Holiday mornings

Je voulais intituler ce billet « Sunday Morning » mais nous sommes mercredi et mon esprit cartésien et obtu ne pouvait se résoudre à ce genre d’entorse juste pour faire rentrer un post dans la bonne case des intitulés du blog… ^-^ Alors, à la place, voilà un Holiday Morning tout frais tout neuf. Et un bon concept fourre-tout comme je les aime 😉

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.07.26

Je n’ai pas donné signe de vie dernièrement car la fin d’année, à l’école, est toujours très intense. Il y a les évaluations et les livrets à remplir (beurk), les spectacles à préparer (chouette!) et la kermesse à assurer (pfiou…), ainsi que les sorties de fin d’année, le goûter final, les photos à distribuer, le matériel et la classe à ranger… Ajouté à cela, les au-revoirs, les cadeaux pour les collègues, les compléments, les AVS, le personnel de la crèche qui s’est occupé de Little pendant deux ans… et le reste ! Bref, fin d’année intense, éprouvante, les vacances sont toujours très attendues.

Heureusement, mi-juin, nous avons pu faire garder Little pendant une semaine entière chez mes parents. Des mini-pré-vacances pour lui, et une coupure dans le course folle du quotidien pour nous. C’était la première fois qu’on le laissait si longtemps et il ne voulait même plus revenir à la maison tant il était bien avec son papi et sa mamie… (ingrat !). Et heureusement, en fait – pour mon petit cœur de maman poule qui n’aurait pas supporté que son fiston soit triste éloigné de la maison. Et pour mon taux de culpabilité qui est toujours prêt à faire des pics à la moindre réaction de mon entourage. Voilà, ouf, tout va bien, Little aime être séparé de ses parents, nous ne lui avons pas manqué, il n’a pas réclamé sa maman ni pleuré, bref, fortiche le fiston (sans cœur va !)…

Et puis à part ça, à part Little qui me prend tout mon temps de cerveau disponible, toute ma place de questionnements et tout mon champ d’action (oui, rien que ça. Ça passera, je sais.), à part ça, on a profité de ces pré-vacances juste à deux, avec Robinson, pour aller au ciné. Il n’y avait pas grand-chose à l’affiche, on a opté pour un pop-corn movie, le dernier Star Wars (et en vrai, c’était super !). J’ai aussi eu droit à une longue journée entièrement seule à la maison (merci la Coupe du Monde et ce besoin qu’ont les supporters (= Robinson) d’aller voir le match au milieu d’une foule d’autres supporters dans un bar plein à craquer où il faut attendre des heures pour se voir servir une bière sans bulles… ^-^). Robinson est donc allé à Lyon rejoindre ses copains et regarder le match de foot tandis que moi, je me suis aménagée un petit atelier couture dans la chambre d’amis du sous-sol, bien au frais, et j’y ai passé la journée à coudre tout en écoutant de fabuleux et passionnants podcasts (j’en reparle plus bas) et je me suis sentie légèrement en décalage, là, avec ma machine à coudre, la vie de la fratrie Brontë en fond sonore, le silence de la campagne autour de moi, tandis que la France entière se retrouvait en communion dans des cafés bruyants pour acclamer les exploits sportifs de son équipe de footballeurs. BREF. J’ai repris la couture, et ça fait du bien.

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.11.07
mon petit atelier de couture au sous-sol, bien tranquille

 

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.08.14
notre potager, un peu permaculture, un peu à l’arrache…

Aussi, la vie à la campagne, c’est aussi jardiner quotidiennement et regarder avec amour des petites graines sortir de terre pour devenir de jeunes plants puis de belles plantes puis faire des légumes et des fruits. Je ne m’en lasse pas, même si je dois bien avouer ne pas avoir la main si verte que ça et rater pas mal de choses. Je sais que ce sont les débuts, ça prend du temps de créer un potager ex-nihilo, plusieurs années sont nécessaires avant d’avoir de vrais résultats. Je prends mon mal en patience. Jusqu’à présent, nous avons quand même pu manger des radis, quelques haricots, des fraises et des salades. Nos plants de tomates sont lourds de gros fruits encore verts mais prometteurs (je prie pour qu’ils n’attrapent pas le mildiou, le fameux, terrible, redouté mildiou), les tournesols sont magnifiques, dorés et fiers sous le soleil, les plants de maïs croissent bien, et les courges promettent un automne riche en soupes, tartes et autres fournées de légumes rôtis.

oui, j’ai craqué, je porte des Crocs. Dieu que c’est pratique pour la vie au jardin !

