2018 -> 2019

Bonne année ! Meilleurs vœux à vous, qui êtes toujours présent(e)s, fidèles au poste, et que je remercie chaleureusement pour vos mots et vos encouragements ! Je reprendrai les mots de mon amie Camille pour vous souhaiter une année 2019 pleine de CALME et de sérénité 😉  En tous cas, c’est ce que je me souhaite ^-^
Ce premier billet de l’année sera consacré à une rétrospective, dans les grandes lignes, de l’année qui vient de s’achever, et à une petite liste de bonnes résolutions ou de projets motivants pour 2019. C’est parti !

img_3534

Bilan 2018

  • sport

Trois ans et demi après l’accouchement, on peut dire que j’ai enfin retrouvé un rythme de croisière au niveau de mon activité sportive. Après avoir beaucoup nagé en 2017-2018, la deuxième partie de l’année aura été entièrement dédiée au grand retour de la course à pieds, ou presque. Ma piscine municipale ferme en juin, car un grand complexe aquatique en plein air ouvre exclusivement pour l’été, dans le village voisin. Alors j’ai du dire adieu à mes longueurs crawlées dominicales, car hors de question d’aller nager au milieu des palmiers, des centaines de familles venues faire bronzette sur les berges de la piscine d’été, de me faire bousculer et éclabousser dans le lagon ou à côté des toboggans à eau. Clairement, le complexe aquatique d’été n’est pas fait pour nager. En juin, je suis donc devenue SPF, sans piscine fixe. Le plus simple a alors été de me rabattre sur l’activité sportive qui ne nécessite rien d’autre qu’une paire de baskets : le running. J’allais déjà courir de temps en temps, mais à partir de juin, je me suis astreinte à une (ou deux) sorties par semaine. La reprise a été dure, car mon village est à la fois perché et escarpé, et mon parcours est une suite de montées et de descentes raides, de celles qui esquintent les genoux. Mais après sept mois de running, je peux dire que je constate mes progrès ! Sur le même parcours, je suis bien moins essoufflée, je me traîne moins, au contraire je sens mon énergie monter progressivement au fil de mes foulées. J’ai retrouvé les sensations (grisantes) que j’avais il y a cinq ans, quand je courais beaucoup, avant de me blesser. Mais j’essaie d’apprendre de mes erreurs, je sais que mon corps n’est pas capable d’encaisser plus d’une course par semaine, à raison de 7 kilomètres format trail, sur 45 minutes. Même si j’ai très envie d’aller courir tous les deux jours, je me retiens, car les fois où je l’ai fait, mon dos et mes hanches se sont rappelés à moi de manière, euh, douloureuses… ^-^ Ce qui me fait prendre conscience, aussi, du temps qui est passé depuis mes performances d’il y a cinq ans. J’ai trente-deux ans, bientôt trente-trois, un enfant, des abdominaux bien moins gainés, et un dos qui a beaucoup porté. Je vieillis, même si je ne ressens pas du tout l’angoisse de prendre des années. Je me sens toujours très jeune, surtout dans ma tête, mais mon corps me rappelle de temps en temps que je ne peux plus effectuer tout ce que je pouvais faire avant. C’est comme ça. Lorsque je vois mes progrès en yoga par exemple, je me dis que le temps et l’âge peuvent aussi être synonymes d’évolution en souplesse, le corps a de nouvelles limites mais il débloque aussi de nouvelles possibilités. C’est intéressant, cette exploration, je ne m’en lasse pas.

img_3536

  • éducation

Cela a été le gros contrecoup de 2018. Nous avons eu beaucoup d’inquiétudes et de soucis avec Little, et une grosse remise en question de nos principes d’éducation. Trop de lâcher-prise, pas assez de cadre… on a réalisé en septembre que notre fils se transformait en enfant-roi et qu’il devenait de plus en plus difficile à gérer. Les crises à répétitions, la violence… autant de signaux qui nous ont alertés, et on a vite sonné l’alarme autour de nous. Entourage, médecin, enseignante… j’ai frappé à toutes les portes pour demander de l’aide, et des réponses à nos questions. Finalement, nous avons eu plus de peur que de mal, car nous avons compris assez rapidement ce qui n’allait pas dans notre manière d’éduquer notre fils et avons pu corriger le tir. Poser des limites plus claires, être plus stricts… Little avait besoin d’être rassuré et de voir ses parents affirmer leur rôle d’éducateur. Je n’en reviens pas d’avoir pu me perdre à ce point dans les méandres de l’éducation, alors que c’est mon métier… Mais comme le dit l’adage, les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés 😉
Depuis les vacances de la Toussaint, après beaucoup de crises de larmes, d’épuisement, de découragement, nous avons donc pris le problème à bras-le-corps, et, aidés d’une pédopsychiatre, notre famille a replacé au centre de ses préoccupations l’éducation de Little. Ça demande beaucoup d’énergie et de confiance, bien sûr, mais le plus important est que j’ai retrouvé la foi que j’avais perdu, en lui, en moi, et en nos convictions éducatives.

img_2996

  • lecture

Le bilan qui fait plaisir : trente livres lus cette année ! Alors, ça peut paraître peu aux yeux de gros lecteurs, mais pour moi qui ai très peu de temps, et qui veux faire dix mille activités dès que j’ai un moment, trente livres c’est énorme. En tous cas, c’est plus que ces trois ou quatre dernières années. Depuis que je suis devenue maman, quoi.
Faire les trajets maison-travail en train a clairement changé la donne et me permet d’avoir une heure de lecture supplémentaire par jour (quand je ne suis pas épuisée et que je m’endors pas durant le trajet !).
Je ferai un petit billet spécial « Bilan lecture 2018 » avec mes coups de cœur de l’année.

img_3750
mon petit coin bureau improvisé lorsque je veux rester au coin du feu

  • écriture

Ayant terminé mon premier roman en février, j’ai passé les premiers mois de 2018 à le corriger, puis je l’ai envoyé pour une première beta-lecture à des copines volontaires ^-^ Le laisser de côté, reposer comme une pâte à pain, m’a fait du bien, cela m’a permis de prendre du recul bien sûr, et de laisser décanter toutes ces idées, toutes ces histoires qui s’entremêlent dans mon récit. Je suis à présent prête à le retrouver, maintenant que mon esprit s’est détaché de l’histoire et que je me sens plus fraîche, plus disposée à le relire avec un nouveau regard. J’espère parvenir, en 2019, à la retravailler en profondeur, à le dépouiller de ses inutilités, de ses lourdeurs, à le polir comme un joli galet.
En 2018, j’ai aussi jeté les premières fondations de mon second roman, en effectuant tout le travail de préparation, en amont de l’écriture. Mais le temps me manque, j’attends d’en avoir à nouveau pour m’y atteler tranquillement et me plonger avec dévotion dans ce nouveau projet d’écriture.

