Blanc rustique, bois authentique, nature et lenteur…

3

Quelques mots qui définissent mes envies du moment, en matière de décoration d’intérieur, mais aussi de style de vie tout court. J’ai envie d’épurer sans pour autant transformer mon environnement en l’intérieur scandinave que l’on voit partout sur les blogs et Instagram (même si j’adore le style scandi, bien sûr!). Je ne veux pas renoncer à mes pulsions bohèmes et à la déco folk que j’adore, mais qui me semble parfois trop brouillonne, trop encombrée, alors que je n’aspire qu’à un peu d’espace vide et clair en ce moment.

Je sais que c’est cyclique, comme tout. Actuellement, j’ai envie de douceur, d’un blanc immaculé rassurant, et de matières nobles et vieilles pour la symbolique d’enracinement durable qu’elles portent.

Je suis tombée sur les photos du blog d’Annabelle Hickson, The Daily’s, ainsi que sur un reportage sur cette famille sur le blog Turbulences Déco, et j’ai tout de suite accroché : exactement ce qui me fait rêver en ce moment. Brut et blanc, nature et authentique, des grands espaces, une famille, du bon temps et le travail de la terre. La bonne association. Et puis, le bush, l’Australie sauvage, cette lumière douce et oblique incroyable… ça fait voyager, un peu, aussi.

2

Je vous laisse avec quelques photos qui vous inspireront peut-être vous aussi (et sinon, moi aussi j’aimerais bien avoir un petit marsupial qui traîne dans mon salon… ^-^) :

1

4

6

5

Et pendant que je bave devant cette tenue simple, rustique, pratique et confortable, j’écoute Baudelaire d’Angus et Julia Stone ( tiens, des Australiens eux aussi ! ) et ça me fait planer et voyager de plus belle, tout en me donnant envie de me pelotonner sur mon canapé entre mes deux hommes. Je crois que ce billet transcrit bien l’ambivalence de mes désirs actuels, entre l’envie terrible de partir en voyage et celle de mener la slow life dans ma campagne retirée…

snow

Photos : homelife.com.au – Kara Rosenlud
Turbulences déco

 

Publicités

Le mois de décembre ou préparer Noël

IMG_0356

Que j’aime ces semaines qui précèdent les fêtes ! J’aime l’effervescence du mois de décembre et toutes les promesses qui l’accompagnent. On espère toujours que cette année là, notre Noël ressemblera à ceux qu’on voit dans les films, enneigé, illuminé, tourbillonnant, familial et heureux.  Chaque année, je me dis que mes cadeaux seront faits à temps, réfléchis, bien choisis, durables… Chaque année, je rêve d’avoir le temps de fabriquer des cadeaux avec amour, des nappes, des carrés démaquillants, des totes-bags, des tissages… Chaque année, j’ai envie de prendre une jolie photo de famille, devant le sapin qui clignote, et sur nos têtes des bonnets de père Noël, puis en faire de jolies cartes de vœux bien kitsch pour nos familles. Et puis finalement, décembre passe toujours trop vite, il ne neige presque jamais à Noël, on n’a pas le temps de faire la photo ni d’écrire des cartes de voeux, et les cadeaux deviennent toujours une tâche qui s’ajoute à une longue liste intenable et donc, forcément, pas des plus agréables…  Rassurez-moi, c’est pareil pour vous ?

De plus, cette année, le nouveau challenge pour nous était de préparer Noël dans une maison. Une maison plutôt grande (donc nécessitant beaucoup de décorations), avec un jardin à décorer aussi… et puis une maison sans four, ce qui signifie : pas de biscuits de Noël, pas d’odeur de cannelle dans la cuisine, pas de bon gâteau moelleux pour accompagner le goûter et le thé de Noël… (le four viendra plus tard, quand nous changerons la cuisine…. ^-^)  Challenge, donc.
Eh bien oui, car j’ai beau avoir accumulé beaucoup de décorations pour les fêtes, je n’ai rien pour l’extérieur. Et plus les moyens financiers, cette année, d’investir dans de grandes guirlandes lumineuses pour illuminer mon jardin. Alors tant pis. Moi qui pensais que le jour où j’aurai ma maison, j’allais pouvoir transformer l’endroit en un palais des lumières pour Noël, je n’ai plus qu’à attendre l’an prochain et que nos comptes en banque soient un peu renfloués!… (non, en vrai, ça va, je m’en remettrai 😉  )