Je ne me lasse pas de notre maison. Je crois bien que je l’aime chaque jour davantage. J’ai l’impression de vivre dans un livre, dans un rêve. Elle n’a rien d’extraordinaire cette maison, mais si vous saviez comme je l’aime ! Je fais parfois des cauchemars, où nous déménageons, où nous prenons une autre maison, moins parfaite, et où je regrette tristement cette petite baraque perchée sur sa colline, à l’orée du bois. J’aime notre vue sur le soleil couchant, sur le ciel orange ou rose ou violet ou bleu-blanc. J’aime le silence des jours et des nuits. J’aime la fraîcheur du soir et les grillons qui emplissent l’air à l’heure de l’apéro. J’aime – chose étrange – faire la lessive depuis que nous vivons ici. Étendre le linge dans le jardin, l’entendre claquer dans le vent, et l’odeur de la lessive, du propre, qui enveloppe tout, qui rafraîchit le soleil brûlant et qui, en l’espace de quelques minutes, est devenue une véritable madeleine de Proust dont je chéris déjà le souvenir. Je n’ai jamais été aussi heureuse de m’occuper du linge sale…

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.09.37

J’aime être dehors, être dedans, que les portes-fenêtres soient toujours ouvertes et que l’ombre des arbres dansent sur le plancher du bureau, du salon, de la cuisine, d’une chambre. J’aime la fenêtre ouverte dans la douche, le jet d’eau fraîche combiné à la petite bise, qui provoquent la chair de poule et me donnent l’impression de prendre une douche dans le jardin, comme en vacances en Italie. J’aime m’installer à l’Est le matin pour profiter du soleil qui se lève et chauffe à peine, j’aime rester sous les arbres lorsqu’il fait trop chaud, puis me déplacer encore dans un coin de la terrasse, plein Ouest, le soir pour admirer le soleil abricot fondre et disparaitre derrière les monts du Beaujolais.

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.08.04
soleil couchant

 

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.07.50
l’Acacia de Constantinople qui orne l’entrée de la terrasse et ressemble à un nid d’oiseaux de paradis, oui rien que ça… ^-^

Nous avons installé la terrasse, elle est faite de bric et de broc, tout est dépareillé, récupéré à droite à gauche, exactement comme je le désirais. J’aimerais un jour y faire construire un porche, sous lequel on boirait une bière le soir, Robinson et moi, tandis qu’on se raconterait nos journées, puis nos souvenirs. Mais pour l’instant, même sans le porche, la terrasse est agréable, douillette et assez grande pour accueillir les activités de toute une journée – jeux avec Little, repas, barbecue, apéro avec les voisins, sieste et lecture sur le transat…

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.09.25avec les décombres de la vieille cuisine, nous avons fabriqué une table basse d’extérieur, un peu gondolée à cause des orages mais très pratique et bien solide !

La petite chilienne bleue -sur la photo plus haut- était jaune à l’origine, une toile ajourée qui a lâché très rapidement. C’est donc pour la réparer, d’abord, que j’ai ressorti ma machine à coudre. Ça n’a pas été aussi simple que je le croyais mais j’ai finalement réussi à refaire une toile de transat passable, et qui, à défaut d’être totalement fiable et solide, sera tout du moins décorative et adaptée à de petits gabarits tels que celui de Little.
N’empêche, cette réparation m’a redonnée l’envie de coudre et après cela, je me suis fait deux pantalons, j’ai réparé tous les petits ouvrages qui m’attendaient depuis plus d’un an (boutons de jeans, de chemise, accrocs dans des sweats…) et j’ai de nouveaux projets en couture qui vont bien m’occuper durant ces vacances !