  • maison

2018 aura été une année de travaux et d’aménagement ! En février, nous avons fait abattre des cloisons, et monter de nouvelles séparations entre la pièce principale et les chambres / SDB. Nous avons fusionné la cuisine et le séjour, fait disparaître les couloirs sombres.
Puis, il a fallu choisir les peintures de ce nouvel espace, et ce ne fut pas une mince affaire. J’ai eu envie, dès le départ, d’un bleu ardoise et d’un rose coucher de soleil californien, mais je suis passée par moult tergiversations, du moutarde, du kaki, du bleu… avant d’être sûre de mes choix. Et nous avons fini par obtenir le mélange parfait dont nous rêvions, un séjour vert amande, rose, kaki et bleu ardoise ! Qui surprend toujours mais surtout, qui séduit tout le monde !
Ensuite, Robinson, aidé de son frère et de nos amis, a installé la cuisine qu’il a entièrement conçu ! Je l’ai trouvé très courageux car c’est le genre de travaux que je ne ferai JAMAIS ! Sûr. Le résultat est comme nous l’espérions, très minimaliste, et s’intègre parfaitement avec le côté plus chaleureux et bohème du reste de la maison.
Enfin, en été, nous avons rénové deux des trois chambres du rez-de-chaussée, la nôtre et celle de Little. Elles étaient hideuses, couvertes de crépit, les prises électriques ressortaient des murs, les plinthes se décollaient, bref c’était immonde. Nos amis, encore une fois, sont venus nous aider à décaper les murs, puis nous avons passé sept nuits de canicule à peindre, minutieusement, Robinson et moi. Des nuits, car la journée Robinson travaillait et moi, je m’occupais de Little. Et puis, les journées de juillet étaient trop chaudes pour entreprendre quoi que ce soit. Alors, à la nuit tombée (22h … !), et une fois Little endormi (évidemment, il a choisi ce moment pour veiller plus que de raison…!), je mettais un podcast de La compagnie des auteurs, enfilais le vieux tee-shirt gris de Robinson, et passais le rouleau pendant des heures. J’ai de très chouettes souvenirs de ces moments, l’odeur entêtante de la peinture, le calme de la nuit, la chaleur étouffante, la voix de Mathieu Garrigou-Lagrange, des textes lus, des extraits de Gatsby, d’Une chambre à soi, des anecdotes d’écriture de la Comtesse de Ségur ou de Joyce Carol Oates… J’en ai écouté des dizaines et des dizaines, des podcasts, ces nuits de travaux : F.S. Fitzgerald, la Comtesse de Ségur, la fratrie Brontë, Joyce Carol Oates, Virginia Woolf, mais aussi les épisodes sur les séries, Six Feet Under, Sopranos…

img_3173
notre chambre, peinte en blanc et rose, les restes de peinture du salon, et décorée de touches de bleu russe

Après ces sept mois de travaux, nous avons décidé de faire une pause. Il reste une chambre à rénover au rez-de-chaussée, et toutes les boiseries (volets, porte, garage) à repeindre en bleu-gris. Il y a aussi le sous-sol, à rafraichir et aménager. Mais nous avons besoin de profiter un peu, d’abord, de notre jolie maison, et financièrement de nouveaux gros travaux sont inenvisageables pour l’instant, ou alors au détriment du reste. Nous avons envie de nous reposer, de savourer, de passer du temps avec Little (qui a été un peu négligé, pendant les travaux, forcément), et de dépenser nos économies dans un voyage plutôt que dans du plâtre et du ciment ^-^ … Ça attendra un peu !

img_2894
la chambre de Little, peinte dans un gris aux reflets lavande très doux

 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 

Vœux pour 2019 : ce que je me souhaite de réaliser pour cette année à venir (une sorte de listes de résolutions, si l’on veut…)

img_3765

  • couture

Durant ces vacances de Noël, je ne sais pas comment, par quel mystérieux tour de magie, j’ai pu trouver le temps et la motivation de me remettre à la couture ! Cela faisait quelques mois que je n’avais pas utilisé ma machine à coudre, ou alors seulement pour faire des ourlets ou de minimes réparations. Mais là, je n’ai pas chômé, puisque dimanche dernier, j’ai coupé deux patrons pour coudre deux robes, et hop je les ai cousues en deux jours. Je souhaitais porter l’une d’elles au réveillon du nouvel an, mais malheureusement je ne l’ai pas finie à temps (je l’ai terminée le lendemain… dommage…). Mais peu importe ; remettre le pied à l’étrier a généré un sentiment de satisfaction immense et m’a redonnée envie de coudre, beaucoup. Dans la foulée, j’ai donc fait l’acquisition d’un nouveau patron (la blouse Eugénie d’Atelier Scämmit, pour tout vous dire) que j’ai découpé hier, et je me suis lancée dans un patron que je possédais déjà mais qui me semblait difficile. Hier, je l’ai découpé aussi, comme ça pas de marche-arrière possible, le tissu est prêt, il ne me reste plus qu’à coudre (enfin, « plus qu’à »… c’est vite dit !). Cette année, j’aimerais être plus régulière, et m’éloigner des patrons rebattus que j’ai cousus des dizaines de fois. Ma garde-robe ne demande que ça, je n’en peux plus de ne porter qu’un modèle de blouse et qu’un modèle de robe, aussi jolis soient-ils. Il faut que je me renouvelle.
Bon, pour tout vous avouer, lorsque j’ai montré, toute fière, ma dernière robe cousue main à Robinson, il l’a regardée et m’a dit : « Hum, oui c’est bien… Mais tu sais, ton truc à toi, c’est l’écriture. Tu devrais peut-être plutôt te concentrer sur ça… »  °_°  Ah ah ah ah… Le tact de cet homme me laisse toujours pantoise… 😉

img_e3766
voici la robe que je voulais me coudre pour la Saint Sylvestre, mais que je n’ai pas terminée à temps