IMG_0345

Mais bon, n’ayez crainte, j’ai quand même bien décoré l’intérieur de notre home sweet home cette année, et préparé des listes de voeux au Père Noël, pour Little d’abord, mais aussi pour moi ^-^ Le père Noël sera peut-être surpris de découvrir sur ma liste un pied de vigne vierge à replanter contre la façade de la maison, ou un eucalyptus en pot, ou encore un gros manuel de permaculture. C’est sûr, ça change de mes précédentes listes de cadeaux… Mais il se rassurera en voyant que j’ai quand même émis le souhait de découvrir une belle paire de bottes (en caoutchouc) sous mon sapin (mais je crois que je devrai attendre encore un petit peu, et que ce ne sera pas cette année que les Hunter de mes rêves seront à mes pieds ^-^). Bon, et puis, en attendant d’avoir un four pour faire de bons gâteaux, je me console en préparant des crêpes, juste besoin d’une poêle pour ça ! Et c’est pour cette même raison que j’ai aussi suggéré l’idée de recevoir un gaufrier pour Noël. Les dimanches matins qui embaument les gaufres chaudes, c’est un peu comme si c’était Noël toute l’année, non ?

Allez, je file, car pour les instits le mois de décembre rime aussi avec livrets d’évaluations et ça, c’est pas un cadeau… 😦

IMG_0344

Et vous ? What’s on your list ?? 

 

IMG_0350

La joie de pouvoir fabriquer une couronne de Noël avec quatre branches de sapin directement coupées dans mon jardin… ❤

IMG_0346

En attendant la neige, j’en ai accroché de faux glaçons à mes baies vitrées. On y croirait presque 😉 

 

IMG_0348

Préparez bien les fêtes !

 

NB : les photos de ce billet sont personnelles et non libres de droits, merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Wild new chapter

Tout a changé. Nous avons emménagé dans notre maison il y a 9 jours exactement. À présent, il s’agit pour nous de recréer un quotidien, des habitudes et des repères. Le silence absolu nous perturbe un peu, on n’avait plus l’habitude. Le noir total, lorsque la nuit tombe, nous surprend encore. Pas de réverbère autour de la maison, pas de phares, de néons… A peine, au loin, la fenêtre éclairée d’un voisin qu’on devine derrière les branches de sapins. Le carrelage froid glace nos pieds habitués au parquet de l’appartement bien chauffé. Mais on va s’y faire, il faut juste s’adapter. Ce moment de chamboulement me rappelle la naissance de Little : un moment de joie immense accompagné d’un sentiment de bouleversement total. La panique et la peur que rien ne soit plus jamais comme avant. Et puis, avec un peu de temps, les habitudes reviennent, de nouveaux repères se créent, et on est rassurés : la vie continue. C’est un peu ce qu’on vit en ce moment : la plongée dans l’inconnu. Même si c’est un rêve qui se réalise, cette maison, la nature partout, le calme, cela ne se fait pas sans inquiétude et sans moment de doute. A-t-on pris la bonne décision ?

Mais lorsque mes inquiétudes m’assaillent, je m’assois dans mon nouveau salon, face aux baies vitrées qui surplombent une vallée, le village, et des champs. J’observe tout ce vert. Les branches des sapins qui ondulent doucement. Et au loin, les monts du Beaujolais qui se découpent dans la ouate des nuages. Et je suis rassurée. Bien sûr qu’on a pris la bonne décision. Reste plus qu’à rendre familière cette nouvelle maison. Et cela ne se fait qu’avec un peu de temps passé entre ses murs.

Ce que tout de suite, j’ai aimé dans cette maison, c’est son potentiel. Lorsque je l’ai visitée, la première fois, j’imaginais tout ce qu’on allait pouvoir en faire. Elle n’était pas assez exploitée par ses propriétaires, elle n’était pas mise en valeur. J’avais plein d’idées.
Aujourd’hui, on y est, et lorsque je dresse la liste des changements à opérer pour transformer cette bâtisse en une maison idéale pour nous, j’ai le vertige tant il y a à faire. Mais ça ne me fait pas peur. On a le temps. C’est notre maison, on y fait ce qu’on veut, et au rythme que l’on veut.

