Our trip to Scotland -2- Edinburg

IMG_0038Edimbourg

->  nous y passons une journée au début de notre séjour, puis une journée à la fin, avant de repartir en avion.

Bon à savoir : Edimbourg se prononce “Eden-bra” par les Ecossais (^^)

La ville est construite sur des collines volcaniques, ce qui est assez surprenant et offre des points de vue spectaculaires. Lors de notre passage dans le centre, nous avons fait une grande balade sur la colline qui surplombe la cité, presque une petite randonnée avec un bon dénivelé ! Quel plaisir et quelle surprise d’être dans un décor naturel et préservé en plein coeur de la ville… C’était assez… déroutant.

IMG_0234

Edimbourg a un côté médieval, un peu gothique, qui la font se démarquer des autres villes anglo-saxonnes qu’on a pu visiter. C’est une ville qui monte et qui descend beaucoup, des ruelles passent sous les rues, des escaliers et des chemins de traverse serpentent partout dans la ville, la transformant en un jeu de pistes géant.

Enfin, on ne peut passer à Edimbourg sans aller admirer son château, perché au sommet d’une ancienne colline volcanique.

IMG_0223

Bien sûr, on a aussi visité les pubs, LE fameux magasins de décorations de Noël (dont mes amis m’avaient beaucoup parlé, connaissant mon amour inconditionnel pour cette fête ^^), on est passé plusieurs fois (en salivant) devant la devanture de The Elephant, le salon de thé où serait né Harry Potter (JK Rowling y a écrit le premier tome, en admirant le château d’Edimbourg, qui aurait inspiré Poudlard)… et on a mangé dans le meilleur restaurant du monde (rien que ça) grâce aux bonnes adresses d’un couple d’amis très connaisseurs et amateurs de cuisine fine (The Timberyard. Complètement démentiel. Incroyable. Vraiment. Fou.).

Ecosse-88b

Notre visite d’Edimbourg a été brève, nous n’avions pas spécialement envie de passer du temps dans une grande ville, mais elle fut très appréciée, un chapelet de bonnes adresses et de chouettes balades. Une ville vraiment belle et agréable.

IMG_0235_2

Et vous, que vous inspire cette ville? SI vous l’avez visitée, qu’en avez-vous pensé? Y-en a t’il parmi vous qui aurait suivi une partie de leurs études à l’excellente université d’Edimbourg (la vie étudiante là-bas a l’air géniale!)?

Publicités

Our trip to Scotland -1-

écosse image présentation

Nous rentrons d’un voyage de 10 jours en Ecosse, 10 jours sur les routes, en amoureux. 10 jours de randonnée dans des décors sauvages et assez gigantesques. 10 jours de nourriture écossaise aussi, et de froid !

J’aimerais vous raconter un peu ce voyage, alors voici quelques billets pour partager avec vous ce super chouette road-trip hivernal, qui vous donnera peut-être, qui sait, l’envie de découvrir ou de re-découvrir ce magnifique pays.

Tout d’abord, il faut savoir que je n’attendais rien, en particulier, de l’Ecosse. Ayant vécu en Irlande durant un an, pays pas trop éloigné de l’Ecosse et au climat assez similaire, j’imaginais retrouver le même genre de paysage et cela m’allait très bien. J’ai donc été très surprise par la taille des paysages des Highlands : DÉMESURÉ ! Au lieu de l’Irlande, c’est à des souvenirs de Nouvelle-Zélande que cela m’a renvoyée !

Ne m’attendant à rien de particulier, j’ai du coup été surprise, agréablement, et émerveillée par la beauté des paysages : immenses et sauvages. C’est aussi l’avantage de voyager en hiver, dans des pays… froids. Prise d’assaut en été, l’Ecosse s’offre désertique en basse saison, ce qui permet de savourer pleinement chaque vue, chaque randonnée… sans avoir l’impression d’avoir eu la même idée que 1000 autres touristes bien décidés à prendre la même photo et à manger dans le même restaurant que soi ! Robinson et moi apprécions énormément cette solitude du voyage. Nous sommes un peu sauvages nous-mêmes, et nous aimons être seuls sur les chemins, plongés dans nos pensées, prenant le temps de marcher à notre rythme ou de nous arrêter tous les 100 mètres pour installer notre matériel photo et shooter. Voyager en hiver, c’est un peu comme voyager hors du temps : on est moins pressés, les journées sont fatalement plus courtes donc quand la nuit tombe on rentre au chaud, on peut prendre le temps de lire, d’écrire notre journal de voyage, de trier nos photos… toutes ces petites actions qui participent du voyage, l’ancrent dans nos mémoires.

