Escapade anglaise

DSC_5382
Fountain Abbey

En avril dernier, nous avons fait notre premier voyage à l’étranger avec Little, qui avait alors trois ans et demi. Nous voulions lui faire découvrir notre passion du voyage, prendre l’avion, parler une langue étrangère, manger des plats typiques, se perdre dans des lieux inconnus, et admirer une faune et une flore différentes des nôtres. Pour ce premier voyage, nous voulions faire simple : un pays anglo-saxon, et peu d’heures de trajet. Il fallait aussi que financièrement, cela ne soit pas trop lourd, car nous avions programmé quelques week-ends de snowboard en amoureux et que, tout cela mis bout à bout, ça commence à faire beaucoup.

Nous connaissons bien l’Irlande, où nous avons vécu, et l’Écosse où nous avons voyagé en hiver 2015. De l’Angleterre, nous avions bien sûr visité Londres, mais rien d’autre.
Le voyage de Bakpoki à l’automne dernier, ainsi que les livres des sœurs Brontë (que j’adore), m’ont donné très envie de visiter cette région sauvage du Nord de l’Angleterre : le Yorkshire.

DSC_5444

Manchester

Nous avons donc pris l’avion à Lyon et atterri à Manchester, le vol est rapide (deux heures) et nous avons loué une voiture sur place (indispensable pour arpenter les routes sauvages et les vallées étendues du Yorkshire).

Nous avons profité de notre passage à Manchester pour visiter un peu la ville, qui est beaucoup plus chouette que ce à quoi je m’attendais ! Manchester a l’air d’être un endroit très agréable à vivre, en famille ou pour étudier par exemple. Nous avons visité un musée (ben oui, c’est ça de partir avec des enfants, tu te retrouves à faire des choses « ludiques » et « culturelles » là où avant tu aurais plutôt été prendre la température des pubs et profiter des concerts de la ville étrangère… ^-^). Le musée des sciences et de l’industrie de Manchester est vraiment bien fait, beau, très grand, et parfait pour une demi-journée en famille. On y voit les trains, les avions, les moulins à coton… et la petite boutique regorge de pépites !
Nous aurions aimé passer à Birmingham, au moins pour le clin d’oeil à une série qu’on adore (Peaky Blinders), mais nous n’avions pas envie de passer trop de temps dans les villes. On a préféré limiter nos visites urbaines à une seule journée, et mettre rapidement les voiles pour la nature et les routes sinueuses des Dales.

DSC_5416

Les Brontë

Il y avait une seule chose que je ne voulais absolument pas manquer dans le Yorkshire : la visite d’Haworth, le village des Brontë. C’était, pour moi, le point essentiel de notre venue dans cette région. C’est donc l’un des premiers endroits où l’on s’est rendus. Et sans regret ! Le village, typique, est pittoresque et absolument charmant. Bon, bien sûr, c’est devenu un genre d’attraction, beaucoup de monde veut visiter la maison des Brontë, et le village est si charmant qu’il se prête parfaitement au jeu des touristes : petites rues pavées qui dégringolent à flanc de colline, prés verts où paissent les moutons, échoppes insolites et pubs hauts en couleurs, terrasses de cafés et vitrines alléchantes de tea-room, maisons cagneuses et murs en pierres apparentes… Si l’on ajoute à cela le Musée des Brontë ET le vieux cimetière cabossé et lugubre, décor parfait pour conte macabre délicieusement gothique, qui est accolé à la maison de la célèbre famille… Haworth a tout pour plaire !

DSC_5389
Fountain Abbey

Le pratique

Nous avons loué un AirBnb dans un hameau, Burtersett, à côté du village de Hawes. Nous voulions un logement typique des villages anglais, pas un appartement grand confort meublé chez Ikea (on aurait eu l’impression d’être à la maison ^-^). On a trouvé notre bonheur avec une minuscule maison mitoyenne, sur deux niveaux. En bas : la cuisine, la salle de bain et un petit salon avec un poêle. En haut : deux grandes chambres. Les fenêtres, du salon et d’une chambre, donnaient sur des prés brumeux, des moutons, et un arbre large, massif, vieux et tordu, assez féérique dans le brouillard du matin. Un minuscule bout de terrasse, agrémenté d’une table et deux chaises en fer forgé, venaient compléter la maison. C’était juste ce qu’il nous fallait.

DSC_5497
Malham Cove

On avait eu dans l’idée de se faire quelques apéros, le soir, sur la terrasse. Mais c’était ambitieux de notre part, car la météo anglaise en avril est loin d’être aussi clémente que celle de la région lyonnaise… À la place, nous avons passé des soirées lovés devant le poêle, à lire (j’ai dévoré le dernier tome des enquêtes de Cormoran Strike, parfaitement de circonstance), à regarder des séries… La vie à trois, dans le cottage, était très paisible : Little a tout de suite investi les lieux, et s’est senti bien comme à la maison. Les petits-déjeuners copieux, le minimalisme des jeux emportés dans nos valises, les journées de marche dans la brume, ou sous la pluie, les apéros (à 16 heures…) au pub, puis les longues soirées à faire des Legos, constituaient les éléments simples et redondants du programme de nos journées.

DSC_5485
Malham Cove

Ambiance

Lors de ce voyage, j’étais dans le premier trimestre de ma grossesse, et mon quotidien était ponctué de nausées extrêmement désagréables. J’étais aussi épuisée, et un peu stressée à l’idée d’en faire trop et de faire une fausse-couche. Bref, je n’avais pas la forme. DU TOUT. Cela a donné une couleur particulière à notre voyage, car on a été obligés de s’adapter à mon rythme en plus de celui de Little. Finalement, on a un souvenir très doux, très slow, de ces quelques jours dans le Yorkshire, et ce n’est pas pour nous déplaire. Nous avons visité quelques lieux emblématiques, mais sans stresser, sans chercher à tout voir. Nous nous sommes surtout imprégnés de l’ambiance des lieux, nous avons vécu au rythme assez lent de cette région sauvage qui semble éloignée de tout. Nous avons vécu de longues journées de pluie et de grisaille, et d’étranges week-ends ensoleillés et chauds, assez déroutants. Nous avons marché sur les Public Footpaths si emblématiques de la région, et j’ai adoré voir Little grimper sur les murets de pierres, enjamber les barrières ou ouvrir les minuscules trappes destinées à ne laisser passer que les hommes et à retenir les bêtes. Nous avons pris un petit-déjeuner dans un salon de thé du village, car j’essaie à chaque voyage de retrouver ma madeleine de Proust, en vain : le goût unique des scones tartinés de crème fraîche et de confiture de framboise maison, que je dévorais lorsque je vivais en Irlande et travaillais dans un salon de thé. Nous avons acheté des latte et des chocolats chauds à emporter à chaque fois que nous passions devant le café d’un village, j’ai admiré et photographié des dizaines de jardins absolument typiques qui semblaient tout droit sortis d’un magazine de déco ou d’une série de la BBC, nous avons approché des centaines de moutons et grimpé des marches et des rochers, nous avons passé des fins d’après-midi à jouer à des jeux de société bien au chaud dans le pub d’un village perdu dans les Dales, nous avons roulé sur des routes étroites et sublimes au milieu de nulle part, nous avons admiré d’immenses viaducs, des châteaux, un moulin, et une incroyable abbayes aux jardins enchanteurs…

Coups de cœur et spots à ne pas manquer

Si vous souhaitez des informations plus techniques, plus pratiques, plus « Encyclopedia Universalis », vous ne les trouverez pas ici car je déteste jouer au guide de voyage, et je ne suis vraiment pas douée pour ça. Je préfère cent fois poser un décor et raconter une ambiance que dérouler l’histoire et la géographie d’un lieu. Mais d’autres le font très bien, alors je vous invite de lire l’article de Bakpoki cité plus haut. Comme elle et sa famille, nous avons visité : Malham Cove (lieu de tournage d’Harry Potter 7), la cascade de Janet Foss, les jardins de Fountain Abbey, nous sommes passés admirer Ribblehead Viaduct…
Nous avons aussi adoré sillonné les Public Footpaths reliant Buttersett à Hawes, le village voisin. Si j’ai un seul conseil à vous donner, c’est de vous arrêter à Hawes, car c’est un endroit plein de charme, avec ses petits commerces, et la rivière qui le traverse. L’aire de jeux pour enfants y est démentielle, aussi, et les pubs vraiment sympas, simples et conviviaux.

DSC_5388

Voilà, j’espère que ce billet vous donnera envie de découvrir cette région d’Angleterre, très accessible et parfaite pour une escapade d’automne notamment (s’il y avait une chose que je changerais à notre voyage, ce serait ça : partir à l’automne plutôt qu’au printemps, pour en prendre plein les yeux avec les jardins anglais aux couleurs rouges et or, les décorations et l’ambiance particulièrement cosy de cette saison, savourer des chocolats chauds et des pumpkins pies et frissonner de l’atmosphère gloomy de ces landes étendues et sauvages.

NB : toutes les photos de cet article sont personnelles
et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon
autorisation.

La fête des saisons

image1
Photo : la merveilleuse table d’automne réalisée par Emmanuelle, dont la photo a été envoyée et publiée sur le blog d’Elsa

 

Chez nous, pour diverses raisons personnelles, on a décidé depuis longtemps qu’on ne célèbrerait pas de fête religieuse, Noël mis à part (car ça s’apparente désormais plus à une réunion de famille joyeuse qu’à la célébration de la naissance de Jésus… et que cette tradition est, décidément, bien trop ancrée encore dans nos familles). Pas de fête pour Pâques, pas d’Épiphanie, de Chandeleur, ou autre…

Par contre, on a instauré de nouvelles fêtes, païennes elles, qui nous plaisent beaucoup : les fêtes des saisons.

Évidemment, je n’ai rien inventé, j’ai trouvé cette idée sur un blog, celui d’Elsa, blog que j’aime tant : Merci qui, merci Montessori. Là, j’ai découvert que des tas de famille avaient instauré cette pratique : célébrer le changement de saison, l’arrivée d’une nouvelle et la fin d’une précédente.