Pour vous donner une idée, je peux vous dire par exemple que toutes les peintures sont à refaire : les murs sont enduits d’un crépi de papier horrible, blanc râpeux. Nous avons fait venir un peintre qui va nous proposer des devis pour lisser les murs et y coller de la toile à peindre (le rendu est vraiment plus propre que lorsqu’on peint directement sur le plâtre). Autre exemple : au sol de notre séjour, du couloir et de la cuisine, il y a de la tommette. Certains s’extasient sur ce matériau, moi pas du tout ! Je suis une extrémiste des sols en bois, je ne veux que du parquet, du plancher, du bois partout ! Le carrelage, la tommette, sont trop froids pour moi. J’aime la chaleur des planchers qui craquent. Et puis, notre tommette est rouge foncé, couleur que je n’affectionne pas particulièrement et qui ne se marie pas vraiment avec notre intérieur. On projette donc de refaire le sol des pièces concernées. En attendant, je glisse en chaussons sur la tommette pour ne pas geler sur place !

Notre grand projet, aussi, est d’abattre la cloison entre la cuisine, le couloir, et le salon, afin de créer une grande pièce séjour avec cuisine ouverte, plus moderne, correspondant mieux à un mode de vie familial où l’on passe beaucoup de temps en cuisine, ou à table, ou encore tous ensemble sur les canapés. Nous avons donc réfléchi à un projet mêlant tout cela, les peintures, le parquet, les cloisons à enlever… on dessine et on s’imagine à quoi cela va ressembler, c’est vraiment chouette de se lancer là-dedans avec Robinson, on a hâte de commencer tout ça (même si on va faire faire une grosse partie des travaux car nous sommes trop novices en la matière et avons peur de rater notre pièce principale ! On s’essaiera aux travaux dans les pièces du sous-sol, moins « importantes »).

 

Ce week-end, je prenais mon petit déjeuner devant la baie vitrée, et sur la terrasse face à moi, un petit écureuil pas farouche du tout est venu sautiller, faire le clown, puis sauter de branche en branche dans notre sapin. Il était si près… On a l’habitude d’en voir car il y en a beaucoup au parc de la Tête d’Or (où j’ai passé à peu près 40% de mon temps ces quatre dernières années!!!). Mais là, on avait l’impression qu’il n’était venu que pour nous saluer, nous ses nouveaux voisins, voir à quoi on ressemblait et si on avait l’air sympas ! Little était fasciné, immobile il regardait, le sourire aux lèvres.

En parlant de lui, il est celui qui semble s’acclimater le mieux au changement. Il adore la « nouvelle maison », sa nouvelle chambre, et surtout le terrain de jeux gigantesque que notre jardin et le village lui offrent. On fait de grandes balades dans le froid, matin et soir, on commence à s’occuper du jardin, à ramasser les pommes tombées et pourries au pied de l’arbre, à ratisser les feuilles. Little participe un peu, il est comme un poisson dans l’eau en pleine nature (tiens tiens, je me demande de qui il tient cela…?).

fullsizeoutput_210.jpeg

(Little en bas de notre allée)

Vendredi matin, le soleil à peine levé, un camion est monté en haut de notre allée pour déverser 6 mètres cubes de bûches pour la cheminée. Little, collé au carreau de la fenêtre de sa chambre, n’a pas loupé une miette du spectacle. Puis, toute la journée, Robinson et moi avons chargé les bûches éparses dans notre brouette (rutilante et neuve) et entassé notre bois dans le garage. Cela nous a pris des heures, mais à la fin de la journée, nous étions si satisfaits de notre effort et du résultat : des murs recouverts de bûches minutieusement alignées et empilées. J’ai hâte que notre cheminée fonctionne (le ramoneur doit venir au début du mois de décembre) pour profiter de belles flambées chaleureuses…

fullsizeoutput_209.jpeg

 

J’aimerais vous montrer quelques photos, mais j’ai cassé mon téléphone il y a quelques jours… J’ai tout de même pu prendre deux photos dernièrement, que je poste ici en attendant de faire mieux voire même, de vous écrire un billet « avant/après travaux », une fois que tous nos projets se seront mis en place.

D’ici là, je vous souhaite un bon week-end, et à très bientôt.

La maison

nature5

source

J’aime la façon dont les anglais désignent leur foyer, leur maison, leur « chez-nous », un seul mot : home. A la fois le toit, et le coeur palpitant refuge de la famille. Le foyer chaleureux. Les racines. La maison douillette. Home.

