Yogi Mama

story_20190615135004.jpg

Mon baby bump de 21 sa

Si vous me suivez sur Instagram (où j’ai repris du service, jusqu’à la prochaine coupure ^-^), vous savez que j’essaie de retrouver un peu de mobilité malgré une grossesse « tendue », et pour cette raison je me suis lancée le défi de pratiquer quotidiennement le yoga, comme lorsque j’étais enceinte de Little il y a quatre ans.
En 2015, j’ai profité des quatre derniers mois de ma grossesse pour pratiquer une heure à une heure trente chaque jour, d’abord en studio à Lyon, puis seule chez moi lors des vacances. Je pense que cette routine m’a énormément aidée à limiter les douleurs de la grossesse et à accoucher rapidement.
Pour cette deuxième grossesse, les nombreuses contractions m’ont octroyée un arrêt de travail précoce et une mise au repos forcé. Je ne nage plus, ne marche plus beaucoup (je m’accorde une longue balade par semaine…), je reste beaucoup allongée. Mais le moral en pâtit, et des douleurs et des gênes naissent de cet immobilisme (sciatique, oppression de la cage thoracique, fourmis dans les jambes…) : je me suis demandée si « j’avais le droit » de faire un peu de yoga au quotidien pour me dérouiller, et j’ai décidé d’essayer, pour voir, à hauteur de trente à quarante minutes maximum chaque matin. Est-ce que les contractions vont se multiplier ? Ou est-ce que les douleurs vont disparaître ? Nous verrons bien, je ne suis pas inconsciente et je ne veux pas faire n’importe quoi, je m’écoute, les jours où je suis très fatiguée je ne pratique pas et attends sagement le lendemain. Ce challenge de « yoga everyday » n’est pas un réel défi auquel je veux me mesurer, il s’agit juste de fixer un rituel cadrant, rassurant, et engageant, afin de rester motivée. Mais ce cadre est souple et adaptable.

Aujourd’hui, je partage avec vous les professeurs et les chaines youtube qui font partie de ma playlist pour pratiquer le yoga quotidiennement chez moi. Si vous taper « vidéo yoga » dans votre moteur de recherche, vous trouverez des centaines de propositions, il y en a pour tous les goûts, tous les niveaux, tous les styles et toutes les langues. Voici une sélection personnelle de séances qui me plaisent, je vous expliquerai rapidement pourquoi, et j’espère que cela pourra vous aider si vous-même vous cherchez à pratiquer seul(e) chez vous, sans savoir par où commencer. Mais ce billet sera aussi, je l’espère, un moyen d’échanger sur nos pratiques diverses du yoga (en salle, chez soi, ashtanga, kundalini, hatha, tous les jours, toutes les semaines, en stage intensif…) et de me faire conseiller d’autres vidéos qui vous plaisent à vous, des profs youtube que je ne connais pas, des séances sympas pour femmes enceintes (ou non)…

Capture d’écran 2019-06-16 à 15.02.18

♥ Je vous recommande :

Les trois vidéos de la chaîne d’Anouk Corolleur. Elles ne sont pas dédiées au yoga prénatal en particulier, mais on peut les pratiquer en adaptant légèrement selon son propre ressenti ou ses besoins du moment. Anouk est une jeune femme fraîche et souriante, qui a beaucoup voyagé (elle a vécu en Australie pendant 5 ans, en Nouvelle-Zélande pendant un an, entre autre..!), et qui s’est spécialisée dans le bien-être et le développement personnel. Originaire des Alpes, elle fait du surf et du yoga et organise des stages de yoga/surf (vous pouvez consulter son site ici). Les vidéos qu’elle propose sont des routines douces et extrêmement bien expliquées, la progression de la séance est pertinente et fluide, la vidéo est agréable.

J’aime :

  • l’introduction en posture assise et le recentrage sur le souffle en début de séance
  • le flow de la pratique proposée
  • les salutations au soleil
  • l’absence de musique en fond

J’aime moins :

  • rien, j’aime tout ^-^

 

Capture d’écran 2019-06-16 à 15.01.45

♥ Je vous recommande :

La vidéo spéciale Yoga prénatal de My Sunny Yoga.