J’ai immédiatement adoré le concept. Mon côté instit a apprécié les bénéfices pédagogiques d’une telle démarche pour les enfants : ces célébrations participent à la construction des notions de temps qui passe, de cycle… J’aime le rôle central de la nature dans ces fêtes : on observe les éléments qui changent d’une saison à l’autre, on collecte des feuilles, des fleurs, des fruits, des graines qui symbolisent une saison… Le toucher, la vue, l’odorat, tous les sens sont sollicités pour appréhender ces transitions. C’est aussi l’occasion de partager un moment de joie avec ses enfants, de les voir s’émerveiller, et pourquoi pas de leur faire plaisir avec un petit (petit petit) cadeau pour marquer le coup.

Chez nous, Little est conquis. Il se souvient extrêmement bien des fêtes des saisons passées, des activités réalisées pour l’occasion (j’en donnerai quelques exemples plus bas), des cadeaux reçus. J’ai vraiment envie que ces célébrations continuent de rythmer son enfance et notre vie de famille, d’enrichir ses connaissances et d’éveiller sa curiosité. Je compte bien ne rien lâcher pour ancrer et faire perdurer ces pratiques, même si ça prend du temps et demande un peu de  préparation.

Pour faire simple, la fête des saisons consiste en une journée, ou un après-midi, ou une soirée, ou un week-end entier, dédiés au passage d’une saison à l’autre, et ce moment est marqué par des activités symboliques en lien avec la saison.
De manière générale, pour fêter une saison, on peut simplement :

– lire des livres sur le thème (les albums de Rotraut Susanne Berner sont parfaits, entre autres, mais il existe des centaines d’ouvrages jeunesse dédiés aux saisons)

– organiser un repas spécial, un peu festif, avec des aliments de saison

– faire une balade en famille en se fixant un objectif précis en lien avec la saison (exemple : récolter des mûres/du raisin/des châtaignes pour la fête de l’automne, observer des empreintes d’animaux dans la neige pour la fête de l’hiver – si vous vivez en altitude et qu’il neige avant le 20 décembre ^-^, cueillir des fleurs des champs et tresser des couronnes pour le printemps, capturer (délicatement) des insectes et les mettre dans une boîte d’observation avant de les relâcher, pour le passage à l’été… etc…)

– organiser une chasse au trésor, semer des indices, offrir des bonbons, des chocolats ou un petit cadeau

– apprendre une chanson ou une poésie sur le thème de la saison abordée

– préparer avec ses enfants une table des saisons qui restera visible tout au long de la saison, et sur laquelle ils disposeront des éléments caractéristiques récoltés dehors, mais aussi fabriqués, des livres de la bibliothèque en lien, des objets aux couleurs de la saison, bref tout ce qui pourra s’apparenter à la saison abordée.

 

Dans ce billet, long car je l’ai voulu le plus complet possible, vous pourrez trouver :
1. des idées d’activités pour fêter chaque saison
2. des questions sur le besoin, ou non, d’offrir un cadeau lors de ces occasions
3. un récit de nos propres fêtes des saisons de l’an passé

 

Capture d’écran 2019-09-27 à 09.22.26

 

         Voici en images et en liens, quelques idées pour célébrer en famille le passage des saisons. En espérant que ça vous donne envie à vous aussi, et que vous vous lanciez dans ces nouvelles traditions. L’idée n’est pas de tout faire, loin de là, mais de piocher une ou deux idées pour cette journée de fête, si vous le souhaitez d’y ajouter un petit présent (voir plus bas la partie consacrée à ce sujet), et de garder les autres idées pour les années suivantes.

img_20190923_173659
Une jolie table des saisons, aux couleurs de l’automne…  source

Des idées pour célébrer la fête de l’automne :

– passer la soirée dehors et faire un feu de camp
– observer les étoiles
– camper en famille
– ramasser des feuilles de toutes les couleurs, puis en faire des guirlandes décoratives, ou les coller sur les fenêtres pour créer une ambiance automnale
– avec des éléments naturels collectés dans la nature, fabriquer un hôtel à insectes (paille, glands, bogues, feuilles, bâtons…)
– jouer à la marchande des saisons avec de vrais légumes et autres : noix, courges, patissons, noisettes, glands, etc… Utiliser l’étal de marchande que les enfants ont, souvent, déjà dans leur chambre, et remplacer les aliments en bois ou plastique par de vrais aliments caractéristiques de la saison (on évitera le raisin, cela dit, sauf si on a envie de tout nettoyer après  ^-^). Jouer avec les petits paniers, les caddies, les prix, la fausse monnaie, pour les plus grands écrire le nom des aliments sur l’ardoise de l’étal, composer des menus imaginaires avec ces ingrédients…
– organiser en famille un repas de fête, en élaborant tous ensemble le menu, en cuisinant ensemble, puis en dressant une belle table de fête avec une nappe aux couleurs de l’automne, des petits éléments de décorations naturels, des bougies…

courge butternut2
source

Des idées pour célébrer la fête de l’hiver :

– faire fondre des cubes de glace dans lesquels sont figées des figurines d’animaux
– dessiner et/ou découper des flocons de neige
– réaliser un gâteau et le saupoudrer de sucre glace pour créer un décor polaire, puis le décorer de petits éléments de saison (type ceux qu’on trouve sur les bûches de Noël, ainsi que quelques figurines d’animaux Schleich par exemple, ours polaire, pingouin…)
– dîner à la seule lumière du sapin de Noël
– construire une cabane-grotte d’ours dans le salon, à base de couvertures, draps, plaids et coussins, et jouer à hiberner (ou dormir vraiment dans la cabane !)
– préparer tous ensemble des sablés à la cannelle pour le goûter

Capture d’écran 2019-09-26 à 15.51.28
Des petites figurines d’animaux polaires, des glaçons et des blocs de glace (tupperware ou bols…), hop tout ça dans la baignoire, ou une grande bassine, et c’est parti pour un jeu sollicitant tous les sens de l’enfant – source

Bac-sensoriel-animaux-glace-eau-SCHLEICH-6-682x1028
source

Pour vous inspirer et avoir une idée très concrète d’une fête de saison, voici le déroulement complet de la fête de l’hiver chez Elsa : ici. J’aime énormément l’idée des lutins de l’hiver, que j’avais déjà vue chez Julie (son blog : 2 louveteaux homeschoolers). Je vous encourage vivement à lire l’article de Julie sur son Lutin de Noël, je trouve toutes ses idées fantastiques, ça m’a donné très envie d’organiser la même chose moi aussi (mais cela demande beaucoup de préparation, et cette année ça ne va pas être possible DU TOUT… ^-^). Sur le blog dansmabulleilya vous pouvez trouver un article similaire racontant les tribulations de Tricotin, le lutin de Noël.

 

Des idées pour célébrer la fête du printemps :

– pique-niquer sur l’herbe
– semer des radis
– organiser la chasse aux diamants des lutins (sur une fabuleuse idée d’Elsa, encore et toujours, à lire ici)
– fabriquer des fleurs en papier, des guirlandes en perles aux couleurs vives
– réveiller la nature en agitant des clochettes partout dans le jardin (ou sur le sentier de promenade, en forêt…)
– préparer un rainbow-cake
– organiser une collecte de déchets (sur la plage, dans son village, dans son quartier…) en lien avec le grand nettoyage de printemps
– découper des silhouettes d’hirondelles à fixer sur les vitres pour décorer
– tresser des couronnes de pâquerettes ou réaliser des tissages végétaux

Fête du printemps 2019
source

 

Des idées pour célébrer la fête de l’été :

– concocter une salade de fruits frais
– aller se baigner au lac, à la rivière, à la piscine, à la mer…
– sortir les jeux de plage pour jouer dans le sable
– proposer un bac sensoriel sur le thème de l’océan, de la plage/des vacances d’été, des tropiques, de l’Australie… bref, autour d’un thème qui respire la chaleur et l’iode
– faire une sortie en paddle ou en pédalo
– fabriquer des glaces maisons
– faire une bataille d’eau
– décorer un arbre du jardin
– préparer un apéro avec des produits de saison (melon, tomates cerises…) ou un barbecue
– fabriquer un jeu de pêche à la ligne
– installer une petite cuisine d’extérieur, à base de seaux, de vieilles casseroles, d’ustensiles qu’on n’utilise plus (ou tout simplement, un vieux jeu de dinette en plastique qui ne craint plus rien), et laisser les enfants patouiller, faire leur popote de cailloux, bâtons, terre, herbe… leur donner un peu d’eau pour lier tout ça, bien sûr… ^-^
– composer des bouquets
– observer, trier des coquillages, créer des compositions de land-art
– cuisiner et déguster un gâteau du soleil (tarte au citron, ou gâteau yaourt au citron…)

Poissons
source

0917cabe875adba76f665eb9a1e2afe3
Une pêche aux grenouilles, fabriquée avec des balles de ping-pong et de vieilles intercalaires vertes… source

 

Capture d’écran 2019-09-27 à 09.24.20

 

Des cadeaux ?
Si vous vous souvenez de mon billet concernant les jouets et cadeaux pour enfants, vous vous rappelez peut-être notre démarche pour moins gâter notre fils, et surtout moins consommer. Offrir des cadeaux, acheter constamment de nouvelles choses, cela ne fait pas partie de ce que l’on veut lui transmettre alors pourquoi ferait-on une exception pour les fêtes des saisons…?
Voici comment ça se passe, concrètement : ce n’est pas parce qu’on essaie de réduire notre consommation qu’on n’a pas des envies ou des besoins d’achats pour Little. Si par exemple, je constate qu’il est très porté sur les planètes ou qu’il parle beaucoup des serpents, je sens que son intérêt est vif et a besoin d’être nourri, alors je note dans un coin de ma tête qu’il me faudra apporter de quoi répondre à ses questionnements. Mais je n’offre rien dans la minute, je ne lui achète pas immédiatement un livre ou un jeu sur le sujet, je collecte au fil de l’année les petites choses qui correspondent à ses centres d’intérêt, et la fête des saisons devient alors l’occasion idéale pour lui offrir ces présents.

Dans le passé, j’ai parfois eu la tentation d’offrir de petits rien comme ça, sans raison particulière, parce que je savais que cela leur faisait plaisir et relancerait leurs jeux : un sac de billes, un livre, une belle boite de pastels… Je fonctionne autrement à présent : lorsque j’ai une bonne idée de cadeau, j’acquière l’objet et je le mets de côté. Il est offert à l’occasion d’une fête quelconque, et il fait doublement (triplement !!) plaisir de ce fait. L’histoire de l’évènement reste attachée à lui – on peut dire : « Tu sais, le vélociraptor que vous aviez reçu pour la fête du printemps ?« .

