-elle obstinément ma collègue qui a tort ? Faut-il que j’arrête ma méthode de lecture pour faire de la phonologie pure ? Si je lave ces body à 40°C vont-ils rétrécir ?… Little rentre-t-il encore dans ses chaussons ? A quelle heure ferme la pharmacie ? …), il n’y a plus de créneau disponible pour une activité si  »inutile » que bloguer. Je déteste être devenue cette caricature qui désormais réfléchit à tous ses achats, à l’argent à mettre de côté pour acheter une maison, aux demandes de crèche à faire dans les temps, à « est-ce que je prends ces chaussettes à 9,99euros ou alors je me débrouillerai avec les vieilles chaussettes dépareillées qui me restent » parce-que 9,99euros, c’est quand même 9,99euros… Alors prendre 3 ou 4 heures par semaine pour écrire sur internet, même si ça me fait du bien, ce n’est plus envisageable. Car le temps c’est de l’argent, et car le temps s’est réduit de moitié, voire de 3/4, depuis que Little est là. Exactement comme tout le monde le disait avant que j’ai un enfant, et quand alors moi, je pensais « non, je ne deviendrai pas comme ça, je ne laisserai pas le temps me dicter ma vie, je ne courrai pas après les heures qui défilent, je ne me plaindrai pas sans cesse de ne pas avoir le temps de…  » Je pensais fièrement que je serai une maman qui aurait le temps de penser à elle, à son couple, de faire un peu de sport et de voir ses copines. Et même, de se mettre du vernis une fois par semaine (gros LOL… C’est absolument impossible. Sachez-le). (Du coup, là, je viens de faire une pause pour en mettre. Oh la la le kiffe…!) (heureusement que c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas…).. Bref, je pensais tout ça, sûre de ne pas devenir un cliché ambulant, mais en réalité ben, on n’a pas le choix. J’ai essayé de négocier avec Robinson, pour ne plus travailler et m’occuper de Little, mais bon, il a été catégorique, il ne me voit pas mère au foyer et de toutes façons on ne gagnerait pas assez d’argent. Eh oui, tout cela est si trivial, si peu élégant, tout est dirigé par l’argent et on a beau vouloir être au-dessus de ça, on a besoin de manger et de payer notre loyer comme tout le monde. Je suis donc devenue un stéréotype, le truc le plus commun qui existe : une jeune maman qui bosse, qui n’a plus le temps de rien, et qui court partout tout le temps avec trois mots à la bouche : nounou, manger, fatiguée (et zut, je viens de saboter le vernis sur mon majeur droit!… C’était sûr… Ça ne pouvait pas être si facile…)

img_5690

Donc, je n’ai plus de temps, je cours partout, je ne m’épile plus assez souvent, j’ai perdu le numéro de mon coiffeur (qui d’ailleurs a revendu son salon. Donc : mon coiffeur n’existe plus…) et mes 3 heures de pause pendant la sieste de Roméo les jours où je ne suis pas à l’école sont dédiées à la préparation de mes journées de classe. Je suis payée à 80% pour, en réalité, bosser 40 vraies heures par semaine, minimum. (Haaaannnn, ce billet est un véritable mur des lamentations, excusez moi, ce n’était pas mon but initial. Je vais essayer de raccrocher les wagons de mon discours et de ne pas trop m’éparpiller (mais j’ai tellement de choses à vous dire !)).

Bloguer, donc, je n’ai plus le temps. Je suis triste, mais c’est comme ça. Sinon, il faudrait que je dorme moins, mais je dors déjà trop peu pour supporter tous les soucis du quotidiens et pour accepter sans broncher les irritations des petits problèmes de tous les jours. Ma patience n’est pas un merveilleux puit sans fond, et si je n’ai pas de soupape de décompression (=sommeil et sport et copines) pour recharger ce puit, à un moment on va toucher le fond. Donc, dormir moins = mauvaise idée. Donc, je dois arrêter de bloguer (mon dieu que mes démonstrations logiques sont absurdes, ah ah…).

Mais il y a autre chose. Quelque chose d’un peu moins commun, d’un peu moins terne, d’un plus foufou avec des paillettes (la paillette, le leitmotiv de ce billet ?) : je veux continuer à écrire.

??? Mais que raconte-t-elle ??? (que ceux qui auront lu ce billet jusqu’au bout se voient gratifiés de mon éternelle admiration béate (vous n’avez rien d’autre à faire de plus utile ??!!) …)

img_5686

Allez, je vous raconte.

Depuis toujours, mais genre toujours, je veux devenir écrivain. Petite, mon idole absolue n’était pas Dorothée (ni Hélène), mais Sophie Rostopchine alias la Comtesse de Ségur. Puis, il y a eu Shaïne Cassim, et puis tous les grands, Zola, Hugo, Flaubert et Balzac, et puis Emily Brönte et Jane Austen, et aujourd’hui Bret Easton Ellis et Joyce Maynard, Paul Auster (dieu sur terre) et les autres… Ces personnes qui me font rêver, ces artistes, ces créateurs qui touchent les étoiles. Dieux et déesses de mon Panthéon perso. Et écrire des histoires, c’est ce que je veux faire depuis toujours.
Vous savez, ce vieux rêve qu’on traîne depuis l’enfance, quand on dit « nan mais, un jour, de toutes façons, je serai écrivain… ». Ça coule de source. C’est juste une question de temps. Et quand tu es petit(e), tu sais que, à trente ans (quand tu seras vieux, donc), tu auras atteint ton objectif.
Et puis le temps passe, et puis même il file ce coquin ! De plus en plus vite. Et tout à coup, tu as 30 ans, et ton vieux rêve qui te paraissait si possible, si faisable, juste une question de temps… ne s’est pas réalisé. Tout simplement parce que tu ne t’es pas assez bougé pour essayer de mettre les choses en branle dans cette perspective. Hé, oh, les étoiles et les astres ne vont pas s’aligner tout seuls, et aucun éditeur ne peut publier le livre que tu n’auras jamais écrit. Voilà où j’en suis. Je me suis rendue compte que ce rêve que j’avais toujours, toujours, toujours en moi depuis que je sais écouter des histoires, il fallait aujourd’hui lui donner les moyens de devenir concret. Et comment écrire un livre, si on n’écrit pas d’histoire ?