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.07.36
coucher du soleil et Nigelle de Damas tout juste éclos, la fleur préférée de ma maman

 

Aussi, je me suis remise à la course à pieds, tranquillement. Le running et moi, après une histoire d’amour aussi intense que douloureuse, n’étions plus très copains depuis quelques années ; blessures diverses, périnée pas conciliant, et puis cette mode qui a transformé les allées du Parc en autoroute de runneurs… un peu too much pour moi qui vit très mal l’impression d’être un mouton. Alors je m’étais dit tant pis, pas pour toi, laisse tomber, fais autre chose. De toutes façons, pour mon corps, il valait mieux éviter cette activité traumatisante. Mais le plaisir de courir n’est jamais parti, lui. Et malgré un genou toujours aussi pourri, et une cheville qui a décidé de partir en sucette depuis quelques mois, et un périnée pas toujours d’accord, malgré cet effet de mode qui m’agace, malgré mon amour pour d’autres sports plus doux, comme ça l’air de rien, en emménageant à la campagne, je me suis remise à courir. Moins vite, moins longtemps, et surtout moins intensément qu’avant, bien sûr. Mais un peu, juste pour renouer, juste pour y regoûter, et juste pour le plaisir de transpirer beaucoup, de souffrir et de haleter comme aucun autre sport ne parvient à me faire transpirer, souffrir et haleter (bon, c’est sûr qu’en pratiquant le yoga, la marche et la natation, je n’espérais pas vivre des moments de sport exténuants non plus, hein…!)
Et je peux vous dire que ça n’a plus rien à voir avec le tranquille run du parc de la Tête d’Or, et que ça ressemble bien plus aux trails que je faisais en Nouvelle-Zélande ! Vivre dans des villages perchés sur des collines, dans une région bien vallonnée, me permet de faire des sorties pas trop longues mais bien éreintantes ! Pas d’alternatives ! Au niveau cardio, il n’y a pas à dire, ça bosse dur, toutes ces montées, ces descentes, ces chemins de VTT pleins de cailloux, et puis la chaleur actuelle n’aidant pas… Mes entrainements me donnent du fil à retordre et ce sentiment m’avait manqué, lui aussi !
Bref, j’en profite tant que j’en suis encore capable (jusqu’à la prochaine blessure, ou autre… ^-^) je prends ce qu’il y a à prendre sans chercher à trop en faire (ohhhh, cela ne me ressemble pas, dites voir… Serait-ce un début de sagesse?) et advienne que pourra.

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.11.33

 

Je parlais de podcast, un peu plus haut. C’est grâce à mon amie Camille (coucou ^-^), qui a toujours d’inspirants conseils et semble si bien me connaître, que j’ai découvert les podcasts de l’émission de France Culture : La compagnie des auteurs. Elle évoquait les quatre épisodes concernant Harry Potter qui l’avait passionnée (et qui m’ont passionnée aussi, depuis), et de fil en aiguille, je me suis mise à écouter de nombreux podcasts de cette émission. Je suis FAN. J’ai adoré les épisodes sur Jane Austen, et ceux sur les quatre Brontë. J’ai hâte d’en écouter d’autres : Virginia Woolf, Joyce Carol Oates, la Beat Generation, George Sand, Françoise Sagan… Que de belles promesses, et des heures savoureuse en perspective !

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.11.22
les podcasts sur Jane Austen et sur la fratrie Brontë sont, eux aussi, une ôde à la quiétude de la vie à la campagne (voire de la nature sauvage…)

 

Voilà pour ces dernières semaines en images. Je vous laisse avec un vœu, pour ma part, et que je vous souhaite volontiers à tous : plus tard, j’espère ressembler à ces deux là, mes parents, toujours amoureux et mignons comme tout :

Capture d_écran 2018-07-11 à 14.10.52

Êtes-vous en vacances vous aussi ? Trouvez-vous, comme moi, que ce mois de juillet est particulièrement indolent et relax ?
À bientôt, belle semaine à vous.

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Sunday Morning # 52

Les mots clés de ces derniers jours ont été : profiter à fond de ma dernière semaine en Lorraine avant le retour à Lyon – paresser dans le jardin – savourer le beau temps – rester à l’ombre – lire – cuisiner – coudre – papoter avec mes parents – boire des verres en terrasse avec les copains – assister à un mariage (mais je crois que je n’aime pas trop les mariages…).
En gros, je n’ai pas fait grand chose sinon profiter et essayer de ne pas faire mille trucs intensément, pour changer un peu. Ça a assez bien fonctionné. Je me sens reposée, et je suis tellement heureuse d’avoir pu prendre du temps pour lire et coudre !!