Elsa – Merci qui, merci Montessori

Little se souvient exactement : le cachalot et la pieuvre Schleich que j’ai eus pour la fête de l’été ! Le puzzle en bois que j’avais découvert pendant la chasse au trésor de la fête du printemps…! Le livre de l’hiver que j’ai reçu pour la fête de l’hiver !
Ces petits cadeaux sont rattachés au souvenir de moments joyeux et emplis de sens. Ils prennent alors une dimension plus importante, plus symbolique, moins matérielle, et j’ai le sentiment qu’ils ne participent pas de l’amoncellement de jouets qu’on offre sans raison et dont on « gave » un peu les enfants (pardonnez-moi l’expression…). Bien sûr, ça peut marcher aussi pour d’autres fêtes n’est-ce-pas ? Tel cadeau d’anniversaire dont on se souvient particulièrement, par exemple…

DSC_0985
source

On voit bien ici qu’il ne s’agit pas de trouver vite fait un cadeau à offrir pour la fête des saisons, ça n’aurait aucun sens. On peut très bien les célébrer sans aucun présent et ça serait tout aussi chouette. Disons plutôt que j’aime l’idée de profiter d’une occasion particulière pour offrir des cadeaux utiles, qui attendaient leur moment, et que les fêtes des saisons s’y prêtent particulièrement bien. Mais si, la veille du solstice d’été par exemple, je n’avais aucun cadeau à offrir pour la fête du lendemain, hors de question de filer au magasin de jouets ou à la librairie pour prendre un cadeau en vitesse, ça irait à l’encontre même de notre façon de penser, ce serait juste consommer pour consommer.

De même, la décoration et les petits objets des saisons dont je vous parlais (sur la Table des Saisons, ou pour décorer la table lors de votre repas festif, ou encore pour égayer la maison aux couleurs de la saison…) ne devraient pas être des prétextes à consommer chez Action ou Hema… Je m’en voudrais terriblement si mes articles de blog poussaient certain(e)s d’entre vous à la consommation, ce serait l’exact opposé de ce que je souhaite. Pour moi, célébrer les saisons, cela s’inscrit dans une démarche plus globale d’éducation responsable, de pédagogie active et positive, et de respect de la nature (puisque le but, quand même, c’est de l’observer, cette nature, de s’y immerger, et d’apprendre ou réapprendre à la respecter). Si fêter les saisons devient un prétexte à faire les magasins, dépenser de l’argent et consommer inutilement, je crois qu’on passe complètement à côté du sujet, non?

Sabrina 2
Une magnifique table d’automne, photo envoyée par Sabrina sur le blog d’Elsa. J’adore les petits champignons maisons, et la guirlande lumineuse…

En réalité, on peut tout à fait célébrer les saisons sans offrir de cadeaux, surtout si l’on continue de fêter les autres événements du calendrier, Pâques, Noël, anniversaires, etc… Les occasions d’offrir des présents à nos enfants sont nombreuses. Mais j’aime me rappeler les conseils du précieux ouvrage Parents tout simplement (à propos des jouets, mais qu’on peut élargir à tous les cadeaux en général) :

L’attention que l’enfant accorde à chaque jouet est réduite, rognée par la surabondance.

Alors chez nous, même si on adore faire des cadeaux et qu’on a très envie de faire plaisir à Little, on essaie de limiter les surprises et les présents, et de les circonscrire dans des moments balisés, attendus, et symboliques, dont Little se souviendra longtemps.

 

Capture d’écran 2019-09-27 à 09.25.47

 

Nous avons commencé à fêter les saisons l’année dernière, lorsque Little a eu trois ans, car il commençait à appréhender le passage du temps, le rythme et les cycles de la nature, à poser des questions sur l’environnement, grâce notamment à notre jardin et à nos nombreuses balades en forêt.

La fête de l’automne l’a beaucoup marqué. Nous l’avions fêtée un dimanche, le temps était typique d’une journée d’automne, frais, nuageux, avec les odeurs de feux et d’humidité, et une lumière si particulière, encore chaude d’été. Nous avons roulé jusque dans le Beaujolais (les petites montagnes que l’on aperçoit à l’horizon, depuis notre maison perchée) et fait deux randonnées dans la forêt puis les vignobles. En voiture, nous avions traversé des tas de villages très charmants. Little avait pris son goûter en balade, c’est toujours un moment qu’il apprécie beaucoup.
Au retour à la maison, la nuit commençait à tomber, j’ai dressé une nappe rouge imprimée de feuilles argentées, on a installé plein de bougies sur la table, et tous les petits trésors de nature glanés lors de notre marche : mousse, bâtons, rondins, glands, même des champignons. On a aussi mis en scène quelques animaux Schleich, ceux de la forêt, au milieu de ce décor naturel, et on a ajouté les arcs en ciel Grimm’s aux couleurs de l’automne. Robinson a cuisiné une délicieuse sauce tomate, et on a dîné aux chandelles (d’autres petites lampes étaient allumées dans les coins de la pièce, quand même…). Puis, Little a longuement joué avec les figurines et les éléments de la forêt. Il a un souvenir très précis de cette fête là, pourtant très simple (c’était ma première, j’avais un peu improvisé ^-^).

Pour la fête de l’hiver, j’avais un peu plus anticipé (mais rien de fou non plus, vous allez voir). J’étais passée chez Lush pour acheter un cadeau de Noël pour ma belle-sœur, et j’en avais profité pour prendre une boule effervescente pour Little. C’était une belle boule bleu et rose scintillante, qui colorait le bain après avoir pétillé et répandu dans l’eau des nuances pailletées d’aurore boréale.
J’avais aussi sélectionné parmi ses animaux Schleich (et oui, toujours eux…) ceux qui s’apparentaient à l’hiver : ours polaire, cerf… et acheté un loup blanc, en plus ( = le petit cadeau). Je les avais mis dans des récipients emplis d’eau et les avais placés au congélateur. Le jour J, on s’est retrouvés avec de gros glaçons et des animaux prisonniers à l’intérieur… Au moment du bain, j’ai apporté les blocs de glace à Little, qui a adoré le concept. Il les a touchés, a essayé de les casser, puis il a réfléchi deux secondes et, avisant son bain chaud qui attendait, a balancé les glaçons-animaux dedans et les a fait fondre pour libérer les figurines ! (J’étais sciée qu’il trouve aussi rapidement la solution de la fonte par la chaleur… ). Puis il s’est mis au bain lui aussi, il a observé les blocs fondre lentement et libérer progressivement les animaux. On a remarqué que les petits animaux dans les petits blocs étaient libérés plus rapidement, que les très gros animaux étaient ceux qui restaient pris au piège le plus longtemps… Cette petite activité a permis à Little de faire une expérience scientifique intéressante et adaptée à son âge et sa curiosité.
Lorsque les animaux ont été libérés, on a jeté la boule-aurore-boréale dans l’eau et la magie a commencé.
Encore une fois, c’était très simple, et les moments de fête n’ont pas duré spécialement longtemps, mais Little se souvient très précisément de ces célébrations.

Pour la fête du printemps, je n’avais presque rien anticipé, si ce n’est les présents et l’achat de chocolats…
J’ai préparé une chasse aux chocolats dans notre jardin (eh oui, comme on ne fête pas Pâques, je peux reprendre le thème du chocolat sans problème ^-^ ) avec une petite carte au trésor très simple pour lui donner des indices et solliciter son sens de l’orientation et ses repères topologiques (exemple : sous le cèdre, en bas des escaliers, devant la porte de garage, etc… tout cela à l’aide de petits dessins, bien sûr, Little ne sachant pas encore lire).
Little était en plein dans une période « passion océan » : il a donc reçu une boîte de Legos 3 en 1  » requin, poulpe, baleine, poisson pêcheur » et une seconde boîte pour construire une péniche. Ces cadeaux étaient assez conséquents, je vous l’accorde, mais depuis quelques mois j’avais remarqué que Little traversait une période sensible portée sur la construction minutieuse et le suivi détaillé d’un mode d’emploi. Je trouvais ça formidable que, d’un coup, il se mette à suivre pas à pas les modèles du peu de Legos qu’il possédait, et les construise et reconstruise patiemment, sans se lasser, sans rien oublier. J’avais envie d’approfondir cette compétence et d’entretenir son intérêt, et ces deux nouveaux Legos me tentaient beaucoup. Typiquement, c’est le genre de cadeaux qu’avant, j’aurais été capable de lui offrir sans occasion particulière, juste pour lui faire plaisir et « battre le fer tant qu’il est chaud ». Mais dans cette nouvelle démarche de simplicité et de slow-consommation, j’ai trouvé cela plus judicieux de les cacher un moment, d’attendre une occasion spéciale, et ainsi de leur donner encore plus de valeur aux yeux de mon fils. Ça n’a pas loupé ! Ces deux boîtes de Legos ont été plébiscitées durant de longues, longues heures de jeu. Ce sont les deux plus usées de toute sa collection je pense ^-^

IMG_20190619_151509.jpg

Enfin, la fête de l’été, une réussite ! C’était un mercredi caniculaire. J’avais eu un peu plus de temps pour m’organiser puisque, enceinte, je ne travaillais plus et restais à la maison. La passion « fonds marins » de Little ne s’étant pas éteinte (au contraire !) j’avais investi dans deux nouvelles figurines Schleich (toujours dans l’idée d’agrandir sa collection de manière raisonnée et justifiée), des animaux dont il parlait constamment et qui le fascinaient : un poulpe et un cachalot. Puis, je n’ai utilisé que des objets que je possédais déjà : du colorant alimentaire, un bac en plastique, du sable de notre bac à sable, des coquillages de notre collection (on en ramène chaque année de nos vacances à la mer, je les nettoie et on les stocke dans une boîte en métal pour les activités de tri et d’observation de type Montessori…) et des cailloux de verre, des perles colorées et translucides, le genre qu’on met dans les aquariums pour décorer vous voyez ? (Je les avais achetées, une fois, dans un Babou ou quelque chose comme ça…). Ah, oui, j’ai juste acheté chez Botanic une petite plante en plastique lestée spéciale aquarium, je l’avoue…

IMG_20190619_153536.jpg

smartcapture

Avec tout ça, j’ai préparé un bac sensoriel sur le thème de l’océan : j’ai mis du sable sur le côté du bac, rempli le bac d’eau que j’ai colorée en bleu avec le colorant alimentaire, disposé les coquillages dans le sable, ainsi que tout le reste des éléments. J’avais placé une bâche sur une des terrasses, à l’extérieur, afin que Little puisse jouer et patauger et s’exprimer en toute liberté, sans crainte de mouiller ou salir. Le bac sensoriel a eu beaucoup de succès, Little a voulu le remplir deux ou trois fois, et a longuement joué avec les figurines. Le cachalot et le poulpe ont rejoint la ménagerie de la salle de bain et chaque soir Little s’amuse avec eux dans la baignoire.