  • voyage

Notre dernier voyage à l’étranger remonte à 2015. J’étais alors enceinte de trois mois, et nous avions passé dix jours à crapahuter en Écosse, dans un décor fantasmagorique entre montagnes, lacs gelés, lochs mystérieux et landes brumeuses. Depuis lors, nous sommes partis à la montagne pour faire du snow, à l’océan pour découvrir la Bretagne et arpenter la côte des surfeurs en camping-car, et nous avons campé dans les Alpes cet été. Mais repartir à l’étranger nous taraudait. Après avoir envisagé un voyage en amoureux dans de lointaines contrées, nos finances et notre envie de transmettre l’amour du voyage à Little nous ont fait envisager les choses sous un autre angle. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à booker des billets d’avion pour l’Angleterre ! Nous partons à la découverte du Yorkshire au mois d’avril, tous les trois ! Je vous en parlais dans ce billet, c’est le voyage de Bakpoki qui m’avait donné terriblement envie de découvrir le nord de l’Angleterre, terre sauvage et littéraire à souhait. Sur les traces des Brontë, d’Harry Potter et même de … Robin des Bois paraît-il (!) -> information à confirmer…. ! Nous ferons aussi un petit tour par Birmingham, pour visiter la ville des Peaky Blinders, série que nous adorons et dont l’ambiance industrielle et sombre nous fascine.  Je suis ravie, j’ai hâte de repartir en terre anglo-saxone, d’entendre parler anglais dans la rue, de boire des bières et de manger des frites dans des pubs, de randonner dans des paysages accidentés de falaises, de montagnes, et de me perdre dans des vallons couverts de bruyères et humides de tourbe. Nous avions envisagé l’Écosse ou l’Irlande, mais les horaires de vol et/ou les tarifs étaient dissuasifs. Le Yorkshire était sur ma liste de voyages rêvés, et les vols pour Manchester correspondaient mieux à nos contraintes. C’était écrit, voilà tout…

foret

  • écriture

2019 sera placé, je l’espère, sous le signe de l’écriture ! Tout d’abord, cette année, je participe à nouveau au concours de nouvelles de l’Eveil Plumes (pour la cinquième fois ! On dirait que je deviens une fidèle de l’association…). Le sujet, Jeux Interdits, m’a assez inspirée pour que, contrairement à mes habitudes, je sois déjà bien avancée dans l’écriture de ma nouvelle (les autres années, je m’attelais à la tâche durant les vacances de février, soit deux ou trois semaines avant la date limite d’envoi des manuscrits…^-^).
Et puis, autre projet ! À force de participer à ce concours, je commence à accumuler un petit nombre de nouvelles que je souhaiterais réunir en un recueil, et que j’aimerais auto-publier. Je n’en suis qu’aux prémices de ce projet, mais cette idée me motive pour écrire encore et encore. J’ai envie d’élargir mon horizon, j’ai envie d’y croire et de me lancer. J’ai toujours voulu devenir écrivain, il faut que je croie en moi sans attendre que quelqu’un d’autre le fasse à ma place. Il n’y a que moi qui pourrai provoquer ma chance, n’est-ce pas ? J’ai envie de foncer, de tout faire pour essayer, quitte à échouer. Je préfère les échecs aux regrets. Bien sûr, je vous en reparlerai en temps voulu. Tout cela n’est qu’à l’état d’embryon d’idée, pour l’instant.
Enfin, comme je l’ai évoqué dans le bilan ci-dessus, j’ai commencé un nouveau projet de fiction intitulé Wanaka Blues, une histoire qui se déroule en Nouvelle-Zélande, en été. Comme je suis extrêmement sensible aux saisons et incapable de me projeter dans les beaux jours lorsque c’est encore le plein hiver, je ne parviens pas à avancer sur ce projet actuellement. J’attends le retour du soleil pour m’y remettre, je sais que le déclic se fera de lui-même. Mon inspiration est vraiment fluctuante en fonction de la météo, je suis une véritable ourse polarisée entre l’hiver et l’été, sans demi-mesure, ah ah ah…

Mon mantra en 2019

img_3660
le givre, à Noël, chez mes parents

Voilà pour ce billet de changement d’année. J’aime bien cette idée de la page qu’on tourne, des souvenirs qu’on garde et de la feuille vierge qui s’offre à nous. Dernièrement, je ne sais plus où, j’ai lu une sorte de mantra qui disait, en substance : notre vie entière est à l’image de ce qui remplit une de nos journées, ou quelque chose comme ça. Cela m’a fait prendre conscience qu’à force d’attendre de vivre de grands moments inoubliables, j’en oubliais parfois un peu le doux quotidien. Et aussi, que passer mes journées à faire des tâches ménagères, à ressasser des soucis, à m’énerver avec Little ou à scroller sur internet reflétait une bien piètre image de ma vie, loin de celle que j’aspire à avoir. Alors, j’ai envie d’inverser la tendance, et d’envisager chacune de mes journées comme le reflet de ma vie entière. Cette semaine, j’ai fait trois randonnées, j’ai passé beaucoup de temps dehors, j’ai lu et cuisiné avec Little, j’ai beaucoup joué avec lui aussi, j’ai pris le temps de préparer des recettes que je n’avais pas faites depuis longtemps, j’ai essayé d’être présente pour mes amis, de prendre des nouvelles… bref, je me suis dit que mes journées devaient être remplies de plus de belles choses, et de moins de négatif (boulot, tâches ménagères, routines obligatoires mais que je vais essayer de mieux diluer dans ma semaine…). Tâchons de mettre ce mantra à exécution en 2019 !

 

Et vous alors ? Votre bilan 2018 est-il plutôt positif ou, comme pour nous, l’impression d’un tourbillon un peu éreintant qu’on est content de vois s’achever ?

Quels sont vos vœux pour 2019 ? Des bonnes résolutions ?

À très bientôt, et encore une belle année à vous !

 

NB : toutes les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Wild life

wildchild dehors

Cet été, nous sommes partis en vacances tous les trois, au mois d’août. Après avoir longé la côte Atlantique (et visité une partie des Pyrénées) en camping-car ces deux derniers étés, cette année nous avons choisi de partir près de chez nous, dans les Alpes. L’an passé, le camping-car avait été une contrainte plus qu’une liberté de déplacement. Nous qui aimons bouger, nous étions sentis limités par la taille imposante et toute la logistique du camping-car. Avant cela, les deux précédentes expériences du « road-trip » que nous avions eues, c’était dans un camion aménagé, bien plus petit et maniable. On s’était sentis plus libres. Mais cet été, nous n’avions pas envie de route, ni d’habitat « dur ». On avait envie de la plus extrême des simplicités, de revenir à un mode de vacances basique, sans contrainte, encore plus proche de la nature. La tente, économique et pratique, s’est rapidement imposée comme le meilleur choix pour des vacances « slow » en famille.

tentenotre tente XXL

Je vous avouerai que je n’étais pas à 100% convaincue : camper, en montagne, avec un enfant de trois ans extrêmement énergique et qui, ces derniers mois, a du mal à aller se coucher, me paraissait être une grosse galère, non pas des vacances de rêve. Mais, Robinson et sa force tranquille m’ont rassurée, et puis mon côté aventurier (« plus c’est risqué, plus ça me plait »…) n’a pas voulu se laisser impressionner par des craintes de maman-poule. (Car, oui, cohabitent en moi deux types de personnalités : une pirate tout feu tout flammes, et une mère louve qui s’oublie pour ne penser qu’au bien-être de son petit (et franchement, c’est souvent agaçant)). 
Bref.
Je voyais déjà le tableau : une tente difficile à monter, des heures d’acharnement pour planter des sardines, un coup de vent qui ferait tout s’envoler, des nuits sous la pluie à regarder l’eau gouter sur nos matelas, un Little survolté par l’absence de murs, de portes, de « limites », un enfant qui s’échapperait à la première occasion, les ronflements d’un voisin de tente qui nous empêcheraient de dormir, l’intérieur de la tente sali et mouillé à cause des allées et venues à l’extérieur, le réchaud qui nous lâcherait et l’impossibilité de manger chaud alors qu’on grelotterait, trempés de la tête aux pieds car l’orage nous aurait surpris au milieu d’une randonnée… Vous voyez le genre? Je me faisais des films d’horreur totalement dissuasifs. Des vacances en tente, avec un enfant en bas âge… Euh… Je n’étais pas tout à fait prête…