J’aime :

  • la durée idéale de cette séance (26 minutes)
  • la douceur et la sérénité intrinsèques à cette pratique
  • le déroulement bien pensé, très adapté aux femmes enceintes
  • les explications simples et claires de la prof, on voit qu’elle sait de quoi elle parle (et qu’elle est enceinte !)

J’aime moins :

  • l’image même de la vidéo, pas très esthétique (je suis assez sensible aux choses belles, j’aime bien que le rendu photo d’une vidéo soit un peu travaillé)

 

Capture d’écran 2019-06-16 à 15.06.13

♥ Je vous recommande :

Une vidéo pour toutes et tous, pas spéciale femme enceinte : celle de la chaîne Youtube doctissimo avec Sandrine Bridoux (la célèbre @frenchyogagirl)

J’aime :

  • le choix des postures proposées, intéressantes et pertinentes
  • l’esthétique de la vidéo, de grande qualité
  • les explications de Sandrine

J’aime moins :

  • rien, j’aime tout

 

Capture d’écran 2019-06-16 à 15.08.38

♥ Je vous recommande :

Une vidéo de 35 minutes de la célèbre et joyeuse Adriene, qui, pour cette séance, a invité une yogi future maman, afin de lui faire effectuer les postures tout en donnant des explications précises pour que la séance soit efficace mais sans douleur.

J’aime :

  • le choix réduit de postures : cinq. Choisies avec soin et pour des raisons précises
  • la bonne humeur d’Adriene
  • les explications claires et développées

J’aime moins :

  • le rythme un peu trop lent de la pratique : trente-cinq minutes pour cinq poses. Pour ma part, je trouve qu’il y a un peu trop de blabla (mais c’est mon défaut, je suis un peu impatiente °_°)
  • la langue : la vidéo est en anglais et cela pourra décourager certains yogis

 

Souvent, pour compléter ces séances de quelques minutes de relaxation un peu plus approfondie, je mets à la suite d’une de ces vidéos celle de Yoga Fire by Jo pour m’octroyer un savasana bien régénérant. Ses exercices de respiration consciente me plaisent beaucoup : la vidéo spéciale relaxation guidée ici.

 

♦ Je vous déconseille :

→ la séance de prénatal sur la chaîne Doctissimo « Yoga prénatal ».

– La musique de la séance que j’ai suivie était bien trop rythmée, inappropriée.
– La prof m’a agacée avec son discours un peu condescendant et infantilisant.
– Le yoga proposé est trop doux et basique pour moi (mais il peut convenir à d’autres yogis, peut-être).
– La séance ne propose pas de salutation au soleil.
– À aucun moment le nom sanskrit des postures n’est donné (j’aime bien qu’on nous donne le nom générique, type « posture de l’enfant », puis le nom sanskrit. Je suis snob, vous savez bien… ^-^).
= En résumé, je trouve cette vidéo bien trop superficielle, sans âme, sans flow, sans intérêt.

Voilà, c’était un aperçu des quelques vidéos que j’aime utiliser pour pratiquer à la maison, enceinte ou non (j’utilise énormément les vidéos de Sandrine Bridoux et d’Adriene depuis que je vis à la campagne et que je pratique un peu plus seule). Y a-t-il des profs et des cours que vous adorez et que vous me conseilleriez pour enrichir cette playlist ?

À bientôt.

Le sport quand on attend un bébé

L’une des premières pensées que j’ai eue quand j’ai su que j’étais enceinte, après la joie et la surprise, a été : bon, il va falloir changer deux ou trois choses dans mon mode de vie, désormais. Pas d’alcool, plus de siestes, et moins de sport. Entre autres.