IMG_20190927_110639.jpg

Après le bac sensoriel, j’ai préparé un pique-nique, les sacs de baignade, et j’ai emmené Little se baigner au plan d’eau à côté de chez nous. Il y a une petite plage de sable, des installations en bois pour jouer, on a planté le parasol et sorti les seaux, les pelles… Little a fait trempette mais surtout on a beaucoup, beaucoup, joué dans le sable. On s’est régalé des sandwich et crudités du pique-nique (et, bien sûr, des chips, parce-que bon c’est la base d’un pique-nique même si c’est très, très mauvais pour la santé ^-^ ).
Cette journée très chaude et ensoleillée a été une pure réussite et Little était vraiment heureux. Je garde un merveilleux souvenir de ce moment tous les deux.

IMG_20190927_110801.jpg

Et voilà, ce long long billet s’achève, je pense avoir fait le tour mais si vous avez des questions (ou si vous n’êtes pas d’accord sur certains de mes propos 😉

), surtout n’hésitez pas. J’espère que ces idées vous inspireront et vous donneront envie de célébrer, vous aussi, le passage des saisons. Et si c’est le cas, je serai ravie d’avoir vos retours, témoignages, et même photos de vos fêtes des saisons !

À bientôt

Les jouets #2 Conseils et liste d’essentiels

Have less.

Do more.

Be more.

Suite au premier article concernant la nécessité de simplifier les chambres de nos enfants, et de consommer moins mais mieux, même pour les jouets, voici donc, dans un premier temps, les liens vers mes tableaux Pinterest vous proposant des idées de cadeaux selon l’âge de l’enfant, ainsi que des activités et des jeux avec les petits, puis dans un second temps une liste de jouets qui reflète bien ce à quoi ressemblerait ma ludothèque idéale, respectueuse des besoins et du développement des enfants.

 

MES TABLEAUX PINTEREST

Cadeaux pour enfants autour d’un an

Cadeaux pour enfants 1 à 2 ans

Cadeaux pour enfants 3 ans

Activités types Montessori avec les touts-petits / petits

kaplas

source

QUELS JOUETS POUR MON ENFANT ?

  • une boîte de kaplas : on peut tout faire avec ça. Construire des routes, des ponts, des maisons, des tours, des barrières pour les animaux… Le bois brut et la forme simplifiée des petites planchettes lui confèrent une infinité de possibles. C’est à l’enfant d’y voir ce qu’il veut ou ce dont il a besoin pour tel ou tel jeu.
  • des Duplos, beaucoup de briques et d’animaux. Ce jeu de construction pour le premier âge, bien qu’en plastique, trouve grâce à nos yeux. C’est l’un des jeux avec lesquels Little a le plus joué. On a emporté notre sac/tapis de Duplos partout avec nous : dans le van au bord de l’océan, dans la tente à la montagne, chez les grands-parents à Noël, sur la terrasse, dans le jardin, dans la chambre, chez les copains, sur la terrasse des bars en été, dans le chalet de montagne en hiver… Le rapport prix/usage est largement amorti, c’est un des meilleurs investissements qu’on ait pu faire pour les trois premières années de notre fils. Et la solidité de ces Duplos est incroyable, on sait qu’ils seront encore en état pour un deuxième voire un troisième enfant (voire nos petits-enfants !!! )
  • des animaux Schleich. Ces petites figurines en plastique sont d’une qualité incroyable, et le réalisme des animaux est saisissant. C’est un petit investissement car cette marque n’est pas donnée, un animal coûte entre 5 et 15 euros, donc autant vous dire qu’il faut investir un peu pour se constituer un zoo digne de ce nom ! L’idée, c’est de fonctionner par famille (mâle, femelle, bébé) mais aussi par environnement (des animaux de la savane, de la ferme, de l’océan, de la forêt…). Ces figurines permettent aux enfants d’avoir des jeux d’imagination bien sûr, mais aussi de catégoriser et de classer. Chez nous, les animaux Schleich sont régulièrement sortis, parfois pour jouer dans la petite maison de poupée, parfois pour les aligner, parfois pour les mettre dans le bain, parfois pour les ranger dans des enclos de Kaplas… On les utilise aussi pour les fêtes des saisons (un article sur le sujet arrive très bientôt). Vu leur prix, on en achète un de temps en temps pour une occasion : pour la fête de l’été, le 21 juin, Little a reçu un cachalot et un poulpe, animaux de l’océan qui allaient avec le thème de la fête. Lorsque son papa est parti en déplacement pro à l’étranger pendant une semaine cet hiver, il lui a offert avant de partir un requin tigre pour lui dire qu’il penserait à lui et qu’il allait lui manquer. Toute la semaine, Little n’a pas quitté le requin, il l’a trainé dans toutes les flaques, sur tous les sentiers de forêt, dans son lit, dans son bain… On en a commandé quelques-uns à Noël aussi, et il se peut que pour son anniversaire avec ses copains, je suggère à chaque maman (et papa, hein, je sais bien qu’ils sont investis eux aussi ^-^) d’acheter comme unique cadeau une figurine de l’animal préféré de leur enfant, afin d’augmenter la collection petit à petit.

    schleichsource

Lorsqu’il sera plus grand, on pourra utiliser les figurines pour des classifications plus pointues, plus poussées, plus scientifiques. Observer les pattes des animaux, classer les vertébrés/invertébrés, les vivipares/ovipares, rattacher chaque espère à son continent, etc… tout cela en lien avec la pédagogie Montessori.

maison bois

source

  • des puzzles, beaucoup de puzzles. J’ai commencé assez tôt à en proposer à Little. Les premiers lui ont été offerts pour ses deux ans, de gros puzzles à 2 ou 3 pièces seulement. Ils étaient vendus sans le modèle, j’avais donc photocopié en couleurs les puzzles, plastifié et coupé, afin de créer des modèles et des supports pour débuter. Progressivement, je lui ai proposé des puzzles de plus en plus complexes. Aujourd’hui, en fin de petite section, Little est capable de réaliser des puzzles de 48 pièces sans modèle. Mais ç’a été un apprentissage long, accompagné, et laborieux, car il n’aimait pas trop la difficulté lorsqu’il était plus petit. j’ai dû lui apprendre à trier les pièces, les bords d’un côté les milieux de l’autre, les couleurs similaires, etc… en gros, il a fallu lui enseigner la méthodologie du puzzle. Tout cela est très important car ça participe au développement d’autres facultés plus globales (repérages spatiaux, esprit logique, déduction, capacités d’analyse et d’observation…). Le puzzle, c’est essentiel, il ne faut pas hésiter à en proposer encore et encore et à apprendre aux touts-petits des techniques pour les réaliser (souvent, ils ont tendance à abandonner très vite car c’est une activité complexe. Il ne faut pas se décourager, mais reproproser encore et encore, prendre le temps, dédramatiser…).

puzzle encastsource

puzzle lunesource

J’achète les puzzles dans les vides-greniers, il y en a toujours des tas et des tas, pour pas grand-chose. Je privilégie ceux en bois qui tiennent plus longtemps et sont plus beaux, et je n’achète pas de puzzles de franchise (Disney et compagnie) (ma mère s’en charge … ^-^ donc Little en a quand même, mais bon…). J’ai des puzzles des lettres, des planisphères, des puzzles de livres et albums jeunesse, mais surtout d’animaux dans leur environnement, le top pour la pluridisciplinarité…!