Et puis finalement, au milieu du mois de juillet, je me suis rendue à l’évidence : car de toutes façons, toutes les autres options étaient à oublier, il n’y avait plus de place dans les résidences de vacances, les chalets étaient tous loués ou hors de prix, et seule la tente restait envisageable. J’ai sans doute, inconsciemment, laisser le temps passer pour que le destin choisisse pour moi en quelque sort, et que je n’ai plus d’autres solutions que celle de lâcher prise et de me jeter à l’eau. Ok, alors, dans ce cas, ce sera la tente. Oh God, help us all… !
(-> petit clin d’oeil à mon film chouchou)
(La la land)

Nous avons choisi deux destinations, dans les Alpes du Sud : une première semaine à Briançon et la station de Serre-Chevalier, puis une deuxième semaine vers Gap, au lac de Serre-Ponçon. Nous avons volontairement limité le nombre de destinations, car pour une fois, nous n’avions pas l’intention de voyager en itinérance. En effet, notre grande tente familiale nécessitait une heure d’installation et une heure de désinstallation, or nous n’avions pas envie de passer nos vacances à ranger, nettoyer, monter les piquets, etc… Cependant, rester une semaine dans un camping ne signifiait pas rester immobiles : nous avons rayonné à partir de notre point d’attache, et visité tous les alentours de nos deux destinations. Il n’y a pas eu une journée où nous sommes restés au camping, dans la tente. Vacances en camping, d’accord, mais pas dans l’idée d’y avoir le même quotidien qu’à la maison !

mum and son« Little ? Lâche la jambe de maman s’il-te-plait… »

A quoi ressemblaient nos journées ?

Réveil vers 8h : petit-déjeuner dehors, à la fraîche. Robinson allait acheter du pain pendant que je faisais chauffer de l’eau pour le café, et que Little émergeait doucement et buvait son lait chocolaté.

Préparation : tenue de randonnée, avec une polaire le matin. Robinson préparait le sac à dos pour le pique-nique, tandis que je faisais un peu de rangement dans la tente et qu’on habillait Little.

Trajet en voiture : en route pour la randonnée du jour, sélectionnée par Robinson. Ce qui est génial, en haute montagne, c’est qu’il y a de quoi faire en terme de balade !
Généralement, on faisait entre 30 et 45 minutes de route pour atteindre le point de départ. Les routes de montagnes sont tellement belles que le chemin valait largement la destination !

pluieRobinson, et Little dans le porte-bébé. Et la pluie qui nous a trempés en plein milieu de la randonnée… ^-^

Vers 10h : arrivés au départ de la randonnée, on installait le sac porte-bébé, on chargeait les bouteilles d’eau dans le sac à dos, et hop c’était parti pour la grimpette.

Little marchait chaque jour de 3 à 4 kilomètres, ce qui est énorme pour un petit de 3 ans, surtout avec les dénivelés que l’on faisait (entre 500 et 600 mètres par jour). Il marchait plus volontiers dans les descentes, mais a fait un certain nombre de montées aussi ! Les randonnées en montagne, avec leurs racines qui traversent les chemins, leurs grosses pierres, leurs cairns (ces pyramides de cailloux qui indiquent qu’on est sur le bon chemin), leurs torrents, leurs ponts de fortune, et tous les animaux qui y passent et paissent, sont de fabuleux terrains de jeux pour les enfants.

chèvresAnimaux mythologiques ? Regardez donc les cornes incroyables de l’animal tout à gauche !

On s’est régalés, on a couru dans des pentes abruptes, on s’est roulés par terre, on a traversé des torrents glacés, on a approché des moutons, des chèvres aux cornes extraordinaires, des centaines de vaches en file indienne, et on a pu observé des marmottes et un nombre impressionnant de gros criquets aux couleurs chatoyantes.

rivierePas le choix, pour continuer à avancer, il fallait traverser la rivière. L’eau était si gelée que j’ai cru que j’allais rester bloquée au milieu du torrent, j’étais paralysée par le froid !
les deux autres, ça ne les a pas du tout dérangé ! De vrais hobbits… 

Une fois arrivés au sommet, c’était l’heure de déjeuner. Nous avions un rituel, et toujours le même type de repas (afin que ce soit plus simple pour les courses et pour préparer le sac le matin) : avocats qu’on tartinait sur du pain, fromage frais (type Kiri, Tartare…), une tomate chacun, des carottes crues épluchées, parfois une poignée de chips, des oeufs durs, et des gourdes de compote ou des nectarines en dessert. Little était un vrai petit randonneur, avec ses chaussures de marche, sa polaire, sa faculté à s’adapter à tous les terrains, son plaisir de manger au grand air, au sommet d’une montagne ou au bas d’un glacier, sans se soucier d’être bien assis ou de ne pas avoir de table…

lac glacier
Little et Robinson traversent un lac près du glacier, vers le Monnetier-les-Bains.

Nous randonnions durant 4 ou 5 heures, Robinson portait Little lorsque celui-ci n’avait plus envie de marcher (et que c’est difficile, de randonner avec un enfant de 18 kilos sur le dos, plus le poids du porte-bébé qui n’est pas tout léger non plus…! Mais c’était en quelque sorte le prix à payer pour faire ce qu’on aime le plus : profiter des paysages en randonnant, être dehors toute la journée et marcher, grimper, encore et encore…)

Vers 15 ou 16 heures, nous rentrions au camping et profitions de la piscine et de son emplacement paradisiaque, entourée de montagnes. Little est un vrai poisson, il se jetait dans l’eau, dans le grand bassin, sans hésitation. Il aurait pu rester, comme tous les enfants, des heures dans la piscine. Mais vers 18h, il fallait prendre les douches, puis c’était l’heure de l’apéro (rituel sacré des vacances ^-^).

pano2
Chalet perdu dans un cirque

Apéro : soit à la tente, dehors, à la fois fourbus et revigorés de notre marche de la journée. Nous savourions nos bières fraîches, quelques olives et carottes, et Little engloutissait sa grenadine. Pendant ce temps, nous faisions cuire des pâtes.
Parfois, nous prenions l’apéro au bar du camping, car dans le second camping où nous avons séjourné, il y avait un restaurant bar très sympa, avec une belle déco mélangeant styles indus et bohème comme j’aime. La terrasse, faite de bric et de broc, de gros coussins bariolés, de lanternes multicolores et de braseros, était particulièrement accueillante et pratique puisqu’elle donnait directement sur la petite aire de jeux du camping. Ainsi, nous pouvions boire notre bière tandis que Little s’amusait sur le toboggan avec d’autres enfants. Souvent, nous restions pour manger des frites ou une pizza, pour changer un peu de nos traditionnelles pâtes.

piedsMes chaussures de marche, fidèles compagnes depuis notre tour du monde en 2013 !