Petite, dès que j’ai su écrire, j’ai commencé à écrire des histoires. Des livres pour mon frère, des pièces de théâtre que je jouais avec mes cousines ou mes amies, des BD, et puis adolescente, j’ai continué et écrit les vies que j’aurais aimé avoir, des filles fantastiques à qui il arrivait des choses incroyables prenaient vie dans mes cahiers, de belles filles blondes et indépendantes, aimées et courageuses, qui vivaient seules à Paris entourées d’amies et de garçons énamourés. Ah ah, ces bêtises que je relis parfois en rougissant de honte…
Ensuite, il y a eu les blogs, et puis celui-ci, Zadig, que j’ai tenu avec beaucoup de régularité (pour une fille aussi papillonnante que moi, c’est une énorme fierté d’avoir su être si fidèle à un seul blog, et m’astreindre à y venir pendant toutes ces années, sans jamais laisser tomber, ou presque).
Ce blog a été merveilleux pour cela. Toutes ces années, j’ai pu entretenir l’écriture en couchant ici mes bêtises, mes questions, mes coups de coeur, mes angoisses. J’ai écrit écrit écrit et je n’ai pas perdu la main, j’ai retravaillé mes phrases, gagné en rythme et en vitesse, mon cerveau trouve plus facilement le mot que je cherche, le synonyme, la nuance voulue… c’est agréable de constater ces progrès. Et tout cela, c’est grâce au blog, et à vous qui m’avez lue. Se savoir lu force à plus de rigueur, plus de créativité, on se relit avec un oeil plus sévère et on ne laisse rien passer. On s’engage.
Et puis, il y a 3 ans, un collègue apprend que je tiens ce blog, et me parle d’un concours de nouvelles. Un concours organisé par des instits soixante-huitards et arty, un peintre, un écrivain, et un champion de BMX et d’échecs et d’autres choses encore. Un petit concours lancé par des passionnés, je me suis inscrite et j’ai participé. La 1ère année, le sujet était : 7 secondes, 7 minutes, 7 heures, 7 jours, 7 semaines, 7 mois, 7 années… Votre nouvelle s’inscrira dans cette temporalité etc… ». J’ai écrit le moment où ce groupe de rock australien rentre de sa première vraie tournée, au tout début de leur ascension vers la gloire, quand se cristallisent les premiers vrais désaccords entre eux et quand une fille, LA fille, n’en finit plus de semer le trouble et la pagaille parmi les membres du groupe. Je rentrais de notre voyage et Sydney m’avait marquée, je voulais raconter l’ambiance de cette ville.
La 2ème année, le sujet était « une couleur ». Tout simplement. J’ai hésité entre le blanc de la neige et de l’hiver qui me fascinent, et le bleu de l’océan qui m’attire encore et toujours. J’ai écrit l’histoire de ce surfer et de sa petite soeur adorée, la prunelle de ses yeux, en Californie. Encore nos voyages qui hantaient mes écrits. Pour la dernière session du concours, cette année, le sujet était « Et si la fin n’était que le commencement ». J’avoue que ce thème un peu biblique ne m’a pas inspirée. Et puis finalement, j’ai puisé dans nos souvenirs d’Ecosse pour écrire deux histoire entremêlées. Et j’ai gagné le concours. Le truc de dingue non ? Ça signifie beaucoup, beaucoup, pour moi. Je me dis que mon rêve n’est pas fou.
Pour la prochaine édition du concours, je ne peux pas participer (ou alors, hors compétition, ce qui n’a pas trop d’intérêt) alors je me suis dit que c’était aussi un signe : si je ne peux écrire une nouvelle cette année, je mettrai ce temps à profit pour écrire mon livre, ce livre dont je rêve depuis toujours.

img_5691

Voilà, vous savez tout. Désormais, les heures consacrées aux billets pour le blog ou au concours de nouvelles, je voudrais les utiliser pour écrire autre chose. Il faut que je le fasse, il faut que je me lance. Sinon, toute ma vie, je regretterai de n’avoir pas essayé. D’avoir gardé ce rêve inaccessible, de l’avoir confiné à son statut de rêve en quelque sorte. Mais j’ai besoin de concrétiser tous mes rêves, même quand autour de moi les gens me trouvent excessive ou insatisfaite. Jusqu’à présent, c’est ce désir de viser l’impossible qui m’a donnée cette belle vie que je chéris (malgré tous les petits soucis). Je me suis accrochée à la lune pour ne jamais me contenter de peu, et je ne regrette rien. Alors je me dis, pourquoi pas cette fois encore ?

Hello Zadig sera donc en pause pour quelques temps, je ne le ferme pas définitivement car je sais que, peut-être, un jour où j’aurai plus de temps, je reviendrai par ici. Mais en attendant, c’est sur des pages Word que je vais écrire, en essayant d’utiliser la régularité que j’ai acquise grâce au blog et à vous. Mon vernis a séché et on ne voit pas trop la trace sur l’ongle du majeur, j’ai réussi à rattraper la catastrophe. Et Little se réveille de sa sieste. Je vous remercie un milliards de billions de fois pour votre présence ici, vos mots toujours gentils et encourageants, votre bienveillance et votre patience. J’ai eu énormément de chance d’avoir des lecteurs/lectrices et je l’ai mesurée chaque jour depuis que c’est le cas. Je peux vous dire que j’étais très fière de cela, et que tout cela a et a eu beaucoup d’importance dans ma vie.

A bientôt pour d’autres aventures !

img_5693

Ah, mais vous pouvez tout de même continuer à nous suivre et avoir quelques nouvelles de Little, Robinson et moi, en suivant mon compte sur Instagram (@arrow_meow), où je serai forcément un peu plus présente pour compenser l’arrêt du blog (oui, cela va à l’encontre des principes que j’avais évoqués il y a quelques mois mais que voulez-vous, on ne peut pas toujours être à cheval sur les principes, il faut savoir abdiquer… ^-^) (mais ne vous attendez pas à un truc folichon et chiadé, mon Insta ressemble à ce blog et les photos sont toujours aussi anonymes/floues/coupées ah ah …).

Plein de coeurs à paillettes (forcément) sur vous, des bisous, des câlins, des mercis et quelques larmes refoulées dans la gorge. Ciao !

 

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Sunday Morning #51

Merci pour vos messages adorables pour les 30 ans. Cela m’a fait chaud au coeur. Je n’ai encore rien commencé à coudre, mais j’ai imprimé un patron et acheté du tissu, première étape done ! On a passé la semaine à se reposer car le week-end dernier nous réellement épuisés ! J’ai même passé toute l’après-midi de jeudi à dormir, profondément. Après 7 jours de repos, ça va un peu mieux, je sens un regain d’énergie, mais pfiou que c’était dur ces derniers jours…!! ^-^ On a donc passé la semaine à buller, se promener dans la campagne, au bord de l’eau, à lire à la bibliothèque du village, à profiter du jardin. J’ai enfin un peu de temps pour lire et cela faisait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans un livre comme ça, quel plaisir ! Il nous reste une semaine à passer ici, on va en profiter à fond, le mois de juillet aura filé à une vitesse incroyable, vous ne trouvez pas ?