Durant ces dix jours, j’ai vraiment eu ce sentiment de temps au ralenti : on a soufflé, on a profité, on était tous les deux, on a beaucoup discuté, échangé, mais aussi beaucoup laissé nos esprits vagabonder au rythme de nos pas sur les chemins de rando. On a pris un grand bol d’air pur et froid, revigorant, et nous voilà rentrés regonflés à bloc, pleins de motivation et de projets, forts de cette énergie qu’insufflent les voyages dans nos quotidiens.

J’espère que ces petites étapes en photos, le long des routes écossaises, vous plaira. Rendez-vous dans la semaine pour un premier article sur Edimbourg !

A très vite !

PS : est-ce que ça vous fait ça aussi, les voyages ? Ce besoin de se retrouver seule, ces shoots d’enthousiasme et d’énergie qui nous font repartir de plus belle après le retour ?
Tenez-vous, vous aussi, un journal de voyage ?

Ecosse-63b

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Lecture #62 L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafòn

ombrevent

Quatrième de couverture :

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours.
Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du Vent.
Avec ce tableau historique, roman d’apprentissage évoquant les émois de l’adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l’Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s’emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafón mêle inextricablement la littérature et la vie.

Mon avis :

Cela faisait deux ans que ce gros pavé attendait que je lui accorde mes faveurs, et je trouvais toujours une bonne excuse pour ne pas le commencer… Et puis finalement, à Noël, je l’ai embarqué dans ma valise pour mon séjour en famille, et je n’ai pas regretté.

J’ai A-DO-RÉ ce roman. Je l’ai refermé enthousiasmée, conquise, prête à prêcher pour la paroisse de Carlos Ruiz Zafòn auprès de tous les gens que je rencontrais.

Au départ, quelques similitudes avec Le livre des choses perdues de Connolly, m’ont effrayée. J’ai un mauvais souvenir de ce roman, et je n’avais pas du tout envie de lire quelque chose de ressemblant. Mais finalement, outre le thème qui est le même (les livres sont, dans les deux cas, au cœur même de l’intrigue) et une toute petite touche de fantastique que l’on retrouve chez l’un et chez l’autre (dans une bien plus grande mesure chez Connolly), ces deux romans sont très différents. De toutes façons, c’est bien simple : il y en a un que j’ai adoré et l’autre que je n’ai pas du tout aimé…

Ce que j’ai aimé chez Zafòn, c’est cette narration à la fois simple et poétique, sa manière de donner vie aux personnages en leur conférant des personnalités bien marquées, parfois même atypiques (parfois même… à la limite du caricatural, mais sans jamais aller jusqu’à tomber dans ce travers, ouf), et son sens de l’intrigue. Tout au long de L’ombre du vent, j’ai été tenue en haleine, impatiente de dévorer les pages restantes pour connaître le destin des personnages auxquels je m’étais attachée. J’ai aimé que les lieux emblématiques du roman soient une ville renaissant de ses cendres (la Barcelone des années 50) et une vieille librairie familiale. J’ai aimé les petites touches gothiques qui participent de la dimension mystérieuse et fantastique de l’histoire. J’ai aimé la météo de ce roman (oui oui!), des saisons automnales et hivernales, de la neige même, alors qu’à Barcelone on s’attend à un soleil chaud et blanc indéfectible, quel que soit le mois de l’année. J’ai aimé l’ambiance, j’ai aimé les personnages, j’ai aimé les différentes explications apportées pour justifier le déroulement du récit, j’ai aimé le dénouement, j’ai tout aimé.

