Travaux chapitre 3 : les chambres

Voici le dernier volet de ma trilogie d’articles consacrés à la rénovation de notre maison. Vous pouvez découvrir le premier volet ici (le gros œuvre), le deuxième ici (les sols, la cuisine, et les peintures de pièces de vie). Ce troisième billet me permet de vous présenter la rénovation des quatre chambres de la maison, qui fut faite en deux temps. Pour rappel, notre maison est constituée d’un espace de plain-pied qui comporte la pièce de vie séjour-cuisine, les sanitaires, trois chambres, et d’un sous-sol semi-enterré, avec un garage, un espace buanderie, un espace rangement-stockage-cellier, un sas-bureau, et une chambre d’amis avec une petite salle de douche.

sous sol vide

Les plans du sous-sol

Les gros travaux de la pièce principale s’étalèrent entre février et mai 2018. Puis, en juillet, nous attaquâmes les chambres : seulement deux dans un premier temps, celle de Little et la nôtre. La troisième chambre et la chambre d’amis au sous-sol n’était alors pas une priorité.

Nous avons profité d’un séjour de Little chez mes parents pour travailler à fond : des copains sont venus aider un week-end, car la chambre de Little était dans un sale état. Les murs avaient été crépis, ils étaient immondes, il fallait tout poncer avec une énorme machine, puis enduire pour lisser les surfaces, boucher les trous, puis re-poncer afin d’homogénéiser le rendu. Un travail fastidieux et pas vraiment marrant.

IMG_20191021_132316.jpg

La simplicité de notre chambre, qui est plutôt petite et que nous avons choisi de ne pas trop encombrer pour l’instant. Plus tard, un grand tableau viendra peut-être décorer le mur au-dessus du lit…

Nous avons ensuite préparé les murs et les plafonds, mis les sous-couches. Puis Little est rentré de vacances, et, comme en plus c’était la canicule, nous avons dû travailler de nuit. Ainsi, nous profitions que notre fils dorme et que les températures soient moins infernales pour avancer notre chantier. J’ai un souvenir magique de ces moments, l’odeur de la peinture, et les podcasts que j’ai écouté durant de longues heures, au milieu de la nuit suffocante. Impossible d’ouvrir les fenêtres à cause des insectes qui seraient immédiatement venus se coller dans la peinture fraîche. L’air était moite et lourd, j’écoutais La compagnie des auteurs et lorsque je repense à ces nuits, le souvenir d’émissions parlant de Joyce Carol Oates et de Virginia Woolf y est irrémédiablement associé.

IMG_20191021_132022.jpg

La chambre de Little, avec ses murs gris souris et blancs.

Pour le choix des couleurs, nous avons fait au plus simple pour notre chambre : il nous restait beaucoup de rose des pots de peinture achetés pour le séjour, nous avons donc choisi de faire deux murs blancs, deux murs roses. J’avais un peu peur du côté romantique d’une chambre rose et blanche, j’ai donc cassé cet aspect en parsemant des touches de bleu soutenu un peu partout dans la déco : l’abat-jour de la lampe de chevet, la parure de lit, le luminaire principal… J’aime beaucoup l’association rose pâle/bleu nuit, qui a un petit côté russe, velours, anglais aussi… et La La Land, comme je m’en suis aperçue un peu plus tard !

IMG_20191021_132156.jpg

La chambre de Little vue depuis son lit. La bonnetière provient de chez mes parents qui chinent souvent de magnifiques meubles et les rénovent. Elle a été repeinte à l’arrache avec du blanc, au rouleau, pour lui donner ce petit côté vieilli et patiné.

Pour la chambre de Little, j’avais en tête un gris avec des notes de mauve, quelque chose de très doux. Comme pour notre chambre, nous avons décidé de peindre deux murs en blanc, deux murs en gris, pour préserver la luminosité. Tous les meubles, ou presque, ont été repeints en blanc, afin d’éviter de multiplier les matières et les couleurs et ne pas surcharger la pièce (nos trois chambres sont petites, celle de Little est la plus grande, elle fait onze mètres carrés).

IMG_20191021_132058_BURST001_COVER.jpg

Le meuble à jouets, repeint en blanc lui aussi.