Le look de la semaine

IMG_4484

Ou plutôt, le « sunday look », car c’est la tenue que je portais aujourd’hui pour chiller tranquillement à l’ombre du pommier, en regardant Little essayer sa petite piscine gonflable, cadeau (en avance) pour son premier anniversaire. Il faisait chaud, aujourd’hui ! Alors j’ai pu étrenner pour la première fois de l’été mon short adoré, tout fluide, tout léger, tout coloré, si agréable à porter (yeah je fais des rimes ^-^).

 

Le repaire de la semaine

IMG_4390

Dans mon village natal, on a la chance d’avoir (depuis peu) une magnifique bibliothèque, toute neuve, toute belle, pleine de livres récents et en bon état, bordée de 2 terrasses ombragée et équipée d’une Nespresso. Le rêve, quoi. J’envie terriblement la personne qui travaille dans cet endroit. Le coin enfants est génial, plein de poufs moelleux et de fauteuils à gros coussins, et si lumineux avec ses immenses baies vitrées… ! On y passe très souvent lors de nos promenades, je fais le plein d’albums pour Little tandis que mon père se ravitaille en polars, bien conseillé par la bibliothécaire. Ça nous change un peu de l’énorme médiathèque de Lyon…!

Le déjeuner de la semaine

IMG_4252

Robinson est souvent derrière mon dos pour vérifier si j’ai ma dose quotidienne de protéines, depuis que je ne mange vraiment plus de viande. Alors je ne lésine pas sur le fromage et les pois chiches, me régalent de falafels et de tartines à presque tous les repas !

 

Bientôt un an

IMG_4402

Little aura un an le 3 août. Il marche gaiment à quatre pattes, se redresse sur ses jambes comme un petit ours à la recherche de son équilibre, roule et rampe allègrement, et surtout, surtout : il adore aller sur les jeux, au parc ! Son nounou lui a appris comment se balancer sur ce jeu, et il est devenu un expert de cette balançoire, impressionnant de le voir se balancer à toute vitesse en tenant fermement les poignées dans ses petites mains, la langue sortie pour la concentration, et poussant des petits cris de contentement et de fierté qui font se retourner tous les passants. J’adore l’emmener aux jeux, et le regarder s’amuser comme un fou, essayer, déraper, recommencer, grandir quoi…

 

Le décor de la semaine

IMG_4462

Nos promenades ou mes virées runnings nous entraînent sur ce chemin, derrière le village, le long de l’eau. C’est agréable, il n’y a ni route, ni maison, seulement le chemin, les prés, quelques chevaux, et l’eau. Tellement paisible… Je savoure ces moments et cet endroit, si familier, je sais que j’ai beaucoup de chance d’avoir grandi ici et de pouvoir y revenir si souvent pour en profiter en famille. Même si je renie souvent ma ville d’origine et la Moselle en général, mon village je l’adore et j’y ai des souvenirs incroyables.

 

Le moment parfait de la semaine

IMG_4465

Ce matin, Little a fait la grasse matinée et moi aussi, puis après son biberon, il est parti en balade avec mon père, et j’ai pu profiter de ce moment seule, dans le jardin, pour prendre mon petit-déjeuner au soleil, en lisant mon bouquin. Le café et son odeur délicieuse, les rayons timides du matin, le calme de la campagne (j’entendais réellement le vent souffler dans les branches et les oiseaux chantonner, vraiment vraiment), c’était incroyablement bon. J’ai savouré chaque minute. Puis Robinson s’est réveillé, j’ai renversé le thermos qui s’est brisé en mille morceaux, mon père et Little sont revenus de leur promenade et la vie normale a repris, joyeuse et intense comme à son habitude. Mais ce petit moment où le temps s’est suspendu aux volets entrouverts m’a donné une énergie folle pour enchaîner le reste de la journée ! Et cela ressemblait vraiment aux vacances !

 

Je vous souhaite une excellente semaine à venir, j’espère que le soleil sera de la partie pour réchauffer nos coeurs lourds des événements des derniers jours. Pour ma part, je me suis réfugiée dans le cocon de ma famille pour traverser ce deuil. Même si j’ai peur, c’est clair, j’essaie de me concentrer sur les gouttes de lumière de notre quotidien, en avançant pas à pas, et en tentant de garder une foi immense en l’humanité. Pour Little.

A très bientôt.

 

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation. 

Sunday Morning #50

Bonjour ! Enfin, j’atteins la cinquantième édition de mon billet dominical ! Il était temps, quand on sait que je l’ai commencé il y a bien plus d’un an, et qu’une année compte 52 semaines… hum hum, oui, j’ai du retard dans mes articles, je sais bien… Enfin, l’important, c’est qu’aujourd’hui, c’est dimanche, et même s’il est 21h, et que le « morning » est passé depuis bien longtemps, je suis là pile poil right on time pour écrire pour petit billet du dimanche ! Petite satisfaction personnelle de la fille qui parvient, pour une fois, à tenir ses délais !! ^-^

Sunday look

IMG_4171

Bon, je ne vous cache pas qu’ici, à Lyon, il fait chaud. Très chaud. Et beau. Depuis des jours, c’est l’été, le vrai, et je ne sais plus comment m’habiller pour aller travailler (le short est totalement importable dans mon travail. Voilà pourquoi je galère tant. Car, moi, quand il fait chaud, je vis EN SHORT). J’alterne jupe longue et pantalon fluide et très léger pour aller à l’école, mais les jours off je ne réfléchis même pas, j’enfile un de mes boum boum shorts et je suis la fille la plus heureuse du monde. J’ai à peine fait les soldes (en gros, j’ai juste dévalisé Petit Bateau, et ce n’était pas pour moi, ahem….), je suis passée chez Zara pour Little et j’ai trouvé ce petit top péplum bien évasé, une coupe que j’adore mais dont je possède peu de spécimens. Pour 12 euros, je n’ai pas réfléchi, je l’ai embarqué, et je crois que j’ai bien fait : je n’arrête pas de le porter, il va avec tout et se fait oublier quand on l’a sur soi (grosse qualité à mes yeux!!). J’aime énormément le petit côté graphique de ses rayures noires et blanches, mais ce que je préfère, vraiment, c’est les basques de cette coupe péplum. ❤

Le farniente de la semaine

IMG_4227

Comme il fait beau et chaud, le bain de Little a été déplacé de la salle de bain vers le balcon. Monsieur fait trempette en plein air, tout content de pouvoir mettre de l’eau partout, de sortir puis re-rentrer puis re-sortir etc… J’adore ce moment; on rit, on s’éclabousse, on profite…

La grande lessive de la semaine

IMG_4214

A l’école, les affaires oubliées s’amassent au fil de l’année, et on se retrouve au mois de juin avec une pile incroyable de manteaux, bonnets, pulls, doudounes, gilets sans propriétaires. Alors, avant d’emmener tout ça chez Emmaüs, on a étendu les vêtements oubliés sur du fil à linge, à l’entrée de l’école, afin que les familles puissent récupérer leurs biens. Je trouve que ce linge étendu donne un petit air printannier à notre cour de récré ! Et vous pouvez au passage admirer le bel arbre de la laïcité que mes collègues ont peint en début d’année.

