Le truc qui a changé ma vie

Vous vous dites : elle va nous parler de son fils, de la grossesse, de l’accouchement, de comment ça a tout changé pour elle de devenir maman. Vous n’avez pas tort, bien sûr ça a changé ma vie. Mais ! Mais ce n’est pas de ça que je voudrais vous parler aujourd’hui !

Le truc qui a changé ma vie, c’est… le yoga.

Photo du 03-11-2015 à 18.45 (original)

Alors clarifions les choses d’entrée de jeu : je ne suis pas le prototype de la fille saine qui fait plein de yoga, dort yoga, parle yoga, se balade en leggings Lolé, son tapis roulé dans le dos, mange aryuvédique, pratique matin et soir et part en week-end avec d’autres yogis passionnés. Non, ma vie ne ressemble pas à ça, non pas que je n’aimerais pas cela, mais je n’ai juste pas le temps !  🙂

Je ne sais pas faire les postures inversées (le poirier, tous les trucs sur la tête, les équilibres sur le bras etc…), je ne suis pas souple (impossible de faire toucher mes genoux et ma tête, et ne parlons pas de grand écart), et ma vie est remplie d’un millier d’autres choses (un mec, un bébé, des copains, un boulot, des bouquins à lire, des randos, des bons repas, mon blog, le tissage, les fringues, mes parents, les voyages… et le reste !!) qui font que je ne suis pas cette fille là.

Mais j’ai quand même envie de vous raconter ce que le yoga a changé dans ma vie. Parce-que je suis cette fille comme vous, qui aimerait faire plus (de yoga, en l’occurence), mais qui n’a pas le temps, qui voit ses semaines filer à la vitesse de la lumière, qui râle car elle aimerait profiter plus de chaque chose, de chaque personne, de chaque situation, mais qui ne veut pas renoncer à remplir son emploi du temps de toutes ces activités qu’elle aime et qui colmatent les espaces libres entre les activités « obligatoires » ( = le boulot, les tâches ménagères… ^-^).

J’ai commencé le yoga car ça m’intriguait, ce tapage que l’on faisait autour de ce nouveau « sport » à la mode. Et puis, aussi, parce-que j’aimais bien le son que rendait ce mot, « yoga ». C’est bête, hein? Mais j’aime toujours ça, ce mot « yoga » me fascine, j’aime l’enchainement de ces 4 lettres, la douceur ronde en bouche de cette amorce en « yo », et le fraîcheur de la syllabe « ga » (cinq ans d’études de lettres et d’analyses de textes, ça marque, hein?…!). J’ai voulu essayer le yoga car j’étais quelqu’un de très nerveux, impulsif, stressé et que je sentais des vagues de choses pas cool (tensions, colère, envie, angoisses…) sourdre en moi. On disait du yoga qu’il avait le pouvoir d’apaiser, de rendre zen. Il ne m’en fallait pas plus pour sauter le pas et essayer cette discipline intrigante en ancestrale.

Pourquoi le yoga a changé ma vie, alors que si vous interrogez mes proches, aucun d’entre eux ne vous dira : « ah oui, sa passion c’est le yoga » ou « oh la la, depuis qu’elle fait du yoga elle a beaucoup changé…! » ? ? ?

Quadruple 03-11-2015 à 18.39 (original)

Contrairement à mon habitude, je n’ai pas fait du yoga quelque chose d’obsessionnel. Je ne me suis pas jetée à corps perdu dans cette pratique, je l’ai juste laissée venir, tranquillement. J’en ai fait un peu, puis j’ai arrêté car je n’avais pas de feeling avec le prof et l’ambiance du cours. Quelques mois plus tard j’ai réessayé ailleurs. Puis j’ai arrêté car c’était cher et que j’étais inscrite dans une salle de sport en parallèle, et je ne pouvais pas tout faire. Et ça a été comme ça, reprise, arrêt, reprise, arrêt, pendant des mois. (Pour en savoir plus sur mes débuts avec le yoga, et ce que cela m’a apporté, vous pouvez lire ce billet rédigé l’année dernière.) Et puis j’ai commencé à pratiquer à la maison, et là aussi, il y a eu des pauses et des reprises encore et encore. Jusqu’à ce que je me rende compte qu’en fait, le yoga fait partie de moi, désormais. Je n’ai pas besoin d’être une dingo de yoga, qui ne se définirait qu’à travers cela. Le yoga fait partie de moi même si je ne vais pas 4 fois par semaine au studio, ne connais pas tous les noms des postures en sanskrit, ne maîtrise pas le poirier et les postures alambiquées où le corps s’entortille autour de lui même.