IMG_20191021_132128.jpg

Étant adeptes du home-stagging, de la récup, et du #riendeneuf, nous avons récupéré un des bancs de notre jardin (nous en avons trois) pour le mettre dans la chambre de Little pour le moment. Comme il est encore petit, il peut l’utiliser comme table, plan de travail pour jouer. Lorsqu’il sera plus grand, nous mettrons à la place du banc un bureau et des rangements.

Un an plus tard, avec l’arrivée prochaine d’un deuxième enfant, il a fallu s’atteler à la réfection des autres chambres : la chambre numéro 3 pour le bébé, mais aussi la chambre d’amis au sous-sol. Jusqu’à présent, nous pouvions accueillir les invités à l’étage principal, dans notre séjour, où nous avons un super convertible très confortable. Exceptionnellement, lorsque ce sont mes parents qui viennent passer un séjour chez nous, et étant donné qu’ils restent toujours longtemps (une ou deux semaines) nous leur laissions notre chambre et c’était Robinson et moi qui dormions dans le séjour. Avec les valises, les vas-et-viens, la cohabitation était vivable mais pas idéale. Avec un deuxième enfant dans l’équation, il devenait urgent d’avoir un endroit dédié pour accueillir dignement les invités.

IMG_20191021_132401_BURST002.jpg

Notre chambre petite et minimaliste, ses deux murs roses, ses deux murs blancs, et la déco rose pâle et bleue.

IMG_20191021_132347.jpg

Notre chambre : un miroir, un mur blanc, la vue sur la forêt, et une parure de lit plus soutenue pour contraster l’aspect trop sage du rose et blanc.

Au sous-sol, une partie était déjà aménagée, deux pièces accolées au garage et à la buanderie. La première petite pièce est plutôt un sas, elle n’a pas de fenêtre, et dessert les autres pièces. Elle me sert désormais de bureau et d’atelier de couture. Elle dispose de nombreux rangements, bibliothèque intégrée et immenses placards, ce qui la rend bien pratique.

sous sol 3

Le sas-bureau, sans fenêtres mais avec rangements (photo prise lors de notre visite de la maison, avant l’achat)

IMG_20191021_143032.jpg

Le sas-bureau aujourd’hui : nous n’avons pas encore rénové cette pièce, ce sera la prochaine étape des travaux (mais pas tout de suite, pfiou…). Nous l’avons juste aménagée pour qu’elle devienne mon bureau-atelier, pour y ranger mes affaires d’école, tous les livres de la maison (ou presque), et surtout mon matériel de couture. Ma machine à coudre trouve sa place sur l’immense plan de travail à droite (pour l’instant, encombré des cartons qu’on a ressorti avec les affaires de bébé, etc…)

La deuxième pièce est plus grande, avec une cloison ainsi qu’une petite salle de bain qui existaient déjà lors de notre achat. Une petite fenêtre rectangulaire ouvre sur l’extérieur et apporte de la lumière. Un temps, nous avions songé à faire agrandir cette fenêtre pour la transformer en baie vitrée, et gagner en luminosité. Finalement l’enveloppe de ces travaux a été transférée aux modifications du séjour et de la cuisine dont j’ai parlées dans les billets précédents, et c’était clairement plus qu’indispensable !

IMG_20191021_151723.jpg

La chambre de bébé, minimale elle aussi. Deux murs kakis pour rappeler ceux du séjour, et des détails camel et moutarde. La vue sur la forêt suffit à décorer la pièce…

 

IMG_20191021_151426.jpg

Pas d’achat, uniquement de la récup pour meubler la chambre de bébé. Nous possédions déjà le lit, le couffin, la commode pour Little bébé, et la table blanche nous a servi durant de longues années de table de cuisine ! Elle attendait dans le garage qu’on lui trouve un nouvel usage. C’est chose faite, de manière temporaire elle sera notre table à langer : large, blanche, pratique.

Robinson a dû faire ces rénovations entièrement seul, car j’étais enceinte et très limitée. Pour la chambre 3 (bébé), il a nettoyé les murs et plafonds, enduit, lissé, peint. Nous avons choisi de garder une certaine harmonie à l’étage et, le vert kaki du coin cheminée du salon nous plaisant beaucoup, nous l’avons appliqué sur deux murs de la chambre, associé à deux murs blancs. Pour la décoration, j’avais envie de marier à ce vert des teintes cuivres, moutarde et camel, et une ambiance un peu vintage et forêt. Pour l’instant, cette dernière étape est encore en cours, car bébé n’est pas encore arrivé, et qu’il nous reste des cartons à ranger, des vêtements à trier, bref, un peu d’intendance et de préparation avant d’investir pleinement ce lieu et de le décorer.

sous sol 1

La chambre d’amis au sous-sol telle que nous l’avons découverte lors de la visite avant l’achat de la maison. Une petite fenêtre à double battant permet d’aérer et de faire entrer de la lumière.