Le week-end parfait

IMG_4246

Ce week-end, on a énormément profité, surtout en famille. Vendredi soir, je me suis éclipsée de chez nous pour passer la soirée dans la cour de l’école, partager un barbecue et des salades avec mes collègues pour notre repas de fin d’année. Samedi après-midi, on est allés au parc, faire une petite session de running. On alternait : l’un qui court, l’autre qui s’occupe de bébé et inversement. Puis on s’est installés en terrasse, dans notre quartier, pour boire une bière avant de rentrer cuisiner un plat de pâtes et ouvrir une bouteille de vin. Ce matin, après une longue nuit de sommeil réparateur (oui, Little s’est réveillé à 9h15, on était trop contents!!), rebelote, un tour au parc mais en vélo cette fois, et on s’est installés sur notre grande couverture de pique-nique, on a lu au soleil, joué, gambadé, et mangé de l’herbe (enfin, surtout Little).
Cet après-midi, après la sieste, on a enfilé nos chaussure de marche pour aller faire une grande randonnée à la campagne, à 40 kilomètres de Lyon. C’était calme et ensoleillé, il y avait des grappes de papillons qui s’envolaient autour de nous, le chemin était désert… nous étions seuls, tous les trois, pour profiter de ce moment. Ça nous a fait beaucoup de bien de nous bouger ce week-end, de réveiller nos muscles, et de sortir un peu de Lyon. Chaque moment était simple et joyeux : un bon repas, une balade, une sieste, un apéro en terrasse. Il n’y a pas à dire : avec le soleil, tout prend un air plus heureux, non ? En tous cas, ce week-end ressemblait bien la dolce vita pour moi.

IMG_4248

 

Le moisiversaire de la semaine

IMG_4241

Le temps file… Little fête déjà ses 11 mois. Vous vous rendez compte ?! Bientôt un an dans notre vie !
Pour le thème de ce mois de juillet, je ne me suis pas cassée la tête : un peu de foot (il avait un petit drapeau tricolore sur la joue et une combinaison bleue blanche et rouge elle aussi), des abricots et quelques accessoires d’été : crème solaire, brumisateur, chapeau de paille. Et aussi un livre qui parle de vacances à la mer, sur fond de nappe de pique-nique. Prendre la photo mensuelle de son moisiversaire commence à devenir compliqué car Little ne reste plus tranquillement allongé sur le dos, il veut attraper les accessoires, l’appareil photo, se retourner  et partir à quatre pattes visiter le salon qu’il connait déjà par coeur. On a donc pris ces photos en cinq minutes ! Bon, au final, l’important est d’avoir un petit souvenir rituel du 3 de chaque mois. Tant pis si Little bouge, si ses mains sont floues ou si le nombre figuré à l’aide d’objets s’est fait déquiller par les gestes curieux de bébé…
(Désolée pour le flou pas joli sur le visage de Little, mais je ne veux vraiment pas l’exposer sur internet donc je n’avais pas le choix, car je n’ai pas pris de photo où la tête est hors champs).

Et voilà. J’aurais pu vous montrer aussi des photos du spectacle de théâtre de mes élèves, ou de notre sortie scolaire au parc, ou encore des pintes et des bols de frites partagés sur les péniches du Rhône, mais je n’ai pas pris beaucoup de photos ces derniers jours, alors je me contenterais de vous l’évoquer par écrit et de vous laisser imaginer 🙂

Il ne reste que 2 jours avant les grandes vacances pour nous, j’ai hâte !! J’aurai sans doute un peu plus de temps pour écrire et je m’en réjouis d’avance. J’espère que vous serez toujours au rendez-vous !
Comment se sont passées ces deux dernières semaines par chez vous ? Je sais que la météo est très volubile en ce moment, et qu’il fait régulièrement 30°C à Lyon alors que Paris est sous des trombes d’eau, ou vice-versa … et chez vous ?

A très bientôt, bonne semaine !

NB : les photos de ce billet sont toutes privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation. 

 

Signer avec les bébés

fe340560b210d662144c79a23eae753dJ’en ai entendu parler bien avant d’être maman, de cette histoire de LSF pour bébés. Je ne comprenais pas trop l’idée, et comme souvent lorsque je découvre quelque chose dont je ne soupçonnais pas l’existence, je me suis dit : « oouhla, ça c’est pas pour moi ! Encore un truc de hippie » (je me dis souvent ce genre de phrase stupide, j’ai toujours besoin d’un petit temps pour intégrer des éléments nouveaux dans mon schéma de pensée… #naze). Je ne sais pas pourquoi, je ne voyais pas vraiment l’intérêt d’apprendre à un bébé à signer alors qu’on a déjà plein d’autres choses à lui enseigner : marcher, manger, parler, être propre. Ça me paraissait superflu, comme un poids supplémentaire sur la liste des trucs à faire pour être un parent parfait. Le genre de choses qui m’agaçaient, cet idéal de parent parfait, et pour moi la langue des signes était en haut de la liste à côté d’items du genre faire faire plein d’activités d’éveil et de motricité à son bébé, l’inscrire à des ateliers de toutes sortes, aller à des cafés-parents, lire des magazines d’éducation, lui acheter des jeux uniquement pédagogiques, en bois et faits en France de préférence, préparer tous ses petits pots soi-même avec des légumes bios et locaux, l’habiller chez Bonton, lui faire porter des béguins en coton bio (même si en vrai je trouve ça trop mignon !!) etc etc… Vous voyez ce que je veux dire ?

Bref, j’avais plein d’idées reçues et un avis bien tranché sur la question. Qu’est-ce que ça m’énerve d’être comme ça, parfois.