Pour finir, voici ce que dit Wikipédia pour présenter ce livre : « Ce roman, traduit en trente-six langues différentes, est devenu un best-seller mondial, avec plus de douze millions d’exemplaires vendus« … Bon, je me méfie toujours un peu des grands succès littéraires, les Anna Gavalda et compagnie ne m’ont décidément pas convaincue. Mais pour une fois, je me conforme à l’avis général. L’ombre du vent est un très bon roman, comme il fait du bien de lire de temps en temps. Si vous avez envie de rêver, de plonger dans une histoire loin de votre quotidien, ce livre est fait pour vous.

Connaissez-vous déjà ce roman ? L’avez-vous aimé ?

It’s time to fly away

Merci à toutes pour vos petits mots sur le dernier article. J’étais très impatiente de vous annoncer la nouvelle, même si je ne savais pas trop comment le faire sans tomber dans la niaiserie ou le « trop de dévoilement ». Pour le reste, on verra au fur et à mesure comment s’intégrera cette nouvelle étape ici, sur le blog.

En attendant, nos valises sont prêtes, les guides sont glissés dans les sacs à dos, nos chaussures de randonnée attendent sagement dans l’entrée, bref, we are ready to go ! A nous les Highlands sauvages et les mashed potatoes devant le feu d’une cheminée.

blogécosse

Nous serons de retour dans 11 jours, d’ici là j’ai prévu quelques petits billets programmés pour ne pas laisser le blog à l’abandon (et parce que j’ai plein d’articles en retard!!!).

A très bientôt !

NB : photo personnelle, non libres de droits. Merci de ne pas l’utiliser sans mon autorisation.

Ma semaine en images #30

Avec ce froid épuisant, je ne sais pas vous mais moi je n’ai qu’une envie : rester chez moi et manger des trucs réconfortants. Impossible d’aller nager alors qu’il gèle, alors plutôt que de faire une activité physique, je MANGE… Et ça marche, ça me fait du bien au moral… Je me rattraperai au retour des beaux jours ! Et puis bon, manger des choses saines et faites avec amour, ça ne peut pas faire de mal, on est bien d’accord! Du coup, cette récap’ de ma semaine en images est relativement axée autour de la nourriture. Mais pas que !

IMG_0637

Je suis aussi allée au cinéma voir le biopic sur le célèbre scientifique Stephen Hawking. J’ai pleuré, bien évidemment… ^-^

IMG_0675

Mon granola matinal s’agrémente bien plus souvent de chocolat et de banane que de fruits secs, alors je compense et me prépare des petits bols de fruits frais à côté, histoire d’avoir quand même la dose de vitamines nécessaire… Des plateaux colorés comme ça, ça m’aide définitivement à commencer ma journée sous les meilleures auspices !

IMG_0659

Je ne vous l’ai pas encore présentée ici, ma parka d’amour qui me faisait rêver depuis deux ans ! Décidément, Heimstone fait des pièces magnifiques et assez uniques. Je ne peux pas vous dire le nombre de commentaires que cette veste a suscité autour de moi, de la part de mes amis mais aussi d’inconnus dans la rue, ou la coiffeuse, l’animatrice du périscolaire, et j’en passe… Elle est tellement canon, et chaude avec sa doublure en laine… Bon, bon, je sais, les prix de la marque sont complètement ahurissants et excessifs et injustifiés, je suis bien d’accord. C’est pourquoi j’essaie de ne plus acheter chez eux au prix fort mais de profiter des soldes ou des reventes sur VideDressing… Comme ça, je peux craquer, mais sans avoir besoin de vendre un rein non plus…

IMG_0660

Dimanche midi : papotages et potins autour d’un méga brunch avec BFF, dans un super chouette bar du quartier de la Guillotière (que j’aime ce quartier!!) : le Live Station. Des filles adorables au service, une carte É-NORME, des tas de fromages et de confitures toutes plus démentes les unes que les autres (genre potimarron-poires, ou la meilleure : patate douce-vanille… une tuerie!), et uniquement des produits frais, en provenance des producteurs du coin. On s’est régalées ! (Oui, on a pris une raclette, entre autres…^-^)

IMG_0657IMG_0658

Tous les weeks-ends, c’est désormais un rituel : Robinson et moi filons hors de Lyon pour aller marcher dans les montagnes et profiter de la nature, du silence, de la neige, des couchers de soleil d’hiver… On teste aussi notre matériel de rando pour notre prochain voyage qui promet des conditions météo assez… rudes…