Mes proches ont constaté un changement, oui. Mais ce changement a pris des années, ça s’est fait doucement, pas de manière radicale et évidente, c’est pourquoi on ne peut pas directement attribuer cela à ma rencontre avec le yoga. Mais moi, je le sais. Il y a eu Robinson, qui m’a beaucoup apportée, en douceur, en tolérance, en acceptation de soi. Et le yoga a fait le reste.

Pour moi, le yoga n’est pas un sport ou une simple pratique physique, mais une philosophie de vie. Le corps n’est que le médium. Pas besoin d’être souple ou sportif, ni d’avoir un mental d’acier…
Comparablement à une religion (mais sans idole, sans dogme, sans lieu de culte…), le yoga m’a donnée la foi et de la force. Il m’a fait prendre conscience du POUVOIR DE L’AMOUR ET DE LA COMPASSION. Il m’a appris l’empathie et la gratitude. Je suis plus douce, plus patiente, plus zen, et surtout plus positive. J’essaie de voir le bon dans les choses (mais je n’y arrive pas toujours ^-^). Le yoga a transcendé l’enthousiasme qui me caractérisait déjà, l’énergie que je ne canalisais pas toujours, et m’a permis d’en faire quelque chose de positif, de motivant, d’utile.

Il m’arrive souvent d’avoir peur. Parfois, la vie peut être effrayante, avec son lot de malheurs, de catastrophes, de maladies. Comme tout le monde j’ai peur de perdre ceux que j’aime, de souffrir. Et là où je constate le pouvoir du yoga, c’est que, lorsque j’ai ces pensées noires, une petite voix me dit : « le yoga t’apportera la force de surmonter ces épreuves ». En tous cas, je l’espère. Je le souhaite…
C’est en cela que je peux affirmer que cette pratique engendre un genre de foi en la vie. Non ?

Quadruple 03-11-2015 à 18.42 #9 (original)Bon, j’espère que mes propos ne vous semblent ni trop sectaires, ni trop radicaux, ni trop perchés… ^-^ Encore une fois, dans la vraie vie, cette petite lumière que m’a apportée le yoga n’est pas franchement visible à l’oeil nu ! Je vais juste mieux, la vie me semble encore un peu plus belle, et j’ai appris à profiter à fond de chaque moment, de mes proches, de ma vie.

BREF.

Vous vous demandez peut-être : pourquoi ce billet ? Pour moi, le yoga, c’est un peu la médecine douce qui peut nous guérir tous, de plein de choses. Alors j’ai envie de vous conseiller cette pratique car je suis intimement convaincue qu’elle ne peut qu’aider et faire beaucoup de bien. Je ne vous connais pas, finalement, mais le fait de vous savoir là, le fait de vous imaginer lire mes blablas quotidiens et regarder mes photos, me donnent l’impression de vous être proche, d’une certaine manière. Alors, en tant qu’amie, je voulais vous confier mon petit secret pour être une maman zen, une copine souriante, une girlfriend sereine, et surtout pour vivre à fond. Voilà, vous savez tout : le yoga m’a profondément changée et apaisée. Et vous, c’est quoi votre secret ?

PS : si j’avais voulu vous parler de mon fils, le titre n’aurait pas été « le truc qui a changé ma vie » mais : « le petit bout d’homme qui a BOULEVERSÉ ma vie »…   🙂

Publicités

Sunday Morning #1

Edit : j’ai rédigé ce billet samedi pour pouvoir le publier ce matin, et machinalement j’ai appuyé sur « publier » au lieu de « programmer »… Mon premier billet du dimanche est donc paru un samedi… (le gros boulet…)
^-^

Je n’ai jamais écouté le Velvet Underground. Mais quand j’étais étudiante, j’avais un très bon copain qui chantonnait toujours cette chanson et la passait en boucle chez lui :

Sunday Morning, The Velvet Underground

Du coup, à chaque fois que je pense au dimanche matin, cet air me revient en tête, et même si je n’ai pas de nouvelles de ce copain depuis des années, même si je n’ai toujours pas écouté d’autre morceaux du Velvet, j’ai l’impression de très bien connaître cette chanson et que, d’une certaine manière, elle définit une part de qui je suis aujourd’hui.