Et puis finalement, je suis devenue maman, et j’ai commencé à me poser cette question : comment aider bébé à exprimer ses besoins alors qu’il ne maîtrise pas encore le langage oral ? Et je me suis rendue compte que cette question, je me l’étais déjà posée en tant qu’enseignante, face à des petits de maternelle frustrés de ne pas parvenir à s’exprimer, à communiquer besoins, émotions, questionnements. Et il arrive souvent que les enfants qui ne maîtrisent pas le langage finissent par taper, car la frustration et le besoin de communiquer sont tels que les gestes physiques prennent le pas sur le langage. Il faut que ça sorte, quoi. Un enfant frustré tape, un enfant incompris tape. Pas toujours, mais souvent.
En prenant conscience de cela, je me suis demandée comment je pourrais aider mon bébé à traverser cette phase, ce laps de temps entre le moment où il va commencer à vouloir s’exprimer et celui, bien plus tard, où il va commencer à dire des mots. Cette phase peut durer un an, voire plus, et je n’avais pas envie de laisser Little désemparé face à ses besoins et ses émotions, sans pouvoir lui fournir un moyen de communiquer avec nous. C’est comme ça que j’ai repensé à cette histoire de langue des signes. Et que j’ai compris que, loin d’être un truc de parents hippies ou de parents parfaits, c’était tout simplement un moyen qui existait pour répondre à ce besoin de communication du tout-petit non parleur. De plus, les signes sont loin d’avoir l’arbitraire du langage et du mot, ils sont plus naturels car, pour beaucoup, ils sont adaptés ou dérivés de l’image qu’ils représentent. En langue des signe (pour bébés), le ballon est figuré par deux mains qui semblent tenir un ballon rond. Logique. En langue des signes, le biberon s’exprime par le geste de donner le biberon. Le bébé est représenté par des bras qui bercent. Papa est dit en représentant une moustache (drôle, non? Papa hipster ^-^). Bref, pour beaucoup de signes, le geste est assez naturel et évident. Et finalement, je me suis dit que c’était une base pertinente pour ancrer le langage avec un petit. J’ai donc envoyé balader toutes mes idées reçues et j’ai cherché un atelier à Lyon.

2c7fc2a971557038e177968466043be7

J’ai trouvé rapidement et facilement (un des avantages à vivre dans une grosse ville) (il faut bien en trouver). Au départ, j’ai eu un peu peur de me retrouver avec des mamans trop « à fond », des mères pro-allaitement, des donneuses de leçons sur le bien-être des enfants  et sur comment être un parent parfait qui sait écouter son bébé. Des mères qui m’auraient dit « oh la la il ne faut JAMAIS mettre son bébé dans le transat!! », des parents qui m’auraient dit « Quoi ? Tu ne fais pas du cododo?? ». Des mères qui auraient pâli en me voyant sortir un petit pot acheté dans un supermarché pour nourrir Little. Ou en me voyant arriver avec la poussette : « Tu ne le portes pas en écharpe??! ». Bref. Des mères extrémistes. Et des jugements sur ma façon de faire.
J’avais peur de ne pas me sentir à ma place à cet atelier.
Et puis je me suis raisonnée et me suis dit qu’il fallait que j’arrête d’avoir des préjugés sur les personnes qui seraient susceptibles de pratiquer la langue des signes avec leur bébé. Je me suis dit que si moi, je m’y intéressais, il y aurait d’autres mamans « comme moi » à cet atelier et qu’il n’y aurait aucune raison que je ne m’y sente « pas à ma place ». Je me suis inscrite. Et j’ai bien fait ! Cette session de six ateliers était géniale !

8cc42aeb4606f7c036b416f1dda6895a

Notre « animatrice » était pédagogue, drôle, à l’écoute. J’ai admiré sa capacité à enseigner alors qu’elle n’est pas enseignante de formation. Tout se faisait très naturellement, des petits jeux, des chants, des lectures d’albums. Les parents étaient assis sur un grand tapis-couverture, les bébés au milieu, avec des petits jeux. Ce moment nous permettait de passer un petit temps « parents-bébés » très agréable et un peu différent du quotidien maison/parc. Aussi, entre parents, nous échangions beaucoup, anecdotes, questions, conseils. Tout le monde était très « normal », ouf ! Personne n’était dans le jugement, nous étions toutes et tous un peu hésitants et on admettait facilement que devenir parents, c’est un tâtonnement permanent, un équilibre précaire toujours vacillant. Cette connivence entre nous était rassurante et réconfortante, et je suis allée à ces six ateliers avec beaucoup de plaisir, certaine de passer un bon moment entre rires, apprentissage et découvertes. C’est quand même fabuleux d’apprendre une nouvelle langue à trente ans, non ? Et de l’apprendre avec son bébé, en plus.

IMG_3538

A la maison, je signe beaucoup, surtout pour les choses du quotidien : les besoins, la nourriture, les jeux, le bain, et les émotions. Les signes captent l’attention de Little, et me permettent de réfléchir à ce que je lui dis, ça m’évite de parler trop vite, ou de dire n’importe quoi (on ne sait jamais). Cette histoire de signes a ça en plus : ce retour réflexif sur notre langage et notre façon de communiquer. « Qu’est-ce que j’ai envie de dire à mon bébé? » Ça permet parfois d’aller à l’essentiel, ou de tourner 7 fois la langue dans sa bouche avant de parler.

J’ai bon espoir de voir Little se mettre à signer lui aussi. En tous cas, je pense que désormais, il a les moyens de se faire comprendre s’il le souhaite, et j’espère que ses frustrations à venir seront moins pénibles à gérer pour lui (et pour nous). Mais bon, on le sait bien, dès qu’il s’agit de l’enfant et de l’éducation, il n’y a pas de règle, pas  de formule magique, on ne sait jamais ce que ça va donner. On verra bien ! En tous cas, au moins, on aura bien ri et partagé de très bons moments à ces ateliers de langue des signes. Mon seul regret ? Que ça se soit terminé aujourd’hui !

Aviez-vous entendu parler des signes avec bébés ? Que pensez vous de cela ? 

Images : perso,iciici et

Sunday Morning #47

J’ai un peu déserté ces derniers jours, faute de temps… J’essaie de profiter à fond de Little et Robinson lorsque je ne suis pas à l’école, et des vrais moments de qualité en famille. Le boulot me demande beaucoup de temps aussi, corrections, préparations, fête de fin d’année et commandes pour l’année prochaine font partie de ce programme bien chargé. Mais j’ai quand même pris quelques photos de ces journées bien chargées pour partager mon quotidien avec vous.