Oui, vous pouvez le constater, nos repas, en camping, sont assez spartiates et monotones, mais cela ne nous pose aucun problème (et pourtant, vous savez que je suis une gourmette!). Un bon plat de pâtes pour récupérer chaque soir et absorber des sucres lents pour la randonnée du lendemain, des légumes et des protéines accompagnés de féculents le midi pour reprendre des forces, et un solide petit-déjeuner à base de fruits, de pain (et de café ^-^) chaque matin. L’un dans l’autre, nous parvenions à avoir un certain équilibre dans notre alimentation, tout en ne nous prenant pas la tête pour la liste de courses et l’élaboration des menus.

(Bon, et puis, pour ce qui est des frites, des pizzas et des bières, eh bien il faut bien se faire plaisir, non ? Surtout qu’on se dépensait assez la journée pour mériter ce genre de petites friandises… Lâcher prise, je vous ai dit que c’était le mot d’ordre de nos vacances…  ^-^)

😉

Le coucher : vers 21h, nous couchions Little, qui, après une histoire (la Belle et la Bête ou bien le Livre de la Jungle, conté dans le noir de sa chambrette, accompagné des chants que papa et maman connaissent par coeur, ah ah…), s’endormait sans trop de problème. Nous préparions notre traditionnelle tisane (c’est un rituel, ça aussi, mais qu’on a toute l’année! Avec Robinson, on partage chaque soir une délicieuse tisane à base de lavande, de vanille et de fleur d’oranger, comme un petit papi et une petite mamie…) qu’on buvait dehors, sous les étoiles. Puis, armés de nos lampes frontales, on rentrait dans notre chambrette et on lisait. On s’endormait assez tôt, car en camping on est vite subordonné par le rythme du soleil. Nous avons eu de la chance, nous n’avons eu qu’un voisin ronfleur, et ce pendant 3 ou 4 nuits seulement, des nuits où il a beaucoup plu et où le bruit de la pluie couvrait ses ronflements. Dans l’ensemble, nous avons (étonnement! ) très bien dormi.

tente inside
L’intérieur de la tente, les deux chambres côte à côte.

*** Ah,et, en réalité, les tentes sont assez imperméables pour que la pluie ne transforme pas l’intérieur de la tente en piscine. Ouf! ***

glacierLe glacier, majestueux.

Lors de nos randonnées, nous avons pris des télécabines (Little est fan des télécabines et des chasses-neige), et puis surtout, nous avons admiré des paysages sublimes : un glacier (je suis fascinée par les glaciers, depuis notre passage au Franz Joseph Glacier en Nouvelle-Zélande), des lacs de haute montagne et de moyenne montagne, à la couleur bleue polaire magnifique, des sommets enneigés, des sommets d’alpage, des forêts, des cirques immenses, des prairies… La montagne est définitivement mon environnement favori. Je ne sais pas, j’ai du être bouquetin ou ourse dans une autre vie 😉

nb
L’immensité des paysages, la nature brute et sauvage, et personne d’autre que nous.

 

Les avantages de ces vacances d’été en montagne ?
Nous n’avons pas eu chaud. Et nous qui n’aimons pas trop la chaleur, étions ravis. Enfiler la polaire le matin, puis dès 10h être en tee-shirt et short, pour enfiler à nouveau la polaire vers 20h le soir, c’est un rythme idéal pour nous. Je n’ai pas eu à craindre les fortes chaleurs des après-midis (et les galères que cela implique quand on doit gérer un petit enfant qui s’énerve car il fait chaud, et qu’il faut limiter les activités à cause de la chaleur…).
L’autre avantage est qu’il n’y avait pas grand monde, le bonheur ! Nous n’avons pas vécu les embouteillages sur les routes, la piscine du camping surpeuplée, les randonnées en file indienne (oui, ça existe, on l’a vécu en Corse au mois d’août…!!) ou les parkings bondés. Nous avons profité de la piscine avec 4, 5 ou 6 autres personnes seulement ! Nous étions très souvent seuls lors de nos randonnées, ou alors nous croisions une ou deux personnes par heure. Bref, on ne se marchait pas dessus. Nous n’avons pas été trop stressés, du coup, ce qui est tout de même un luxe aujourd’hui, quand on part en vacances en plein mois d’août !

pano1
Panorama d’un lac, et Robinson qu’on aperçoit à peine dans l’ombre des arbres, à gauche.

 

Les vacances ont été aussi fabuleuses que mes craintes avaient été paralysantes. Je ne m’attendais pas à ce que tout se passe aussi bien, et puis finalement la magie a opéré. Little a été adorable, heureux et sautillant comme un petit cabri de montagne. Il s’est régalé de randonnées, de baignades et de la vie au grand air, et il n’a pas eu besoin de plus de jouets pour s’occuper que ses Duplos le soir, lorsqu’on préparait l’apéro, ou lors des moments de transition (rangement de la tente pour changer de camping, préparation du sac le matin…).

legosLes legos, toujours rangés dans l’hyper pratique sac de jeux « Play and Go », si indispensable aux familles que nous en achetons systématiquement pour tous les bébés naissant dans notre entourage ! C’est le cadeau parfait, le nôtre, on le traine partout !