Vous le savez, j’ai BESOIN de bouger, d’avoir une ou plusieurs activités physiques, de me détendre et de mettre le nez dehors. Passés les 3 premiers mois de grossesse, durant lesquels je n’ai pas fait grand-chose si ce n’est dormir (les 3 premiers mois sont vraiment épuisants), j’ai pu reprendre tranquillement les activités que j’avais mises de côté : natation une fois par semaine, marche à pieds 3 fois par semaine, vélo, et à cela j’ai ajouté une séance hebdomadaire de yoga prénatal.

Le yoga

sport1

Dans mon cours, il y a des filles qui font du yoga pour la première fois, qui viennent car le prénatal leur permet de se préparer à l’accouchement, et qui peut-être ne feront plus de yoga une fois leur bébé né. D’autres faisaient du yoga « normal » avant, et se tournent vers le prénatal le temps de leur grossesse, pour une pratique plus douce et plus adaptée. Je fais partie de celles-là. Et j’apprécie énormément ces séances plus calmes, plus lentes… Je me dis que si j’étais débutante en yoga, c’est ce genre de pratique douce qu’il me faudrait pour commencer ; pas de posture « challenge », pas de séquence tonique, juste un flow très très lent, avec beaucoup de pauses pour expliquer les bienfaits d’un mouvement, d’une posture pour notre futur « travail ». Ce que j’aime beaucoup aussi, c’est cette ambiance de bienveillance et d’empathie entre futures mamans ; on est toutes en train de vivre la même chose, plus ou moins. C’est différent d’un cours de yoga lambda où les yogis sortent de leur boulot, sont là pour se détendre ou pour progresser dans leur pratique, et finalement échangent peu entre eux (encore que, cela doit dépendre des studios de yoga…). Là, à force de se voir toutes, une fois par semaine, on se connait, on papote après le cours, on se conseille. On vit les mêmes choses et c’est rassurant. Finalement, s’il est facile pour une maman de rencontrer d’autres mamans et de se créer un réseau (crèches, écoles, square…), rares sont les occasions de rencontrer régulièrement d’autres femmes enceintes.
La bonne surprise a été que Julia, notre prof de prénatal, nous a annoncé sa propre grossesse il y a quelques mois. Du coup, on se sent vraiment dans notre petit monde, et cela est rassurant d’avoir une enseignante qui vit la même chose que nous, nous montre des postures qu’elle réalise avec son gros ventre, nous parle de ce qu’elle ressent pour cette première grossesse.

Bref, le yoga prénatal, c’est ma petite bulle. Ça me détend toujours, ça me rassure parfois, et surtout ça m’aide à créer de l’espace pour le bébé, qui commence à prendre beaucoup BEAUCOUP de place. Les étirements des côtes, de la colonne, l’assouplissement du bassin, des hanches, et surtout le travail sur la respiration sont autant de clés pour vivre sereinement et sans trop de douleurs la grossesse, et préparer le corps à l’épreuve de l’accouchement.

La natation

sport2

Nager, tous les médecins vous le diront, c’est bon pour tout, et pour presque tout le monde. Quel que soit notre état physique.
J’allais à la piscine deux fois par semaine depuis environ six mois lorsque j’ai su que j’étais enceinte. Après les 3 mois de pause (et d’hiver ^^), j’ai repris ma routine de nage, mais en allégeant un peu mon emploi du temps. Une heure de crawl par semaine suffisait largement, un soir en sortant de l’école ou le mercredi après-midi.

J’adore être dans l’eau, et j’adore le crawl, qui en plus d’être une nage assez « sportive », oblige à travailler sur la respiration, mon grand truc…! Avoir une respiration régulière, contrôlée, permet d’agir efficacement sur la nervosité et le stress. De plus, tout comme certaines postures de yoga, les mouvement de bras du crawl permettent un étirement profond des côtes, du dos, ce qui libère plus d’espace pour le bébé (et pour la maman, qui a plus d’amplitude pour respirer).

La marche à pieds

sport3

Mon échappatoire pendant des mois…

J’adore marcher et randonner. Après notre voyage en Écosse (3 mois de grossesse), durant lequel j’ai fait beaucoup de randonnée, j’ai mis de côté la rando pour ne faire que de la simple marche.
Alors bon, je passe déjà 90% de ma journée de travail debout à piétiner et me déplacer, on pourrait penser qu’il est peu utile d’ajouter à cela de la marche. Mais non.