Capture d’écran 2015-02-01 à 15.18.49

Ma quête de la marinière a abouti, j’ai trouvé mon bonheur chez H&M, dans la nouvelle collection. On ne voit pas trop sur la photo, mais la coupe est assez large, et courte, comme un grand carré avec des manches, j’aime beaucoup ce genre de tombé loose, ample et haut sur la taille. En dessous, je porte une autre marinière, un modèle très moulant et assez long, cette superposition me plaît bien. Si je le pouvais, je ne porterais qu’elles et mon boyfriend kaki, c’est un peu mon uniforme du moment…

IMG_0634

Le petit plaisir du samedi : le breakfast en amoureux ! Le bonheur de se lever et d’avoir beaucoup de temps devant nous, allumer la télé (la seule fois de la semaine!) pour la rediffusion de La Maison France 5, cuisiner des douceurs et se réjouir à l’idée qu’on va pouvoir les déguster dans la foulée, aligner les ingrédients sur le plan de travail, mettre de la farine partout, sortir tous les pots de confitures, de miel, de sirop d’érable, couper des fruits, presser des oranges… Bref, se préparer un petit-déjeuner de rois et le savourer devant notre émission chouchoute, en rêvant face aux beaux chalets luxueux ou aux grands appartements parisiens qui défilent sur l’écran. Best part of my week, ever.

IMG_0665

Bon, et la bonne nouvelle de la semaine : dans deux jours, je suis en VACANCES !! Pas de snowboard pour moi cette année, mais un voyage en terres désolées et montagneuses : les Highlands écossaises. Au programme : un road-trip avec Robinson, des Bed and Breakfast pittoresques, quelques hôtels cosy -avec cheminée!-, de grandes randonnées au milieu de nulle part, les lacs et les châteaux hantés, un petit passage par Edimbourg, quand même, et bien sûr beaucoup, beaucoup de gastronomie locale ^-^

Elle est plutôt joyeusement positive, cette petite récap, non ?  😀

A très bientôt !

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Janvier

Lors du passage à la nouvelle année, j’ai préféré regardé dans le rétroviseur afin de tourner la page sur 2014, mais je n’ai pas forcément évoqué ici les projets ou résolutions qui allaient marquer 2015. Et pourtant, ce n’est pas faute d’en avoir, et d’avoir très envie de parler de tout ça ici!

Parmi mes résolutions, il y en a des spirituelles, des objectifs « de vie » comme on dit, mais aussi de très superficielles, des résolutions futiles, de celles qui font du bien au moral car elles aident à voir le quotidien avec plus de légèreté. On n’est pas obligé de toujours tout faire sérieusement, n’est-ce pas?

Et pour 2015, je n’ai pas fixé la barre trop haut, je me suis contentée de deux petites résolutions futiles, mais qui sont déjà un grand changement pour moi, car elles deviennent des habitudes alors qu’auparavant je faisais complètement l’impasse sur ces gestes quotidiens : l’hydratation.

IMG_0683

Je me suis fais la promesse de boire beaucoup plus d’eau chaque jour, au lieu de m’assoiffer comme un vieux pruneau, dans ma classe, trop occupée à faire mille choses et repoussant le moment de boire un peu à plus tard, inéxorablement. Et celle de me tartiner de crème pour le corps, religieusement, chaque soir après ma douche. Afin de préparer ma peau aux changements inévitables de la vie, au relâchement, aux prises et pertes de poids, au vieillissement, même si on se dit toujours qu’on a le temps d’y penser… ce n’est pas quand les premiers plis apparaissent qu’il faut s’y mettre, c’est déjà trop tard. La souplesse de la peau se prépare bien avant les premiers signes du temps.

Ces deux résolutions n’en sont finalement qu’une, donner plus à boire à mon corps, à ma peau, à l’intérieur et à l’extérieur.