On a cherché pendant deux années. On a visité des tonnes de biens. D’abord des appartements à Lyon, puis, Little étant né, la maison hors de Lyon devenait notre Graal et nous abandonnions l’idée de vivre en ville dans un appartement exigu. On a cherché, écumé les sites et les agences, passé nos weeks-ends, nos soirées à visiter des logements. J’ai passé des heures au téléphone à prendre des renseignements, sur Google Maps à chercher des localisations… Le bruit de la ville, les travaux qui ont envahi notre quartier, le stress des trajets, des embouteillages, la saturation des routes et des commerces, tout nous poussait à partir et notre recherche de maison devenait quasiment une quête de survie. Fuir pour reprendre de l’air, retrouver de l’espace et un rythme de vie normal. A la fin de ces deux ans, croyez le, nous étions découragés. Les tensions s’accumulaient, on en avait clairement marre. On ne voyait pas ce qui allait suivre, on n’arrivait plus à se projeter, il nous fallait trouver l’étape suivante pour reprendre souffle et forces et continuer à avancer.
A un moment, Robinson m’a dit : on se donne encore un mois. Si on n’a pas trouvé d’ici là, on change de projet, on n’achète rien, je lâche mon boulot, on quitte la région, voire le pays.

°_°         (radical, hein?)

nature2

source

C’est là qu’on a visité notre maison. Elle n’était pas là où on avait cherché au départ, un tout petit peu plus éloignée que prévu. Mais parfaite et pleine d’imperfections. Je rêvais d’une maison isolée, au calme, je voulais une cheminée et un immense jardin arboré. Je voulais de la place, des pièces pour ranger, des pièces pour jouer avec Little, et dans mes rêves les plus fous, cette maison fantasmée aurait été à la lisière de la forêt. Robinson, lui, rêvait d’une vue. La vue imprenable de notre appartement allait être son seul regret de notre vie en ville, en étage élevé. Tous ces critères, vue, forêt, cheminée, jardin, espace… évidemment, lorsqu’on les verbalisait à un agent immobilier, on percevait bien le ton dubitatif et condescendant de sa réponse : « oui, bien sûr, mais vous savez, pour un premier achat, on met de côté ses rêves et idéaux, il s’agit bien souvent de faire le deuil de la maison idéale pour commencer par quelque chose de simple, de petit, mettre le pied à l’étrier avant un futur achat plus conséquent… Faire des compromis. Faire des sacrifices. Faire des concessions… »

Ces mots, on les a entendus, encore et encore. On était à deux doigts d’acheter une maison minuscule (90 m carrés) avec un jardin lilliputien (100 mètres carrés) dans un lotissement (!) à 30 minutes de Lyon, pour 50 000 euros de plus que la maison que l’on a finalement achetée. Une maison chère, sans cheminée, sans vue, sans immense jardin, sans forêt bien sûr, sans espace… !  On était prêts à faire ces concessions. Mon dieu heureusement qu’on ne l’a pas fait ! Il a suffit qu’on ouvre notre compas un tout petit peu plus, qu’on s’éloigne de Lyon de cinq minutes supplémentaires aux trente minutes qu’on s’était fixées comme limite, pour que nos critères deviennent réalisables et non plus des extravagances de jeune couple plein de rêves.

IMG_8265

(Cette affiche (d’un magazine Flow) est sur notre mur dans le séjour, je déjeune face à elle chaque jour. Elle était là, durant tous ces mois, pour me rappeler mon rêve, et pour me donner la motivation de continuer à chercher malgré tous les échecs de nos visites immobilières. A chaque fois que je la regardais, je me disais qu’il devait forcément y avoir un moyen d’obtenir ça, ce rêve, juste une maison au milieu d’un jardin, la possibilité de faire pousser des légumes, et de vivre au calme. En famille. Un rêve qui semblait fou mais pourquoi renoncer à le poursuivre pour autant ? Pourquoi ne serions nous pas parvenus à réaliser cela ? Lorsque je pensais à la somme que nous étions prêts à débourser pour un appartement ou une petite maison de lotissement, je me disais qu’il devait bien y avoir, quelque part, un peu plus loin sans doute, une maison comme celle-là qui nous attendait, pour y mener une vie paisible… Cette affiche est précieuse pour moi aujourd’hui.)

*

Aujourd’hui, je me dis : ces deux années de cheminement n’ont pas été vaines. Elles nous ont amenés exactement là où on devait aller. A cette maison. A renoncer aux sacrifices. Sans quoi, on aurait sans doute été un peu malheureux, dans une maison riquiqui au milieu de cinquante minuscules maisons les unes sur les autres, avec un prêt de vingt ans sur le dos…