  • une caisse d’accessoires et d’outils d’arts plastiques, de création, pour fabriquer des choses… de la colle, des perles, du tissu, des lacets, etc…
  • une belle boîte de crayons de couleur : alors ça c’est l’achat du siècle. Au départ, comme tout le monde, je donnais des crayons du supermarché ou autre à mon fils. Puis, en lisant un article d’Eve sur son blog, j’ai réalisé que si moi j’aimais travailler avec de beaux outils adaptés, pourquoi pas Little ? J’ai donc investi dans une belle boîte de crayons de couleur haut de gamme, avec différentes nuances d’une même couleur. 24 crayons, pour notre fils de 2 ans et demi. Au départ j’étais sceptique. Mais ç’a tout changé pour lui. Il s’est mis à dessiner de plus en plus, à expliquer ses choix de couleurs, à s’intéresser aux nuances. Il prend soin de son matériel et aime aligner les crayons en dégradé dans sa boîte. Avoir des outils de qualité lui a donné envie de faire bien, de s’appliquer, de soigner son travail et son matériel. Si petit, c’était incroyable… ! Là où au même âge il aurait laissé traîner les feutres sans leur capuchon, appuyé comme un fou sur les mines, délaissé les mauvais crayons de couleurs qui font des couleurs pâlichonnes, il a vraiment investi cette boîte de crayons et on l’a emportée partout avec nous elle aussi (vacances, week-end, jardin, sorties au bar, plage…). Après tout ce temps et cette utilisation intensive, il était temps d’en changer, certains crayons sont minuscules à force d’être taillés et inutilisables. Pour ses 4 ans en août, on a prévu une nouvelle boîte de couleurs, une gamme encore au-dessus, 36 crayons Faber-Castel cette fois. La boîte est si belle, les crayons si fins, les couleurs si intenses, que l’objet donne envie de s’asseoir et de dessiner, de s’appliquer, de créer… Je rejoins vraiment Eve sur ce sujet : les enfants ont besoin de matériel de qualité, même si cela coûte un peu plus cher. Au final, cette première boîte que Little a possédé était un investissement, certes, mais quand on voit comme il l’a utilisée, le rapport « cost per use » si je puis dire est clairement minime !couleurs(apparté : les ergothérapeutes et les psychomotriciens conseillent souvent de ne pas donner de feutres aux enfants avant la fin de la maternelle, car le feutre ne participe pas au bon développement de la motricité fine de l’enfant. Le crayon de couleur oblige l’enfant à appuyer et l’aide à muscler ses doigts encore patauds, cela fait partie du bon développement nécessaire à l’apprentissage, plus tard, de l’écriture. Un enfant qui n’utilise que le feutre risque d’avoir une main moins agile, une dextérité moins développée, des doigts moins musclés qu’un enfant qui aura l’habitude d’appuyer sur son crayon, de colorier avec des couleurs, etc… En plus, le feutre ce n’est pas terrible, ça tâche, ça fait des trous dans la feuille, les couleurs qui se mélangent font du marron-moche, le noir bave dans les autres coloris… Bref, chers parents de jeunes bambins, rien de sert d’investir dans un seau de feutres, préférez plutôt une belle boîte de crayons de bois ! )
  • maintenant que Little est plus grand, les Duplos font la place aux Legos. Little adore les petits Legos et aime passer des heures (oui oui ! ) à construire des animaux marins, des engins, des maisons… Ce qu’il préfère, c’est suivre les modèles étape par étape, mais ça c’est typique de son esprit logique et mathématique et ce n’est pas de sa maman qu’il le tient 😉
  • des jeux de société : les jeux Haba et SmartGames sont nos préférés. Ils sont un peu chers (entre 20 et 30 euros la boîte) mais ils sont PAR-FAITS, vraiment intelligents et adaptés. Je ne peux que vous conseiller le jeu du Verger, l’incontournable, le grand classique, un jeu de coopération Haba qu’on peut sortir avec un petit dès 2 ans 1/2 – 3 ans. Chez nous, on adore se faire un apéro-verger : pendant que le dîner mijote, Little installe le plateau, les petits fruits en bois (trop mignons), les petits paniers, le puzzle du corbeau, puis on s’installe en famille avec notre verre de jus, de bière, de sirop, de vin au choix, et on se fait une partie tous les trois juste avant le dîner. C’est très agréable, et le principe du jeu collaboratif c’est que soit on gagne tous ensemble, soit on perd tous ensemble, ce qui permet à l’enfant de relativiser l’échec et d’apprendre à perdre (parce que, ça aussi, c’est un sacré apprentissage !! ).vergerbahuts
    On a aussi le jeu des Bahuts Malins, chez SmartGames, qui se joue seul avec un petit livret de modèle. C’est un jeu de logique, de réflexion, de topologie, encore une fois extrêmement bien pensé.
    Pour compléter cela, nous avons des memory, un jeu de cartes pour jouer à la bataille, un petit jeu tout simple de plateau où il faut lancer un dé et déplacer une petite grenouille sur les nénuphars, ce qui permet à l’enfant d’apprendre à se déplacer sur un plateau de jeu (et c’est une compétence pas si facile que ça à acquérir car il faut compter correctement, sans prendre en compte la case sur laquelle se trouve le pion, etc…) et nous empruntons régulièrement d’autres jeux SmartGames à la ludothèque à laquelle nous sommes abonnés, ce qui permet de découvrir plein de jeux sans se ruiner ni se lasser.
    Nos proches ont offert d’autres jeux à Little, plus classiques et plus… stimulants, bruyants, comme Bourricot (le cheval sauvage sur lequel il faut poser des petits éléments sans le faire ruer) mais il accroche moins. Encore une fois, les trucs trop élaborés, qui bougent tout seul, qui excitent les enfants, ont souvent moins de succès chez nous que le jeu simple, efficace, inusable.
  • un train électrique en bois et des cubes en bois. Il y a un côté fascinant pour l’enfant, à regarder une locomotive tirer des wagons sur les rails de bois qu’il vient d’installer dans sa chambre. Même si c’est un jeu qui est sorti un peu moins souvent que les autres cités plus haut, il fait partie des classiques qui, me semble-t-il, sont intéressants pour un petit enfant. Les notions d’espace, d’assemblage, de logique, d’analyse entrent en jeu lorsqu’on construit le circuit du train puis qu’on éprouve la satisfaction de le voir avancer sur le parcours, monter les côtes, traverser les ponts, passer sous les tunnels, ressortir sous une montagne… Les cubes en bois permettent de compléter les décors en créant autour du circuit des villages, des tours, à la manière des Kaplas. Notre train en bois est un Lidl et il est d’excellente facture ! Pas la peine de se ruiner.

    train bois
    source

  • un arc-en-ciel Grimm’s. C’est beau, c’est en bois, c’est solide, et c’est multi-usage. On peut jouer avec pour créer des ponts et des tunnels pour les petites voitures, les trains, les figurines d’animaux Schleich. On peut les empiler de différentes manières pour construire des tours et s’amuser avec l’équilibre et les poids. On peut les agencer les uns par rapport aux autres sur le sol pour créer des œuvres d’art éphémères, des sortes de mandalas colorés, en bois. On peut les utiliser comme référent pour faire des activités de tri de couleur : sous l’arche bleu, tous les objets bleus !

empilement-montagnes-grand-modele

source

grimms

source

Petites voitures, crayons, cubes, billes, etc… J’aimerais posséder tous les jouets en bois de la marque Grimm’s car je les trouve beaux, solides, doux, poétiques. Mais ils sont aussi très chers. Un jour, j’investirai peut-être dans les petits lutins de couleur, ou dans un puzzle d’encastrement en bois. Mais je suis déjà très contente que Little ait l’arc-en-ciel, un joli cadeau qu’on s’est fait offrir à Noël il y a deux ou trois ans.

lutins et bois

source

 

  • une poupée toute simple, en tissu. Plus elle est sophistiquée, plus elle réduit les possibilités de jeux. Celle proposée ci-dessous vient de chez Jacadi et elle est soldée à moins de 10 euros !

poupée
source

« Plus la poupée est basique, plus l’enfant peut se projeter dans sa relation avec elle »

 

  • une malle de déguisements, tissus, accessoires.
  • une petite cuisine avec de la dinette en bois, des aliments en bois, et même des contenants récupérés dans la vraie cuisine (emballages, boîtes de beurre, conserves vides, bouteilles, flacons…)
  • un bout de jardin ou un bac de terre, pour patouiller, expérimenter, planter, observer…

J’ajouterais enfin cette citation du très pertinent Parents, tout simplement, pour conclure ma liste d’essentiels (et la nuancer ! ) :

La seule chose dont les enfants ont besoin, c’est de temps. De beaucoup de temps libre, l’esprit dégagé.

La frustration de n’avoir « rien à faire » est le point de départ de quelque chose de merveilleux.

 

Et puis surtout, n’oublions jamais que là où nos enfants sont le plus heureux, c’est dehors, dans la nature, avec des copains pour jouer. Les tas de feuilles mortes, le ruisseau, les arbres et les fleurs, les insectes, les oiseaux, la terre et le sable… sont autant d’invitation à créer, imaginer, raconter, jouer… que des objets en plastique colorés fragiles, coûteux en matière polluante et en argent. Non ?

kids outside

source

Edit : je profite du commentaire d’une lectrice pour apporter quelques précisions. Je vous copie/colle ici ma réponse. Effectivement on pourrait croire que ma liste est excluante et qu’il faut acheter uniquement des jouets hors de prix, or ce n’est pas ce que j’essaie de dire dans ce billet (surtout pas !!). Je vous laisse donc lire ces précisions si toutefois vous aviez eu la même impression que Nathalie :

Bonjour Nathalie, merci d’avoir pris le temps d’écrire ici.
Je suis un peu embêtée car je vois tout à fait ce que tu veux dire et ce côté donneur de leçon culpabilisant, c’est exactement ce que je voulais éviter en rédigeant mes articles !!! Au contraire, je sais que si je veux faire adhérer les autres à une idée, ce n’est pas en les culpabilisant mais en étant pédagogue et dans la compréhension, alors zut zut zut c’est que je n’ai pas réussi à véhiculer mon message correctement !
D’un autre côté, ce que tu décris (le fait que tu aimes offrir des Playmobils, etc…) cela rejoint un peu mon propos : on a envie de bien faire en achetant des jouets qui nous plaisent, qui nous renvoient à nos souvenirs d’enfant, on pense bien faire. J’ai fait pareil tu sais : à Noël dernier, j’ai submergé Little de boîtes de Playmobils, me rappelant avec nostalgie comme j’avais aimé, moi, joué des heures et des heures aux Playmo… (j’ai écrit un billet sur le sujet à Noël, d’ailleurs).
D’un côté, je pense que j’étais plus enthousiaste que lui avec ces jouets, qu’il utilise un peu mais par petites tranches de 10-15 minutes, car il préfère les jouets moins « fermés », avec des possibilités plus étendues (parce qu’il a eu l’habitude de ce genre de jeux, je pense, aussi…) et qu’il est peut-être encore un peu petit pour les Playmobils, d’un autre côté, je persiste à penser qu’il y jouera peut-être plus lorsqu’il sera plus grand. En grandissant, la durée de ses jeux avec les Playmobils s’allongera sans doute.
Enfin, je ne mets pas les Playmobils dans le même sac que les autres jouets en plastique que je « critique » dans mes deux billets, au contraire je les associe plutôt aux Duplos et aux Legos dont je parle dans ma liste et que je plébiscite. Je trouve que ce sont des jeux intéressants et qu’on peut proposer à un enfant s’il accroche. Mon problème c’est plutôt que Little n’accroche pas encore. Mais ça viendra sûrement ^-^

Pour terminer, je voulais juste préciser que ma liste ci-dessus n’est pas exhaustive, et qu’effectivement on aurait pu ajouter d’autres éléments, typiquement les Playmobils. Mais aussi que les jouets que j’y mentionne ne sont pas tous hors de prix 😉 La poupée en tissu Jacadi coûte 9 euros ! Un puzzle simple (pas ceux sur les photos que j’ai choisies, qui sont en bois, massif, et faits main) coûte une dizaine d’euros aussi. Une boîte de Duplos ou de Legos vaut le même pris qu’une boîte de Playmobils… Si tu as envie de gâter les enfants de tes proches, je suis sûre que tu trouveras des choses abordables dans ma liste !!!!! 🙂
Un album de jeunesse, une ou deux figurines Schleich, un puzzle, un jeu de memory ou de 7 familles, un petit jeu de société de la marque Janod (10 euros, en carton et bois, et toujours bien pensé) type Fast and Frogs, Farm poursuit, Top 10…