La marche à pieds, c’est :
– enfiler des vêtements de sport (et ça, c’est bon pour le moral. Avoir l’impression d’être toujours sportive… ^^ Porter ses Free Run, son legging Nike… ce sont des petites choses toutes bêtes qui font du bien au moral)
– être dehors
– respirer en pleine conscience
– marcher pour marcher et non pour se déplacer d’un point A à un point B
– profiter du décor, le nez en l’air
– croiser plein d’autres sportifs (joggeurs pour la plupart)
– délier les muscles des jambes, des fessiers
– sourire bêtement (en option)

J’en ai fait, des kilomètres, avec bébé bien au chaud dans mon ventre ! Environ douze ou quinze par semaine, à raison de 2 ou 3 sorties (de 4 à 8 km par sortie). 4km représentent une heure de marche, c’est sûr que c’est moins qu’en running, mais le but n’était pas d’aller vite. Tout ce dont j’avais besoin, c’était de prendre l’air, de me dégourdir les jambes, de faire fonctionner la pompe de mon cœur. De mes sorties, je revenais toujours, toujours, toujours, avec un immense sourire. C’était ma bouffée d’oxygène de la semaine, l’activité qui me faisait oublier les blessures sportives, l’état de femme enceinte (où tout le monde vous dit d’y aller mollo, vous demande si ça va… Très agréable et touchant, en soi, mais parfois on a juste envie d’être normale). Depuis début juin, j’ai arrêté la marche. Je suis en arrêt de travail, pas encore obligée d’être alitée mais presque. Le bébé semble pressé de sortir découvrir le monde, alors j’ai mis entre parenthèse toute activité physique trop « intense » ; être debout, marcher, deux choses qui semblent naturelles mais que je ne peux plus vraiment faire sans ressentir des contractions ou tiraillements désagréables. Pour une fois, je suis raisonnable, je ne persiste pas et me mets au repos. L’enjeu est trop important, et j’aurais bien le temps de reprendre le sport quand bébé sera là (enfin, le temps… je ne sais pas. Mais la condition physique, c’est probable ^^).

Depuis que je suis arrêtée, je ne pratique plus que le yoga, à hautes doses pour compenser. Je prépare un article spécial à ce sujet.

L’envie de partager avec vous le billet du jour s’explique par mon désir de rassurer les femmes qui se poseraient des questions sur la grossesse : les changements du corps, des habitudes.
Chaque femme vivra différemment sa grossesse. Le plus important, et tout le monde vous le répétera, est de savoir s’écouter.
Pour ma part, je craignais entre autres de ne plus pouvoir rien faire (pas de fêtes, pas d’alcool, pas de danses endiablées jusqu’au bout de la nuit avec les copines, pas de sushis, pas de snowboard, etc…) (ce qui n’est pas le thème du sujet d’aujourd’hui ^^) et de prendre beaucoup de poids, de voir mon corps se déformer. Pour l’instant, à 7 mois de grossesse, je n’ai pris que 4,5 kilos… J’ai fait attention les 3 premiers mois (où j’étais constamment affamée), puis j’ai arrêtée de faire attention, en voyant que l’équilibre se maintenait plutôt bien, le bébé prenant tout ce dont il a besoin en priorité. Je pense que le fait de continuer à avoir des activités physiques diversifiées (douce avec le yoga, musculaire avec la natation, cardio avec la marche) a contribué à la bonne régulation de ma prise de poids. Mais au-delà de ça, bouger m’a permis d’être bien dans ma tête, bien dans mon corps, dans cette période de bouleversements intenses, et ça ce n’est pas rien.

***

J’espère que ce billet vous a intéressées, enceintes ou non ? Voire rassurées ?

Je ne publierai pas de Sunday Morning demain car nous allons être en vadrouille tout le week-end (on fête encore des 30 ans ^^) mais je vous retrouve très vite pour des billets lectures, fringues, cuisine… ! Bon week-end !

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.