Ma vie de maman, de la semaine

IMG_3717

Mon salon est définitivement devenu une salle de jeux, il n’y a plus moyen de le traverser sans marcher sur un cube en bois ou des animaux du cirque. Mais j’adore ce bazar d’enfant qui colore notre appartement et met de la vie un peu partout.
Little se tient désormais assis bien droit, joue de plus en plus seul, il empile, fait tomber ses tours de cubes, met tout dans sa bouche puis me tend ses jouets pour que je les mange aussi. Il est adorable, rigole beaucoup, s’éveille, c’est un bonheur de le voir grandir comme ça. Dans quelques jours il fêtera ses 10 mois, déjà…

Le déjeuner de la semaine

IMG_3681

Une galette à base de farine de pois chiches, fourrée d’un mélange tout bête de haricots rouges et maïs rôtis et de tomates fraîches, voilà un déjeuner bien nourrissant et plutôt sain pour mes repas à l’école. Pour cette recette, j’ai totalement improvisé à partir des ingrédients que j’avais sous la main. Mais rien de vraiment compliqué. La galette est une mélange de farines, de fécule, d’eau et d’épices, et on doit pouvoir trouver des tas de recettes de ce genre en tapant « galette farine pois chiches à l’indienne » sur Google…

La jolie déco de la semaine

IMG_3675

J’ai une amie talentueuse qui fabrique des sacs magnifiques (je vous en reparlerai très bientôt) et qui coud aussi des mobiles sublimes comme celui-ci en forme de nuage. Les gouttes sont en cuir, les grues en papier origami, et le nuage en tissu tout doux. Normalement, il était destiné à la chambre de Little (dont elle est la « parraine »), mais je le trouve si beau que je crois bien qu’il va rester suspendu dans notre séjour (peut-être pas à ce macramé pas fini, cela dit…!)

Le sport au quotidien

IMG_3713

Lorsque j’ai repris le travail, il a fallu trouver une organisation pour cette nouvelle vie « active » avec bébé. Robinson emmène Little chez son nounou tous les matins, et c’est moi qui vais le chercher en quittant l’école. Je vais travailler à vélo, c’est donc aussi à vélo que je récupère mon fiston chaque jour et qu’on rentre ensemble à la maison. Et il adore ça ! Il tient son casque d’une main, pour bien voir passer les tramways qui le fascinent.

Le DIY de la semaine

IMG_3671

Mon petit truc en ce moment, c’est de faire mon « nutella » maison : un peu de purée de noisettes, un peu de cacao en poudre et du sucre de coco, hop dans le mixeur et voilà une pâte à tartiner bonne et bio qui se garde longtemps bien fermée dans un petit pot hermétique.

Le week-end en famille de la semaine

IMG_3641

Mes parents ont passé quelques jours à Lyon et nous en avons profité pour organiser un grand pique-nique samedi soir, avec mon frère et des amis. Au menu, des tonnes de bonnes choses à manger, du guacamole, du melon, des petits muffins aux pépites de chocolat, des fraises, du vin et de la bière… le soleil était au rendez-vous, trois générations étaient réunies sur des grandes nappes étalées dans l’herbe du parc, c’était parfait.

La première fois de l’année, de la semaine

IMG_3705

Il était temps ! Nous avons pris notre premier repas sur notre balcon vendredi soir, après un petit passage à la fête des voisins de notre immeuble. De la musique, le coucher de soleil, les voix de la rue qui s’élèvent dans le soir tombant, prendre le temps de profiter de Robinson et souffler un peu lorsque le rythme effréné de la semaine s’arrête. Quel meilleur moyen pour décompresser…?

 

Voilà quelques photos de notre vie dernièrement. Vous pouvez le constater, je ne fais pas grand chose de plus que boulot-famille, mais c’est sans stress car je sais que dans quelques semaines ce sera les grandes vacances et que je pourrai me dégager à nouveau un peu de temps pour faire autre chose, lire, fabriquer des trucs, cuisiner… Mais je savoure aussi cette période, tout se passe bien à l’école et dans notre quotidien, ce serait dommage de ne pas en profiter.

Je vous dis à très bientôt (j’espère !) et vous souhaite un bon dimanche !

 

 

Sunday Morning #39

Bonjour ! Cette semaine j’ai employé mon temps libre à un autre de mes passe-temps et je n’ai pas eu l’occasion de venir par ici pour publier un billet, j’en suis bien chagrine mais j’essaie aussi de ne pas me mettre trop de pression depuis que Little est là ; j’ai conscience de ne plus avoir assez de temps pour faire tout ce que je faisais avant et pour cumuler les loisirs comme j’ai eu l’habitude de le faire. Je ne suis pas frustrée du tout, j’essaie juste de prioriser au coup par coup et d’avancer tranquillement dans mes projets, un pas après l’autre. J’ai commencé un macramé géant il y a quelques semaines et il avance très très lentement, je m’y attelle une fois par semaine à peine. J’ai un tricot en cours, un béguin pour Little, et je ne pense pas qu’il le portera avant l’hiver prochain vu le rythme auquel je tricote… ! J’ai commencé un roman début février et j’en suis à peine à la moitié. Bref, je pourrais vous donner des tas d’autres exemples : j’ai moins de temps qu’avant mais toujours autant d’envies, alors j’apprends la patience et le renoncement. Et ça va, oui, je le vis bien… enfin, pas trop mal 😉

Bref, tout ça pour dire que sur le blog, je n’aime pas trop laisser s’enchainer deux même types d’articles, et je n’ai pas l’intention de laisser cet endroit devenir une simple collection de Sundays Mornings (même si, en soi, le concept est sympathique. Mais ce n’est pas l’objectif que je m’étais fixé avec ce blog). J’espère pouvoir publier quelque chose mercredi prochain, on verra à quelle vitesse je fais avancer mes projets parallèles, et si je n’y parviens pas eh bien… vous ne m’en voudrez pas j’espère ?

 

Le changement d’heure de la semaine

IMG_2990

Little est le bébé parfait (parfois) (souvent) : Robinson et moi nous sommes endormis un peu tard hier car nos voisins faisaient une grosse fiesta. Ce matin, Little s’est réveillé à 10h nouvelle heure, soit à 9h ancienne heure ! Une grasse mat’ plus que bienvenue et qu’on a vraiment beaucoup, beaucoup appréciée !