Moi aussi j’ai dû réfrener mes envies et mes coups de coeur, mon désir que mon fils ait accès à toute sorte de beaux jouets, et j’ai dû mettre en sourdine mes jolis souvenirs patinés par le temps qui me faisaient croire que, si moi j’avais joué des heures et des heures avec tel jouet, pourquoi mon fils ne devrait-il pas avoir la même chose, ce serait une garantie qu’il passerait de longues et belles heures de jeu, non ? J’ai en fait compris que j’avais possédé beaucoup de jouets, petite, mais que ça ne m’avait pas forcément rendue heureuse. Par contre ça m’a peut-être fait devenir la consommatrice que j’ai été adulte (avant de raisonner cela aussi). Enfant, j’aimais déjà beaucoup acheter, posséder. Ma maison Playmobil est l’un des plus beaux jouets que j’ai eu et avec lequel j’ai joué, je ne le regrette pas. Je sais juste que j’aurais pu être aussi heureuse sans elle, sans doute. Et même si ce jouet pouvait rendre mon fils très heureux, je vois aujourd’hui qu’il n’en a pas besoin pour diversifier ses jeux, et développer son monde d’enfant. Et ça me va.

Voilà Nathalie, j’espère à nouveau ne pas avoir été trop péremptoire car encore une fois ce n’est pas du tout ma volonté !

Juin aux Nouettes

L’été, la chaleur, les longues soirées dehors…

story_20190613125140.jpg

Au moins de juin, je ne suis pas encore lassée des chaudes températures, j’ai juste envie de profiter de la belle saison. Voici les petits riens qui me rendent très heureuses ces jours-ci :

story_20190625160441.jpg

Jardiner entre 20 et 22 heures.
Lorsque Little est couché, Robinson et moi sortons au jardin et travaillons à nos chantiers : lui, les bambous à défricher, les bûches qu’il faut ranger et empiler, et autre réjouissances d’homme ^-^ Moi : entretenir le potager, arracher les mauvaises herbes, pailler, planter les semis qui sont prêts à être en terre, arroser mes fleurs, mes talus, mes plates-bandes de légumes…
Ça n’a pas l’air, dit comme ça, mais en réalité c’est un moment très agréable : on bavarde à la fraîche, on s’aide, on patouille dans la terre et on transpire beaucoup, mais ce genre d’efforts partagés, cet engagement mutuel pour embellir notre chez-nous, fait partie du ciment de notre couple aussi.
Une fois qu’on en a assez ou que notre mini-tâche du jour est terminée, on s’assied quelques minutes sur la terrasse, les mèches de cheveux collantes sur le front, les ongles noirs de terre, mais emplis de la satisfaction du travail accompli. On discute encore un peu, jusqu’à ce que le soleil disparaisse totalement et que les moustiques nous délogent. Alors, rien de meilleur que la douche délassante qui lave toute cette saleté, toute cette sueur, qui détend les muscles et nous prépare à la relaxation de la nuit…

Manger des tomates et une boule de mozzarella, avec un filet d’huile d’olive, et puis c’est tout. Mon repas fétiche lorsque les belles tomates anciennes sont enfin mûres.

story_20190625160340.jpg

Commencer à recueillir les fruits de mon labeur dans le potager, récolter les premiers légumes : petits pois, radis, roquette… et les mettre directement dans nos assiettes.

Prendre ma douche en laissant la fenêtre ouverte.
La fenêtre de la salle de bain donne directement dans la baignoire. De là, lorsque je prends ma douche, j’ai une vue sur mon jardin et sur le potager, et la forêt en arrière-fond.
Je considère comme un luxe le fait de pouvoir ouvrir la fenêtre sans craindre d’être vue (pas de voisin de ce côté là de la maison), mais surtout de profiter du jet d’eau tout en observant la nature, la végétation foisonnante du bois, le ciel, etc… J’ai l’impression de me doucher dehors, au Costa Rica par exemple (le pouvoir de l’imagination ^-^). Et ce que j’aime le plus :  la petite brise légère qui s’engouffre et rafraîchit, parfaite en ces chaudes journées de canicule.

Manger une glace par jour.
Sans culpabiliser.

story_20190625160013.jpg

Regarder les orages avec Robinson.
Les soirs d’orage, nous aimons nous installer dehors, à l’abri, et observer le spectacle des éclairs et du tonnerre. On s’assied dans nos fauteuils de jardin, une bière (0% pour moi) ou une tisane à la main, et on s’extasie en frissonnant, bien heureux de ne pas être directement sous la tempête.

story_20190625160535.jpg

Traîner en uniforme estival = short en jeans et débardeur loose.
Et puis, exceptionnellement, pour sortir, pour voir des amis, pour boire un verre, enfiler une de mes robes longues que j’adore.

L’odeur de la crème solaire.
Impression immédiate d’être au bord de la mer.
Mes préférées sont : l’huile solaire de Bioderma (indice 50) et la crème solaire des laboratoires de Biarritz (qui a, en plus, une bonne composition je crois ! et sent divinement bon…)

story_20190612160657.jpg

Voici des petits riens qui, je les ai remarqués, me font sourire chaque jour, m’emplissent de bien-être ou de félicité, et participent de la douceur de cette période de fin d’année scolaire, de début de vacances… Ce sont aussi des petites perles qui, enfilées les unes après les autres, construiront des souvenirs durables de la vie douce qu’on a pu mener à certains moments de notre existence…
Bien sûr, comme tout le monde, parfois je rêve de plus. Maintenant que j’ai une maison, un jardin, eh bien… j’ai envie d’une piscine… ! C’est insupportable, le besoin humain de toujours plus, toujours mieux. Non ? Heureusement, pour l’instant, mes idéaux écologiques et la réalité de nos finances freinent mes envies de bassin bleu turquoise… Et puis j’ai d’autres d’autres projets, d’autres rêves fous, surtout, qui seront prioritaires sur la piscine ! En attendant, on continuera d’avoir chaud, de s’arroser au jet d’eau extérieur, d’aller se baigner à la rivière, de faire trempette dans la mini-piscine de Little, et… de manger des glaces.

Et vous, quels sont vos petits bonheurs de ce début d’été ?

Mai aux Nouettes

IMG_20190524_154958.jpg

Les fleurs poussent dans le talus devant la maison

Il fait enfin beau temps.
Et je suis en arrêt de travail.
Car, bonne nouvelle : on attend notre deuxième enfant !

On est très heureux, vous l’imaginez bien. C’est encore assez récent, la naissance est prévue pour fin octobre. Un petit bébé d’automne.

Sauf que, un peu comme pour la grossesse de Little, j’ai eu très tôt des contractions. Rien de grave, mais trop répétées (et accentuées sans doute par mes longs trajets quotidiens pour me rendre au travail) ce n’est pas très bon alors, par précaution, la sage-femme m’a mise au repos.
Je ne vous dirais pas que ça m’embête, évidemment. Moi, j’aime bien mon travail, mais j’adore buller et employer autrement mon temps, aussi. Alors être à la maison et profiter du soleil, des journées qui s’allongent, de la douceur et du calme de la campagne, cela n’a rien d’une torture et je savoure pleinement ma chance.

IMG_20190524_155054.jpg

Dîner sur la terrasse, cheveux mouillés après la douche…

Je fais la grasse matinée. Je prends mon petit déjeuner avec lenteur. Je bouquine dans un transat. J’écris. Je regarde un film parfois. Je papote plantes et potager avec ma voisine, une retraitée dont le jardin est spectaculaire, et qui me donne plein de boutures et de rejets de fleurs, d’arbres… Je cuisine des repas sains pour mon déjeuner et pour le dîner en famille. Je fais des siestes ou alors je reste allongée dehors, à ne rien faire d’autre que regarder le ciel et penser. Je réfléchis à des histoires, à la vie, au prénom du bébé, à tout ce qui m’a menée là, à la dernière saison de Game of Thrones, aux romans que je lis, aux recettes que j’ai envie de cuisiner, aux mois à venir. Je crois que, je peux le dire : tout va bien pour le moment. Je me sens très heureuse. Les hormones, sans doute ^-^

Bref, c’est la belle vie. Et c’est tout ce qui compte pour l’instant.

IMG_20190524_155302.jpg

Chiller sur un transat, avec un livre et un peu de musique, face à ma maison et notre jolie vue. Sans conteste, une définition du bonheur…

IMG_20190524_154910.jpg

Une tenue printanière, ENFIN ! Il était temps, je trépignais d’impatience en regardant mes vêtements d’été attendre dans leurs cartons de pouvoir être ressortis, rangés dans la penderie, et surtout portés !

 

 

Avril aux Nouettes

Nous sommes en vacances scolaires depuis une semaine, Little et moi. Et j’avais oublié à quel point les vacances d’avril peuvent être ressourçantes. Je voulais l’écrire et les décrire ici, afin de m’en souvenir pour les prochaines années.
Le printemps et l’automne sont des saisons intermédiaires : périodes de gros changements climatiques, mais aussi émotionnels. Ma prof de yoga nous a expliqué qu’on pouvait fréquemment se sentir déprimé, ou nerveux, et la plupart du temps, fatigué aussi. Le corps s’épuise pour s’adapter aux changements. Il y a quelques années, ma kiné, elle, m’avait raconté que le taux de dépressions était plus élevé durant ces saisons intermédiaires. Je ne sais pas si c’est une vérité, mais ça me semble probable car j’ai moins même très souvent ressenti des passages de blues, inexplicables, au printemps (mais moins en automne, saison que j’adore et savoure toujours intensément).
Cette année, je redoutais un peu ces nouvelles chutes émotionnelles du printemps, car après une rentrée scolaire difficile, et un automne mouvementé, je ne me sentais pas la force d’affronter une nouvelle vague de doutes, d’angoisses, de crises ou de déprime.
Heureusement pour moi, cette année, le printemps, je le vis bien ! Je ne sais pas si c’est dû au fait de vivre à la campagne, ou de passer mes journées dans une maison que j’adore, et dans mon jardin… ou encore si c’est parce que Little a grandi et qu’il devient plus facile de s’en occuper aujourd’hui qu’il y a six mois encore… Tout est possible, je n’ai pas de réponse, mais une seule certitude : cette première semaine de vacances d’avril a été parfaite. Et je VEUX m’en souvenir !