IMG_20191021_142820.jpg

Voici la chambre d’amis aujourd’hui : du parquet, des murs propres et blancs, le vilain carrelage saumon repeint dans la SDB… Les radiateurs de toutes les chambres ont été changés, la chambre d’amis n’a pas fait exception. Elle est désormais très agréable et même, surprise, lumineuse !

Pour la grande pièce du sous-sol, nous avons décidé de lui attribuer deux fonctions (ce qu’il faut éviter de faire, généralement, pour ne pas se retrouver avec une pièce fourre-tout constamment encombrée et jamais vraiment utilisée). Au quotidien, elle sera la salle de jeux des enfants, nous permettant de garder des chambres et un séjour épurés, d’y disposer de manière pérenne certains jouets encombrants (un château Playmobil par exemple, ou la petite cuisine/dinette…) mais aussi de changer d’ambiance lorsque les enfants tourneront un peu en rond dans leur chambre ou dans le séjour (l’inconvénient des petites maisons, c’est peut-être parfois de s’y sentir à l’étroit, non?). Je l’envisage comme un espace de désengorgement, à l’image de la voie de détresse qu’on trouve parfois dans les pentes à fort dénivelé de certaines autoroutes, pour les poids lourds qui ne parviennent plus à freiner. Vous voyez, la métaphore ? Ça vous parle ?

IMG_20191021_142952.jpg

Le deuxième espace de la chambre d’amis : la salle de jeux. A terme, un rideau ou une cloison viendra isoler l’espace douche du reste de la pièce, mais pour l’instant nous avons fait au plus simple (je me répète ^-^).

Lorsqu’on saturera de trop rester dans la même pièce, de brasser le même air, hop un petit tour à la salle de jeux pourra éventuellement faire du bien à tout le monde.

Dans ce même espace, il y a aussi un coin chambre d’amis, avec une petite salle de bain que nous avons rénovée et une banquette-lit avec deux vrais matelas, pour que nos invités dorment confortablement.

dav

La salle de bain rénovée : nous avons gardé la douche qui était en bon état, ainsi que le lavabo et le miroir, nous avons simplement repeint le carrelage saumon en gris anthracite avec une peinture spéciale carrelage de salle de bain, et installé un luminaire au design un peu scandinave. Depuis cette photo, nous avons aussi fixé une patère 4 crochets, en bois brut, pour les draps de bain, ainsi que deux petits cubes-étagères, en bois brut également, pour que les invités puissent poser leurs affaires de toilette. Ponctuellement, lorsque nous auront des invités qui resteront dormir chez nous, nous installerons tapis de bain, serviettes, etc… Mais dans les périodes où la SDB n’est pas utilisée, nous avons choisi de ne pas encombrer la pièce avec des textiles qui prendraient la poussière.

La banquette, au quotidien, sert de canapé pour lire, pour jouer… Il y a aussi des étagères avec la bibliothèque des livres pour enfants. Au fil du temps, on fera évoluer l’espace jeux en fonction de l’âge de Little et de sa petite sœur.

mde

Dans la chambre d’amis- salle de jeux, la moitié de la pièce est réservée aux enfants : cuisinette, grand plan de travail pour installer les Playmobil, les Legos, les jeux…