 

Le look de la semaine

IMG_4559

A la cool avec des fringues légères et amples, comme d’habitude. Un imprimé palmiers pour le short, girafes pour la chemise, et pieds nus dès que je peux, voilà qui me semble bien résumer l’état d’esprit dans lequel je me trouvais cette semaine.

 

Le plafond de la semaine

IMG_4570

Depuis le lit de la maison familiale, je vois les murs nus, bruts, le ballon de papier qui se balance doucement autour de l’ampoule éteinte, et la douce lumière du jour qui inonde la pièce derrière le paravent. Le décor est familier mais toujours m’émerveille…

 

La petite foulée de la semaine

IMG_4536

Entre deux promenades en poussette, j’ai chaussé des baskets pour faire – oh joie – un petit jogging. C’était le soir – 21h, après une journée lourde de chaleur. Je suis allée courir derrière le village, le long des étangs et des prés, en regardant le soir tomber, en écoutant les insectes d’été qui bourdonnent à la nuit venue. J’ai traversé le village en petites foulées, et senti la transpiration perler sur mon visage, c’était bon…

 

La piscine de la semaine

IMG_4512

Mon père a installé cette petite piscine gonflable pour Little. Chaque jour, monsieur prenait plusieurs bains rafraîchissants à l’ombre du pommier. On l’aurait volontiers rejoint dans l’eau, mais pas sûr que la piscine aurait supporté notre poids et notre volume !

IMG_4518

Mais cela ne m’a pas empêchée d’enfiler mon maillot et de paresser sur un transat, car enfin bon, ce sont les vacances, quoi !

 

Le décor de la semaine

IMG_4563

Little commence à bien s’intéresser aux animaux ; il bat des bras lorsqu’il voit le chat de la maison, et ouvre des yeux ahuris lorsqu’on s’arrête pour regarder les chevaux, si grands, si graciles et puissants, à la robe si lustrée… Dans mon village natal, si on aime les chevaux, il y a de quoi faire, car il n’y a pas moins de 3 écuries dans la rue principale. En contrebas, dans les prés, les chevaux paissent tranquillement au soleil, entourés des jeunes poulains encore hésitants. L’image est digne d’un décor de l’Ouest américain, avec ce soleil chaud et cette herbe jaunie, vous ne trouvez pas ?

 

Le teasing de la semaine

IMG_4552

Guess what ? (non non, je ne suis pas de nouveau enceinte hein, ho hé faut pas déconner !)

😉

On en parle mercredi !

 

Et vous, cette semaine, qu’avez vous fait de beau ? Vacances ? Sport ? Dernière virée shopping pour les soldes qui se terminaient hier …?

Des bises à vous, je vous souhaite une super chouette (dernière) semaine de juillet !

 

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Sunday morning #9

Bonjour !

C’est sous la chaleur écrasante de la canicule lyonnaise que je rédige mon Sunday morning du jour. Heureusement, je ne travaille plus et j’ai pu passer la semaine allongée dans la pénombre de mon appartement, brumisateur dans une main, bouteille d’eau dans l’autre, à attendre que la nuit tombe pour respirer un peu. Pfffiou, pas faciles ces grosses chaleurs, mais je ne me plains pas, ça sent l’été et j’adore ça !