Pourquoi je vous raconte cela? Eh bien, parce-que ça fait un moment que je réfléchis à l’idée d’un billet hebdomadaire sur ce blog, un rendez-vous dominical que je ne pourrais pas manquer et que je prendrais plaisir à rédiger (comme tous les autres, d’ailleurs). Le dimanche est une journée particulière pour moi, j’ai envie de prendre mon temps pour cuisiner, pour profiter de mes proches, pour me poser un peu et savourer la simplicité des moments de cette journée « off ». Les magasins sont fermés, place aux loisirs hors consommation. Le dimanche, c’est souvent synonyme pour nous de promenade, de brunch, de sieste, de temps suspendu… et j’adore ça. C’est aussi une journée où j’ai plus de temps pour blogger, pour écrire ici mais aussi pour lire tous mes blogs préférés, laisser des commentaires… Aussi, j’ai voulu dédier à cette journée particulière un billet particulier, comme un refrain qui reviendrait semaine après semaine, et qui serait l’occasion pour moi de parler un peu de tout, pêle-mèle, sans chercher de véritable thème et sans organiser mon propos. Des inspirations, des envies, des photos de la semaine, des recettes… un peu à la manière de ma copine Fanny (dont j’adore le blog et en particulier, son « Have a good sunday« , que je ne manque jamais et qui illumine mon dimanche!). Je ne prétends pas faire la même chose qu’elle, ni avoir son talent pour la photo et les DIY, bien sûr j’imagine mes billets dominicaux différents, personnels, à l’image de ce que j’ai envie de partager avec vous et pas de ce que je vois ailleurs. J’espère que cela vous plaira et n’hésitez pas à proposer, suggérer, si vous avez des envies particulières pour ces « Sunday mornings ».

Je vous laisse avec le premier de ce qui sera, j’espère, une longue série.

sundaymorningaustralia

Le point food de la semaine

Tout d’abord, commençons avec LA recette qui m’a fait saliver cette semaine et que j’ai bien hâte de tester : le pain « healthy » maison de Beautyarchi (recette ici)

E5Gourmand, à base de céréales, ultra simple à réaliser, nourrissant, sain… Que demander de plus ?? Je vais essayer cette recette dans les jours qui viennent, j’attends seulement d’avoir un peu de temps devant moi, pour bien respecter le temps de pause et surveiller tranquillement la cuisson.

Le (no)look de la semaine

IMG_0478

Cette semaine, j’ai ressorti mes Converses (mais alors, la plus vieille paire de Converses que j’ai gardée, toute délavée, on ne sait même plus quelle était la couleur d’origine…) et à chaque fois, ça me fait le même effet : l’impression que le printemps est de retour. Ne pas sortir en bottines mais en Converses, ça me donne le sourire pour la journée, même avec une tenue aussi basique que celle que je portais ce jour là (slim et marinière), et même si le printemps ne veut toujours pas se montrer et que je n’en peux plus de ces journées toutes grises et de ces fringues d’hiver!! Il en faut peu, pour être heureux.. la la lala…

Le DIY de la semaine

14154376094_2064032413_z

En cherchant comment bouturer mes succulentes (passion jardin bonjour), je suis tombée sur le blog de Morganours, dont j’entends régulièrement parler mais que je ne connaissais pas. J’ai passé des heures à regarder ses photos de déco, mais surtout j’ai adoré cet article où elle explique comment se lancer dans le tissage. J’adore ces tissages colorés que l’on voit beaucoup en ce moment, c’est exactement le genre de truc que j’aime en déco, fait main avec des jolies matières et plein de couleurs gaies. Du coup, j’ai bien tout regardé, enregistré ses explications, et je pense sauter le pas très prochainement ! Dès que j’aurais terminé mon autre DIY en cours (affaire à suivre…)