Sunday look

IMG_3004

Cette semaine était celle de la jupe longue, j’en ai porté tous les jours. Chose assez rare pour être soulignée.
En vérité, tout cela part d’un autre changement : dimanche dernier, alors que je buvais mon café tout en discutant avec Robinson – qui jouait avec Little, je me suis mise à tresser une couronne de cheveux autour de ma tête, mais à l’arrache, sans peigne ni miroir ni pinces, en me disant que de toutes façons le résultat serait l’équivalent d’un gros enchevêtrement moche de cheveux hirsutes. Parce-que bon, je n’ai jamais, JAMAIS, su faire des tresses africaines de ma vie. Mais là, miracle, le truc ressemblait à quelque chose. A une couronne de deux tresses africaines partant du haut de ma tête et sans boursouflures de cheveux ou épis ou mèches oubliées pendouillant lamentablement sur le côté. En gros, c’était réussi et c’était joli. Sincèrement, j’ai eu du mal à croire que ce que j’avais sur la tête était l’oeuvre de mes deux mains – piètres coiffeuses en temps normal. Et puis, surtout là, avec mes cheveux toujours trop courts. Oui, lorsque j’avais les cheveux très longs, faire des tresses et des chignons n’était pas trop compliqué, mais avec mon petit carré dégradé (je déteste quand mes cheveux sont dégradés, on dirait que j’en ai encore moins que d’habitude), je ne parviens même pas à faire des boucles dignes de ce nom (avec un GHD, QUAND MÊME…. Genre, LE fer avec lequel tu ne peux pas te louper… Ben si, moi je me loupe…). Trop fière et trop heureuse la fille. Et puis surtout, cette coiffure me donne l’impression d’avoir à nouveau les cheveux assez longs pour me coiffer. Enfin. Et, je ne sais pas comment vous expliquer ça sans passer pour une folle ou une fille très très superficielle mais… voilà, faire des tresses, avoir l’impression d’avoir à nouveau les cheveux longs, ça m’a fait du bien au moral, comme si je retrouvais une certaine part de ma féminité abandonnée il y a quelques temps et à la suite de divers événements (la perte de poids fulgurante, la maternité…). Et retrouver cette féminité, ça m’a donné envie de porter des jupes. Voilà. Comment une simple photo de jupe longue aboutit à une analyse psychologique alambiquée… 😉

Bref. J’ai remis des jupes. Et j’ai les cheveux (un peu) longs.

L’achat de la semaine

IMG_3006

J’ai emmené Little chez Botanic (c’est à côté de chez nous et du parc, le magasin est immense et magnifique et donne envie de dépenser trois salaires en cactus et en orchidées…) car j’avais besoin de terre fraîche pour rempoter certaines plantes et faire mes semis, sur le balcon. En passant près des cactus et des succulentes, je n’ai pas pu résister et je me suis offerte cette jolie plante qui vient agrandir ma collection de succulentes. Je l’ai mise dans un vieux pot en terre cuite repeint en rouge il y a très longtemps. J’aime bien ce côté patiné et écaillé de la peinture sur la terre cuite.

Le petit déjeuner de la semaine

IMG_2989

Samedi matin, le soleil inonde l’appartement, Robinson dort encore, je nous presse plein d’oranges et je me prépare le smoothie qui me fait envie depuis que j’en ai lu la recette sur le blog de Naomi (Love Taza) : banane congelée, cacao, beurre de cacahuètes, lait d’amandes et vanille (normalement il y a des baies d’açaï et de l’eau de coco à la place du lait d’amandes mais j’ai fait quelques adaptations avec ce que j’avais dans mes placards et mon frigo…). C’était tellement, tellement bon ! Comme de la glace au chocolat, mais encore meilleur… !

La main verte de la semaine

IMG_3008

On est maîtresse d’école ou on ne l’est pas, hein…! Planter des petits haricots rouges et s’émerveiller de les voir germer puis pousser aussi vite, je ne m’en lasse pas ! J’ai jeté il y a quelques jours des haricots dans un pot avec de la terre (et un noyau d’avocat mais je pense que, lui, n’a pas pris) et j’ai vraiment l’impression d’être dans Jack et le haricot magique en ce moment, tellement les haricots poussent vite et bien ! On verra ce que ça donne mais pour l’instant je suis bien contente de ces petites feuilles vertes et de ces longues tiges élancées.

IMG_3010

J’ai aussi profité du beau soleil d’hier pour jardiner un peu sur le balcon, et j’ai rempoté mes trois succulentes qui étaient dans une grande jardinière depuis l’année dernière mais que je préfère voir en petits pots individuels finalement, je trouve ça plus joli…

Les plats végétariens de la semaine

IMG_2986

Je teste très souvent les recettes du blog Mango&Salt ; cette semaine, j’ai acheté du tempeh car je souhaitais goûter cet aliment, je ne savais pas comment le cuisiner donc j’ai cherché des idées sur son blog. Le velouté de potiron-châtaignes et tempeh caramélisés me tentait bien, mais finalement je n’ai pas été emballée par le résultat. Le tempeh a peu de goût, mais ce peu là m’a légèrement dégoutée, je ne saurais pas expliquer pourquoi, et sa texture ne m’a pas plu, c’est rare que je sois déçue par les recettes de ce blog mais il fallait bien une exception… Je crois donc que, pour l’instant, je vais laisser cet aliment mystérieux de côté et peut-être revenir vers lui dans quelques mois, lorsque j’aurai oublié son goût bizarre et cette expérience ratée.

IMG_2971

Par contre, j’avais aussi acheté du tofu cuisiné à l’indienne et, caramélisé à la poêle puis mélangé à des lentilles corail, c’était délicieux ! La texture un peu élastique du tofu me plait beaucoup et on avait vraiment l’impression de manger quelque chose de similaire au poulet, mais en meilleur ! Pour le coup, cet essai là m’a convaincue !

Le ciel bleu de la semaine

IMG_2941

La semaine n’a pas eu une météo exceptionnelle, il y a eu de sacrées rafales de vent ici dans le Rhône, mais hier nous avons eu un temps idéal, le ciel était bleu, limpide, le soleil a brillé toute la journée sans un nuage, et les températures nous ont fait ôter manteaux et écharpes et ressortir les lunettes de soleil. On a fait du vélo (Little, depuis une semaine, découvre les joies du porte-bébé sur le vélo de son papa, il adore ça et nous aussi ! Il est trop drôle dans sa combinaison et sous son petit casque, avec les lunettes de soleil sur le nez et ses petits pieds qui poussent sur le dos de Robinson…<3 ), et bu l’apéro sur les quais du Rhône avec nos amis et mon petit frère, au soleil. J’adore l’hiver, mais voir les prémisses du printemps me fait un bien fou malgré tout !

Et voilà pour cette chouette semaine ! Encore une de passée, le temps file… Je vous souhaite un bon week-end de Pâques, ici pas de chocolats ni de chasse aux oeufs, on va plutôt chiller tranquillement à la maison en mangeant des sushis puis sortir boire une bière dans un pub en fin d’après-midi – après tout, c’est aussi ça, le plaisir des journées de pluie, non ? Quel est votre programme de la journée ?