J’aurais aimé vous montrer plus de photos « avant/après » pour ce billet concernant les chambres, mais c’est compliqué car nous avions pris très peu de photos des chambres d’origine : c’était tellement, tellement moche… du vieux papier peint dégoutant, des radiateurs électriques d’un autre âge, et nos meubles au milieu de tout ça qui ne matchaient pas du tout avec le décor… ! Ouf, ce sont de lointains souvenirs. Lorsque je regarde notre maison aujourd’hui, je la trouve tellement belle et adaptée à notre mode de vie, c’est subjectif bien sûr mais ce qui me plait c’est qu’elle est parfaite pour nous. On s’y sent incroyablement bien, elle est confortable et accueillante, chaleureuse, conviviale, familiale. Elle est petite oui, et le terrain est galère, c’est vrai. Elle a des défauts, indéniablement. Mais on l’aime comme ça. Sans parler des aménagements extérieurs (nombreux ! ) on a encore beaucoup de rénovations à faire, notamment dans le sous-sol où il nous faudra aménager une vraie buanderie, propre et pratique, ainsi que refaire le sas-atelier avec du parquet et des peintures blanches au mur et aux lambris du plafond. À l’étage de vie, la salle de bain sera la prochaine étape des travaux : elle mérite un coup de frais. Enfin, dans les années à venir, nous pensons faire une extension en bois sur le côté de notre maison, afin de nous offrir une suite parentale gigantesque avec une baie vitrée donnant sur la vallée en contrebas, un dressing et une salle d’eau, ainsi qu’une chambre supplémentaire pour contre-balancer l’effet « petites pièces » des trois chambres actuelles (on imagine déjà notre vie avec nos enfants ados ! ). Ce projet me fait rêver, même si je vivrais très bien sans cette extension et en utilisant cet énorme budget pour voyager, par exemple… ^-^ Le plus important, c’est d’avoir des projets dans tous les cas.

Voilà, cette trilogie travaux est terminée ! J’aimerais beaucoup avoir vos retours, n’hésitez pas à féliciter Robinson qui a fait un boulot incroyable alors qu’il ne s’en pensait pas capable. Il a vraiment assuré et m’a impressionnée, je pense que ces travaux sont venus cimenter encore plus notre relation ❤

Bonne semaine à vous.

Travaux chapitre 2 : peintures, parquet, cuisine

(suite du chapitre 1 : le gros œuvre)

séjour 2

Le séjour-cuisine après rénovation : murs et cheminée peints, parquet posé, cuisine installée. Au moment de la photo, la cuisine n’était pas tout à fait terminée, il manquait les crédences, les luminaires… et nous avions encore notre vieille table de salle à manger.

Murs blancs blafards, tomette rouge, vieille cuisine délabrée, traces des anciennes cloisons au sol, nouveaux sas… Nous rentrions de vacances et retrouvions notre maison métamorphosée, mais encore en gros chantier. Les décisions concernant les étapes à suivre furent tout aussi prises de tête. Peintures, parquet, et surtout… plans pour la nouvelle cuisine.
Le parquet fut assez rapidement choisi, on voulait quelque chose de clair, brut et sobre qui passe partout. Nous l’avons fait poser par des professionnels via le magasin où nous l’avons acheté (Saint-Maclou). En deux jours, le séjour, la cuisine et les sas étaient équipés, les plinthes collées, et notre sol métamorphosé. Adieu, tommettes.

thumb_IMG_2816_1024

La partie séjour, avec notre nouvelle table de salle à manger en pin massif, qui provient de chez Grenier Alpin, spécialisé dans les produits savoyards et montagnards. Elle a un aspect brut et rustique que nous adorons, elle est solide et de bonne qualité, et surtout ne nous a pas couté les yeux de la tête. Nous sommes ravis de cet achat.

Pour les peintures, ce fut plus laborieux : c’était ma mission et j’ai passé de nombreux samedis à discuter avec une conseillère en déco dans un endroit spécialisé à Villefranche (des conseils gratuits, avec une vraie prise en charge du projet, un accompagnement vraiment pro… je ne pensais pas que ça existait ! C’est à la fois un magasin et un showroom, les vendeuses ont donc aussi des compétences en décoration d’intérieur, et elles sont formidables !). J’avais des envies très marquées, du rose pâle, un bleu ardoise, mais aussi des kakis et autres verts végétaux. Il fut question, un temps, de moutarde et d’ocre associés à un papier peint monochrome… mais le papier peint (un Cole and Son imprimé de troncs d’arbres en noir et blanc) était tellement à la mode sur les réseaux sociaux, vu et archi-vu, que j’étais déjà lassée avant même de l’avoir posé dans mon salon !