On a donc élargi notre secteur de recherches, et on a visité une maison.
Une maison avec un immense jardin, en lisière d’un bois. En haut d’une colline, avec une vue imprenable sur le village, les champs, les fermes, la campagne. Avec une cheminée, et 160 mètres carrés d’espace, complétés par deux énormes terrasses de trente et cinquante mètres carrés éventuellement réaménageables en agrandissement de la maison. Une maison pas forcément jolie, plutôt simple et fonctionnelle, avec des rafraichissements à faire et des petits travaux à prévoir pour exploiter tout son potentiel. Une maison tranquille, un peu dans les arbres, dans un tout petit village au bord de la Saône, entre le Beaujolais, l’Ain et le Rhône. Une maison quelconque mais parfaite à mes yeux. Notre maison. Pour ma petite famille que je veux mettre au vert. Pour Little qui pourra courir, patauger dans la boue, marcher sur la route, ramasser des champignons, être couvert de terre et de feuilles mortes, faire des cabanes, inviter ses copains, avoir une petite piscine gonflable, faire un élevage d’escargots, ou de grenouilles, faire de la peinture sans avoir peur de salir, et respirer. Pour moi, pour avoir du vert autour de moi, pour lire au coin du feu, pour passer mes journées dehors avec mon fils, même quand il pleut, pour ne plus avoir peur des voitures qui saturent l’espace urbain, pour couper quand je rentre du travail, pour ne plus faire mes courses dans un Market de centre-ville hors de prix et au choix réduit, pour sortir et être immédiatement en pleine nature, pour pouvoir courir, marcher, faire du vélo quand j’ai envie, pour m’isoler et écrire, pour m’éloigner du centre névralgique qu’est Lyon, tentaculaire, emprisonnante, asphyxiante parfois… Pour Robinson aussi, pour les mêmes raisons que moi même si lui ressent moi cette pesanteur de la ville car il travaille déjà à la campagne.

nature

source

Voilà, au bout de deux ans, on l’a visitée, on a signé, on a obtenu notre prêt, on change de vie.

On a trouvé notre chez-nous. Home.
Je suis vraiment heureuse et j’ai hâte de commencer cette nouvelle aventure.

nature"

source

 

La vie au ralenti

IMG_7685

              Nous sommes chez mes parents, en Lorraine, depuis une dizaine de jours, et je me sens enfin en vacances, enfin reposée, je profite ! Pourtant, il y a Little dont il faut s’occuper chaque minute, avec son énergie débordante et malheureusement non communicative ^-^ Il y a la maison à garder propre, car mes parents travaillent et je passe mes journées seule, je n’ai pas envie qu’ils retrouvent leur intérieur sens dessus dessous en rentrant du travail. Mais malgré cela, je me sens en vacances et reposée. Peut-être est-ce le vert qui nous entoure, couleur dominante de notre décor depuis plusieurs jours. Peut-être est-ce l’absence de bruit dehors, de route passante, de voitures, de travaux, de cris, de foule. Peut-être est-ce le fait d’être tant d’heures à l’extérieur, quel que soit le temps. Peut-être est-ce dû aux longs bains qu’on prend chaque soir, Little et moi, dans l’immense baignoire de mes parents (bien sûr, ce n’est pas très écologique, mais Little n’est pas encore prêt pour la douche… On y travaille ! Et un bain pour deux, c’est toujours mieux que deux bains pour deux ^-^). Peut-être que les températures douces et la fraîcheur des soirs y sont pour quelque chose aussi…

Je ne sais pas, c’est sans doute tout ça. En tous cas, je sens que je décompresse, que je laisse descendre toutes les tensions de ces dernières semaines, qu’elles quittent mon corps petit à petit…

Notre quotidien ici est simple, je ne cherche pas à trop le remplir, à trop nous occuper. Le matin, Little et moi mangeons plein de tartines de confiture, puis il joue avec ses voitures tandis que je range la cuisine. J’ouvre la baie vitrée pour aller cueillir les légumes du déjeuner dans le potager de mes parents. En ce moment, on mange surtout des haricots, des tomates, des courgettes et des salades. Je prépare le repas de midi en avance, pour ne pas être pressée par la suite. Je trouve ça fabuleux d’avoir ainsi tout à portée de main. Ça parait naturel, c’est ancestral, mais chaque jour je m’extasie devant la profusion de légumes qui poussent dans trois mètres carrés de terre !

Généralement, nous sortons dans le village vers 9h, Little veut désormais marcher et je prends sa poussette pour la forme, au cas où il serait trop fatigué sur le chemin du retour. Il est en train d’apprendre les règles de sécurité route-trottoir, c’est long et laborieux mais il commence à comprendre. Il n’y aurait pas meilleur endroit qu’ici pour lui apprendre ces règles. Peu de circulation, des trottoirs larges, on a l’espace et le temps qu’il faut pour travailler cette aptitude !
On fait de grandes marches, au bord de l’eau, puis on va voir les chevaux, les tracteurs, les vaches, enfin on termine par l’aire de jeux avec notre rituel du bateau pirate (Little est le capitaine, il court vers la barre, crie « à babord » puis se précipite sur les jumelles et lance « baleines bleues !! » puis on évacue le bateau par le toboggan, hilares, et on recommence) (= maman essouflée.à la fin).