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Sunday Morning #38

Hello ! Voici quelques photos de ces derniers jours – avant et après vacances – histoire de rattraper mes Sundays Mornings en retard !

Le look de la semaine

IMG_2899

J’adore les grandes, longues robes, que la coupe soit maxi ou midi, peu importe, tant que ce ne sont pas des robes courtes… Je trouve qu’une robe un peu longue se porte facilement, sans se prendre la tête : avec elle, on ne se demande pas si c’est trop court, on ne passe pas son temps à tirer sur le tissu pour couvrir nos cuisses ^-^, on n’a pas peur de l’associer à un perfecto en cuir et de ressembler à une cagole, et elle aime autant les baskets que les boots plates ou à talons. Elle est vraiment cool, quoi. Et puis, je trouve que sa coupe un peu plus sage lui permet plus de fantaisie au niveau de l’imprimé, non ? En tous cas, moi, je suis fan de ce modèle, shoppé chez Mango il y a quelques jours. Le seul petit bémol : je ne sais toujours pas si j’aime ou non les manches longues ouvertes sur toute la longueur…. Ça apporte un petit plus à la robe, une touche d’originalité, mais est-ce qu’à long terme ça ne va pas me lasser ? On verra, en tous cas mes aiguilles et mon fil sont prêts au cas où il me faudrait recoudre ces manches dénudées…

 

Le petit déjeuner de la semaine

IMG_2926

De notre séjour à la montagne, nous avons rapporté : des souvenirs géniaux, un peu de bonne fatigue, pas vraiment de bronzage, et une super délicieuse confiture de myrtilles artisanale. Tellement bonne qu’on en a pris aussi pour offrir à tous nos amis. Chaque matin, je me régale, mais malheureusement elle est si bonne qu’il n’en reste déjà plus que deux ou trois cuillères aujourd’hui… elle n’aura pas fait long feu, mais tant pis !

Le baby look de la semaine

IMG_2639

Parfois, il arrive que Little chouine sans que je ne sache pourquoi (pas faim, pas sale, pas sommeil, pas mal…), alors je lui ôte son pantalon et là, pouf, tout va mieux…. Je crois qu’il aime bien avoir les jambes à l’air, et les pieds aussi. Et moi, ces petites cuisses potelées, je ne me lasse pas de les croquer !! J’ai un bébé dodu à souhait, vous devriez voir ses joues…!!! Miam !

 

Le cadeau de Noël de la semaine

IMG_2939

Robinson m’a offert, pour Noël, un repas dans un restaurant 2 étoiles, à Lyon. Je n’ai jamais mangé dans un étoilé ! On avait réservé le dîner pour ce vendredi, on voulait attendre que Little soit assez « grand » pour être gardé par un ami (on ne l’a confié qu’à nos parents, pour l’instant…). Finalement, c’est mon petit frère, son tonton, qui a joué les baby-sitters et nous a permis de nous faire une petite soirée en amoureux, comme cela faisait longtemps qu’on n’en avait pas fait ! Au programme, un étoilé donc, et on s’est régalés, puis un petit bar magnifique, le Black Forest Society Club, où nous avons goûté d’excellents cocktails, avant de rentrer épuisés mais contents de notre escapade. Pour Little, tout s’est hyper bien passé, et mon frère s’est débrouillé comme un chef ! Une réussite en somme. Ouf. (Je peux vous dire que je n’en menais pas large, au début de la soirée !! )

 

La chambre de bébé de la semaine

IMG_2893

Je l’attendais avec impatience : la petite cabane de Little ! J’avais demandé à mon père de lui fabriquer cette structure en bois, à l’origine je souhaitais y faire dormir Little. Montessori préconise de faire dormir les bébés/enfants au sol, sans barreaux, afin de les encourager à plus d’autonomie et de ne pas brider leur besoin de découverte. La philosophie me parle, mais en pratique, Little adore son lit à barreaux, lorsqu’on l’y pose il sourit, bat des pieds et des bras, gazouille, bref je pense qu’il s’y sent bien et y dort bien pour l’instant. On a donc gardé son lit (qu’on a poussé tout à gauche) et la petite cabane est devenue son coin de jeux. Et c’est aussi bien comme ça ! On verra au fil du temps comment évolueront les besoins de Little, et on adaptera en fonction. Je suis ravie car la cabane est exactement comme je l’imaginais, toute simple et belle. Et je sais qu’elle pourra suivre Little tout au long de son enfance, se transformer en véritable cabane quand on la recouvrira de tissus, ou en marchande quand on aménagera des étals de fruits et légumes, par exemple. En tous cas, ce qui est sûr, c’est que j’aurais adoré avoir la même quand j’étais petite !

Les inspirations de la semaine

Les blogueuses couturières me fascinent ! Ces filles capables de créer leur propre garde-robe, de fabriquer vestes, tops, chemises, trenchs… je suis admirative. Il y a notamment deux blogueuses dont j’adore regarder les créations : Félicie à Paris et Jolies Bobines. Bon, les filles ont du niveau, je préfère vous prévenir… ! Julie aime la nouvelle collection Sézanne ? Hop, elle se trouve un patron qui ressemble, l’adapte, et bim se coud une robe sur mesure, inspirée de la marque hors de prix, et dans un tissu qui lui plait ! Le rêve, n’est-ce pas ? Voici un petit aperçu pour vous donner une idée et peut-être l’envie de découvrir leur blog (ou de vous mettre à la couture ?) :

Le blog de Félicie à Paris

Le blog de Jolies Bobines 

 

Et la grande nouvelle de la semaine :

(non je ne suis pas à nouveau enceinte ^-^)

Capture d’écran 2016-03-20 à 16.06.18

J’ouvre ma petite boutique de tissages faits-maison ! C’est sur ce blog, vous pourrez trouver un nouvel onglet tout en haut qui vous renvoie sur la page intitulée « Boutique de tissages » (ici). Puis, il suffit de suivre la démarche indiquée. Voilà ! J’espère vraiment que ça vous plaira ! Je ferai les tissages au fur et à mesure des demandes, c’est plus simple pour moi que de préparer un stock pour le vendre par la suite. Et comme ça, ça me permet de m’adapter et de m’ajuster au mieux à vos demandes.

Et voilà pour cette semaine en images ! J’espère que votre semaine a été chouette aussi ? Hier on a bien profité du soleil, et on a installé Little pour la première fois dans le porte-bébé sur le vélo de Robinson, c’était génial !  A très vite.

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.