Capture d’écran 2019-10-21 à 11.00.16

Le papier-peint Cole and Son, qui a failli atterrir sur un mur de notre séjour (en association avec un mur moutarde), mais que je trouvais un peu trop à la mode et qui a donc été éliminé de nos inspirations (source)

Une chose était certaine : ni mur blanc, ni mur gris chez nous, je voulais de la couleur et de l’originalité.

Capture d’écran 2018-03-09 à 17.42.30

Le papier peint à partir duquel j’ai défini la palette de couleurs dont je rêvais pour la pièce de vie. Source.

Je me suis inspirée d’une image sur Pinterest, un papier peint à grosses fleurs mêlant des roses et des bleus très doux, dans une ambiance assez anglaise (ou l’idée que je m’en fais ^-^). Pour atténuer la froideur du bleu, on a décidé de l’adoucir encore un peu plus avec deux nuances de verts : un vert d’eau pour l’espace cuisine, et un vert plus amande-kaki pour le renfoncement derrière la cheminée. Ce double vert est presque invisible, souvent les visiteurs pensent qu’il ne s’agit que d’un seul vert, nuancé par l’exposition, les ombres et la lumière.

Capture d’écran 2019-10-21 à 10.41.33

Une des images qui m’a inspirée pour la couleur de la cheminée. Source.

La cheminée est mise en valeur par le contraste de la pierre jaune avec le bleu ardoise qui habille ses quatre pans. Trônant au milieu de la grande pièce, elle se détache tout en se fondant parfaitement dans les autres couleurs. Deux murs roses pâles soulignent la partie salon-canapé-télé de cette grande pièce multi-usage. L’exposition ouest nous offre des couchers de soleil incroyables qui viennent colorer ce rose et lui apportent une richesse infinie de variations : rose sunset, rose orangé, rose cocktail, rose bleuté… Les couleurs varient en fonction de l’heure de la journée, et moi qui avais peur de me lasser de ce rose, ne cesse de me répéter que c’était le meilleur choix que nous avons fait. Robinson, lui, était un peu dubitatif lorsque je lui ai parlé de mon envie de rose, puis il a très vite adhéré à l’idée et il est, depuis, conquis par cette couleur. Comme quoi…

thumb_IMG_2821_1024

La partie séjour / salle à manger.

Ce fut à Robinson que revint la lourde tâche de conceptualiser la cuisine, puis de la construire ! Lui qui n’était pas bricoleur pour un sou, avec cette maison il a appris à tout faire ou presque. Et il s’en est tiré avec les félicitations du jury ( = moi ^-^).

thumb_IMG_2825_1024

La vue depuis le salon : la cuisine ouverte, les luminaires et les crédences sont posés.

Dessiner une cuisine qui nous correspondait, qui s’intégrait harmonieusement à la maison, à son style, à ses nouveaux volumes, fut laborieux. On a décidé d’aller au plus simple et de passer par Ikea, qui propose un outil de design en ligne. Je me souviens très bien, il y a un an et demi, des innombrables soirées passées à comparer des vues 3D, à interchanger des plans de travail, des couleurs de portes, à dessiner encore et encore un bar (trop haut, trop large, trop petit, trop étroit, trop massif, trop…). À force d’échanger, d’essayer, de modifier, nos attentes, nos besoins se sont dessinés de plus en plus clairement, et surtout nous étions conscients de ce qui ne nous convenait pas. En conclusion, on a cherché à faire une cuisine hyper fonctionnelle et largement pourvue en rangements, avec de grands plans de travail car nous aimons tous les deux cuisiner et passer du temps dans cet endroit. Nous voulions aussi qu’elle soit ouverte sur le séjour et qu’elle permette une vraie communication entre les différents espaces, par exemple quand nous recevons des invités : on peut aussi bien s’installer à table dans le séjour ou disposer les verres et prendre l’apéro de part et d’autre du « bar » tandis que l’un d’entre nous prépare aussi le repas. L’espèce d’îlot-bar-plan de travail est un élément central qui à la fois délimite les espaces et les réunit. Après de longues hésitations, on a renoncé à le surélever pour qu’il ait la hauteur d’un vrai bar et qu’on puisse s’y installer sur des tabourets hauts par exemple. On désirait que tous les plans soient à la même hauteur dans la cuisine, pour créer une harmonie plus épurée.