Il a beaucoup « lu » les cartes de montagne et de randonnées, il s’amusait à repérer les chemins tracés sur les plans. On l’a vu vraiment grandir durant ces quinze jours de vie dehors. Il posait énormément de questions sur tout ce qu’on observait durant nos balades, et on sentait qu’il savourait les nouveaux mots que lui offraient ces paysages grandioses : torrent, marmotte, sentier, sommet, lac, glacier...

wildchild
Petit aventurier

Le retour à la réalité a été rude, comme toujours. Après avoir vécu en meute resserrée durant un mois (car nous avons vadrouillé deux semaines avant de camper deux autres semaines dans les Alpes), j’ai eu du mal à quitter mes deux hommes pour reprendre le chemin de l’école. Mais mon plus grand bonheur, c’est que cet été, j’ai eu la confirmation que nous pouvions être heureux avec peu, une tente à 250 euros qu’on réutilisera plusieurs fois (et qui, en 2 semaines de camping, a déjà été amortie), et du matériel de camping que nous avions déjà. Un sac de Duplos, des chaussures de marche, nos casquettes et juste nous trois. Et hop, à deux heures et demie de chez nous, nous voilà propulsés en vacances, dépaysement complet et lâcher prise garanti.
Quel ressourcement !

longuevue
Vue sur le lac de Serre-Ponçon

Je vais m’arrêter là car je pense que vous m’avez comprise ; la vie au grand air, le minimalisme, même avec un enfant, c’est possible. Et maintenant que je l’ai expérimenté avec un enfant, et que tout s’est bien passé,  je me dis que ce sera possible aussi, plus tard, si notre famille s’agrandit, de continuer à faire des choses qu’on aime, comme randonner, camper, peut-être même bivouaquer en camping sauvage… et retrouver ce sentiment de liberté qui m’a tant marquée lors de notre grand voyage autour du monde et que, je crois bien, je recherche constamment depuis.

chevaux
Arrivés au sommet d’une des randonnées les plus difficiles, au dénivelé épuisant. Mais le jeu en valait bien la chandelle…

 

Et vous alors, vos vacances ? Vous êtes plutôt plage, montagne, grandes villes ? Et niveau confort, ce serait plutôt tente et réchaud à gaz, ou hôtel 4 étoiles et room service ? 😉

Avez-vous déjà expérimenté les vacances wild and slow avec des enfants ? Ou seul(e) ?

Racontez-moi tout ! Et je vous dis à très bientôt !

 

chaletToutes les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre vie à temps partiel

Cette année, j’ai eu la chance (et je l’ai encore pour les quelques semaines d’école qu’il reste avant les vacances) de travailler à mi-temps. Soit, de ne travailler que du mercredi matin au vendredi midi. Et de pouvoir rester chez moi, avec Little, les lundis et mardis. Alors, outre que je n’ai pas subi la fameuse et hebdomadaire « déprime du dimanche soir », j’ai pu profiter de ces deux jours à la maison pour passer plus de temps avec mon fils – ce qui était le but, n’est-ce pas ?!
Ce mi-temps, il était nécessaire dans notre équilibre familial, et répondait au désir de ne pas mettre trop Little à garder (en crèche, cette année). Mais cela me permettait aussi (et ce dans une vision tout à fait classique et traditionnelle de la famille, je vous l’accorde) d’avoir du temps pour toutes ces tâches du quotidien qui peuvent rapidement submerger un couple si on attend le week-end pour les faire – et surtout, si on doit tout faire le week-end, il devient difficile de passer du temps de qualité avec ses enfants, ou en couple, justement… Bref, les lundis et mardis, je range la maison, je fais un peu de ménage, je boucle mes lessives entamées le week-end, je passe les appels importants et prends le rendez-vous (administratifs, médicaux, livraisons diverses), j’avance dans nos tâches afin que, les trois jours de fin de semaine où Robinson et moi travaillons et où Little va à la crèche, ce ne soit pas trop la spirale infernale du « métro-boulot-dodo ».
J’ai de la chance (enfin, moi, je trouve ça normal, parce-que mon père m’a élevée en me donnant cette image là) car Robinson participe à moitié dans les tâches quotidiennes. Et pourtant, si on suivait vraiment un schéma traditionnel, étant donné que je ne travaille qu’à mi-temps, je devrais accepter de faire plus à la maison. Mais, d’un accord tacite, cette disponibilité que j’ai la chance d’avoir en début de semaine, on a décidé qu’elle devait en grande partie être dédiée à l’éducation de notre fils (l’éducation, dans le sens d’être présent et disponible pour lui, pour l’éveiller, pour jouer avec lui, pour lui proposer des activités en famille).

Aussi, les lundis et mardis, je fais un peu de ménage, de rangement, de courses, mais surtout, je passe du temps avec Little. Je m’occupe de lui, je joue avec lui, on lit, on va faire du vélo, des promenades, du jardinage… Et ces moments, pas toujours réussis, pas toujours « photographiables », ou qui ne ressemblent pas toujours à l’idée que je m’en faisais (parce-que rien, avec un enfant, ne peut être sous contrôle !) sont malgré tout des petits souvenirs que je nous créé, des apprentissages qui le rendent plus autonome, plus « grand », et des partages qui cimentent notre complicité.
Parfois, il y a des journées parfaites. Elles sont extrêmement rares, mais inoubliables. De celles où je ne me sens pas oppressée par un truc à faire (le boulot, le rangement, les rendez-vous…) et où je parviens à me rendre disponible, vraiment disponible, physiquement mais surtout mentalement. De celles où je ne me dis pas « bon, vite, que la sieste arrive et que je puisse avoir un peu de temps rien que pour moi… ». De celles où on ne se fâche pas, Little et moi (eh oui, ça arrive. On a beau prôner une éducation bienveillante, douce et positive, parfois on se frictionne, parfois je crie et gronde, Little est un enfant comme tous les enfants, qui teste les limites, fait des « bêtises » et, parfois, n’en fait qu’à sa tête… et je suis comme toutes les mamans, parfois épuisée, parfois sans patience, et irritable.)
Et puis le reste du temps, ce sont des journées imparfaites, avec des ratages, des moments de flottement, de l’ennui parfois (pour Little), du stress aussi (pour moi), et des choses-qui-ne-vont-pas-comme-on-veut, générant une certaine frustration. Quand on est à temps-partiel, qu’une belle journée libre se profile, on a envie d’en profiter et que tout soit parfait. Mais la réalité n’est jamais aussi prévisible et parfaite. Pourtant, ça donne des journées non moins réussies, mais juste un peu plus fatigantes, et dont le sentiment de satisfaction final est sans doute moins éclatant ^-^

Voici à quoi ressemblent, la plupart du temps, ces deux journées mi-réussies mi-ratées, « hors du temps » dont nous avons la chance de profiter chaque semaine, Little et moi.

 

Nous passons beaucoup de temps dehors

À présent que vous avons la chance inouïe d’avoir un immense jardin dans un village très vallonné, nous en profitons au maximum, quel que soit le temps ! Le matin, on joue un peu à l’intérieur, puis vers 10h on sort. Cache-cache dans le jardin, lancés de Vortex, balançoire dans le grand cèdre, bac à sable… Il y a de quoi faire dans notre jardin, ce qui ne nous empêche pas de le quitter très souvent pour vagabonder à l’extérieur.
Depuis quelques semaines, je sais attacher le porte-vélos sur ma voiture toute seule (grande fierté ^-^) alors j’embarque mon VTC et la draisienne de Little pour que nous allions rouler le long de la Saône dans le village voisin (notre village est vraiment trop pentu pour que Little puisse faire de la draisienne dans la rue, et les trottoirs ne sont pas assez sécurisés. Je préfère les chemins déserts au bord de l’eau, sans voiture et bien plats, pour ses débuts de cycliste).