Le modjo de la semaine

IMG_0459

Aujourd’hui, j’ai envie de vous dire : prenez du temps pour vous. Il y a quelques mois, je n’avais plus de temps pour moi, j’étais prise dans un tourbillon que j’avais moi-même créé et que j’entretenais sans le vouloir, et je ne m’apercevais pas qu’il était la cause de mon anxiété, de cet état « pas serein » dans lequel j’étais. Lorsque j’ai pris conscience de tout ça, j’ai un peu  fait le vide autour de moi, redéfini mes priorités, et accepté que je ne pouvais pas TOUT faire, être partout, être parfaite. Et ça m’a fait tellement de bien. J’ai dégagé du temps pour reprendre le yoga, chose que je désirais mais que je repoussais constamment par manque de créneau dans ma semaine… J’ai levé le pied à l’école, non je ne suis pas une maîtresse parfaite, mais ce serait un tort de croire qu’on peut l’être. Je passe plus de temps chez moi, quitte à ne voir mes amis qu’une fois par semaine. Je sais qu’aux beaux jours je sortirai à nouveau plus régulièrement et profiterai alors beaucoup d’eux. Chaque chose en son temps. Bref, j’essaie de ne plus être sur tous les fronts, et – ouf – ça me fait tellement de bien ! Mon modjo aujourd’hui parle de yoga, mais au delà de ça, c’est un encouragement plus général à se poser, se calmer, se dire qu’on a le temps, qu’il faut le prendre, plutôt que de courir après lui.

Le petit bonheur de la semaine

IMG_0487

Au marché, les étals des fleuristes se colorent et enfin, les premières renoncules apparaissent. Depuis le temps que j’avais envie d’un joli bouquet de fleurs fraiches et printanières! C’est tout bête, mais comme quoi, une dizaines de renoncules blanches, un petit vase et un joli set coloré peuvent égayer une semaine entière! On aurait tort de s’en passer!

La fille inspirante de la semaine

Capture d’écran 2015-03-30 à 15.39.04

Lex Weinstein… Je suis l’Instagram de cette surfeuse/photographe/blogueuse depuis quelque temps déjà, et je ne m’en lasse.

New Zealand_421_web-0241

Des décors paradisiaques (elle vit à Byron Bay, en Australie, LE spot gypset des surfeurs et du healthy way of life australien…), beaucoup de surf, des fringues cool, des voyages magiques (la Nouvelle-Zélande en van), des photos qui font rêver… Parfois c’est difficile de regarder

1

tout cela sans sentir une pointe d’envie. Il faut juste savoir se rappeler qu’internet est une jolie vitrine où l’on met en scène nos vies et que derrière toutes les belles photos il y a une réalité plus 

NZ_421_Driftlab_Web-1561

prosaïque, plus banale… N’oublions jamais l’envers du décor, sans cesser d’apprécie la jolie vitrine. 

Cette blogueuse et ses photos sont donc pour moi à la fois inspirantes

NZ_421_Amuse_web-7977

 mais rassurantes. Elles me donnent envie de repartir à l’autre bout du monde, mais me font aussi réfléchir à tout ce que j’aime dans ma vie actuelle, tout ce qui est différent de la sienne mais que je n’abandonnerais pour rien au monde… Vaste sujet n’est-ce-pas?!

Et voilà pour ce premier Sunday Morning. J’espère que ça vous a plu. Je vous souhaite un excellent dimanche, à base de… blogs? Promenades? Copines? Siestes? Escapades?…

Pratiquer le yoga

Je vous avais promis un article en 2 parties, après « Enseigner le yoga » voici aujourd’hui le second billet : « Pratiquer le yoga ». J’ai demandé à mes deux professeurs de yoga* de nous livrer leur expérience ainsi que quelques conseils et astuces pour faciliter notre pratique, qu’elle soit débutante ou plus expérimentée. J’espère que cela vous intéressera autant que moi !

Capture d’écran 2015-02-08 à 18.57.57

Quels conseils donneriez-vous à un yogi qui souhaite pratiquer seul, à la maison ?

Les salutations au soleil sont un bon moyen de commencer à pratiquer seul le yoga, et c’est aussi une façon simple de faire entrer quelques postures de yoga dans le quotidien. Ainsi, même si vous n’avez que quelques minutes, vous pouvez enchaîner deux ou trois salutations et ainsi commencer à accorder une petite place régulière à votre pratique.

Commencer par apprendre le yoga avec un professeur est aussi un bon moyen de débuter ; plus notre corps se familiarise avec les mouvements du yoga, plus on devient capable de sentir intuitivement de quelle posture dont on va avoir besoin tel ou tel jour, seul à la maison.

Capture d’écran 2015-02-08 à 19.01.50

A quelle fréquence pratiquer le yoga ?