Avant / après

Enfin, la simplicité et le minimalisme ont été les maîtres mots dans la conceptualisation de la cuisine : nous hésitions entre plusieurs modèles, des placards plus traditionnels, cottage, en bois avec de petits carreaux et plein de beaux détails, une cuisine plus massive, ou plus colorée, du noir moderne, du vert laqué, une crédence carreaux de métro, des étagères… Le choix est si vaste ! Pour nous aider, nous avons fini par décréter que le plus simple serait le mieux, et que l’important était : l’harmonie visuelle (du blanc, du bois clair, pas de poignée de porte, pas de fioriture…), beaucoup d’espaces de rangements-tiroirs (larges, coulissants, le plus pratique ! ), peu de meubles hauts qui saturent les murs et rétrécissent l’espace, pas d’étagères pour les mêmes raisons et parce qu’elles prennent plus rapidement la poussière. Minimaliste, je vous dis. Et au final, nous sommes convaincus par nos critères. Au quotidien, notre cuisine est pratique pour cuisiner, pour ranger, et facile à nettoyer. Le plan de travail XXL de notre « bar » est d’un confort incroyable, car on peut y cuisiner à un, deux, trois… Les énormes tiroirs sont pratiques et permettent à Little de nous aider à mettre la table ou ranger la vaisselle, mais aussi à avoir une certaine autonomie dans la préparation de ses goûters ou lorsqu’on fait un gâteau ensemble.

Le blanc apporte de la luminosité, et le bois clair se marie parfaitement avec tous les meubles de notre intérieur qu’on ne choisit qu’en pin brut.

Cerise sur le gâteau, Robinson s’est vraiment débrouillé comme un chef pour démonter et dégager l’ancienne cuisine et construire entièrement la nouvelle. Il a appris à couper les plans de travail, à fixer les placards, les tiroirs, à poser un évier, un four, des plaques de cuisson, une hotte. Il m’a épatée. Je suis extrêmement fière de son travail.

thumb_IMG_2819_1024

Sur cette photo le vert ressort saturé, en réalité il est beaucoup plus kaki, végétal, et sombre.

Avant / après

NB : les photos de ce billet sont personnelles et non libres de droits, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.
Article non sponsorisé, je donne un avis honnête, personnel et sans contrepartie sur les sites/magasins cités.

Sunday Morning 2018 #3

Hello !

Cela fait un moment que j’ai envie de rédiger un Sunday Morning car j’ai souvent pensé à vous en vivant plein de petites choses dernièrement, et j’avais envie de les raconter par ici.

Lately in our life…

Capture d_écran 2018-04-09 à 21.53.13

  • Little a été chez le coiffeur pour la première fois, et il fait tellement, vraiment petit garçon désormais… Je redoutais un peu ce moment mais ça s’est bien passé. Nous sommes allés chez la coiffeuse de notre village, et j’aime bien cette idée de créer de nouveaux rituels, de faire marcher les commerçants locaux, là où avant – à Lyon – je n’aurais pas hésité à emmener mon fils chez le super barbier hipster de Robinson… ^-^

Capture d_écran 2018-04-09 à 21.53.31

  • J’apprends plein de choses dans mon jardin : dernièrement, mes parents sont venus passer quelques jours à la maison et on a pu bien avancer (travaux, jardin…), mon père avait apporté sa tronçonneuse et m’a appris à m’en servir. C’est donc avec joie que j’ai passé deux jours à couper des troncs d’arbres (ils gisaient en tas depuis des années, amassés par les précédents propriétaires et laissés à l’abandon dans un coin du jardin). J’ai aussi scié entièrement à la main un énorme sapin horizontal qui prenait au moins 5 mètres carrés près du potager. J’ai bêché trois rectangles pour débuter un potager, que j’ai entouré d’une mini palissade de bois pour que Little ne passe pas son temps à traverser cet endroit en courant ou en draisienne… J’ai planté un eucalyptus, mais je doute qu’il supporte réellement les conditions climatiques de notre région (contrairement à ce qu’annonce Botanic) (on verra). J’ai potassé mes bouquins de permaculture et dessiné un premier plan du potager que je souhaiterais planter. Je vous en reparlerai sûrement dans un article dédié car ça me passionne !