IMG_1841
Mon petit bolide, sur sa draisienne, rejoignant les berges de la Saône.

Lorsqu’on est n’est pas à vélos, on fait de grandes promenades à pieds. Ce matin, on est carrément allés randonner, dans la forêt d’un village à côté. C’était fabuleux. Nous avons marché 1 heure et demi, fait 4 kilomètres (ce qui me paraît énorme pour un petit garçon de 2 ans trois quarts), sur des chemins de cailloux qui grimpaient secs et dégringolaient tout aussi abruptement. On s’est régalés, même si Little était bien fatigué après cette marche. J’étais fière de lui, j’espère qu’il aimera autant la randonnée que ses parents.

IMG_1880
Mini-Robinson des bois, entre la forêt et les prés.

 

On joue, on joue, on joue…

Little est dans cet âge où il pourrait passer ses journées, entières, à JOUER. Même dans son sommeil, car parfois il parle en dormant, il lui arrive de demander : Tu peux jouer ? (C’est trop, trop mignon… ❤ )
Ses jeux favoris sont les voitures et les Legos. Ses petites voitures sont une vraie passion. Il y joue des heures (fractionnées, bien sûr ^-^). Il a un garage (qui vient de chez Emmaüs, 1 euro…), un morceau de gouttière provenant d’un magasin de bricolage (pour faire office de toboggan de voitures), et un bout de planche en bois, un autre toboggan pour les voitures. Et ça l’occupe énormément. Sauf que, lui, il aime bien quand je joue avec lui, mais moi les voitures, ça ne m’inspire pas ! Autant, j’aime lire des histoires, jouer aux Legos, aux kaplas, etc… mais les voitures, je n’ai jamais su y jouer, même avec mon petit frère quand nous étions petits ! Alors j’ai cherché sur internet (oui oui, il y a des gens qui ont pensé aux parents, comme moi, qui sont à court d’idée quand il s’agit de jouer aux petites voitures avec leurs enfants ^-^) et j’ai trouvé quelques pistes. De toutes façons, Little aime que je lui fasse les mêmes histoires : les voitures de police poursuivent les voitures des « méchants », les arrêtent, mais elles s’enfuient, elles se cachent, on les cherche. Ou alors, on créé de gigantesques embouteillages ou accidents (coucou l’humour morbide des enfants… on en parle ? 😉  )

Ce que je préfère, c’est jouer aux Legos. Enfin, aux Duplos, plutôt, ces gros Legos pour les plus petits. Avec ce jeu, ça marche par phase : on a eu une longue période construction de maison, avec toutes les pièces, les toilettes, la cuisine, la salle de bain… Puis on est passé par une période « manège », on essayait de reproduite un grand carrousel avec tous nos animaux. Il y a eu une petite phase « Parc de la Tête d’or », durant laquelle on construisait un zoo, un jardin botanique, une mare aux canards… Une longue (trop longue) période construction de garages de voitures (les voitures, toujours…) et en ce moment, c’est passion lavage-auto. On s’éclate bien. Dernièrement, j’ai décidé d’agrémenter mon complexe lavage-auto d’une cafétéria pour que nos petits bonshommes Duplos puissent boire un café pendant que leur voiture se fait laver. On a aussi ajouter un camion-marchand de glaces, car il y a un glacier dans un des livres qu’on lit, et que Little aime beaucoup les glaces (évidemment…). Voyez, je m’amuse beaucoup, avec les Duplos… ^-^

IMG_1885
Les Duplos en action : notre magnifique lave-auto (on entre par la barrière à droite, puis on passe sous la cafétéria…)

On vit et on partage « local » :

Vivre à la campagne, dans un village, résulte bien sûr de notre volonté de plus de calme et de nature, de plus d’espace et d’un désir de ralentir. Mais autre chose m’attirait aussi dans le concept : la vie en communauté. Faire partie d’un village, c’est avoir la possibilité de s’y investir, de connaître tous ces voisins, d’échanger avec eux, de donner un peu de son temps aussi pour faire vivre l’endroit où l’on vit. Je ne désire pas forcément connaître tout le monde (et encore moins être connue de tous mes voisins!) mais j’aime ce côté « proximité » et « communauté » qui donne un sens à notre exil urbain. J’ai envie de m’investir dans la vie locale, ici dans nos villages, je me sens plus citoyenne, plus actrice éco-citoyenne, qu’avant. Et bien sûr, j’essaie de communiquer ces enjeux à mon petit garçon, car ce sont des choses qui ne s’apprennent pas dans des livres ni à la télé, mais bien en les vivant, en les expérimentant directement.
Je suis bénévole pour la bibliothèque, et nous y passons aussi régulièrement Little et moi, pour y emprunter quinze livres pour lui. Little adore les livres et je nourris ardemment sa passion en lui donnant la possibilité de lire de tout et beaucoup. Aller à la bibliothèque municipale lui permet aussi de rencontrer mes « collègues » bénévoles, de fréquenter des lieux culturels très différents de la grande médiathèque de Lyon ou des librairies où je l’emmène souvent. J’espère pouvoir un jour dégager plus de temps encore, pour m’investir dans une seconde association et lui montrer que, donner du temps, pour les autres, apporte du sens et rend heureux.
Un autre rituel de nos journées « off » consiste à nous rendre chez Ben, un maraîcher rencontré au marché des quais à Lyon, et qui nous a fourni pendant quatre ou cinq ans tous nos légumes hebdomadaires. Lorsque nous avons déménagé et que j’ai su que son exploitation était à quelques kilomètres de notre village, je lui ai demandé si nous pourrions, désormais, venir directement chez lui pour nous ravitailler. Et il a accepté.
Et c’est encore mieux que ce que j’espérais ! Ben est un cultivateur plutôt bio/naturel, il a de grandes serres et quelques bêtes au milieu de nulle part. Y aller est, chaque mardi, un grand moment. Little entre tout seul dans la basse cour, pénètre dans le poulailler, se faire suivre par l’énorme dindon qui l’adore, va saluer le cochon, cherche les poussins, ramasse les œufs. Et puis surtout, il eut s’adonner à une autre de ses passions : les TRACTEURS. Et Ben s’en donne à cœur joie : il montre à Little toutes ses machines, le fait grimper sur les tracteurs, lui donne des carottes fraîchement cueillies et lavées que mon fils croque allègrement, avec la peau ! Ben nous fait toujours visiter les serres, nous montre la progression des plantations, il m’explique plein de choses que j’essaie de remettre en pratique ensuite dans mon potager. Il m’a donné les graines des radis que j’ai semés et récoltés (et mangés !), des pieds de salades… Au fur et à mesure de nos visites dans son exploitation, c’est devenu un copain. On y reste toujours trois quarts d’heure, environ, je bavarde, je regarde émerveillée, Little patauge dans les flaques de boue et traîne avec son ami le dindon. C’est un moment hyper simple, mais génial, dont on ressort toujours très heureux (et surtout, alourdis de plusieurs kilos de légumes de saison). Je ne vous dirai pas, en plus, que les légumes de Ben sont une tuerie gustative, que ses épinards sont les meilleurs que j’ai jamais mangés, que ses carottes sont douces et sucrées, que ses tomates sont les meilleures du marché et que, chaque samedi et dimanche, c’est devant son stand qu’il y a la plus longue file d’attente du marché ^-^