A midi, on déjeune dehors, les pieds dans l’herbe. Au soleil, ou pas, mais ici on a l’habitude de ne pas attendre que la météo soit clémente pour être à l’extérieur. Puis c’est la sieste, et je profite de ce moment pour coudre, ou lire, mais surtout pour écrire. J’ai bien avancé dans mon projet de roman, j’en suis à la moitié, j’espère vous en reparler bientôt par ici.

Après la sieste, on goûte, on joue dehors, on lit, on dessine, et on marche encore et encore. Je discute avec les voisins, Little est très sociable ça me force à ne pas être sauvage. Le soir venu, parfois on boit un apéritif avec mes parents dans le jardin, parfois on reste à l’intérieur et on prépare le diner. Lorsqu’il fait nuit je lis un peu, ma mère fait des tisanes pour tout le monde, et voilà à quoi ressemble une journée ici. Lente et douce.

Les vacances…

IMG_7681

la récolte du jour

 

IMG_7693

figues et poires du jardin

 

cueillir des carottes sauvages et en faire des bouquets

 

IMG_7691

le plant de courge butternut qui envahit l’espace,
et le potager qui se fond dans le reste du jardin….

Sunday Morning #47

J’ai un peu déserté ces derniers jours, faute de temps… J’essaie de profiter à fond de Little et Robinson lorsque je ne suis pas à l’école, et des vrais moments de qualité en famille. Le boulot me demande beaucoup de temps aussi, corrections, préparations, fête de fin d’année et commandes pour l’année prochaine font partie de ce programme bien chargé. Mais j’ai quand même pris quelques photos de ces journées bien chargées pour partager mon quotidien avec vous.

Ma vie de maman, de la semaine

IMG_3717

Mon salon est définitivement devenu une salle de jeux, il n’y a plus moyen de le traverser sans marcher sur un cube en bois ou des animaux du cirque. Mais j’adore ce bazar d’enfant qui colore notre appartement et met de la vie un peu partout.
Little se tient désormais assis bien droit, joue de plus en plus seul, il empile, fait tomber ses tours de cubes, met tout dans sa bouche puis me tend ses jouets pour que je les mange aussi. Il est adorable, rigole beaucoup, s’éveille, c’est un bonheur de le voir grandir comme ça. Dans quelques jours il fêtera ses 10 mois, déjà…

Le déjeuner de la semaine

IMG_3681

Une galette à base de farine de pois chiches, fourrée d’un mélange tout bête de haricots rouges et maïs rôtis et de tomates fraîches, voilà un déjeuner bien nourrissant et plutôt sain pour mes repas à l’école. Pour cette recette, j’ai totalement improvisé à partir des ingrédients que j’avais sous la main. Mais rien de vraiment compliqué. La galette est une mélange de farines, de fécule, d’eau et d’épices, et on doit pouvoir trouver des tas de recettes de ce genre en tapant « galette farine pois chiches à l’indienne » sur Google…

La jolie déco de la semaine

IMG_3675

J’ai une amie talentueuse qui fabrique des sacs magnifiques (je vous en reparlerai très bientôt) et qui coud aussi des mobiles sublimes comme celui-ci en forme de nuage. Les gouttes sont en cuir, les grues en papier origami, et le nuage en tissu tout doux. Normalement, il était destiné à la chambre de Little (dont elle est la « parraine »), mais je le trouve si beau que je crois bien qu’il va rester suspendu dans notre séjour (peut-être pas à ce macramé pas fini, cela dit…!)

Le sport au quotidien

IMG_3713

Lorsque j’ai repris le travail, il a fallu trouver une organisation pour cette nouvelle vie « active » avec bébé. Robinson emmène Little chez son nounou tous les matins, et c’est moi qui vais le chercher en quittant l’école. Je vais travailler à vélo, c’est donc aussi à vélo que je récupère mon fiston chaque jour et qu’on rentre ensemble à la maison. Et il adore ça ! Il tient son casque d’une main, pour bien voir passer les tramways qui le fascinent.

Le DIY de la semaine

IMG_3671

Mon petit truc en ce moment, c’est de faire mon « nutella » maison : un peu de purée de noisettes, un peu de cacao en poudre et du sucre de coco, hop dans le mixeur et voilà une pâte à tartiner bonne et bio qui se garde longtemps bien fermée dans un petit pot hermétique.