papier peint

  • J’ai enfin déterminé l’ambiance que je souhaite pour notre nouveau séjour-cuisine, après plusieurs rendez-vous avec une architecte d’intérieur et beaucoup, beaucoup de revirements. C’était difficile pour moi de choisir l’univers que je voulais vraiment pour notre intérieur (oui, je dis « je voulais » car Robinson m’a laissée carte blanche en m’assurant qu’il se ferait à tout, tant que je ne faisais rien de trop moche ou extravagant). J’ai fait tourner en bourrique la pauvre Aurélie (qui me conseillait, donc) avec mes désirs précis et mes non catégoriques : rien de temporels, rien de trop vu, rien qui ne soit trop à la mode, même si certains intérieurs qu’on voit beaucoup en ce moment me plaisaient bien… Je voulais de la couleur mais c’est difficile de savoir ce qui ira aussi bien à une ambiance d’été qu’à l’hiver… non ? J’étais surtout très hésitante entre mes deux univers de prédilection : le bohème californien, et le cocooning d’un cottage anglais. J’ai finalement opté pour la 2ème option, car au final, c’est bien ça mon rêve, vivre en famille dans un petit cottage douillet niché dans un écrin verdoyant couvert de fleurs sauvages. Un feu de cheminée en hiver, un plaid et un rocking chair sur la terrasse en été, dans les deux cas un bon livre et mes deux hommes à proximité… C’est ma vision de la vie idéale, et ce que j’essaie de construire petit à petit. Une fois que j’ai été sûre de ce choix, j’ai pu choisir les couleurs qui correspondaient le mieux à cet idéal. Je suis partie de ce papier peint pour inspiration. Au final, nous devrions avoir un mariage de rose terracota, de vert d’eau tendre, de vert kaki poudré, et de vert bleu ardoise sur la cheminée… Beaucoup de couleurs, n’est-ce pas?

Capture d_écran 2018-04-09 à 21.53.56

J’avoue que je crains un peu le résultat, mais tant pis, je n’avais pas envie de me laisser brider par cette crainte et de me retrouver avec un intérieur blanc épuré qui n’aurait pas correspondu à notre famille… Les ouvriers ont commencé les travaux aujourd’hui, le résultat très bientôt!

 

biglittlelies

  • Nous avons regardé une série fabuleuse la semaine dernière : Big Little Lies. J’en avais beaucoup entendu parler l’année dernière, et on a enfin eu l’occasion de la regarder… J’ai A-DO-RÉ! Les actrices sont sublimes et incroyables, les enfants sont adorables et touchants, la BO est extraordinaire (de toutes façons je perds tout sens critique lorsqu’il s’agit de rock psyché, de Janis Joplin, d’Otis Redding, de Neil Young ou encore de Jefferson Airplane…). L’histoire entre ces femmes est vraiment belle et prenante, à la fois véridique, effarante, terrible, tendre, touchante… L’image est magnifique, un mélange de Top of the Lake et the Affair (deux séries que j’ai adorées), l’océan hypnotique, la lumière omniprésente… Bref, c’était très beau et trop court, cette immersion dans la vie de ces quatre mères californiennes m’a complètement embarquée et subjuguée et depuis que j’ai terminé le dernier épisode j’écoute en boucle la BO pour prolonger un peu ces sensations.

  • Comme je vous le disais plus haut, notre maison est en travaux nous avons démonté la vieille cuisine, certaines cloisons ont été abattues… Nous n’aurons la nouvelle cuisine que début mai, donc depuis dix jours on campe chez nous ! Heureusement que le beau temps est de la partie… C’est donc avec la plancha, un réchaud à gaz de chez Decathlon, un mini-four électrique et notre frigo dans une chambre que nous nous débrouillons pour préparer les repas. Puis, la vaisselle est lavée dans un lavabo de la salle de bain, et voilà, on a l’impression d’être en vacances dans notre propre maison!! La magie des travaux… Little s’en accommode assez bien, heureusement pour nous. Ça nous a demandé un peu d’adaptation au départ mais au bout de quelques jours nous étions bien rodés. Les vacances ont commencé dans notre zone, j’ai donc déserté la maison en travaux avec Little sous le bras, pour passer ces deux semaines chez mes parents en Lorraine, histoire de laisser les ouvriers travailler tranquillement et limiter ce mode camping au seuls jours où nous n’aurons vraiment pas le choix de faire autrement…

Capture d_écran 2018-04-09 à 21.54.24

  • J’ai lu deux tomes d’une BD de ma bibliothèque municipale dernièrement, et j’ai beaucoup aimé. C’est une histoire un peu triste, le point de vue d’un papi dont le fils adopte une petite fille. Au départ le vieux a du mal à s’y faire puis il tombe sous le charme de la petite et en devient fou. Mais… mais… Je ne vous en dit pas plus, en tous cas j’ai beaucoup aimé cette lecture et je l’ai pas mal conseillée autour de moi. J’espère que ça vous tentera.