IMG_1686
Little devant les serres, chez Ben

Tous les trois (fin de semaine)

Après ces deux jours parfois merveilleux parfois intenses, il est temps de retourner travailler, pour moi, et de retrouver les copains de la crèche, pour Little. Généralement, lui est assez content d’alterner entre ces moments en famille et ces trois petites journées en collectivité avec des enfants de son âge. Je trouve que c’est plutôt bien équilibré, il partage beaucoup avec nous, ses parents, mais a aussi des contacts avec des petits, et apprend les contraintes, les joies et les difficultés de la vie en groupe. Ce sont comme des respirations, ces temps hors de chez nous, avec d’autres personnes. Ça nous permet de reprendre un peu d’énergie, de souffle, pour savourer à nouveau la vie de famille trois jours plus tard.
Lorsqu’on se retrouve tous les trois le vendredi, on a notre rituel : l’apéro en famille. Grenadine pour Little, bière ou vin pour nous, quelques olives et, depuis le retour des beaux jours, coucher de soleil depuis notre terrasse. On met de la musique et on se pose un peu, après la tornade des trois jours d’allers-retours à Lyon, de levers aux aurores, d’embouteillages, de réunions, de bruit…

IMG_1816
Depuis notre terrasse, le coucher de soleil sur les Monts du Beaujolais. Peut-on un jour se lasser de cette vue…?

Le week-end file, et ce sont les mêmes activités qu’on refait à trois cette fois : balades, jardinage, Duplos, voitures… Lorsqu’on veut des moments plus tranquilles, on sort les puzzles (j’adore faire des puzzles avec Little. On est très concentrés, et quelle satisfaction quand on termine !), ou alors la pâte à modeler et alors on organise un goûter pour les doudous : gâteaux orange, fruits bleus turquoise, saucisses jaunes fluos… Ça permet à Little de muscler ses petits doigts, et toutes les sensations tactiles induites par la manipulation de la pâte à modeler sont utiles à la maturation de son cerveau (cf les travaux de Maria Montessori). Et puis, malaxer, couper, étirer… ça détend, aussi !
J’essaie aussi de proposer au moins une fois par semaine, une activité d’arts plastiques, dessin ou peinture (parfois argile). Ça demande plus d’organisation (et c’est plus « risqué ») mais c’est indispensable pour compléter cet éveil que l’on souhaite pour Little. Les feutres et les crayons ne doivent pas être l’apanage de la crèche/l’école, selon moi. Et la créativité des enfants a besoin d’être stimulée, encouragée, dédramatisée. Quoi de mieux qu’une grande feuille recouvrant la table, des outils de toutes les couleurs et textures (craies grasses, feutres, gros et petits crayons de couleur, aquarelle, pastels…), quelques gommettes aussi, pour passer un bon moment, relativement calme, en famille ?

 

Encore du vélo…

Lorsque Robinson est là, nous profitons de son super VTT et de ses muscles (!) (n’oubliez pas que notre village est trop pentu pour que je puisse faire du vélo avec Little dans le porte bébé sur le porte-bagage…) pour faire du vélo tous ensemble dans le village. C’était une activité que j’adorais lorsque j’étais enfant : les soirs de printemps et d’été, vers 18 heures ou 19 heures, partir faire le tour du village en vélo, avec mon frère et mes parents. Les odeurs, les couleurs des soirs chauds sont incomparables à tout le reste. Pédaler le nez au vent, au milieu des champs de blé et de maïs, sentir les premiers barbecues qu’on allume, la pelouse fraîchement tondue, voir les piscines scintiller sous le soleil déclinant, entendre les bruits de la vie des gens, contents d’être en week-ends, détendus, profitant de ces belles soirées chaudes et douces… Little bien accroché dans le porte bébé sur le vélo de Robinson, et moi pédalant derrière eux, on file sur les petites routes désertes, on découvre notre campagne, et je suis projetée vingt-cinq ans en arrière, dans mon village d’enfance, sur ma bicyclette jaune…

IMG_1707
Robinson et Little pédalant devant moi, au milieu des champs sur une route du village.

Voilà, un billet encore une fois bien long (mais que je suis bavarde ! ) pour vous raconter ma vie, enfin, notre vie. Je crois qu’aussi, quelque part, c’était pour l’écrire et m’en souvenir. Ces moments passent vite, l’année scolaire est presque finie, et l’année prochaine je reprendrai à temps plein et Little ira à l’école. Nous n’aurons plus ces parenthèse des lundis et mardis mère-fils. Nous ferons sans doute toujours des Duplos, des randos et du vélo, mais tout sera concentré le week-end, et aura forcément, moins le goût de la slow life qui me plaît tant cette année. Mais je me sens déjà très chanceuse d’avoir eu ces temps partiels depuis sa naissance. D’avoir pu profiter de lui, comme ça.

A bientôt, au plaisir de lire vos réactions sur ce billet, comme d’habitude. Merci encore de passer par ici !

PS : j’ai tout à fait conscience que pouvoir travailler à mi-temps est un luxe, financièrement parlant. Je sais que ce n’est pas une opportunité donnée à tout le monde, et, même si je n’en parle pas plus dans ce billet, sachez que cette organisation de travail n’est possible pour nous que parce-que nous avons accepté de faire, par ailleurs, certains sacrifices. Sinon, financièrement, c’était impossible. Et malgré ces sacrifices, c’est une situation tout de même assez exigeante et contraignante financièrement, qui ne serait pas viable pour nous si elle devait se prolonger l’année prochaine. Nous avions l’opportunité de le faire cette année, nous l’avons fait, mais impossible pour nous de reconduire ce temps partiel une année supplémentaire, pour l’instant. Je tenais à être transparente sur ce point, car même si je suis bien consciente d’avoir cette chance, je n’ai pas écrit ce billet pour m’en vanter, ou le revendiquer comme étant le meilleur fonctionnement existant, ou quelque chose de ce genre, car je sais que c’est un luxe parfois impossible pour certaines familles et ce serait manquer de tact que de prôner ce mode de vie au détriment des autres organisations familiales que chacun peut trouver pour son foyer.

NB : toutes les photos de ce billet sont privées, non libres de droits, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.