Sunday colors

IMG_1011Beaucoup de rouge cette semaine, les fraises et les cerises sont à leur apogée en ce moment, de vrais délices, sucrées, savoureuses, acidulées…
L’une des chances que nous avons, là où nous habitons, c’est que les mardis et jeudis matin s’installe un tout petit marché de producteurs au pied de notre immeuble. Mais vraiment : sur notre trottoir ! Je n’ai que quelques pas à faire en sortant de l’ascenseur et hop, j’y suis. Mais lorsqu’on travaille, impossible de prendre le temps de faire le marché (ou alors il faudrait qu’on se lève encore plus tôt! No way…). Maintenant que je suis en arrêt, je peux descendre rapidement le matin, avant même de prendre mon petit-déjeuner, pour faire des provisions de fruits et de légumes frais. Le BON-HEUR ! Alors c’est fraises, pastèque et cerises à tous les repas ! Et de bonnes salades de crudités, bien fraîches et hydratantes, pour compenser la chaleur. IMG_1036 IMG_1065Et ces trois petites fraises font partie de celles que j’ai amoureusement faites pousser sur mon balcon. Le fraisier que j’ai eu pour mon anniversaire se plaît étonnamment bien chez nous, moi qui étais persuadée qu’il ne tiendrait le coup que deux ou trois semaines ! Eh bien non, il donne des fraises régulièrement (environ 5 par semaine), de bonnes petites gariguettes bien rouges, bio, qui me rendent super fière ! (Oui, je sais, je n’y suis pour rien dans le processus de pousse de ces fruits mais que voulez-vous, c’est le sentiment maternel de voir quelque chose dont on prend soin grandir et s’épanouir ^^). Hashtag plaisirs simples.

Sunday look

IMG_1085Le moins de couches de tissu possible s’il vous plait ! Pour supporter la chaleur, j’avoue ne porter (et ne supporter) que le minimum. Alors oui, short court, top fluide sans manches, sandales, et rien d’autre qui n’entrave la sensation d’air frais sur la peau. Tant pis si mes jambes ne sont pas encore assez bronzées, tant pis si cette tenue fait plus plage que ville, il fait si lourd que même mes robes longues me paraissent étouffantes en ce moment.

IMG_1087Et de profil, ça donne ça. Un petit ventre de plus en plus rond, et un bébé qui semble de plus en plus pressé de voir le monde, mais qui va devoir patienter encore 10 semaines (et nous aussi, nous devons prendre notre mal en patience avant de voir sa frimousse !)

Le bonheur de la semaine

IMG_0765Le pic-nique au parc, en amoureux, à l’ombre. Quelques falafels maison, une sauce au yaourt/soja/sésame, une salade bien fraîche, les orteils a l’air… Que demander de plus ?

The place to be de la semaine

IMG_0675Notre balcon ! Notre havre. Robinson et moi avons grandi à la campagne, au milieu des champs de blé et de colza, des fermes, des prés de vaches. Alors ce petit accès à l’extérieur que nous avons la chance d’avoir, en vivant en plein centre ville de Lyon, c’est un peu le paradis pour nous. On y passe tout notre temps quand on est chez nous. On s’est d’ailleurs rendu compte que les habitants de notre résidence utilisaient très peu leurs balcons, leurs jardins et leurs terrasses, alors que nous y sommes le plus souvent possible. On ne peut pas renier nos origines, non nous ne sommes pas de purs citadins ! ^^
On a presque fini d’aménager cette véritable pièce supplémentaire de notre appartement (la touche finale ? Une fausse pelouse pour cacher le carrelage et donner une impression de verdure suspendue sur les toits). Notre nouveau « salon de jardin » se plie et se range ultra facilement et rapidement, et peut vite laisser la place au rocking chair et à un transat. Après le dîner, on s’installe donc face au ciel, on regarde la nuit tomber, le lever de lune, les lumières des avions dans le ciel. On attend que les petites fenêtres alentour s’éclairent au loin. Ou alors, comme hier soir, on regarde l’incroyable spectacle de l’orage, le son et lumières des éclairs et du tonnerre, bien à l’abri et les yeux ronds comme des soucoupes. IMG_1077

Sunday breakfast

IMG_1062Vous connaissez maintenant mon amour pour le premier repas de la journée (et le plus important!). Maintenant que je ne travaille plus, j’avoue me faire extrêmement plaisir en prenant le temps de préparer avec soin mes petits-déjeuners. Au réveil, je me demande : qu’ai-je vraiment envie de manger ce matin ? Je n’exclue aucune possibilité. Muffins, pancakes, tartines de pain frais, brioche, fruits, granola, muesli… je passe en revue l’ensemble des possibles, et fais mon choix en m’habillant. Là, je descends en bas de chez moi, dans ma rue se trouvent un supermarché, un supermarché bio, et une excellente boulangerie ; je m’achète ce qui me fait envie, puis je prépare tranquillement, dans le calme du matin, et je savoure. Cette semaine, ça a été beaucoup de fruits, et des matins parfois très sucrés ou alors uniquement salés. Brioche au nutella ou œufs brouillés ? Tartines de beurre salé ou biscuits multigrains ? Avocat ou granola ? Jus de fruits ou lait d’avoine ? Rien de meilleur que cette liberté et ce temps qui s’offre à l’orée de la journée, quand tout est encore à faire…