Le week-end en famille de la semaine

IMG_3641

Mes parents ont passé quelques jours à Lyon et nous en avons profité pour organiser un grand pique-nique samedi soir, avec mon frère et des amis. Au menu, des tonnes de bonnes choses à manger, du guacamole, du melon, des petits muffins aux pépites de chocolat, des fraises, du vin et de la bière… le soleil était au rendez-vous, trois générations étaient réunies sur des grandes nappes étalées dans l’herbe du parc, c’était parfait.

La première fois de l’année, de la semaine

IMG_3705

Il était temps ! Nous avons pris notre premier repas sur notre balcon vendredi soir, après un petit passage à la fête des voisins de notre immeuble. De la musique, le coucher de soleil, les voix de la rue qui s’élèvent dans le soir tombant, prendre le temps de profiter de Robinson et souffler un peu lorsque le rythme effréné de la semaine s’arrête. Quel meilleur moyen pour décompresser…?

 

Voilà quelques photos de notre vie dernièrement. Vous pouvez le constater, je ne fais pas grand chose de plus que boulot-famille, mais c’est sans stress car je sais que dans quelques semaines ce sera les grandes vacances et que je pourrai me dégager à nouveau un peu de temps pour faire autre chose, lire, fabriquer des trucs, cuisiner… Mais je savoure aussi cette période, tout se passe bien à l’école et dans notre quotidien, ce serait dommage de ne pas en profiter.

Je vous dis à très bientôt (j’espère !) et vous souhaite un bon dimanche !

 

 

Sunday Morning #36

Hello ! Avant de filer pour notre promenade dominicale, voici le 36ème petit Sunday Morning (dingue ! pour une fois que je tiens mes objectifs !) et j’en profite pour vous dire que vous êtes GÉNIALES/GÉNIAUX après toutes vos réactions et vos très longs messages concernant l’article de mercredi dernier sur le thème de l’environnement ! Merci pour vos conseils, votre partage, votre enthousiasme, merci d’avoir pris le temps de lire et surtout d’écrire pour discuter autour de ce thème. Je suis vraiment, profondément, sincèrement HEUREUSE de vos retours et d’avoir tenté le coup d’évoquer ce genre de sujet sur le blog. Merci !
Place aux choses futiles à présent, avec quelques photos de notre semaine ensoleillée.

Le look de la semaine

IMG_2426

Première sortie pour mes jolis tigres, et je me suis rendue compte à posteriori que j’avais cumulé l’effet savane et les portant avec un tee-shirt imprimé zèbre… Pas too much du tout la nana… ^-^ (et désolée pour la luminosité pourrie et mes cheveux mouillés…)

L’assiette de la semaine

IMG_2468

J’ai remarqué que mes repas sont souvent très verts… il faut dire que je raffole de brocolis, de haricots, de choux de bruxelles et d’avocats, alors forcément… Les tartines d’avocat, c’est mon plaisir ultime depuis notre voyage au Costa Rica. Je frotte un peu d’ail sur du pain grillé et je tartine la chair de l’avocat, mmmmhhh miam. Bon, le problème avec l’avocat, c’est que ce n’est pas très écolo comme aliment. Mais celui là vient d’Espagne (et il est bio). C’est une de mes principales sources de protéines donc je me permets cette petite entorse…

L’auto-cadeau de la semaine

IMG_2466

Robinson a des millions de qualités, mais le romantisme  n’en fait pas partie 😉 Bon, en réalité, je ne suis pas fan des débordements d’affection et des marques d’amour à gogo, donc ça m’arrange bien que mon mec ne soit pas trop chamallow, mais par contre je n’ai rien contre un petit bouquet de fleurs de temps en temps,  LE cadeau inutile par excellence, mais qui m’enchante au plus haut point. Hier, Robinson est partie faire du snow avec un copain et j’ai passé la journée sans lui, alors pour me réconforter je suis passée chez le fleuriste pour m’acheter ce tout petit bouquet de tulipes. Encore une fois, cela n’est pas très écolo, alors je ne m’en offre que très rarement, c’est d’ailleurs mon 1er bouquet de 2016 ! Mais quel plaisir de voir ce joli bouquet colorer notre séjour !