IMG_0685

Dans un premier temps, il m’a fallu m’équiper. Au départ, j’apportais une bouteille d’eau à l’école, mais je n’achète pas souvent des bouteilles en plastiques, je ne peux pas trimballer de gros packs d’eau (je fais mes courses en ville, à pieds) et je ne trouve pas ça hyper écolo… J’apportais donc une bouteille vide que je remplissais d’eau du robinet. Mais je n’aimais pas trop ça… Et puis le plastique, ce n’est quand même pas très bon pour la santé…
L’idée d’une gourde a commencé à faire son chemin, et je me suis mise à chercher sur internet un contenant en verre, résistant et pas trop lourd. Finalement, j’ai opté pour l’intermédiaire, une gourde en plastique sans BPA, très résistante, au goulot ergonomique et à la contenance bien pratique : 750ml. Ni trop, ni trop peu.
Chaque matin, je l’apporte à l’école, et je la remplis deux ou trois fois dans la journée avec l’eau du robinet. Je bois donc le fameux 1,5 litre d’eau recommandé au quotidien. La bouteille est jolie et j’aime bien le fait qu’elle soit transparente, je ne sais pas ça me donne peut-être l’impression de boire une eau plus claire, plus pure, en tous cas de voir ce que je bois, contrairement à une gourde opaque… Ce petit achat a vraiment changé mes journées, je crois bien que sans lui j’en serai encore à me dire dix fois par heure : « Fais une pause dans ce que tu es en train de faire, va te servir un verre d’eau, bois, tu es complètement déshydratée » tout en repoussant à la minute d’après le moment où il faut s’interrompre et se lever… Bref, pour une vingtaine d’euros, je suis écolo (pas d’achat de nombreuses bouteilles en plastique) et je fais du bien à mon corps et à ma peau. Résolution numéro 1 : done.

IMG_0687

La seconde résolution était, quant à elle, une vieille connaissance, car ce n’est pas la première fois que j’essaie de m’astreindre au rituel de l’hydratation du corps, habitude que je n’ai malheureusement jamais réussi à appliquer à long terme. Mais après être parvenue à instaurer le démaquillage et l’hydratation du visage comme rituel sacré et incontournable, je me suis dit que je ne pouvais pas échouer dans cette nouvelle tentative de garder une peau hydratée et souple. Pour bien faire, encore une fois, il me fallait les bons produits. Une crème collante, ou un parfum trop entêtant, et je savais que mon entreprise était vouée à l’échec. Aujourd’hui, j’ai enfin trouvé les laits hydratants qui me conviennent et je sais que je n’en changerai pas de sitôt! Heureusement, le choix n’est pas si réduit et j’ai jeté mon dévolu sur deux produits assez naturels : le Lait Haute Nutrition pour peaux sèches de chez Nuxe Bio Beauté, et le Soin Corps Nourrissant anti-oxydant de Caudalie. Le premier est parfumé à l’amande, je suis complètement fan de ce parfum… Le deuxième est citronné, très frais, l’odeur tonique me ravit et a un petit coté coup de fouet revigorant qui n’est pas pour me déplaire. Les deux pénètrent très bien et ne laissent pas un fini collant, détail qui a toute son importance à mes yeux. Si je ne peux pas enfiler mes vêtements dans la foulée et que je suis obligée de mourir de froid en attendant que le lait hydratant sèche sur ma peau, je ne réitère pas l’expérience, tant pis pour l’effet peau de crocodile!! Ces deux laits sont vraiment les premiers à me satisfaire à ce point, et c’est devenu un vrai plaisir de me tartiner avec soin chaque soir, en pensant aux bienfaits que ma peau retire de ces gestes. J’en profite toujours pour masser un peu, les cuisses, les mollets, le ventre, ça ne fait pas de mal et ça aide le sang à bien circuler. Et last but not least, je crois que je l’avais déjà évoqué mais les esthéticiennes encouragent vivement aux douillettes de l’épilation comme moi de bien se crémer chaque jour, afin « d’attendrir’ la peau et de rendre le retrait du poil moins brutal et donc moins douloureux! Donc, bon, on aurait tort de s’en passer…

Bilan des résolutions à J+31 : pour l’instant, on dirait bien que je tiens. Et plus le temps passe, moins c’est difficile de s’astreindre à ces nouveaux gestes, qui deviennent au contraire de vraies habitudes. Ce sont des petits riens, au final, mais c’est agréable de se rendre compte que notre volonté est toujours capable d’imposer des changements à notre quotidien.

Et vous, où en sont vos résolutions après ce premier mois de 2015 ?