Tous les jours ! Bon, c’est vrai, on a souvent des emplois du temps chargés, ce n’est pas toujours possible de trouver un moment pour faire une séance complète de yoga, alors certains jours, ce sera seulement une pose ou deux. Et puis, cela n’a pas forcément besoin d’être une pratique à base d’asanas (les postures du yoga, une pratique « physique », donc). Le yoga, c’est aussi savoir s’écouter et honorer soi-même et les autres… Donc, en réalité, il existe un tas de manières d’intégrer le yoga dans notre routine quotidienne… !

Moi qui adore lire, je souhaiterais connaître des titres d’ouvrages pour en apprendre plus sur le yoga et aller plus loin dans ma pratique. Avez-vous des conseils en la matière ?

Capture d’écran 2015-02-08 à 19.29.28

Le grand classique de la philosophie du yoga est Les Yogas Sutras de Patanjali, un ouvrage très intéressant à étudier.

Capture d’écran 2015-02-08 à 19.29.07

Sinon, il y a aussi le Vinyasa Yoga du français Gérard Arnaud, un livre qui s’intéresse plutôt aux postures et à la pratique plus physique du yoga et qui vaut le coup d’oeil.

Par contre, même s’il est judicieux d’approfondir sa technique en lisant des livres, il vaut toujours mieux, lorsqu’on débute, apprendre le yoga en vrai, avec un professeur expérimenté, pour éviter de se blesser.

Conseilleriez-vous de pratiquer le yoga dans le plus grand silence ou pensez-vous que la musique peut aussi être un bon médium pour la relaxation ?

C’est un choix très personnel. Certains yogis apprécient un fond musical pour leur pratique, alors que d’autres trouvent la musique trop distrayante. Du point de vue d’un enseignant, cela dépend de la classe que l’on a en face, et de l’ambiance que l’on souhaite créer autour de notre enseignement.

En fait, c’est comme pour tout, c’est une question d’équilibre. Alors même si on apprécie la musique qui peut apporter énergie et dynamisme à notre pratique du yoga, c’est parfois agréable de s’octroyer des moments de pratique silencieuse, cela permet de s’écouter et d’aller plus profondément à l’intérieur de soi.

Capture d’écran 2015-02-08 à 18.57.18

Quels artistes aimez-vous écouter pour pratiquer le yoga ?

On pourrait citer quelques noms de musiciens qui s’inspirent du yoga par exemple : Krishna Das, Wah, DJ Drez, Desert Dwellers entre autres…

Capture d’écran 2015-02-08 à 18.55.43

* Julia et Vanessa ont ouvert leur studio de yoga O Yoga, à Lyon 6. Elles y donnent des cours tous les jours de la semaine, en particulier des cours de Vinyasa, de Pilates et de yoga prénatal. Leur site internet est ici, leur page Facebook ici. Et si vous avez envie de pratiquer tranquillement chez vous, vous pouvez trouver sur leur page Facebook une vidéo réalisée par Julia pour une courte pratique de 18 minutes (avec un décor lumineux et apaisant derrière elle, ça donne envie!). Sympa non? De plus, pour les Lyonnais, guettez leur actualité Facebook car aux beaux jours, O Yoga donne très régulièrement des cours gratuits au Parc de la Tête d’Or, en plein air sur les belles pelouses du 6ème… Cela peut-être un bon moyen de se lancer dans le yoga sans se prendre la tête !

NB : toutes les photos de ce billet sont la propriété d’O Yoga Studio (exceptées les images des 2 livres cités), merci de ne pas les utiliser sans leur autorisation.

Enseigner le yoga

Cet article, cela fait très longtemps que je le prépare et qu’il attend d’être publié ici. J’ai proposé à mes deux profs de yoga de parler d’elles sur le blog au moment où je faisais encore du yoga dans leur studio, avant de faire une longue pause d’un an à cause de ma blessure à la jambe (toujours elle…), c’est dire si ça date ?!

Capture d’écran 2015-02-08 à 18.56.06

Après, tout cela a pris du temps, trouver les bonnes questions, les écrire en anglais, leur soumettre, recevoir leurs réponses en anglais, les traduire, sélectionner les photos qui accompagneraient les deux billets sur le sujet… et puis, j’avais envie d’attendre aussi de reprendre moi-même ma pratique pour aborder à nouveau le thème du yoga par ici. C’est chose faite, enfin, et je suis toute impatiente et excitée de partager aujourd’hui avec vous cet échange autour d’une pratique physique et spirituelle qui fait définitivement partie de ma vie, même si c’est parfois de manière un peu aléatoire, avec des vas-et-viens, comme en pointillés.