Dans la savane

IMG_2391

Cette semaine, le thème vestimentaire de notre famille était assez bestial ^-^ Les chaussettes girafes de Little, son petit bonnet zoo… :

IMG_2416IMG_2471

Ce trop joli pull singe acheté il y a quelques semaines sur un vide dressing d’Instagram et qu’il peut enfin porter – note : la plupart des vêtements de mon fils sont achetés d’occasion lors de vide dressings de mamans blogueuses, ou récupérés des copines, même si parfois je craque et lui achète des petits choses en magasins (quand c’est bien soldé seulement, ça me rendrait dingue de dépenser des fortunes pour des vêtements qui ne seront portés que quelques semaines !)

IMG_2464

Et puis maman aussi était raccord avec le thème : j’ai imperméabilisé mes nouvelles boots (et mon  nouveau sac ^-^) et j’en ai profité pour repasser un coup d’imperméabilisant sur mes autres pièces graou. C’était drôle de voir ce concentré d’imprimés jungle, alors j’ai pris une petite photo. Le petit sac noir et léo, je l’avais aussi acheté d’occasion sur videdressing.com, c’est une pièce de mon dressing que j’aime  beaucoup et que j’utilise énormément, je ne regrette vraiment pas cet achat. Seulement, depuis qu’on a un petit bonhomme en plus dans notre foyer, on s’est rangés du côté du pratique, et les petits sacs ne sont définitivement pas nos meilleurs alliés lorsqu’il s’agit de transporter tout le bazar d’un bébé : couches, biberons, jouets, langes, vêtements de rechange, tétines, livres etc… Ces derniers mois, en guise de sac à main et à tout faire, je n’utilisais plus que mon grand grand cabas H&M x Isabel Marant offert par une copine et ultra-pratique (car véritablement immense) (c’est un parachute le truc !). J’avais envie d’un beau sac depuis longtemps, après avoir lorgné des années sur les Jérôme Dreyfuss (que je ne trouve pas pratiques, mais très beaux malgré tout !!), je suis tombée sur ce grand cabas Bash, en cuir imprimé girafe. Le combo gagnant pour moi : grand et beau. Pratique et graou. Un peu cher mais bien soldé, aussi. Je me suis dit que, vu mon utilisation intensive de mon petit sac léopard et de mon grand cabas H&M, cet investissement du parfait mix des 2 allait être vite rentabilisé. Alors voilà, un de mes petits achats coups de coeur de ces dernières soldes. Mais je vous rassure, je ne porte jamais toutes ces pièces en même temps !! ^-^

Le DIY de la semaine

IMG_2395

J’ai un petit projet de couture en tête, et pour cela je voulais m’entrainer à imprimer des formes sur du tissu à l’aide de tampons-pommes de terre. J’ai donc utilisé un grand morceau de tissu acheté à l’origine pour faire des bonnets à Little (mais j’ai laissé tomber, ça ne rendait pas comme je voulais). J’ai gravé des cactus et des sapins dans ma pomme de terre, et j’ai joué du tampon toute une après-midi. Je suis assez contente du résultat, il me reste à présent à découper et coudre pour fabriquer de petits foulards pour mon loulou.

IMG_2397

Maintenant que je me suis fait la main, je suis prête à attaquer mon projet couture dont je vous reparlerai très vite ! Je reçois tout le matériel mardi, hâte de m’y mettre !

Le petit kiff de la semaine

IMG_2440

J’adore voir Little farfouiller dans ses caisses de livres, manipuler les bouquins, s’y intéresser, les mâchouiller… Je ne peux que lui souhaiter d’aimer autant les livres que je les aime, car c’est magique de pouvoir se réfugier dans l’univers de la lecture, de connaître cette porte secrète qui mène vers le monde l’imaginaire… Nous avons déjà nos petits chouchous et si cela vous intéresse je pourrais vous préparer un billet sur le sujet ?

L’inspiration de la semaine

Processed with VSCOcam with a5 preset

Le blog de Bambichoses est une belle découverte pour moi (et pourtant j’en entends parler depuis un moment mais parfois il me faut du temps avant de capter ^-^), et lorsque j’ai lu l’article concernant leur maison autonome, waouh ça m’a parlée ! Les photos m’ont fait rêver, et ont conforté mon envie de partir vivre dans la forêt, loin de tout !! Ahhhh, le mythe de l’ermite… avec une aussi belle maison, et un cadre aussi bucolique, je signe directement pour l’autarcie, moi !

Et voilà pour cette 36ème semaine. Et vous, en vacances ? Au ski ? Chez vous ?

Je vous souhaite un bon dimanche et vous dis à très vite  par ici.

NB : toutes les photos de ce billet, exceptées la dernière qui provient du blog cité, sont personnelles et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.