La mignonnerie de la semaine

IMG_1081Je ne pouvais pas résister, on est d’accord ?? Des mocassins faits en France, des couleurs adorables, du cuir souple, et des franges de bébé sioux…. J’ai craqué et ai commandé 3 paires : 3 couleurs et 3 tailles différentes pour ce même modèle. Du jaune, du rouge, et du bleu… Je pense que d’ici peu, une quatrième paire viendra rejoindre le shoesing de baby E., des petits mocassins fauve, en daim tout doux. Oui, je l’avoue, je commence à bien craquer sur les vêtements et accessoires de bébé, il y a vraiment des choses trop mignonnes et mon amour de la mode et des jolis looks ne se cantonne plus aux silhouettes adultes, un nouveau monde, celui de la mode « mini », s’ouvre à moi. Et c’est un vrai régal (sauf pour mon portefeuille ^^). Je vous montrerai peut-être cela dans un billet dédié, si ça vous intéresse !

Sunday DIY

IMG_1003Je vous avais parlé de mon envie de me lancer dans le tissage, après avoir lu un tutoriel chez Morganours. Et je traînais, je traînais pour me lancer… Voilà, c’est chose faite ! J’ai fabriqué mon « métier à tisser » de fortune, avec un grand morceau de carton. J’ai suivi le tuto pas à pas, consciencieusement, et après avoir dessiné un schéma de ce à quoi j’aimerais qu’il ressemble, après avoir sélectionné les couleurs des pelotes que je souhaitais utiliser, j’ai commencé mon tissage. Très simplement en fait. Il faut juste avoir un peu de temps devant soi, mais pas besoin d’être très habile de ses mains, c’est ultra facile ! J’ai hâte de vous montrer les progrès de mon ouvrage (mais il faudra patienter un peu…!)

IMG_1016

Et voilà pour ce Sunday Morning chaud et ensoleillé, à l’atmosphère un peu pesante, qui alourdit les mouvements et égrène pesamment les minutes de cette journée « off » où l’on peut prendre le temps de ne rien faire. Chouette programme en perspective, non ? Et pour vous, ce sera quoi ?

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Happy June

C’est l’été, la musique envahit les rues, le soleil cogne fort, le ciel est d’un bleu limpide quasi indécent. Depuis quelques jours, mon sourire coupe mon visage en deux, d’une oreille à l’autre, sans raison. C’est juste bien. C’est l’été. Juin est le mois que je préfère dans l’année, je m’y sens aussi heureuse qu’à la période de Noël. Mon métier et la nostalgie de mon enfance rendent ces dernières semaines de l’année scolaire savoureuses et mélancoliques. Une page se tourne, chaque année, et déjà de nouvelles aventures se profilent pour la rentrée prochaine. On a le temps et le droit d’y penser, mais de loin seulement, en sirotant une boisson fraîche, en envisageant uniquement le côté excitant des nouveautés qu’on sent approcher.

Alors oui, je suis un peu moins active ici, je le vois bien. Mais c’est parce qu’il fait trop beau dehors, et qu’il y a trop de fêtes et de concerts un peu partout ces jours-ci. J’ai envie d’en profiter. j’ai envie d’être dehors, au soleil, au grand air (de Lyon, ahem…), de m’enivrer de discussions avec mes amis jusqu’à pas d’heure, de sentir la chaleur des nuits d’été et d’écouter, le nez au vent, les oiseaux siffler. Lunettes visées 20h sur 24, je ferme les yeux, je savoure, je veux tout mémoriser, tout garder à l’intérieur de moi, emmagasiner ces précieux moments de la vie qui deviendront des souvenirs doux et, eux aussi, mélancoliques.

L’été grisant.

Le bonheur.