Capture d’écran 2015-02-08 à 18.55.10

L’idée de cet « interview » est venue avec mon envie d’en savoir plus sur le métier d’enseignant de yoga. On a beau fréquenter un studio, on ne sait finalement pas grand-chose de l’envers du décor, si ? J’avais envie de savoir comment c’était, la vie, quand on pratiquait le yoga tout le temps, pour en vivre, et finalement un peu comme une contrainte car ça reste un métier. J’avais une vision très idéalisée de cette profession, et du coup je voulais confronter mes idées à la réalité en demandant directement à mes deux professeurs ce que c’était, vraiment, d’enseigner le yoga.

Capture d’écran 2015-02-08 à 19.00.12

Julia et Vanessa – mes deux profs de yoga à Lyon

J’en ai profité pour leur poser des questions sur la pratique du yoga de manière plus générale, en me disant que vous seriez peut-être intéressées par leurs conseils et recommandations, comme je l’ai été. Voilà pourquoi j’ai préparé deux billets à ce sujet : le premier se focalise sur le métier d’enseignant de yoga, le second parlera plus de la pratique. Je vous laisse à présent en compagnie de Julia et Vanessa, deux jolies écossaises ayant vécu à New-York avant de venir s’installer à Lyon pour ouvrir leur studio dans le 6ème arrondissement : O Yoga. J’espère que ça vous plaira et que vous trouverez des informations qui vous intéresseront !

Namasté !

Capture d’écran 2015-02-08 à 18.54.47

Vanessa

Quand et comment avez-vous découvert le yoga ? Vanessa : Ma première rencontre avec le yoga, c’était à l’université, j’avais alors 18 ans. J’ai assidûment pratiqué le yoga durant les 11 ans qui ont suivi, jusqu’à ce que j’en fasse mon métier. Julia : J’ai commencé à pratiquer le yoga de manière régulière lorsque je vivais à New-York. A l’époque, je faisais des compétitions de triathlons mais je souffrais de quelques blessures. Me mettre au yoga m’a alors beaucoup apporté. Cela m’a plu d’emblée car c’était à la fois une activité dynamique qui comportait cette part de challenge dont j’avais besoin, tout en encourageant à la bienveillance et à la douceur envers son corps. J’ai beaucoup apprécié le calme et le bien-être que le yoga a su apporter à mon emploi du temps chargé et à ma vie trépidante d’alors. Capture d’écran 2015-02-08 à 19.00.00

Julia

Quels ont été vos parcours respectifs pour devenir prof de yoga ? Vanessa : C’est à mon arrivée en France en 2006 que j’ai décidé d’enseigner le yoga. Ma formation a eu lieu en Inde : un mois d’apprentissage intensif dans un ashram. C’était une formation en Akanda yoga et en Power Yoga. J’ai passé une certification en Vinyasa, et encore aujourd’hui j’enrichis perpétuellement mes compétences en continuant d’apprendre et de me former. Julia : Moi aussi, c’est en arrivant en France que j’ai décidé de devenir prof de yoga ! C’était en 2008. J’ai suivi un mois de cours intensif de Vinyasa dans une école de yoga américaine, YogaWorks, avec John Gaydos. Depuis, j’ai complété ma formation en passant une certification de yoga prénatal à New-York, et actuellement j’approfondis mon cursus en étudiant l’anatomie du yoga. Capture d’écran 2015-02-08 à 18.56.34 Comment est né le studio O Yoga ? Nous sommes toutes les deux arrivées en France en imaginant que nous allions enseigner dans des studios de Vinyasa, à Lyon. Le seul problème, c’est qu’il n’existait alors aucun studio de Vinyasa ! J’ai rencontré Julia à l’un de ses cours, on est allées boire un thé et immédiatement, nous avons décidé d’ouvrir un studio ensemble ! Cela nous a pris un certain temps de trouver un local disponible, et encore aujourd’hui, trois ans après l’ouverture de notre studio, nous continuons à travailler et à développer notre projet. C’est vraiment excitant de s’apercevoir que le yoga prend de plus en plus d’ampleur en France, et nous sommes très heureuses de voir notre petite communauté « O Yoga » s’agrandir chaque jour. Capture d’écran 2015-02-08 à 19.01.18

NB : toutes les photos de cet article sont la propriété du studio O Yoga. Merci de ne pas les utiliser sans leur autorisation.