  • Point inspection : je vous avais parlé de mon inspection qui devait arriver en janvier, et qui a eu lieu et s’est très bien passée. L’inspecteur de mon école est adorable, j’ai de la chance. Mes élèves ont été cools et j’avais bien préparé tout ça. L’inspecteur m’a envoyée un mail dans la foulée pour me dire de passer très bientôt le CAFIPEMF (la certification pour devenir formateur d’enseignants en plus d’avoir sa classe). Ce qui fait partie des objectifs professionnels que je m’étais fixés à long terme. recevoir ce mail encourageant m’a évidemment fait HYPER PLAISIR et motivée. Ça fait quelque chose de voir son travail reconnu, surtout lorsque, comme moi, on doute très régulièrement du bien fondé de faire ce boulot, de l’inconsidération et des difficultés qui sont inhérentes au métier de prof… Parfois, je suis découragée et ai envie de tout laisser tomber pour me recentrer sur ma famille, la vie locale… Et puis parfois je suis portée par une classe qui me booste, ou un mot encourageant comme cet avis positif de l’inspecteur, ou encore par une équipe dynamique qui me donne envie de me dépasser. Alors j’ai des ailes et je sais pourquoi je fais ce métier. Je fonctionne par cycles, je ne m’inquiète plus de ces hauts et ces bas que je traverse. Mais grâce à cette dernière inspection, mon travail me semble plus légitime et ma pédagogie un peu… particulière me paraît enfin reconnue et entendue. J’ai moins l’impression d’être en freestyle total avec mes élèves et de devoir assumer ça seule face aux familles souvent demandeuses de traditions et d’une école conservatrice… (pas toutes, heureusement!). Bref, tout ça pour vous remercier, aussi, car vous avez été quelques unes à penser à mon inspection et à me demander comment cela s’était passé. Voilà, ça s’est bien passé ! 🙂

angus-julia-stone-1548-1050x595

  • J’écoute en boucle l’album Snow, d’Angus et Julia Stone (je vous en ai déjà parlé il y a quelques semaines) et je ne m’en lasse pas. Que ce soit pour accompagner mes moments d’écriture, de lecture, des repas entre amis ou une soirée en amoureux, je trouve cet album parfait. Doux, cocooning (j’ai employé ce mot déjà trop de fois dans ce billet, cela ne va pas du tout), il me berce et créé juste exactement l’ambiance que j’aime. Il est parfait. En hiver comme au printemps. Et vous, le connaissez-vous ? Y-a-t-il un album qui vous fait cet effet là aussi ?

  • J’ai repris la natation depuis le début de l’année et je vais nager deux fois par semaine, une fois à Lyon centre, une fois le dimanche matin dans mon village. Ça me fait beaucoup de bien. Je sens que je progresse, que mon crawl devient plus rapide et plus souple même si je suis loin d’être une bonne nageuse. Et surtout, je vois que je travaille tous mes muscles, et surtout que je tonifie mon ventre qui a bien besoin de ça après ma grossesse car je peine à récupérer (#lavraievie). En plus, ça me délasse, me détend, muscle mon dos, et me fait travailler mon souffle. Bref, c’est parfait, j’espère tenir ce rythme encore longtemps, et pouvoir y ajouter plus de séances de yoga (j’ai peu de temps restant pour pratiquer, forcément).

Voilà pour nos petits bouts de vie de ces dernières semaines. Rien de palpitant, beaucoup d’inutile et d’insignifiant mais mis bout à bout cela représente un petit patchwork plutôt ressemblant de notre vie.

À très bientôt par ici, j’espère. J’ai un article en préparation sur les lectures de Little, et évidemment je mitonne un billet déco-rénovation avant/après que je pourrai rédiger dès que les travaux seront bels et bien finis !

Merci encore pour votre présence et vos petits mots que je lis toujours, toujours avec énormément de plaisir.