Un coin du jardin, le bac à compost et Little qui attrape des insectes.

 

VIVRE DEHORS

Notre maison n’est pas une grande et belle demeure avec des poutres apparentes et des moulures aux plafonds (dommage…). Je veux dire : on ne peut pas vraiment lui trouver du cachet. Elle est toute simple, pas vraiment belle de l’extérieur, mais bon, elle est bien pratique car elle c’est une maison de plein-pied. Et pour ce qui est de l’intérieur, nous avons tout refait à notre goût, alors même si elle n’a pas trois mètres de hauteur sous plafond ni un parquet en chêne massif, je la trouve agréable à vivre, fonctionnelle, et à mon goût (et c’est ça qui compte, on est d’accord). L’une des choses que j’apprécie dans ma maison, ce sont ses portes vitrées tout le long du séjour-cuisine. Aux beaux jours, on ouvre tout, porte d’entrée incluse, et on vit moitié dedans, moitié dehors. C’est exactement ce dont je rêvais lorsque j’imaginais ma maison.
Vous commencez à le savoir, je suis une amoureuse de la nature. Vivre dans une maison sans jardin ou sans accès à l’extérieur, c’était inenvisageable. Le plein-pied et les baies vitrées sont parfaits pour notre mode de vie. Ainsi, nos journées de vacances, avec Little, se passent aussi bien dehors que dedans. La maison déborde sur la terrasse, le matériel de dessin, les jouets, les préparatifs des repas, tout ce que l’on peut faire à l’extérieur est un prétexte pour vivre hors des murs. Aujourd’hui, en fin de journée, Little faisait des Legos dans le salon, et j’étais de l’autre côté de la baie ouverte, j’épluchais des légumes pour le dîner. On avait mis la musique dans le salon, on discutait de part et d’autre de l’ouverture, c’était très agréable. À un moment, il y a eu Dancing in the streets (Martha Reeves and the Vandellas) et on s’est mis à danser dans le séjour, Little sautillait partout, on a ri comme des baleines… puis on a couru dans le jardin pour jouer au loup, faire un peu de balançoire pendant que les artichauts cuisaient tranquillement. Cette vie dedans-dehors, ça paraît évident, mais ça me rend vraiment heureuse. Alors, oui, ma maison n’est pas toujours super propre car les allers-retours intempestifs font entrer l’herbe, les feuilles, la terre, les cailloux, les petites bêtes. Mais l’élan de vie qui accompagne cette ouverture sur l’extérieur vaut largement les quelques minutes d’aspirateur supplémentaire que j’offre chaque jour à ma maison ^-^

Little au bord de la Saône.

JARDINER

C’est devenu une véritable passion, mais au fond je sais que ç’a toujours été là, en moi. Ma grand-mère italienne avait un jardin minuscule mais d’une richesse incroyable. Elle cultivait de tout, faisait du compost, récupérait l’eau des pâtes et des légumes bouillis pour arroser ses plantations. J’étais enfant, je ne m’intéressais pas encore au jardinage, mais aujourd’hui je le regrette. J’aurais aimé partager ça avec elle.
Ma mère a repris le flambeau : dans notre maison familiale, elle cultive un jardin qui, année après année, se révèle de plus en plus spectaculaire. C’est un paradis de fleurs et de massifs colorés. Son potager, l’été dernier, nous a tous laissés bouches bées. Les tomates croulaient, tout était luxuriant et savoureux.

Les iris se sont ouverts ce matin.

Jardiner, aujourd’hui, c’est comme le yoga pour moi. Je passe beaucoup de temps à observer mes plantations, ou tout simplement la vie au jardin, ce qui se passe sous mes yeux sans que j’intervienne. Je ne connais pas encore tous mes arbres, toutes mes fleurs, je me laisse surprendre par des éclosions et des couleurs, car je n’ai vécu qu’un printemps dans notre maison pour l’instant, et je n’ai pas eu le temps de tout mémoriser.
Jardiner m’enseigne la patience et la persévérance car il faut beaucoup d’erreurs et d’échecs avant d’obtenir une réussite dans un potager. Je suis du genre impatiente, alors je me tempère, je prends mon temps. Je sais que nous sommes ici pour quelques années, et que je n’ai pas besoin de me presser. J’aimerais planter des dizaines d’arbres fruitiers, des mûriers, des framboisiers, des groseilliers… mais j’attends de voir si les trois pieds que j’ai plantés cet hiver donneront quelque chose. J’observe mon terrain, l’ensoleillement, je teste et expérimente. Chaque week-end, je fais des semis, je note tout sur mon carnet de bord du jardin, j’aimerais parvenir à des conclusion intéressantes pour les années à venir, afin de gagner en efficacité et ne pas reproduire les mêmes erreurs. Le printemps est un moment passionnant au jardin, on a envie de planter, de faire pousser, la nature se réveille et on veut participer à l’explosion de bourgeons, de fleurs, de parfums, aux centaines de micro-changements qui s’effectuent tout autour de nous.

Il y a quelques mois, ici il n’y avait qu’une pente raide d’herbe, de ronces et de bulbes. J’ai créé des terrasses et planté toutes sortes de fleurs et arbustes. Dans deux ou trois ans, on verra bien si j’ai parfaitement échoué ou si ce projet va porter ses fruits et nous offrir une belle entrée colorée et foisonnante.

Mon jardin imparfait, où il reste tant à faire, ce projet-en-cours qui durera des années, je crois que c’est lui aussi qui me fait aimer le printemps cette année.

LECTURE ET INSPIRATION

Ma petite bible superficielle

Au printemps 2013, j’avais acheté un petit livre de cuisine-lifestyle : Ma detox made in Hollywood, d’Elsa Launay. Le titre peut faire sourire, oui. C’était le début de la mode healthy, cuisine bio et veggie, écolo sexy et tout le reste. À l’époque, ce genre de livre ne pullulait pas dans les librairies, et j’avais été très heureuse de découvrir Ma detox made in Hollywood qui était exactement ce dont j’avais besoin à ce moment là de ma vie. J’avais envie de cuisiner mieux, de bouger plus, ce petit ouvrage a été plus qu’une source d’inspiration pour moi, comme vous allez le voir.
C’est devenu comme un rituel, au printemps : je relis Ma detox made in… (MDMIH pour faire court, si vous le voulez bien).
À noter : je le relis, certes, mais pas sans un regard critique ni un sourire aux lèvres.
Pourquoi ce livre et pas un autre ? MDMIH n’est pas qu’un simple recueil de recettes. D’ailleurs, en parlant de recettes, elles ne sont pas vraiment exceptionnelles, celles que propose l’ouvrage. Healthy mais simplistes, et pas toutes végétariennes. Parfois, Elsa Launay décrit une simple salade pamplemousse-avocat. Ou une galette de riz soufflé tartinée de compote maison. Rien d’extravagant ni de compliqué.

Les petits-déjeuners des vacances sont les meilleurs…

Ce livre n’a pas pour ambition de nous transformer en Cyril Lignac, ni d’impressionner nos invités, PAS. DU. TOUT.
C’est un livre pour soi, un ouvrage qui part du principe qu’on aurait, pouf comme par magie, dix jours de temps libre à occuper, seule, et qu’on en profiterait pour se faire une detox. Et pas n’importe où, attention. Non. À Los Angeles, excusez du peu.
(D’où, entre autre, mon sourire narquois lorsque je relis ce bouquin ^-^)
Mais l’objectif, ce n’est pas la véracité, l’authenticité de l’expérience qu’on nous décrit. Moi, quand je lis MDMIH, j’y cherche l’inspiration. Ce serait l’histoire d’une française qui passerait quelques jours en solo à L.A. (ma ville chouchoute), et qui n’aurait pour seule directive que de prendre soin d’elle. Alors Elsa Launay nous décrit une espèce de déroulement journalier parfait et idyllique : tu te lèves le matin, tu fais quelques postures de yoga au bord de la piscine, puis tu bois un smoothie épinards-poire-ananas. Ensuite, tu chausses tes baskets pour un petit running au Runyon Canyon de L.A. À midi, tu prépares des tagliatelles de courgettes sauce pesto, et une salade de patates douces rôties sur lit de roquette, hyper detox. Après une sieste au bord de la piscine, il est temps de faire une séance de yoga en regardant les étoiles, et bla bla bla…
Hilarant, n’est-ce-pas ?
Alors bon, j’imagine que les lectrices-eurs qui ont pris ce bouquin au pied de la lettre ont du être quelque peu, heu, … décontenancé(e)s ? Difficile de reproduire à l’identique ce que l’auteure nous encourage à mettre en œuvre pour notre semaine de detox. Il faudrait pour cela : vivre à LA, avoir un jardin à LA, avec un spa, beaucoup d’argent pour assister aux cours de yoga ou se payer les massages dont elle parle, et aussi, ne pas avoir de mec, d’enfant, de boulot, etc… Bref. PAS POSSIBLE.
En fait, je crois que c’est ça que j’adore dans cet ouvrage. Je ne pense pas qu’Elsa Launay se prenne au sérieux deux minutes. Elle nous décrit un fantasme total, et moi j’adhère, je voyage, je rêve complètement.
Lire quelques pages par jour, ça me redonne juste la dose d’inspiration et de motivation nécessaires pour prendre soin de moi à ma façon et dans la mesure de mes moyens.
Je suis humaine, parfois je craque volontiers pour un goûter bien gras et pas healthy du tout, ça arrive, pas grave… Mais il y a aussi des moments où je me laisse un peu dépasser par mes envies (pulsions?) et où j’ai besoin de reprendre le contrôle. Au printemps, après un hiver un peu difficile, j’ai envie de prendre soin de moi et de faire mieux. De retrouver des bonnes habitudes, de prendre du temps pour cuisiner et innover un peu côté recettes, de faire le plein de vitamines pour affronter tous les changements de cette saison. Lire MDMIH, c’est comme écouter une playlist motivante lorsque les beaux jours reviennent et avoir envie de se remettre au sport. Tous ces clichés décrits dans le livre, cette parenthèse enchantée racontée par Elsa Delaunay, ça me fait rêver et m’inspire et me donne envie de dérouler mon tapis de yoga plus souvent, d’offrir à mon corps des petits plats pleins d’antioxydants et de vitamines, de délester mon organisme de toxines et d’autres trucs qui m’alourdissent, de dormir beaucoup, de marcher, de sourire.
Bref, c’est un tout petit livre de cuisine hyper marketing qui a surfé sur la vague de la mode bobo-healthy, mais pour moi c’est juste efficace et inspirant, un véritable shoot de bonne humeur et de motivation pour vivre sereinement le printemps.

 

CUISINER

Je ne vais pas beaucoup développer cette partie, car cela recouperait ce que je viens de dire. Notons simplement que j’ai très envie de cuisiner et de prendre soin de moi et de ma petite famille en ce moment ; je prépare des salades fraîches, je cuisine des légumes de saison (j’adore les asperges, les petits pois, les artichauts… c’est un bonheur de les réintroduire dans nos menus !), je prends le temps de prévoir plusieurs repas pour les jours à venir afin d’anticiper les courses et le gaspillage (si seulement j’avais le temps de faire ça toute l’année…). On fait aussi beaucoup de pâtisserie avec Little, et souvent ces moment gourmands suffisent à combler mes fringales de sucre car, après avoir préparé la pâte à gâteaux ou le mélange pour des Bounty maison par exemple, je n’ai plus vraiment envie de les manger lorsqu’ils sont prêts ^-^ J’ai l’impression que je parviens plus vite à satiété lorsqu’il s’agit de produits faits maison.

 

FAIRE DU YOGA

Est-il besoin d’en dire plus ? Dans les périodes où j’ai besoin de me recentrer, le yoga est toujours un allié de choix. Plus de douceur et d’indulgence envers moi-même, apaisement du mental, ralentir et se satisfaire de ce qu’on a… tous les messages, tous les objectifs du yoga sont honorables et devraient, idéalement, accompagner notre quotidien. En tous cas, ce serait le rêve pour moi, pratiquer tous les jours. Honnêtement, avec une vie de famille et un travail prenant, des trajets longs et ma foultitude d’autres passions (!), c’est difficile de caser une pratique quotidienne du yoga. Mais je ne désespère pas, et ce que je trouve très positif dans tout ça, c’est que depuis presque dix ans, le yoga m’accompagne de façon extrêmement régulière. Pour la fille papillonnante que je suis, c’est assez rare une telle fidélité (je parle de mes activités et centres d’intérêts, bien sûr, pas de ma vie amoureuse ^-^). Je sais que le yoga tient une place primordiale dans ma vie et, tel un pendule, ou un papillon de nuit subjugué par une lumière dans le noir (pour rester dans la métaphore), je gravite continuellement autour, parfois de près, de manière très assidue, parfois d’un peu plus loin, en pratiquant par pointillés, par petites touches de temps en temps. Mais c’est là, en moi, les enchaînements d’asanas sont ancrés, le flux de mes respirations devient automatique dès que je mets un pied sur mon tapis, alors je sais que c’est gagné et que, avec le temps, je grignoterai de plus en plus de moments pour pratiquer. J’en suis sûre. Parce-que je le veux.

 

BOUGER

Ce matin, Little et moi sommes allés dans un village voisin qui propose plusieurs sentiers de marche. Nous avons fait une randonnée de 2H30, dans les vignes, la forêt, les champs, en pleine campagne et sur les hauteurs de la vallée de la Saône. Il faisait beau, chaud, Little étrennait sa nouvelle paire de chaussures de rando, nous avions pris une gourde en alu et deux pommes, et tout notre enthousiasme pour effectuer notre parcours. C’était tout simplement parfait. Little a marché (je ne peux plus le porter, de toutes façons, il est bien trop grand et lourd !), ramassé des bâtons, pêché (des poissons imaginaires dans les ornières du chemin), cueilli des fleurs, dévalé des pentes en courant, grimpé aux arbres, découvert une cabane en branches, écouté les histoires des Trois petits cochons et du Petit Poucet (un bon moyen pour le faire se concentrer sur autre chose que les kilomètres, lorsque la fatigue se fait sentir ^-^), partagé sa pomme verte avec moi, et croqué dans ma pomme rouge, bu à la gourde comme un véritable Robinson… et puis, clou du spectacle, alors que nous ne y attendions pas, nous sommes tombés nez à nez avec un serpent ! Le choc ! Je vous avoue que j’ai eu peur, nous étions à quelques centimètres seulement, et la couleuvre était immense, elle faisait plus d’1m50, et ne nous quittait pas des yeux !!! Nous avons pris des photos, malgré tout, pour garder un souvenir de cette rencontre mémorable.
C’est peut-être bête, mais c’est ce genre de moments que je rêvais pour mes enfants. Je voulais les élever dans la nature, à la campagne (bon, ou à la montagne, je ne suis pas difficile !), et partager en famille des moments simples et authentiques, sans besoin de consommer ou de paraître. La randonnée, c’est exactement ça : on découvre des belles choses, on apprend à respecter la nature, on se dépense physiquement, on discute et on se tait aussi, c’est une activité que j’aime depuis longtemps et que je suis profondément heureuse de partager aujourd’hui avec mon petit loulou de trois ans et demi.

Le serpent qui m’a surprise en pleine randonnée dans les champs.

 

Comment profitez-vous du printemps de votre côté ?
À bientôt, avec un billet sur notre voyage dans le Yorkshire (on décolle demain !).

 

NB : les photos de ce billet sont privées et non libres de droits. Merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

La vie aux Nouettes

IMG_20190303_211358.jpg

Lorsqu’on a acheté notre maison, il s’est passé d’abord tout un été avant qu’on n’ait les clés et qu’on puisse emménager. Cet été-là, je l’ai passé à chercher un nom pour notre maison !
Bizarre ?
Je ne sais pas pourquoi, j’avais envie que notre premier, vrai, chez-nous, ne soit pas anonyme, ne soit pas un simple numéro dans une rue, mais qu’il ait un nom avec une signification, ou une évocation qui nous ressemblerait.

Et puis j’ai laissé tomber cette idée. L’emménagement, les travaux, le quotidien, m’ont fait oublier cette envie, et notre maison a finalement gardé son matricule anonyme.
Mais l’hiver dernier, alors que je cousais tranquillement dans mon atelier, en écoutant La compagnie des auteurs, j’ai repensé à cette envie. Mathieu Garrigou-Lagrange proposait un cycle sur la Comtesse de Ségur, qui, une fois adulte et mariée, une fois expatriée de sa Russie natale, vécut en France dans un château de l’Aube : Les Nouettes. Ce nom me plut immédiatement.

comtesseségur

Aux Nouettes, la Comtesse de Ségur vivait loin de son mari avec qui elle n’avait que très peu de rapports, mais entourée de ses enfants et de ses petits-enfants. Les Nouettes furent un lieu joyeux, dédié à la famille, à l’écriture et à la bonne chère. Évidemment, ça me parle : ces trois éléments, je les partage avec cette illustre dame, donc…^-^
J’aime les sonorités du nom de ce château, mais surtout ce qu’il représente, les valeurs qui y sont chéries.
La Comtesse de Ségur accueillait ses petits-enfants pour les vacances, elle les choyait, leur écrivait des histoires pour les divertir. Sa famille était tout pour elle. Les Petites Filles Modèles a été écrit pour ses deux petites-filles parties vivre à Londres. Lorsque ses petits-fils venaient passer leurs vacances aux Nouettes, elle faisait préparer de fastueux repas et leur laissait une grande liberté de jeux.
Cette femme, qu’on accuse souvent de conservatisme, n’était pas si consensuelle que l’on veut bien le croire. Elle accordait une véritable importance à l’enfance, alors qu’au 19ème siècle, cela paraissait une idée complètement incongrue.

img_20190303_115232.jpg

En écoutant ces podcasts, le nom du château a chatouillé mes oreilles et réveillé mes envies de nommer ma maison. Les premières idées que j’avais eues, ce fameux été où j’attendais les clés de notre nouveau chez-nous, avaient été simples et étaient au nombre de deux : Les Églantines, ou Le Terrier.
Le premier nom me plaisait pour ses sonorités rondes et fraîches, et les promesses de nature abondante et gourmande qu’il portait. Le second, mon favori, sous-tendait l’idée d’une tribu vivant là, nichée dans une maison douillette, bien à l’abri du reste du monde. Et puis, Le Terrier, c’est le nom de la maison des Weasley dans Harry Potter, le havre de paix confortable et chaleureux où Harry trouve refuge, à l’opposé de l’horrible maison au 4 Privet Drive où vivent son oncle et sa tante. Cette référence littéraire absolument pas fortuite, ajoutée à celle de l’attachement familial, de la « portée », de la meute, me faisaient pencher pour ce nom-là.
Comme vous pouvez le constater, toujours les mêmes éléments… Les idées de gourmandise partagée, de famille, de chaleur du foyer et de littérature étaient déjà bien enracinées, dès le départ.
Alors, lorsque j’ai découvert le château des Nouettes, ç’a été comme une évidence.

IMG_20190303_211228.jpg

Voilà, notre maison a un nom désormais. Un nom déjà porté et au passé illustre un peu lourd à porter peut-être, mais j’ose espérer que peu de passants reconnaitront la référence et nous reprocheront, à tort, un certain manque d’humilité. Et à vrai dire, au fond de notre impasse, en haut de notre colline, des passants il n’y en a pas ! Seuls quatre voisins, le facteur, et nos amis, poseront les yeux sur la petite plaque qui orne notre mur extérieur. Ce nom, je le choisis pour nous, pour mon plaisir, et puis c’est tout.

Alors à l’avenir, pour suivre les aventures de la maison, vous n’aurez qu’à taper le mot clé : Nouettes, et vous y trouverez les articles (à venir) concernant notre home sweet home !

Et vous, cette histoire de nom pour maison, ça vous évoque quoi ?
Si vous deviez trouver un nom pour votre maison, avez-vous déjà une idée de ce qui vous plairait ?